Cheikh Raymond

Couverture du livre « Cheikh Raymond » de Bertrand Dicale aux éditions First
  • Nombre de pages : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Arts et spectacles
  • Thème : Musique
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

Cheikh Raymond Leyris portait un nom chrétien, était juif et chantait en arabe. Né à Constantine en 1912, enfant naturel d´une Chrétienne et d´un Juif, il fut le maître incontesté de la musique arabo-andalouse. Dans ce genre musical classique et transmis principalement par voie orale depuis les... Voir plus

Cheikh Raymond Leyris portait un nom chrétien, était juif et chantait en arabe. Né à Constantine en 1912, enfant naturel d´une Chrétienne et d´un Juif, il fut le maître incontesté de la musique arabo-andalouse. Dans ce genre musical classique et transmis principalement par voie orale depuis les siècles lointains de la splendeur arabe de l´Andalousie, il atteignit des sommets inégalés d´érudition, d´invention et de puissance créatrice.
Le 22 juin 1961, à quarante-neuf ans, Cheikh Raymond Leyris est abattu d´une balle dans la nuque sur le marché de Constantine. Son assassinat déclenche l´exil des Juifs, qui vont quitter une terre sur laquelle ils vivent depuis deux mille ans. Arrivé en France, son neveu Gaston Ghrenassia, guitariste dans son orchestre, fera carrière dans la chanson sous le nom d´Enrico Macias.
À travers son enfance extraordinairement romanesque, sa vie de Juif pieux et d´érudit arabe, ses combats de citoyen français et son assassinat, ce livre est une plongée dans le monde perdu du judaïsme algérien. Entre douceur de vivre méditerranéenne, rigueur artistique, ferveur religieuse et violence, la vie de Cheikh Raymond Leyris nous raconte non seulement un pays qui n´existe plus, mais aussi un pays qui aurait pu être...



À noter qu´Universal sortira en même temps une compilation de Cheikh Raymond.

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Bertrand Dicale répond à nos questions ! (23/11/2011)

1) Qui êtes-vous ? ! Je suis Bertrand Dicale, journaliste et critique de musique, auteur de biographies (Juliette Gréco, Georges Brassens, Serge Gainsbourg, Louis de Funès) et de livres sur la chanson française, chroniqueur à France Info (avec «Ces chansons qui font l'histoire»), documentariste pour la télévision... Et je n'appartiens pas au monde d'où venait Cheikh Raymond. 2) Quel est le thème central de ce livre ? Raymond Leyris, passé à la postérité sous le nom de Cheikh Raymond, était le plus grand interprète de la musique andalouse de Constantine, le malouf. Cette musique, née lorsque l'Espagne était aux mains des souverains musulmans de langue arabe, a été préservée en Afrique du Nord après le «retour» d'Andalousie. C'est des dernières décennies de cette histoire que parle ce livre : la vie d'un musicien exceptionnel, né en 1912 à Constantine et mort assassiné en 1961. Juif, sa langue natale était l'arabe et, tout naturellement, il a découvert le malouf à la fin de l'enfance. Consacré Cheikh - c'est-à-dire maître - à l'âge de vingt ans, il sera le plus grand, le plus respecté et le plus aimé des chanteurs du Constantinois. Après son assassinat, un jour d'été sur un marché de sa ville natale, les Juifs de Constantine comprirent qu'on ne voulait plus d'eux dans l'Algérie qui allait vers l'indépendance. Et, pour eux, commença l'exode vers la France. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? Hélas, la dernière phrase du dernier chapitre : «Un pays n'existe plus.» Car Cheikh Raymond incarne la splendeur d'un pays dans lequel musulmans et juifs partagent la même langue, la même culture et la même musique. Un pays de cohabitation et de fraternité, un pays qui ne s'est pas encore amputé d'une part de ses richesses humaines et spirituelles. Ce livre raconte la vie d'un immense musicien dans un pays qui n'existe plus - il cesse même d'exister le jour où Cheikh Raymond reçoit une balle dans la nuque. 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Le malouf, évidemment (et, d'ailleurs, j'ai travaillé à l'édition d'une anthologie en trois CD des enregistrements originaux de Cheikh Raymond chez Universal). Mais il y a bien des musiques soeurs de l'art andalou de Constantine : ici ou là au Nouveau Monde ou sur les marches de l'Afrique, de l'Asie et de l'Europe, on croise de ces genres appartenant à la fois à plusieurs cultures, à plusieurs langues, à plusieurs généalogies de haute mémoire - flamenco, morna, blues, fado, forro, mazurka... 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? L'émerveillement devant une culture de la tolérance et du partage. Et la certitude que les hommes sont autant enrichis par leurs héritages que par leurs échanges. Et la mémoire d'un homme que j'admire sans l'avoir jamais rencontré.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com