Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Celle qui fut moi

Couverture du livre « Celle qui fut moi » de Frederique Deghelt aux éditions L'observatoire
Résumé:

Sophia L est une star, une vraie - adulée et enviée par le monde entier. Mais alors qu'elle s'extrait à peine d'un divorce difficile, que sa fille prend en âge et en indépendance et que sa mère, malade d'Alzheimer, est envoyée à l'hôpital, Sophia a le sentiment de perdre pied. D'autant plus que... Voir plus

Sophia L est une star, une vraie - adulée et enviée par le monde entier. Mais alors qu'elle s'extrait à peine d'un divorce difficile, que sa fille prend en âge et en indépendance et que sa mère, malade d'Alzheimer, est envoyée à l'hôpital, Sophia a le sentiment de perdre pied. D'autant plus que la vieille dame, qu'elle visite tous les jours à la clinique, ne cesse de lui parler de l'autre... son autre mère. L'enquête qu'elle mène auprès de sa famille lui confirme que, enfant, la petite Sophia n'avait de cesse de parler de sa première mère, celle qui la gâtait de mangues et lui chantait des berceuses créoles. Lorsque des flashs de ce qui ressemble à une ancienne vie viennent zébrer ses nuits, Sophia prend la décision de partir à la poursuite de cette alter-ego du passé - à la recherche de sa vie antérieure. Du Brésil à la Martinique, Sophia L sera rejointe dans sa quête par un capoeiriste engagé, un guitariste séducteur et sa petite amie bel--liqueuse, ou encore un Japonais spécialiste de l'art du Kintsugi lui-même en plein désarroi identitaire. Il lui faudra affronter une tempête tropicale, -traverser une jungle et une transe spirituelle ou encore faire fi des menaces et mauvais sorts pour dissiper la brume des secrets entourant celle qu'elle fut... Frédérique Deghelt se fait la plume fidèle de la mystérieuse Sophia?L et convoque un décor de conte au travers d'une initiation mystique et colorée. Un voyage jubilatoire.

Donner votre avis

Avis (1)

  • Frédérique Deghelt se fait, l’espace de ce récit, la porte-parole, la prête-plume de Sophia L, actrice célèbre confrontée à la fois à la fin de son mariage et à un divorce compliqué, à l’Alzheimer de sa mère et aux envies d’indépendance de sa fille. C’est d’ailleurs la maladie de sa mère et ses...
    Voir plus

    Frédérique Deghelt se fait, l’espace de ce récit, la porte-parole, la prête-plume de Sophia L, actrice célèbre confrontée à la fois à la fin de son mariage et à un divorce compliqué, à l’Alzheimer de sa mère et aux envies d’indépendance de sa fille. C’est d’ailleurs la maladie de sa mère et ses propos qui semblent étranges qui vont mettre Sophia L en quête de son identité. Car il semble que petite fille, Sophia ne cessait d’évoquer sa première mère et une vie qu’elle n’avait pourtant, apparemment, pas vécue. Imagination enfantine ou souvenirs d’une vie antérieure ? Sophia L va partir sur ses propres traces, du Brésil à La Martinique.

    Depuis ma première lecture de Frédérique Deghelt (La grand-mère de Jade), je sais que cette auteure à une véritable capacité à entrainer son lecteur sur des fausses pistes et des faux-semblants qui s’achèvent par une conclusion souvent surprenante.

    C’est encore le cas ici avec cette quête identitaire d’une femme qui, si elle est connue du monde entier, semble elle-même ignorer sa véritable identité et ce que lui racontent les souvenirs qui remontent à la surface progressivement.

    Qu’on croit soi-même aux vies antérieures, à la réincarnation, aux réminiscences d’un passé vécu dans une autre époque, on se laissera envoûter par ce texte et pas la quête de Sophia L. Sa rencontre avec Seiji, lui-même écartelé entre sa double origine japonaise et antillaise et à la recherche de sa mère, renforce cette thématique d’une quête d’identité qui permet de se sentir complet en comprenant d’où l’on vient.

    Un fil rouge qui trouve par ailleurs une belle et poétique illustration à travers l’art japonais du Kintsugi qu’exerce Seiji. L’art de la résilience par excellence puisqu’il consiste à réparer des objets cassés en soulignant les brisures avec de l’or. Une technique qui rend l’objet encore plus beau et plus précieux. Et un parallèle évident entre cet art et le besoin de comprendre ce que l’on est et d’où l’on vient pour retrouver son unité et son équilibre en enrichissant sa personnalité de ses expériences passées.

    Et je ne peux conclure sans parler de cette sublime couverture, illustrée par Harshad Marathe, un voyage à elle seule !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.