Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Changer le sens des rivières

Couverture du livre « Changer le sens des rivières » de Murielle Magellan aux éditions Julliard
  • Date de parution :
  • Editeur : Julliard
  • EAN : 9782260030102
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Peut-on changer le cours de sa vie ? À vingt ans, des rêves plein la tête, Marie n'a pas eu la chance d'étudier. Elle n'a connu que la galère des petits boulots et le paysage industriel du Havre. Aussi, lorsqu'elle rencontre Alexandre, garçon brillant et beau parleur, son coeur s'emballe. Mais... Voir plus

Peut-on changer le cours de sa vie ? À vingt ans, des rêves plein la tête, Marie n'a pas eu la chance d'étudier. Elle n'a connu que la galère des petits boulots et le paysage industriel du Havre. Aussi, lorsqu'elle rencontre Alexandre, garçon brillant et beau parleur, son coeur s'emballe. Mais comment surmonter ce sentiment d'infériorité qui la poursuit ? Financièrement aux abois, piégée par un acte de violence incontrôlée, Marie accepte le marché que lui propose un juge taciturne, lui servir de chauffeur particulier pendant quelques mois. Une cohabitation qui risque d'être houleuse, compte tenu de la personnalité de ces deux écorchés vifs.
Dans ce roman d'apprentissage en forme de fable urbaine, Murielle Magellan confronte deux mondes habituellement clos, et nous livre un texte émouvant sur l'éveil à l'autre.

Donner votre avis

Avis (8)

  • Marie est une jeune femme qui gère son budget de façon très méthodique. Elle a perdu sa mère à l'âge de douze ans. Son père est devenu hypocondriaque psychotique à la même époque et a ensuite été licencié. Quant à sa sœur Victoria, elle a prétexté l'amour fou pour les abandonner et...
    Voir plus

    Marie est une jeune femme qui gère son budget de façon très méthodique. Elle a perdu sa mère à l'âge de douze ans. Son père est devenu hypocondriaque psychotique à la même époque et a ensuite été licencié. Quant à sa sœur Victoria, elle a prétexté l'amour fou pour les abandonner et disparaître.

    Marie a réussi tout de même à obtenir un bac pro option chaudronnerie industrielle. Elle est aujourd'hui serveuse au Havre et doit passer voir son père tous les jours ou presque. Et voilà qu'elle va s'enticher d'un gars Alexandre, brillant, très cultivé et beau parleur, qui, lui aussi en naïf romantique est attiré par sa douceur et sa sensualité, mais rapidement, il ne répondra plus aux messages de Marie. Celle-ci sent que la différence de culture entre eux est la cause de cette rupture. Elle se sent humiliée. Voulant s'expliquer avec lui, elle va tenter de le revoir et malencontreusement, par un geste incontrôlé, va se retrouver face à un juge. Elle ne sera pas incarcérée mais devra s'acquitter d'une somme qu'elle n'a aucun moyen de régler. Lui sera alors proposé par le juge un marché bien particulier et ce sera le début de l'éveil de sa personnalité.
    Comme beaucoup de gens dans ce pays, Marie apprend ce qu'est l'humiliation et le mépris. Si, au départ, elle va se sentir complexée par ses origines modestes, petit à petit, elle va prendre conscience qu'elle peut évoluer et se rebeller contre son destin. Ce ne sera pas facile, loin de là, elle aura beaucoup d'obstacles à franchir mais elle comprend qu'elle peut désormais être maîtresse de son destin.
    Changer le sens des rivières, c'est transformer un destin qui semble tracé d'avance, c'est mettre à mal ce fameux déterminisme social et Murielle Magellan, dans ce roman montre qu'avec une volonté d'acier, c'est possible.
    J'ai trouvé ce roman d'une complète actualité. L'auteure nous montre à quel point rien n'est jamais défini d'avance et qu'il faut toujours se battre, ne pas céder au fatalisme et ne pas baisser les bras. Elle démontre également que tout passe par la culture.

    Un excellent roman qui se lit d'une traite !
    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Intriguée par ce roman, ne sachant pas trop où cette lecture allait m'emmener, laissant le mystère planer.
    L'inconnu nous révèle parfois de belles surprises !

    Changer de sens des rivières est une fable moderne.

    La plume de l'auteure sait à merveille accrocher le lecteur, à travers...
    Voir plus

    Intriguée par ce roman, ne sachant pas trop où cette lecture allait m'emmener, laissant le mystère planer.
    L'inconnu nous révèle parfois de belles surprises !

    Changer de sens des rivières est une fable moderne.

    La plume de l'auteure sait à merveille accrocher le lecteur, à travers l'histoire qu'elle nous raconte.

    Je me suis laissée emporter par ce récit, aux personnages attachants et sincères.
    En particulier celui de Marie.

    Ce roman m'a vraiment fait penser à une sucrerie.
    Un plaisir livresque à déguster !

    Une lecture qui fait du bien, tout simplement et c'est déjà beaucoup.

    Et pourtant, Murielle Magellan aborde des sujets actuels délicats comme la précarité, la maladie, la pression sociale, avec simplicité et bienveillance.

    C'est un roman qui délivre un beau message, émanant de bons sentiments et d'espoir.

    Nous sommes très loin d'un feel good, bien au contraire, c'est un roman profond et lumineux.

    Beaucoup de délicatesse et de sensibilité, c'est une belle lecture tendre et poétique.

    Ne vous en privez pas !

    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2019/09/changer-le-sens-des-rivieres.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je remercie les Editions Julliard qui m'ont fait découvrir, via net galley, Changer le sens des rivières de Murielle Magellan.
    Peut-on changer le cours de sa vie ? À vingt ans, des rêves plein la tête, Marie n'a pas eu la chance d'étudier. Elle n'a connu que la galère des petits boulots et le...
    Voir plus

    Je remercie les Editions Julliard qui m'ont fait découvrir, via net galley, Changer le sens des rivières de Murielle Magellan.
    Peut-on changer le cours de sa vie ? À vingt ans, des rêves plein la tête, Marie n'a pas eu la chance d'étudier. Elle n'a connu que la galère des petits boulots et le paysage industriel du Havre.Aussi, lorsqu'elle rencontre Alexandre, garçon brillant et beau parleur, son cœur s'emballe.
    Mais comment surmonter ce sentiment d'infériorité qui la poursuit ?
    Financièrement aux abois, piégée par un acte de violence incontrôlée, Marie accepte le marché que lui propose un juge taciturne, lui servir de chauffeur particulier pendant quelques mois.
    Une cohabitation qui risque d'être houleuse, compte tenu de la personnalité de ces deux écorchés vifs...
    Changer le sens des rivières de Murielle Magellan est un très joli roman, tout en sensibilité.
    Marie est une jeune femme qui a peu d'instruction. Jusque là cela ne l'a pas dérangé. Mais elle rencontre Alexandre.. qui, lui, a plus d'instruction qu'elle. Quand il constate qu'elle n'a pas les mêmes références que lui, qu'elle ne connait pas François Truffaut, il se sent mal. Se sent t'il supérieur ?? Peut-être un peu.. Surtout, il pense qu'ils n'auront rien à dire sur le long terme et qu'ils vont s'ennuyer ensemble.
    J'avoue eu un peu de difficultés avec le personnage d'Alexandre car j'ai trouvé ce gamin très arrogant. Qu'est ce que ça peut faire qu'elle ne connaisse pas Truffaut ? Je ne suis pas certaine d'avoir vu un de ces film et personne n'en fait tout un fromage ! Il étudie le cinéma, pense que pour être bien avec quelqu'un ils doivent avoir les mêmes références, aimer les mêmes choses. Il est un peu obtus.. mais je lui pardonne car après tout il est bien jeune.
    Marie n'a pas d'instruction, elle ne répond pas aux perches tendues par le jeune homme. A un moment elle s’énerve, ça fait des étincelles et lui rapporte des ennuis ! A cause de ceux-ci, elle va se retrouver à faire le chauffeur pour le juge Gérard. Contre toute attente, cette rencontre va l'aider, la faire évoluer.
    Plus les pages se tournent et plus j'ai apprécié le juge, bourru au premier abord.
    Marie est une jeune femme qui m'a beaucoup touché. J'ai trouvé ça dur pour elle la façon dont elle a compris qu'elle n'avait pas beaucoup d'instruction et que ça pouvait lui poser problème dans l'avenir. Jusque là elle vivait très bien sans connaitre cette donnée sur elle. Il y a de jolies rencontres dans ce roman, notamment celle avec Charlie ou avec Lydia, la fleuriste. Car oui, de brèves rencontres peuvent changer une vie, donner envie d'évoluer...
    Quand à la fin, elle clos parfaitement ce très beau roman, qui est joliment écrit.
    J'ai eu un coup de cœur pour Changer le cours des rivières qui attendait tranquillement dans ma tablette que je le dévore. Et je ne comprends toujours pas pourquoi j'ai tant tardé !
    Ma note : un très gros cinq étoiles.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "Je chante un baiser
    Je chante un baiser osé
    Sur mes lèvres déposé
    Par une inconnue que j'ai croisée
    Je chante un baiser"

    C'est un air, ne me demandez pas pourquoi, qui m'a accompagnée le long de ma lecture; je ne savais pas encore que le titre du roman était aussi tiré d'une chanson...
    Voir plus

    "Je chante un baiser
    Je chante un baiser osé
    Sur mes lèvres déposé
    Par une inconnue que j'ai croisée
    Je chante un baiser"

    C'est un air, ne me demandez pas pourquoi, qui m'a accompagnée le long de ma lecture; je ne savais pas encore que le titre du roman était aussi tiré d'une chanson de Souchon (La Beauté d'Ava Gardner, pour les plus curieux).

    Et le titre, déjà, parlons-en. C'est lui qui m'a attirée vers ce roman. Et il prend tout son sens au fil de la lecture.

    Ce roman est d'abord l'histoire de Marie.
    Marie a 23 ans.
    Marie est jeune, jolie, un peu naïve.
    Marie a perdu sa mère à l'adolescence et a pour père un hypocondriaque professionnel.
    Marie ne peut pas compter sur grand monde, sa soeur s'est barrée on ne sait où, et Marie est en quelque sorte devenue le parent de son père.
    Marie, qui n'a pour seul bagage qu'un bac pro chaudronnerie, dont elle a raison d'être fière, travaille dans une brasserie du Havre et n'a d'autre horizon que la ligne grise du ciel et son petit appartement.
    Mais Marie va s'enticher d'Alexandre, un client de la brasserie. Alexandre le Grand; Alexandre le Conquérant. Alexandre qui vient d'un milieu social un peu plus élevé, qui a des rêves plein la tête et qui va faire tourner celle de Marie. Alexandre le prince charmant. Jusqu'au drame...

    Et il y a Gérard.
    Gérard est un vieux juge, proche de la retraite.
    Et pour Gérard, les drames, c'est son quotidien, il n'en a malheureusement vu que trop défiler dans son bureau.

    Gérard et Marie, qui n'auraient jamais dû se côtoyer, vont se reconnaître et un lien singulier va s'instaurer entre eux.
    Chacun saura alors se nourrir de ce que l'autre a à lui apporter.

    C'est un roman qu'on lit d'une traite, on a envie de suivre les déambulations et l'évolution des personnages, de savoir où va nous mener l'auteure.
    C'est un roman, réaliste, que j'ai trouvé à la fois poétique et visuel. J'imaginais le film qu'on pourrait en tirer, sorte de comédie sociale sur fond d'humanité. Le Juge a eu tour à tour les traits de Gérard Depardieu (ce qui ne serait pas possible, ceux qui liront le roman comprendront) puis de Fabrice Luchini, même si son physique ne correspond pas au personnage.

    La plume de Murielle Magellan est très agréable, j'ai souri à divers endroits en imaginant le double sens des phrases et mots utilisés. J'ai d'ailleurs relu certains passages plusieurs fois.

    C'est un joli roman, loin des clichés et bourré d'optimisme. Il donne la parole aux gens lambdas, qui pourraient tout aussi bien être votre voisin ou votre collègue. J'ai refermé le livre le sourire aux lèvres. Après l'avoir lu, je crois en effet qu'il peut être possible de changer le sens des rivières.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • - chronique Nathalie Bullat
    Ce titre emprunté à une chanson d'Alain Souchon , colle tout à fait avec le thème du roman intelligent et remarquablement bien écrit .( et dont on ne parle pas assez )
    N'avez vous jamais trouvé votre quotidien insignifiant et souhaité changer le cours de votre...
    Voir plus

    - chronique Nathalie Bullat
    Ce titre emprunté à une chanson d'Alain Souchon , colle tout à fait avec le thème du roman intelligent et remarquablement bien écrit .( et dont on ne parle pas assez )
    N'avez vous jamais trouvé votre quotidien insignifiant et souhaité changer le cours de votre vie ? de prendre des décisions qui chamboulent votre avenir ?
    Si Nicolas Mathieu dans son excellent roman " leurs enfants après eux " nous démontre que nos destins dépendent de nos naissances, Murielle Magellan ,elle, espère bousculer les barrières sociales .
    Et même si la douceur est associé à la faiblesse ,il n'est pas besoin d 'être carnassier pour combattre ,nous dit-elle.
    Marie a 20 ans ,elle est d'une famille ouvrière sans culture, vit dans les quartiers populaires du Havre , pas loin des docks. Sa vie lui convient entre son travail de serveuse et les allées et venues à s"occuper d'un père veuf et hypocondriaque. Un jour elle rencontre Alexandre qui lui parle de Truffaut, Godard, et Chabrol. Il est méprisant devant l'ignorance de la jeune fille. Un énorme sentiment d'infériorité, d'humiliation l'envahit. Elle est amoureuse et prête à tout pour qu'il l'aime encore.
    Sa colère la conduira devant un juge en comparution immédiate. Celui-ci lui proposera un bien curieux marché qui bouleversa la vie de marie. Il est plutôt bougon ce Juge et semble cacher une infinie tristesse. Marie rejoindra-t-elle sa soeur Victoria et Inge, un Suédoise déjantée , toutes deux à la lisière de la délinquance ? ou refusera-t-elle un destin tout tracé ? Elle est audacieuse Marie et veux s'éveiller au monde .
    Et le cinéma Truffaut dans tout cela ? et bien il est le fil conducteur qui liera ces trois personnages .

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre à lecture rapide et à nombreux messages concernant le rapport à l’autre, aux autres et à soi-même avec pour axe un noble sujet : la relation entre le monde érudit et les non érudits. L’amour est-il la clé pour traverser le Styx et changer le sens des rivières ?

    « … l’amour ce n’est...
    Voir plus

    Un livre à lecture rapide et à nombreux messages concernant le rapport à l’autre, aux autres et à soi-même avec pour axe un noble sujet : la relation entre le monde érudit et les non érudits. L’amour est-il la clé pour traverser le Styx et changer le sens des rivières ?

    « … l’amour ce n’est pas ‘t’as lu ci ou t’as vu ça’, l’amour c’est fort. Ça n’a pas de mots. C’est au-delà de toutes les différences. L’amour, c’est quelque chose devant quoi même Dieu s’incline. »

    « … elle préférera toujours faire des cocktails, observer les sirops qui ne se mélangent pas, briser la glace et secouer les shakers, plutôt que de se révolter sans cesse inutilement.»

    « Demander, et insister. Oser. Chercher. Etre au-delà des humiliations. Sans rancune. Sans tenir les comptes. Il fallait tout cela pour apercevoir un peu de l’infinie richesse du monde qui semble s’éclairer désormais comme un labyrinthe vu du ciel. »

    De nombreux sujets sociétaux s’additionnent sous forme de choix à décider, de voies à prendre : la famille, la délinquance, la vieillesse, l’homosexualité, les études, le travail, etc… Oser. Chercher. Décider. Avoir la volonté. Se construire. Apprendre à connaître les autres c’est apprendre à se connaître soi-même.

    Toujours est-il que si ce roman peut faire rencontrer les œuvres de Godard, Cronenberg, Kaurismäki, Inarritu, Truffaut, Gershwin, François Chen ou encore se pencher sur les articles des Droits de l’Homme ou du Code Pénal voire le concept philosophique de post-vérité, ou encore découvrir le CNED, ce sera déjà beaucoup de bons points !
    « … rejouer Paul et Virginie, une petite dernière passion pour la route. – ‘Je chercherai Paul et Virginie’ »

    Un roman optimiste.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une serveuse et un passionné de cinéma vont s’aimer, se déchirer, se retrouver… Pour son cinquième roman, Murielle Magellan réussit le difficile pari de Changer les sens des rivières.

    « J'aime les regretteurs d'hier
    Qui trouvent que tout ce qu'on gagne, on le perd,
    Qui voudraient changer le...
    Voir plus

    Une serveuse et un passionné de cinéma vont s’aimer, se déchirer, se retrouver… Pour son cinquième roman, Murielle Magellan réussit le difficile pari de Changer les sens des rivières.

    « J'aime les regretteurs d'hier
    Qui trouvent que tout ce qu'on gagne, on le perd,
    Qui voudraient changer le sens des rivières,
    Retrouver dans la lumière
    La beauté d'Ava Gardner. »
    Dans l’album «Ultra moderne solitude», Alain Souchon a composé plusieurs petites merveilles dont «La beauté d’Ava Gardner» qui a inspiré à Murielle Magellan le très beau titre de son roman. Mais avant de changer le sens des rivières, attardons-nous un peu sur les paroles qui précèdent, car c’est bien le constat implacable que fait Marie: «tout ce qu’on gagne, on le perd». Une simple soustraction en apporte la preuve, celle qui vient déduire les dépenses de son salaire de 1320€ auquel on peut encore ajouter quelque 250€ de pourboires: «Loyer / charges: 410€ ; Téléphones / Internet: 53€; Essence / assurance / divers voiture: 110 €; Manger: 350€; Papa: 300€; Reste pour autres: 347€. Soit: 1 €/ jour environ.»
    Autant dire que nous sommes en pleine actualité et que les débats et les propositions sur le pouvoir d’achat trouvent ici une belle illustration. On imagine que toutes les fins de mois sont difficiles et que le moindre accroc peut renverser le fragile équilibre auquel Marie s’accroche. Sa vieille Ford Fiesta ne doit pas la lâcher, son père doit rester calme et ne pas désespérer le personnel soignant, son patron doit continuer à lui proposer quelques heures supplémentaires…
    Peut-elle imaginer que la solution puisse s’appeler Alexandre? Le jeune homme l’a séduite. Elle le trouve brillant, ravi qu’un intellectuel puisse s’intéresser à elle. Malheureusement l’admiration de Marie pour l’apprenti cinéaste augmente tout autant que le déception d’Alexandre pour les lacunes de la serveuse. Ce qu’elle voit comme un jeu, «T’as peur de devenir débile à mon contact? Embrasse-moi!» est brutalement devenu «une brutale nécessité» pour son partenaire. Marie repousse Alexandre qui chute lourdement et se blesse au moment où passe une patrouille de police. Le tout finit au tribunal où Marie est condamnée à dédommager la victime, n’a plus le droit de s’approcher de son domicile et devra indemniser le policier sur lequel elle a aussi déversé sa colère.
    977€ non prévus. Ne sachant comment trouver l’argent, elle se retourne vers le juge Doutremont. Ce dernier lui propose alors un marché: il lui avance la somme dont elle a besoin en échange d’un service de taxi. Elle devra venir le chercher à son domicile pour l’emmener au tribunal où aux différents lieux de rendez-vous le temps d’éponger sa dette. Comme souvent, les rencontres improbables ouvrent de nouveaux horizons. Alors que le juge essaie de lui expliquer ce qu’est le «droit chemin», elle gratte le vernis derrière lequel se réfugie le magistrat. Petit à petit, ils se découvrent et s’apprivoisent. Après quelques péripéties que je vous laisse découvrir, Marie parviendra à changer le sens des rivières et Murielle Magellan à battre en brèche ce fameux déterminisme social qui certains entendent ériger en règle intangible. Et si bien des obstacles restent à franchir, Marie a compris qu’elle est désormais la maitresse de son destin.
    https://urlz.fr/95et

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Changer le sens des rivières Murielle Magellan

    Marie a vingt ans.
    Elle a en poche son bac pro chaudronnerie, vit dans un petit studio au Havre, s’occupe de son père qui, depuis qu’il est veuf, fait des crises d’hypocondrie psychotique et travaille dans un bar comme serveuse.
    Elle ne se...
    Voir plus

    Changer le sens des rivières Murielle Magellan

    Marie a vingt ans.
    Elle a en poche son bac pro chaudronnerie, vit dans un petit studio au Havre, s’occupe de son père qui, depuis qu’il est veuf, fait des crises d’hypocondrie psychotique et travaille dans un bar comme serveuse.
    Elle ne se pose pas vraiment de question sur sa vie et puis un jour Alexandre qui vient prendre son café lui sourit puis lui parle et finalement l’invite.
    Alexandre veut faire des études de cinéma à Paris, pour lui ceci est important. Aussi quand il réalise au premier rendez vous que Marie ne connait pas François Truffaut, il préfère ne pas la rappeler, trop de choses les séparent selon lui.

    Et cette rupture Marie va la vivre comme électrochoc. Un effroyable sentiment d’humiliation qui va la conduire à la colère et à la violence dans un premier temps et puis à des interrogations sur sa vie, sur ce qu’elle voudrait vraiment pour elle.

    Elle va apprendre à faire ses propres choix et donner à sa vie la direction qu’elle souhaite.

    Murielle Magellan par son écriture directe et tendue donne a ce cheminement intérieur des allures de roman a suspens. Le lecteur accompagne Marie toujours en équilibre, sur le fil, et se prend à a voir peur pour elle qu’elle renonce, qu’elle choisisse la facilité de ne rien changer, de ne pas réagir et de se laisser porter par le courant (des rivières justement).

    Je pense particulièrement à la scène où elle suit la voiture de sa sœur ainée, un peu marginale, qui la mène dans la mauvaise direction, on a envie de lui crier : « NON ! Ne fais pas ça, tu es y presque n’abandonne pas ! »

    Après les Indociles, et le très beaux personnages d’Olympe et Saul, Murielle Magellan ajoute une nouvelle figure à son casting personnel, la très jolie Marie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.