Ce que le jour doit à la nuit t.1

Couverture du livre « Ce que le jour doit à la nuit t.1 » de Yasmina Khadra aux éditions Editions De La Loupe
Résumé:

« Oran retenait son souffle en ce printemps 1962. La guerre engageait ses dernières folies. Je cherchais Émilie. J'avais peur pour elle. J'avais besoin d'elle. Je l'aimais et je revenais le lui prouver. Je me sentais en mesure de braver les ouragans, les tonnerres, l'ensemble des anathèmes et... Voir plus

« Oran retenait son souffle en ce printemps 1962. La guerre engageait ses dernières folies. Je cherchais Émilie. J'avais peur pour elle. J'avais besoin d'elle. Je l'aimais et je revenais le lui prouver. Je me sentais en mesure de braver les ouragans, les tonnerres, l'ensemble des anathèmes et les misères du monde entier. » Yasmina Khadra livre ici un grand roman de l'Algérie coloniale (entre 1936 et 1962), une Algérie torrentielle, passionnée et douloureuse, et éclaire d'un nouveau jour la dislocation de deux communautés amoureuses d'un même pays.

Salué dans le monde entier comme un écrivain majeur, Yasmina Khadra est traduit dans trente quatre pays. L'Attentat est en cours d'adaptation à Hollywood, et Les Hirondelles de Kaboul sera porté prochainement à l'écran par le cinéma français.

Donner votre avis

Avis(12)

  • Qu’est-ce qui détermine la vie d’un homme ? Sa condition sociale, ses origines, ses antécédents culturels, son enfance ? Sans céder jamais à un schématisme facile, Yasmina Khadra nous invite dans ce roman à une double traversée : celle du destin de Younes Mahieddine, jeune algérien vivant dans...
    Voir plus

    Qu’est-ce qui détermine la vie d’un homme ? Sa condition sociale, ses origines, ses antécédents culturels, son enfance ? Sans céder jamais à un schématisme facile, Yasmina Khadra nous invite dans ce roman à une double traversée : celle du destin de Younes Mahieddine, jeune algérien vivant dans un village, misérable, nommé Jenane Jato, dans les années trente, et celui de son pays : l’Algérie.
    Ce personnage , dont la maison familiale a brûlé , et dont le père s’éloigne de sa famille pour des raisons tant matérielles que morales , est confié à son oncle , un musulman éclairé , progressiste vivant avec une européenne, Germaine , gérante d’une pharmacie à Rio Salado, dans les environs d’Oran . Après avoir découvert la misère dans son village d’origine, l’analphabétisme, la discrimination sociale, toujours présente en filigrane dans le roman, il se frotte au milieu des colons européens ; y découvre l’amitié de certains personnages, André, Fabrice, Jean-Christophe, tous épris du désir de vivre follement leurs jeunesses et de profiter de la vie, malgré les nuages qui s’amoncellent sur l’Algérie coloniale.
    Ainsi, capte-t-il les échos de réunions secrètes tenues dans la maison de son oncle ; un soir, il reconnaît Messali Hadj, le fondateur du nationalisme algérien : « Un soir, qui ne ressemblait pas aux précédents, mon oncle m’autorisa à rejoindre ses invités dans le salon. Il me présenta à eux avec fierté. (….) Une seule personne se permettait de discourir .Ce ne fut que beaucoup plus tard, en parcourant un magazine politique, que je pus mettre un nom sur son visage. »
    Il tombe amoureux d’une jeune fille, Emilie, qui lui restera inaccessible, et à laquelle il avouera la nature de ses sentiments bien trop tard, lorsque cette dernière aura épousé l’un des ses amis, européen.
    Le dualisme de prénom accordé par l’auteur au personnage principal, alternativement surnommé Younes ou Jonas rappelle sans cesse cette impossibilité d’une égalité véritable entre européens et indigènes. Younes alias Jonas est déchiré par cette double appartenance, générée par ses origines et ses fréquentations européennes : « Comment avais-je pu me passer régulièrement de cette partie de moi-même ? Avais-je été toléré, intégré, apprivoisé ? Qui avais-je été à Rio ? Jonas ou Younes ? »

    Par le poids grandissant des événements , de la guerre insurrectionnelle qui débute en 1954, puis gagne le village de Rio Salado , à l’occasion d’une première visite nocturne de fellaghas dirigés par Jelloul, un ancien camarade de village, dans le local de la pharmacie de Germaine , la vie de Younes est de plus en plus impactée par les « événements d’Algérie », ainsi nommés à l’époque .Les amitiés avec ses relations européennes se distendent, la mort de son oncle, avocat d’une fraternité jamais advenue ,vient rappeler à Younes que son pays est voué à une transformation inéluctable : la fin d’un monde , monde auquel il était relié par ces souvenirs de camaraderie, d’amours inaboutis , de désirs inassouvis vis-à-vis d’Emilie , amour d’enfance inoubliable pour lui
    Ce que le jour doit à la nuit n’est pas un roman historique, ni un roman d’amour .Il établit une magnifique confluence entre les deux genres et donne à tous ces personnages une touche de vérité et d’humanité qui éveille toujours l’intérêt pour leurs destinées respectives. Un grand roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • ce roman me permet de découvrir cet auteur algérien qui a une écriture exceptionnelle, très riche et imagée. J'ai choisi ce livre au hasard certainement attirée par la couverture, c'est une révélation.
    Ce livre est très prenant , je vous le conseille vivement pour découvrir la vie de cet homme...
    Voir plus

    ce roman me permet de découvrir cet auteur algérien qui a une écriture exceptionnelle, très riche et imagée. J'ai choisi ce livre au hasard certainement attirée par la couverture, c'est une révélation.
    Ce livre est très prenant , je vous le conseille vivement pour découvrir la vie de cet homme et un passage de l'histoire algérienne

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • saga au coeur de l'algérie des années 30 à nos jours, ou l'histoire d'un jeune homme qui regarde sa vie passer à côté de lui...magnifique

    saga au coeur de l'algérie des années 30 à nos jours, ou l'histoire d'un jeune homme qui regarde sa vie passer à côté de lui...magnifique

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comme pour chaque parution de cet auteur, à la sensibilité très féminine, mais qui, malgré le prénom qu'il s'est choisi pour son personnage public, est incontestablement un homme, je reste en admiration face à son style si pur et à sa langue si belle et si chargée d'émotion vibrante.
    Il nous...
    Voir plus

    Comme pour chaque parution de cet auteur, à la sensibilité très féminine, mais qui, malgré le prénom qu'il s'est choisi pour son personnage public, est incontestablement un homme, je reste en admiration face à son style si pur et à sa langue si belle et si chargée d'émotion vibrante.
    Il nous offre, ici, l'histoire de Younes-Jonas se trouvant à l'intersection de deux mondes, celui des colons et des autochtones dont chacun éprouve un amour immodéré pour cette terre d'Algérie.
    A travers son personnage qui ne parvient pas à faire de choix définitif, l'auteur nous retrace l'histoire de la décolonisation de son pays qui s'est fait dans la douleur et l'incompréhension de chacun.
    Magnifique roman qui aurait mérité plus d'un prix en 2008 !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Très beau livre. Les descriptions sont magnifiques, les personnages sont attachants et liés par des sentiments très forts. Du bonheur du début à la fin.
    Voir plus

    Très beau livre. Les descriptions sont magnifiques, les personnages sont attachants et liés par des sentiments très forts. Du bonheur du début à la fin.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est un livre très bien écrit. Il est difficile de nous en séparer. Un livre qui à sa façon parle déjà d'intégration. Excellent

    C'est un livre très bien écrit. Il est difficile de nous en séparer. Un livre qui à sa façon parle déjà d'intégration. Excellent

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un auteur absolument fantastique... Après avoir dévoré "Attentat", je me régale avec "Ce que le jour doit à la nuit". Ce qui me séduit le plus dans son écriture, c'est son incroyable et inépuisable vocabulaire de description et sa parfaite maitrise du poids de chacun des mots qu'il utilise......
    Voir plus

    Un auteur absolument fantastique... Après avoir dévoré "Attentat", je me régale avec "Ce que le jour doit à la nuit". Ce qui me séduit le plus dans son écriture, c'est son incroyable et inépuisable vocabulaire de description et sa parfaite maitrise du poids de chacun des mots qu'il utilise... Complètement fan...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dans l’Algérie coloniale puis en guerre de libération, une belle histoire d’amour, d’amitié, d’identité. Younes-Jonas est celui qui n’a su (voulu ?) prendre son destin en main, assumer sa liberté « de braver les ouragans, les tonnerres, l’ensemble des anathèmes et les misères du monde entier....
    Voir plus

    Dans l’Algérie coloniale puis en guerre de libération, une belle histoire d’amour, d’amitié, d’identité. Younes-Jonas est celui qui n’a su (voulu ?) prendre son destin en main, assumer sa liberté « de braver les ouragans, les tonnerres, l’ensemble des anathèmes et les misères du monde entier. »Emporté par les soubresauts d’une Algérie déchirée, éternel velléitaire ,il renonce à la femme qu’il aime et passe ainsi à côté de sa vie .L’être humain est toujours trop petit pour oser vivre ses rêves.
    Y.Khadra excelle dans l’art de raconter : un tableau saisissant d’une période douloureuse de l’histoire de l’Algérie, des personnages bouleversants, une intrigue qui vous tient en haleine jusqu’à la dernière page. Pourtant,quand j’ai refermé ce livre,un rien de nostalgie m’a poursuivie un moment ,l’impression d’un gâchis insupportable,non pas Mozart mais une vie assassinée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Forum

Afficher plus de discussions