Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Changement de décor

Couverture du livre « Changement de décor » de David Lodge aux éditions Rivages
  • Date de parution :
  • Editeur : Rivages
  • EAN : 9782743629366
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Deux universitaires - l'un est américain, l'autre anglais - décident d'échanger leur poste pendant quelques mois. Chassé-croisé amusant et comédie de moeurs cinglante, Changement de décor est le premier volume de la célèbre Trilogie du campus, grand classique du catalogue de Rivages qui a... Voir plus

Deux universitaires - l'un est américain, l'autre anglais - décident d'échanger leur poste pendant quelques mois. Chassé-croisé amusant et comédie de moeurs cinglante, Changement de décor est le premier volume de la célèbre Trilogie du campus, grand classique du catalogue de Rivages qui a conquis plus de 700 000 lecteurs.

Donner votre avis

Avis (3)

  • Attention, profs en vacances ! Pas en vacances scolaires ou universitaires, tellement banales et si vite revenues qu’on finirait (enfin j’imagine) par s’en lasser. Non, de vraies vacances de six mois, bien dépaysantes, exotiques à souhait puisqu’il s’agit pour Philip Swallow, l’Anglais, de s’en...
    Voir plus

    Attention, profs en vacances ! Pas en vacances scolaires ou universitaires, tellement banales et si vite revenues qu’on finirait (enfin j’imagine) par s’en lasser. Non, de vraies vacances de six mois, bien dépaysantes, exotiques à souhait puisqu’il s’agit pour Philip Swallow, l’Anglais, de s’en aller enseigner sur la mythique Côte Ouest et pour Morris Zapp, l’Américain, d’aller s’enterrer au cœur des Midlands, dans un de ces échanges universitaires aussi réjouissants que fructueux (au moins pour ceux qui en profitent), grandioses témoignages d’ouverture au monde et de partage d’expérience.
    Autant le dire tout de suite, on sort très vite des brochures en papier glacé et de leurs slogans lénifiants pour découvrir les vraies motivations de cet échange d’enseignants en littérature anglaise. David Lodge écrit avec beaucoup d’humour et ses lecteurs en profitent tout au long de ce récit sur lequel l’ombre de Feydeau plane assez fréquemment. Les portes ne claquent pas mais les couples se font, se défont, s’échangent sur un rythme assez soutenu. Tandis que Philip découvre les joies de la révolution sexuelle des seventies et les heurts de la contestation étudiante dans une cité qui ressemble beaucoup à San Francisco, Morris entreprend, à sa façon, de moderniser les pratiques de la grise université de Rummidge où sa grande expérience des conflits estudiantins fait l’admiration et le profit de ses collègues anglais lorsque commencent à déferler sur la sage Angleterre… «les cheveux longs des garçons, les jupes courtes des filles, la promiscuité sexuelle, les Rapports, les crayons à bille - en somme presque tout ce qui constitue le monde moderne. »
    Tout cela est fort réjouissant, les situations et les dialogues sont remplis de cet humour pince-sans-rire qui fait une bonne partie du succès des auteurs anglais de ce côté-ci du Channel. On ne s’ennuie jamais et c’est très bien écrit.
    Mais il serait regrettable de négliger les apports intellectuels de nos deux professeurs, car, après tout, s’ils échangent leurs postes (et beaucoup d’autres choses), c’est également pour enseigner la littérature. Autant que le lecteur en profite pour enrichir une culture générale déjà conséquente (merci) mais tout de même pas encore encyclopédique.
    Prenez Morris, par exemple, grand spécialiste de Jane Austen (il a même caressé un temps l’idée d’ « une série de commentaires sur Jane Austen qui prendrait en compte toute la littérature sur le sujet, examinant chaque roman l'un après l'autre et disant absolument tout ce qu'on pouvait en dire…Le but de l'exercice, comme il l'avait souvent expliqué avec toute la patience dont il était capable, était non pas d'aider le lecteur à mieux aimer et à mieux comprendre Jane Austen, encore moins à célébrer la gloire de la romancière elle-même, mais de mettre un terme une fois pour toutes au tas de conneries que l'on pourrait être tenté d'écrire sur le sujet.) »
    Il a reculé devant l’ampleur de la tâche d’autant que sa femme, ayant appris qu’il serrait de trop près une de ses étudiantes, s’en était émue (je parle de l’étudiante serrée, pas de Jane Austen), entraînant… des complications… assez chronophages…enfin, vous voyez.
    A la réflexion, ça ne doit pas être facile tous les jours d’être un auteur classique… Revenons à la grande Jane Austen, dont Morris est toujours Le spécialiste :
    « Aux yeux de Morris Zapp… la vie était transparente, la littérature opaque. La vie était composée de choses, la littérature de mots. Avec la vie, il fallait s’en tenir aux apparences…avec la littérature, il ne fallait jamais s’en tenir aux apparences… Cette incapacité à maintenir la vie et la littérature dans deux catégories distinctes conduisait à toutes sortes d’hérésies et d’absurdités : à dire que l’on puisse « aimer » ou « ne pas aimer » certains livres, par exemple, ou à déclarer que l’on préfère tel auteur plutôt que tel autre et toutes ces fariboles qui, comme il ne cessait de le rappeler à ses étudiants, ne présentaient absolument aucun intérêt pour personne, sauf pour eux (parfois, il les scandalisait en déclarant qu’…il trouvait personnellement Jane Austen totalement chiante.) »
    Pauvre Jane !
    « Tout ce qu’il savait de l’Angleterre… les innombrables repères concrets qui foisonnaient dans le pays et qui constituaient autant de preuves historiques de l’existence des grands auteurs : les registres de baptême, les plaques commémoratives, les faux lits, les cabinets de travail reconstitués, les pierres tombales gravées et tout ce genre de niaiseries. Il y avait au moins une chose qu’il n’allait pas faire pendant qu’il était en Angleterre, c’était aller sur la tombe de Jane Austen.
    Il a dû exprimer cette pensée à haute voix, car Mary Makepeace (sa voisine dans l’avion) lui demande soudain si Jane Austen est le nom de son arrière-grand-mère. Il dit que c’est peu probable. »
    Cela me fait réaliser avec effroi que j’ignore tout de Jane Austen, mis à part, ce qui me place tout de même nettement au-dessus de Mary Makepeace, le fait qu’elle n’est pas l’arrière-grand-mère de Morris Zapp. Je n’ai rien lu d’elle. Vous pensez qu’il faudrait que je m’y mette ? Je demanderais bien conseil à Zapp pour savoir par où commencer, mais j’ai un peu peur des complications (et aussi de ce qu’il raconte à ses étudiants), alors je compte sur vos suggestions. Quant à ceux d’entre vous qui ne connaitraient pas encore David Lodge, débuter avec ce Changement de décor me semble une excellente et réjouissante idée.

    comment Commentaire (0)
  • Du grand David Lodge !
    Coïncidences, quiproquos et péripéties sont à l'ordre du jour !
    Dans une écriture élégante, l'auteur se plait à traiter avec humour et ironie certaines attitudes et catégories sociales. Ici, ce sont les universitaires qui en prennent pour leurs grades. C'est traité...
    Voir plus

    Du grand David Lodge !
    Coïncidences, quiproquos et péripéties sont à l'ordre du jour !
    Dans une écriture élégante, l'auteur se plait à traiter avec humour et ironie certaines attitudes et catégories sociales. Ici, ce sont les universitaires qui en prennent pour leurs grades. C'est traité finement et c'est très drôle.
    Je recommande.

    comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.