Cent ans de solitude

Couverture du livre « Cent ans de solitude » de Gabriel Garcia Marquez aux éditions Points
  • Date de parution :
  • Editeur : Points
  • EAN : 9782020238113
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Une épopée vaste et multiple, un mythe haut en couleur plein de rêve et de réel. Histoire à la fois minutieuse et délirante d'une dynastie: la fondation, par l'ancêtre, d'un village sud-américain isolé du reste du monde; les grandes heures marquées par la magie et l'alchimie; la décadence; le... Voir plus

Une épopée vaste et multiple, un mythe haut en couleur plein de rêve et de réel. Histoire à la fois minutieuse et délirante d'une dynastie: la fondation, par l'ancêtre, d'un village sud-américain isolé du reste du monde; les grandes heures marquées par la magie et l'alchimie; la décadence; le déluge et la mort des animaux. Ce roman proliférant, merveilleux et doré comme une enluminure, est à sa façon un Quichotte sud-américain: même sens de la parodie, même rage d'écrire, même fête cyclique des soleils et des mots.
Cent Ans de solitude compte parmi les chefs d'oeuvre de la littérature mondiale du XXe siècle. L'auteur a obtenu le prix Nobel de littérature en 1982.

Donner votre avis

Articles (2)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Je n’avais jamais rien lu de tel, c’est à la fois exaspérant et jubilatoire. Comment rester insensible à cette histoire tirée par… une queue de cochon ? Au final, on se trouve un peu penaud d’avoir attendu si longtemps pour pénétrer cet univers onirique dont la découverte vous a été tellement...
    Voir plus

    Je n’avais jamais rien lu de tel, c’est à la fois exaspérant et jubilatoire. Comment rester insensible à cette histoire tirée par… une queue de cochon ? Au final, on se trouve un peu penaud d’avoir attendu si longtemps pour pénétrer cet univers onirique dont la découverte vous a été tellement recommandée…
    Au début est l’amour ; mais ils sont cousins et leurs parents craignant que leurs enfants ne se voient affligés comme un autre cousin « d’une queue de cochon qui lui couta la vie le jour où un ami boucher s’offrit à la lui couper d’un coup de hachoir »s’opposent à leur mariage. « José Arcadio, avec l’insouciance de ses dix-neuf ans, résolut le problème avec une simple phrase : peu m’importe d’avoir des petits cochons pourvu qu’ils parlent ».
    Alors José Arcadio et Ursula s’enfuient et arrivés nulle part fondent un village, qu’ils nomment Macondo, puis une famille avec trois enfants : José Arcadio, Aureliano et Amaranta. La saga des Buendia (bonjour en espagnol) commence ainsi ; dès le début on est pris de vertige par un récit surnaturel et fantastique dans un environnement parfaitement rationnel.
    Pour achever d’égarer le lecteur qui s’obstinerait à rester cartésien, les prénoms des différents membres de la famille sont redondants et ce sur sept générations. On tente bien de dresser un arbre généalogique pour retrouver la filiation des différents personnages mais c’est rapidement, au fil des naissances hors mariages et des adoptions successives, peine perdue. Il y a toujours un José Arcadio ou un Aureliano pour ne pas être celui que vous croyez qu’il est.
    Pendant plus de cent ans va défiler, un peu comme sur les feuilles perforées du piano mécanique offert par le soupirant d’une des filles de la maison, le destin de la famille au milieu de l’histoire (très) agitée de la Colombie : ses guerres civiles, ses révolutionnaires, son église et ses bananeraies gérées par « les amerloks » (l’United Fruit Co n’est pas citée mais on la reconnait) dont le quartier « clôturé par un grillage électrifié » est comparé à « un gigantesque poulailler ».
    Les thèmes se succèdent et s’interpénètrent (comme les membres de la famille et du village) : l’isolement (plutôt que la solitude du titre), l’inceste qui va avec l’isolement, l’amour (plutôt physique au gré d’une nature très généreuse pour certains des mâles Buendia), la guerre et le désir de pouvoir qui s’abrite derrière les idéaux révolutionnaires.
    L’église (nous sommes en Amérique Latine) est elle aussi présente sans modération : l’un des arrières petits enfants sera, dès sa naissance, destiné par sa mère à devenir…pape ! Certains autres dont la naissance et la filiation incertaines pourraient poser problème sont déclarés trouvés dans un panier d’osier (le Nil n’est pas évoqué mais on ne peut s’empêcher d’y penser) ; une des filles disparait dans les cieux (à la manière de l’assomption de la Vierge Marie) et la pluie dure si longtemps (« il plut pendant quatre ans onze mois et deux jours ») qu’il est impossible de ne pas songer à un déluge biblique.
    Le choix d’un narrateur anonyme permet de débiter d’un ton détaché et tout à fait normal des événements qui ne le sont pas du tout. Ce décalage fait le sel extraordinaire de ce récit improbable.
    Les personnages reçoivent la visite des morts et les vivants choisissent le jour et l’heure de leur trépas. C’est très pratique car il est ainsi possible de remettre au futur mort les courriers des vivants à destination des morts plus anciens… «vers trois heures, il y avait déjà une grande boite pleine de missives. Ceux qui préféraient ne pas écrire confièrent à Amaranta des messages oraux qu’elle consigna dans un cahier avec le nom du destinataire et sa date de décès…ne vous faîtes pas de soucis…la première chose que je fais en arrivant, c’est de demander à le voir pour lui remettre votre message».
    « Ursula dut fournir un gros effort pour respecter sa promesse de mourir quand il aurait cessé de pleuvoir »
    Le récit est truffé d’images parfois très poétiques, parfois très drôles :
    « Cette passion s’avérait si pressante, alors qu’ils s’apprêtaient à manger, (qu’) ils reposaient les couverts pour s’en aller dans leur chambre mourir de faim et d’amour »
    « Le père Nicanor était un vieil homme endurci par l’ingratitude de son ministère »
    « Ce grand escogriffe dont les vents faisaient se faner les fleurs »
    « Le colonel Aureliano Buendia fut à l’origine de trente-deux soulèvements armés et autant de fois vaincu. De dix-sept femmes différentes, il eût dix-sept enfants mâles. Il échappa à quatorze attentats, à soixante-trois embuscades et à un peloton d’exécution. Il survécut à une dose massive de strychnine…qui eût suffi à tuer un cheval…mais jamais il ne permit qu’on le prenne en photo »
    « Aux femmes qui l’assiégèrent de leur convoitise,…il proposa de se mettre en loterie à dix pesos le numéro… et lorsqu’il ne resta plus que deux papiers au fond du chapeau, on put établir de qui il s’agissait _ Cinq pesos de plus pour chacune, proposa José Arcadio, et je me partage entre vous deux »
    « La guerre, reléguée au grenier des mauvais souvenirs trouva un éphémère rappel dans l’éclatement des bouchons de champagne ».
    Ces quelques citations ne sont qu’un infime échantillon de ce qu’on trouve dans cette (très) extraordinaire saga de la famille « Bonjour » qui se termine, bien entendu, en «queue de cochon ».

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 150 Pages et je ne dis pas que c'est mal écrit, au contraire, quelle belle littérature mais pour l'histoire entre la narration de l'histoire de la famille Buendia, qui fondèrent un village de Macondo qui oscille entre réel, magie et surnaturel, les personnages qui portent, presque les même...
    Voir plus

    150 Pages et je ne dis pas que c'est mal écrit, au contraire, quelle belle littérature mais pour l'histoire entre la narration de l'histoire de la famille Buendia, qui fondèrent un village de Macondo qui oscille entre réel, magie et surnaturel, les personnages qui portent, presque les même prénoms, je ne me suis pas laissée embarquer. Pourtant je l'avais repéré dans la liste des 100 livres à lire avant de mourir et bien pour moi il y aura un manque..... J'en ai d'autres sur ma liste et j'espère que pour les autres je ne serais pas déçue et aussi enthousiaste que les autres .....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • José Arcadio Buendia et son épouse fuient leur ville natale après un drame et fondent Macondo, petit village totalement isolé en Amérique du Sud. Le roman raconte cent ans de cette famille.

    Depuis des années, je croise régulièrement ce roman et l’entends qualifié de chef d’oeuvre sans pour...
    Voir plus

    José Arcadio Buendia et son épouse fuient leur ville natale après un drame et fondent Macondo, petit village totalement isolé en Amérique du Sud. Le roman raconte cent ans de cette famille.

    Depuis des années, je croise régulièrement ce roman et l’entends qualifié de chef d’oeuvre sans pour autant avoir envie de le lire. J’avais le pressentiment qu’il n’était pas fait pour moi.

    Et puis un jour, alors que je faisais le plein de livres chez le libraire, je découvrais que j’avais droit à un cadeau pour récompenser ma fidélité. J’étais pressée. Hors de question de parcourir à nouveau les rayons pour trouver mon bonheur. En me retournant, mes yeux se posent sur « Cent ans de solitude ». Je l’ai interprété comme un signe et mis dans mon panier avec les autres.

    Et pourtant, mon sixième sens ne m’avait pas trompée. Ce roman et moi, on n’était pas destinés l’un à l’autre.

    Sa lecture m’a pris un temps infini et, à part quelques passages conviant les gitans que j’ai beaucoup aimés, le plaisir n’était pas au rendez-vous. Sentiment d’autant plus frustrant que j’étais partie pour lire un chef-d’oeuvre…

    Mon goût est apparemment bien loin d’être certain en matière de littérature. J’ai beaucoup pensé à « L’ombre du vent » de Carlos Ruiz Zàfon pendant ma lecture sur lequel j’avais peiné il y a plusieurs années après en avoir entendu les louanges partout.

    Je vais mettre de côté les auteurs hispaniques pendant quelques temps et me consacrer à mon immense pile de romans français qui me tendent les bras.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je suis entrain de le relire. J'en avais gardé un grand souvenir.
    Il faut choisir son moment pour le lire, là je dois dire que je ne sais plus très bien ou j'en suis dans la lignée des Buendia... mais est-ce que ça à de l'importance ? Ce qui me frappe, c'est
    l'écriture... riche, foisonnante,...
    Voir plus

    Je suis entrain de le relire. J'en avais gardé un grand souvenir.
    Il faut choisir son moment pour le lire, là je dois dire que je ne sais plus très bien ou j'en suis dans la lignée des Buendia... mais est-ce que ça à de l'importance ? Ce qui me frappe, c'est
    l'écriture... riche, foisonnante, réaliste et miraculeuse ?
    Inoubliable...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum de discussion

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com