Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Ce genre de petites choses

Couverture du livre « Ce genre de petites choses » de Claire Keegan aux éditions Sabine Wespieser
Résumé:

Près de dix ans se sont écoulés depuis la parution du dernier livre de Claire Keegan, pendant lesquels elle a animé des ateliers de creative writing dans le monde entier. À ses étudiants, elle enseigne avec constance que l'écriture est affaire de suggestion, jamais d'explication, et qu'un auteur... Voir plus

Près de dix ans se sont écoulés depuis la parution du dernier livre de Claire Keegan, pendant lesquels elle a animé des ateliers de creative writing dans le monde entier. À ses étudiants, elle enseigne avec constance que l'écriture est affaire de suggestion, jamais d'explication, et qu'un auteur accompli se doit de maîtriser sa phrase et sa structure, mais aussi le moindre de ses paragraphes.
Ce genre de petites choses, son nouveau récit, est une éblouissante mise en pratique de ces préceptes. Dans une petite ville de l'Irlande rurale, Bill Furlong, le marchand de bois et charbon, s'active à honorer ses commandes de fin d'année. Aujourd'hui à la tête d'une petite entreprise et père de famille, il a tracé seul son chemin : accueilli dans la maison où sa mère, enceinte à quinze ans, était domestique, il a eu plus de chance que d'autres enfants.
En cette veille de Noël, il va déposer sa livraison au couvent où les soeurs du Bon Pasteur - sous prétexte de les éduquer - exploitent à des travaux de blanchisserie des « filles de mauvaise vie ».
Ce qui se joue alors dans le coeur simple de cet homme, Claire Keegan va le laisser apparaître avec une intensité et une finesse qui donnent tout son prix à la limpide beauté de ce récit, aussi énigmatique et bouleversant que l'était Les Trois Lumières.

Donner votre avis

Avis (13)

  • L’automne est arrivée, octobre est froid, les horloges reculées d’une heure. Bill Furlong, marchand de charbon et de bois, ne chôme pas. « Elle (la camionnette) est sur la route la journée entière, dit-il. Nous ne tarderons pas à rouler sur les jantes. » Bill est un brave homme, marié, père de...
    Voir plus

    L’automne est arrivée, octobre est froid, les horloges reculées d’une heure. Bill Furlong, marchand de charbon et de bois, ne chôme pas. « Elle (la camionnette) est sur la route la journée entière, dit-il. Nous ne tarderons pas à rouler sur les jantes. » Bill est un brave homme, marié, père de cinq filles. Ils bosse dur, est sobre, va à la messe, est bon père de famille et bon mari. Bill est l’enfant illégitime d’une domestique. Sa grande chance fut que la patronne a gardé sa mère, alors que dans l’Irlande catholique, on a plutôt tendance à les foutre à la porte. Elle s’est même occupé de Bill. Oui, il a eu de la chance tout comme sa mère.

    Bill ne s’en fait pas un étendard, non, il vit leur petite vie tranquille, jusqu’au jour où il livre chez les bonnes sœurs. Il sait ce que l’on dit au village. Les bonnes sœurs s’occupent de ces filles qui ont fauté et se retrouvent enceintes, bien fait pour elles !! Elles triment dans la blanchisserie tenue par les sœurs, telles des esclaves et leurs bébés sont soit morts, soit donnés ou vendus à des parents en mal d’enfants. Non pas des bonnes sœurs, mais de mauvaises personnes. Mais chut, on n’en parle pas, d’autant que cela fait vivre les commerces

    Il voit, comprend lorsqu’une gamine, cachée dans la cave à charbon veut qu’il l’emmène et retrouve son bébé.

    Ce petit livre (112 pages) est un condensé d’humanité. Les silences, les non-dits, les yeux fermés, les on sait, mais on ne peut rien faire, Bill Furlong les connaît par cœur. Il n’écoute que son cœur. pour nous offrir un joli conte de Noël.

    Comme dans un précédent roman « Les Trois lumières », Claire Keegan parle de ces enfants mal aimés, abandonnés. Dans ce livre, pas de grandiloquence, simplement la vie quotidienne. La grande battisse austère où vivent ces enfants sous la coupe des sœurs n’est presque qu’évoquée, ce qui donne encore plus de force à la fin du livre.

    J’ai aimé l’humanité de Bill dans la grisaille et le bien-pensant irlandais, j’apprécie qu’en si peu de pages, Claire Keegan soit capable de transposer l’atmosphère de cette période de la nativité.

    Je me tourne de plus en plus vers cette maison d’édition dont j’apprécie la ligne éditrice.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • 112 pages tournent autour de Bill Furlong.Si nous sommes en 1985,en Irlande,le lecteur découvre la vie passée de Bill qui ignore tout de son père mais s'est élevé petit à petit dans la société ...Le style,un tantinet désuet,font que l'on a l'impression d'être beaucoup plus dans les années...
    Voir plus

    112 pages tournent autour de Bill Furlong.Si nous sommes en 1985,en Irlande,le lecteur découvre la vie passée de Bill qui ignore tout de son père mais s'est élevé petit à petit dans la société ...Le style,un tantinet désuet,font que l'on a l'impression d'être beaucoup plus dans les années passées:comment en 1985,des religieuses,le curé peuvent se conduire de la sorte?Emotions garanties,un petit bijou...d'analyse sociétale. On se console en se disant que le récit se déroule en Irlande ????...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • ! Quelle délicatesse ! Et quelle force du récit en même temps !
    Bill Furlong est à la tête d’une entreprise de livraison de bois et charbon. Père de 5 filles, c’est homme bon, droit et courageux. Il fut l’enfant naturel d’une très jeune fille, alors au service d’une vieille dame qui a accepté...
    Voir plus

    ! Quelle délicatesse ! Et quelle force du récit en même temps !
    Bill Furlong est à la tête d’une entreprise de livraison de bois et charbon. Père de 5 filles, c’est homme bon, droit et courageux. Il fut l’enfant naturel d’une très jeune fille, alors au service d’une vieille dame qui a accepté l’arrivée de cet enfant. Il a vécu une enfance finalement protégée malgré son statut socialement et moralement difficile.
    Maintenant il mène sa vie avec rigueur et bienfaisance.
    Ses livraisons l’amènent au Couvent, jouxtant l’école des jeunes filles. Dans ce couvent, d’autres jeunes femmes assurent des travaux de blanchisserie, réputés dans toute la région. Mais de nombreux doutes planent quant à l’origine de ces femmes. Probablement des « filles mères », cachées là par leurs familles craignant l’opprobre et le déshonneur. Chacun s’obstine à ne pas savoir, à ne pas se mêler de ces choses qui ne les regardent pas.
    Mais Bill ne pourra pas le détourner, son regard, quand la veille de Noël, il découvre transie de froid une jeune fille enfermée dans le local à charbon du Couvent... et malgré les avertissements et les regards suspicieux, il ira au bout de ce à quoi il croit...
    Extraordinaire d’humanité sans exhibitionnisme, l’écriture fluide sert parfaitement ce destin...
    Un livre que je conseille vivement, et que je vais beaucoup prêter !!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Décembre 1985, dans la petite ville irlandaise de New Ross, Bill Furlong, la quarantaine, marchand de bois, de charbon et de tourbe fait ses dernières livraisons avant Noël. Sa mère, domestique, enceinte à 15 ans, abandonnée par le père que Bill ne connaîtra pas, ne se retrouve pas à la rue...
    Voir plus

    Décembre 1985, dans la petite ville irlandaise de New Ross, Bill Furlong, la quarantaine, marchand de bois, de charbon et de tourbe fait ses dernières livraisons avant Noël. Sa mère, domestique, enceinte à 15 ans, abandonnée par le père que Bill ne connaîtra pas, ne se retrouve pas à la rue grâce à la bonté de sa maîtresse, Mrs Wilson. Bill grandit entouré d'amour malgré la pauvreté et fonde une famille heureuse avec sa femme Eileen et leurs cinq filles. Mais Bill ressent un malaise face à la pauvreté qui l'entoure, malaise qui l'envahit lorsqu'à la faveur d'une livraison de charbon au couvent, il découvre les conditions terribles dans lesquelles vivent de jeunes filles-mères, exploitées par les sœurs dans la blanchisserie et privées de leur bébé qu'on leur arrache à la naissance pour les faire adopter moyennant finances. Bill se doit d'agir en accord avec ses convictions chrétiennes même s'il doit aller contre les règles, les non-dits et l'opposition de sa femme.
    Ce roman rentre en résonance avec le très beau film de Peter Mullan, "The Magdalene sisters" sorti en 2002 et avec un thriller, lu en octobre 2020, "Les enfants perdus de St Margaret" d'Emily Gunnis qui s'appuie de façon documentée sur cette page honteuse de l'histoire irlandaise qui a perduré jusqu'au XXème siècle.
    Ce roman, sorte de conte de Noël à l'atmosphère à la Dickens, irradie de la bonté de Bill Furlong et de ses interrogations morales à la veille de Noël, censé être une période de joie, de bonheur, d'échange; Furlong ressent un mal-être croissant face à sa vie empreinte d'un bonheur tranquille mais égoïste. L'aide qu'il apporte à la jeune fille-mère est comme un remerciement posthume adressé à Mrs Wilson qui a osé aller contre les règles de l'époque, à savoir chasser les filles-mères déshonorées. Elle lui permet de se réconcilier avec lui-même.
    L'écriture est simple, émouvante; elle sonde les émotions dans toute leur justesse; les descriptions sont magnifiques et on ne peut qu'être transporté dans la ville de New Ross et ses rues illuminées, ressentir le froid mordant, être réconforté par la chaleur et les bonnes odeurs qui se dégagent du foyer de la famille Furlong.
    Une bien belle découverte.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C'est un tout petit opuscule d'une centaine de pages que nous propose l'irlandaise Claire Keegan, quelques pages seulement, quelques journées de Bill Furlong un marchand de charbon, à l'approche de Noël 1985.
    La quarantaine bien sonnée, Bill est un travailleur honnête et consciencieux, un bon...
    Voir plus

    C'est un tout petit opuscule d'une centaine de pages que nous propose l'irlandaise Claire Keegan, quelques pages seulement, quelques journées de Bill Furlong un marchand de charbon, à l'approche de Noël 1985.
    La quarantaine bien sonnée, Bill est un travailleur honnête et consciencieux, un bon mari et un bon père de famille entouré d'une bonne épouse et de cinq filles bien élevées.
    Lui-même est né de père inconnu : sa mère avait été recueillie par une bonne dame du village. Toutes deux sont décédées aujourd'hui.
    À l'approche des fêtes, entre deux tournées de charbon et deux guirlandes lumineuses, Bill est gagné par un léger trouble, un peu de vague à l'âme.
    Lorsque sa tournée l'amène au couvent qui abrite une blanchisserie sur laquelle courent certaines rumeurs, c'est son passé oublié qui frappe de nouveau à la porte.

    [...] Cet endroit ne valait pas mieux qu'un foyer pour mères et bébés où des filles ordinaires, non mariées, entraient pour être cachées. [...] Leurs enfants illégitimes étaient ensuite adoptés à l'extérieur, vendus à des Américains fortunés.
    [...] Les gens disaient beaucoup de choses - et une bonne moitié de ces paroles n'étaient pas crédibles.

    La plume de Claire Keegan (visiblement fort bien traduite) se déguste comme un pudding de Noël : ces quelques pages nous font partager les préparatifs des fêtes dans la campagne irlandaise, ce genre de petites choses.
    L'auteure s'attache aux pas de son livreur de charbon et avec son conte de Noël nous guide dans les rues du village dominé par la silhouette du couvent.
    Et ce n'est que par petites touches discrètes, à peine esquissées, qu'elle convoque l'un des grands scandales de l'Histoire irlandaise catholique : les couvents et blanchisseries des sœurs Magdalene qui exploitèrent des dizaines de milliers de jeunes femmes et firent commerce et profit de leur travail et de leurs rejetons.
    Une terrible et sordide histoire qui ne vit vraiment le jour qu'en 1993.
    Le dernier couvent de la honte ne fermera qu'en 1996.
    Les excuses officielles n'arriveront qu'en 2013.
    Pour celles et ceux qui aiment les contes de Noël.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le même jour deux chroniques attiraient mon attention sur ce roman d'une autrice dont les écrits plutôt rares semblaient avoir marqué durablement ses lectrices.
    Je suis moi aussi tombée sous le charme.

    L'autrice nous transporte avec brio en Irlande au milieu des années 80. Dans une petite...
    Voir plus

    Le même jour deux chroniques attiraient mon attention sur ce roman d'une autrice dont les écrits plutôt rares semblaient avoir marqué durablement ses lectrices.
    Je suis moi aussi tombée sous le charme.

    L'autrice nous transporte avec brio en Irlande au milieu des années 80. Dans une petite ville déjà en proie au chômage et à la pauvreté, la rudesse de l'automne puis de l'hiver malmène les habitants. Il y a dans cette ville un couvent avec une de ces blanchisseries de Magdalen de sinistre mémoire où atterrissaient les filles mères que les "bonnes sœurs" exploitaient dans des conditions indignes. Dans la très catholique Irlande, la religion et ses représentants ont une forte emprise sur la population et personne ne tient à vérifier la véracité des rumeurs sur la blanchisserie. Un homme va oser se dresser contre l'indifférence et l'hypocrisie.

    ["Si l'on veut avancer dans la vie, il y a des choses qu'il faut ignorer pour pouvoir continuer." lui dira la femme de Bill]

    L'autrice d'une plume lumineuse et sobre installe une atmosphère immersive, elle nous transporte littéralement au cœur de cette petite ville, nous fait ressentir le froid, la neige, les appréhensions des gens, le poids des conventions, l'emprise de l'église. Elle brosse à petites touches délicates le portrait de son héros Bill Furlong, le marchand de bois et de charbon, un homme simple, ordinaire. Un cœur pur.

    Bien sûr le geste de Bill prend une résonance particulière parce que c'est Noël mais il n'en serait pas moins beau à n'importe quel moment de l'année. Parce que la compassion, la main tendue, la bienveillance d'un homme qui n'écoute que son cœur et qui se sent si heureux de l'avoir fait, c'est de l' humanité pure. Bill se sent redevable de ce qu'il a reçu et il veut pouvoir continuer à se dire chrétien et se regarder en face dans le miroir...

    C'est court, intense et magnifique.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce court roman de Claire Keegan n'est pas sans rappeler les contes de Noël de Charles Dickens. Mais Bill Furlong est bien plus attachant que Scrooge ("Un chant de Noël") parce qu'il est plus proche de nous, moins caricatural sans doute. Comme lui, nous sommes parfois amenés à lutter contre la...
    Voir plus

    Ce court roman de Claire Keegan n'est pas sans rappeler les contes de Noël de Charles Dickens. Mais Bill Furlong est bien plus attachant que Scrooge ("Un chant de Noël") parce qu'il est plus proche de nous, moins caricatural sans doute. Comme lui, nous sommes parfois amenés à lutter contre la part ordinaire de nous-même, à faire avec courage et détermination, "ce genre de petites choses" qui nous mettent la joie au coeur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce livre au récit court est comme un conte de Noël... L'écriture à la légèreté d'une plume nous emporte et nous habite de belles émotions...On s 'attend à rencontrer au détour d'une page, la petite fille aux allumettes en version moins tragique...Une histoire qui nous transporte doucement et...
    Voir plus

    Ce livre au récit court est comme un conte de Noël... L'écriture à la légèreté d'une plume nous emporte et nous habite de belles émotions...On s 'attend à rencontrer au détour d'une page, la petite fille aux allumettes en version moins tragique...Une histoire qui nous transporte doucement et nous offre la générosité spontanée ...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.