Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Ce genre de petites choses

Couverture du livre « Ce genre de petites choses » de Claire Keegan aux éditions Sabine Wespieser
Résumé:

Près de dix ans se sont écoulés depuis la parution du dernier livre de Claire Keegan, pendant lesquels elle a animé des ateliers de creative writing dans le monde entier. À ses étudiants, elle enseigne avec constance que l'écriture est affaire de suggestion, jamais d'explication, et qu'un auteur... Voir plus

Près de dix ans se sont écoulés depuis la parution du dernier livre de Claire Keegan, pendant lesquels elle a animé des ateliers de creative writing dans le monde entier. À ses étudiants, elle enseigne avec constance que l'écriture est affaire de suggestion, jamais d'explication, et qu'un auteur accompli se doit de maîtriser sa phrase et sa structure, mais aussi le moindre de ses paragraphes.
Ce genre de petites choses, son nouveau récit, est une éblouissante mise en pratique de ces préceptes. Dans une petite ville de l'Irlande rurale, Bill Furlong, le marchand de bois et charbon, s'active à honorer ses commandes de fin d'année. Aujourd'hui à la tête d'une petite entreprise et père de famille, il a tracé seul son chemin : accueilli dans la maison où sa mère, enceinte à quinze ans, était domestique, il a eu plus de chance que d'autres enfants.
En cette veille de Noël, il va déposer sa livraison au couvent où les soeurs du Bon Pasteur - sous prétexte de les éduquer - exploitent à des travaux de blanchisserie des « filles de mauvaise vie ».
Ce qui se joue alors dans le coeur simple de cet homme, Claire Keegan va le laisser apparaître avec une intensité et une finesse qui donnent tout son prix à la limpide beauté de ce récit, aussi énigmatique et bouleversant que l'était Les Trois Lumières.

Donner votre avis

Avis (14)

  • Ce livre au récit court est comme un conte de Noël... L'écriture à la légèreté d'une plume nous emporte et nous habite de belles émotions...On s 'attend à rencontrer au détour d'une page, la petite fille aux allumettes en version moins tragique...Une histoire qui nous transporte doucement et...
    Voir plus

    Ce livre au récit court est comme un conte de Noël... L'écriture à la légèreté d'une plume nous emporte et nous habite de belles émotions...On s 'attend à rencontrer au détour d'une page, la petite fille aux allumettes en version moins tragique...Une histoire qui nous transporte doucement et nous offre la générosité spontanée ...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nous sommes en 1985, à l’approche de Noël dans le sud de l’Irlande. Bill Furlong, orphelin de père, est un mari et un père attentionné et tendre qui travaille dur et ne passe pas tout son temps au bistrot comme beaucoup d’autres. C’est aussi un patron bon et juste, considéré comme tel tant par...
    Voir plus

    Nous sommes en 1985, à l’approche de Noël dans le sud de l’Irlande. Bill Furlong, orphelin de père, est un mari et un père attentionné et tendre qui travaille dur et ne passe pas tout son temps au bistrot comme beaucoup d’autres. C’est aussi un patron bon et juste, considéré comme tel tant par ses employés que par ses clients. Il se presse pour livrer le bois et charbon à ses clients avant le 24 au soir. Il travaille dur, mais prend soin de chacun malgré la pression, les températures hivernales ou les conditions économiques. Lors d’une de ses livraisons au couvent, il va découvrir ce qui deviendra un scandale national (mis en images dans le très beau film « The Magdalene Sisters »).
    L’autrice nous livre un roman à l’écriture délicate et sobre, faisant l’économie de mots, comme d’autres celui du charbon, sans que cela ne nuise en rien à l’intérêt littéraire, faisant au contraire ressortir l’humanité de cet homme qui va oser dénoncer ce que tout le monde lui conseille de taire.
    Encore un livre autour de Noël plein d’humanité et d’espoir à lire ou à offrir absolument.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C'est un souffle léger, trois fois rien, un effleurement. Un texte à la beauté aérienne, porté par la plume fine et précise de Claire Keegan. Celle de L'Antarctique, Les trois lumières et A travers les champs bleus. Je le dis souvent, je le répète, la simplicité est ce qu'il y a de plus...
    Voir plus

    C'est un souffle léger, trois fois rien, un effleurement. Un texte à la beauté aérienne, porté par la plume fine et précise de Claire Keegan. Celle de L'Antarctique, Les trois lumières et A travers les champs bleus. Je le dis souvent, je le répète, la simplicité est ce qu'il y a de plus difficile à obtenir dans l'écriture. Trop et c'est le vide, pas assez et c'est la pesanteur. Un équilibre précaire, donc. Sur un fil. Là où chaque mot est pesé, chaque silence aussi. Tout est dans la retenue, l'espace laissé au lecteur finement guidé mais invité à ressentir. Ce genre de petites choses, c'est trois fois rien et c'est l'essence même de la vie.

    Nous sommes en Irlande, au milieu des années 1980. Une petite ville, la crise économique, un hiver blanc et froid qui donne à l'entreprise de Bill Furlong, fournisseur de bois et de charbon un surcroit d'activité. Lui dont la famille (5 filles !) est à l'abri du besoin mesure au quotidien la détresse et la pauvreté qui l'entourent. Un homme sensible, attentif aux autres. C'est cette empathie qui le fait s'arrêter un peu plus que prévu dans le couvent voisin où, venu livrer sa cargaison il découvre des jeunes filles en haillons et vraisemblablement malnutries. Dans la ville, il se murmure depuis longtemps que les sœurs exploitent à l'abri de leurs murs des filles placées ici suite à un accident de la vie, souvent des filles-mères. Mais personne ne veut s'en mêler ni se mettre à dos la Mère supérieure par crainte de répercussions. Furlong sait qu'il a eu de la chance, né sans père mais accueilli avec sa mère dans la maison où elle était domestique. Chez lui, c'est le cœur qui va parler.

    Trois fois rien. Un conte de noël qui semble passer dans un souffle blanc. Et pourtant. Dans ces pages, il y a ce que l'on retrouve à chaque étape d'une vie, à chaque carrefour de l'Histoire, quelles que soient les circonstances, petits ennuis ou drame national. Il y a la solitude face à sa conscience. Le regard porté sur l'autre, la compassion bien sûr. Et le courage. Celui d'aller contre le mal et d’œuvrer en phase avec ses sentiments et ses convictions. Il y a ceux qui ferment les yeux et ceux qui disent non. Ce n'est que ça. C'est tout simple. Et c'est pourtant l'essence de toute dramaturgie. C'est ce que fait passer Claire Keegan dans ce texte à la beauté gracile et à la portée universelle.

    "Bientôt, il se ressaisit et conclut que rien ne se reproduisait jamais ; à chacun étaient donnés des jours et des occasions qui ne se présenteraient pas une seconde fois. Et n'était-ce pas doux d'être là où on était et, par exception, de laisser l'atmosphère vous ramener dans le passé, malgré le bouleversement, au lieu de toujours examiner la mécanique des journées et les difficultés futures, qui n'apparaîtraient peut-être jamais".

    (chronique publiée sur mon blog : motspourmots.fr)

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La veille de Noël, dans cette petite ville de l’Irlande rurale, Bill Furlong doit livrer du bois au couvent. Des rumeurs courent sur ce couvent blanchisserie au sein duquel des jeunes filles seraient enfermées de force pour leur immoralité.

    Claire Keegan crée une atmosphère de conte de Noël :...
    Voir plus

    La veille de Noël, dans cette petite ville de l’Irlande rurale, Bill Furlong doit livrer du bois au couvent. Des rumeurs courent sur ce couvent blanchisserie au sein duquel des jeunes filles seraient enfermées de force pour leur immoralité.

    Claire Keegan crée une atmosphère de conte de Noël : tout est blanc, les bûches brûlent dans les cheminées, les sapins ont revêtu leurs habits de fêtes, les retardataires se pressent dans les magasins à la recherche des derniers cadeaux.

    Sous cette apparente légère, Claire Keegan, avec subtilité et délicatesse, aborde un passé douloureux de l’Irlande. Beaucoup de femmes ont été cachées, incarcérées et forcées à travailler dans ces blanchisseries. Nombreuses ont perdu leur bébé, ou ce dernier leur a été arraché pour être « vendu ». La dernière blanchisserie a été fermée en 1996.

    Lorsque Bill Furlong, cet homme ordinaire au père inconnu, dont la mère aurait pu connaître le sort de ces filles, se trouve nez à nez avec une de ses jeunes femmes, que doit-il faire ? Fermer les yeux ou écouter son cœur et venir à son aide ?

    Ce court roman est une petite littéraire, qui ne vous laissera pas indifférent. Attention, coup de cœur en vue !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Claire Keegan met ici en scène un homme qui écoute son cœur et sa conscience, envers et contre tout. Et surtout contre tous.
    Ce genre de petites choses est un court roman dont la lecture gonfle le cœur.

    Claire Keegan met ici en scène un homme qui écoute son cœur et sa conscience, envers et contre tout. Et surtout contre tous.
    Ce genre de petites choses est un court roman dont la lecture gonfle le cœur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'attendais depuis si longtemps de lire un nouveau texte de l'écrivaine irlandaise Claire-Keegan !

    C'est merveilleusement fait avec "Ce-genre-de-petites-choses" traduit par Jacqueline Odin qui illumine cette fin d'année 2020.

    Claire-Keegan n'écrit pas, elle peint des couleurs, esquisse...
    Voir plus

    J'attendais depuis si longtemps de lire un nouveau texte de l'écrivaine irlandaise Claire-Keegan !

    C'est merveilleusement fait avec "Ce-genre-de-petites-choses" traduit par Jacqueline Odin qui illumine cette fin d'année 2020.

    Claire-Keegan n'écrit pas, elle peint des couleurs, esquisse des gestes invisibles à l'oeil nu , sonde l'âme avec intensité et profondeur.

    Ce récit est le tableau généreux d'une vie simple dont la grande délicatesse cache la puissance des émotions enfouies.

    Ses mots sont comme la lave en fusion d'un volcan qui force le regard vers la réalité cruelle et sordide des filles-mère contraintes au travail forcé dans les blanchisseries tenues par des religieuses.

    La saison et l'espoir nous rapprochent de ce récit sous forme de conte de Noël en estompant les lieux et l'époque.
    Le décor qui nous fait entrer à pas feutrés et lents jusqu'au dénouement final m'a enveloppée dans sa douce chaleur.

    J'étais ailleurs dans un autre endroit beaucoup plus proche et accessible qu'il n'y paraît, le coeur humain grâce à aux mots si cristallins de Claire Keegan.

    Son héro est Bill Furlong , un charbonnier que j'imagine en grand colosse supportant sans faillir tout le poids des sacs de charbon sur le dos.
    Pourtant, quelque chose en lui est prêt à se briser, à mourir même.

    Va-t-il rompre l'affreux dicton selon lequel chaque année la rivière Barrow prend 3 vies ?

    C'est un cadeau que je vous souhaite ardemment.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.