Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Carnets d'Orient ; 3e cycle ; suites algeriennes t.1 : 1962-2019

Couverture du livre « Carnets d'Orient ; 3e cycle ; suites algeriennes t.1 : 1962-2019 » de Jacques Ferrandez aux éditions Casterman
  • Date de parution :
  • Editeur : Casterman
  • EAN : 9782203202962
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

L'Histoire secrète de l'Algérie, de l'indépendance à aujourd'hui.
1990. Un présentateur télé français, un peu sur la touche, veut relancer sa carrière en retournant sur le terrain faire du grand reportage d'investigation.
Il choisit l'Algérie d'où sa famille est issue (il est le fils d'Octave... Voir plus

L'Histoire secrète de l'Algérie, de l'indépendance à aujourd'hui.
1990. Un présentateur télé français, un peu sur la touche, veut relancer sa carrière en retournant sur le terrain faire du grand reportage d'investigation.
Il choisit l'Algérie d'où sa famille est issue (il est le fils d'Octave et Samia, les héros du 2e cycle des Carnets d'Orient). Là-bas, les élections sont menacées par la montée en force des islamistes. Il va vite découvrir que le pays est au bord de la guerre civile et que le passé y a la vie dure !
Ce troisième cycle de la série fleuve de Ferrandez sur l'Algérie, abordera les difficultés rencontrées depuis l'indépendance en 1962, de la victoire confisquée par le FLN aux années de plomb de la guerre civile et jusqu'à la révolte populaire de 2019.

Donner votre avis

Lire un extrait offert de Carnets d'Orient ; 3e cycle ; suites algeriennes t.1 : 1962-2019

En cliquant sur le bouton ci-dessous, découvrez immédiatement et sans engagement un extrait offert par Izneo !

Avis (2)

  • L’illustrateur aquarelliste, le talentueux Jacques Ferrandez, continue à se promener avec ses carnets en donnant la parole aux gens rencontrés sur son chemin.

    Chacun va s’exprimer sur « son » Algérie.
    Malgré les blessures, Ferrandez n’émet aucun jugement. On ne fait que ressentir l’amour...
    Voir plus

    L’illustrateur aquarelliste, le talentueux Jacques Ferrandez, continue à se promener avec ses carnets en donnant la parole aux gens rencontrés sur son chemin.

    Chacun va s’exprimer sur « son » Algérie.
    Malgré les blessures, Ferrandez n’émet aucun jugement. On ne fait que ressentir l’amour qu’il porte à ce pays où il est né et d’où, lui et sa famille, furent chassés. Les récits familiaux sont une histoire commune ponctuée par les évènements passés sans faire l’impasse sur le présent.

    Les illustrations sont talentueuses mais surtout elles savent faire ressortir le climat du pays, l’ambiance au sein de la population, l’atmosphère sociale.

    J. Ferrandez fait participer Nour, une jeune femme féministe prise dans les rets d’un pays où le corps et l’esprit de la femme sont confisqués voire meurtris par les islamistes intégristes.

    On pouvait comprendre et se faire une joie de l’indépendance en 1962 qui aurait pu ouvrir sur un beau renouveau de liberté et de prospérité, débarrassé du joug des colons français pas toujours corrects vis-à-vis des Arabes, (Jacques Ferrandez explique ça très justement dans l’album malgré la nostalgie de ses souvenirs d’enfance), mais au lieu de cela, il semble que nous assistons à un immense gâchis. L’énergie bouillonnante du pays semble avoir été douchée par un système qui n’a pas tenu à nourrir l’élan de jeunesse vivifiant vers l’ouverture économique d’un pays moderne riche de plein emploi et a mouché tout espoir d’émancipation promise.

    L’album fait des aller et retours dans l’histoire sans chronologie et nous rappelle quelques moments marquants du FLN en 1962 aux manifs pacifiques de 2019 en passant par les émeutes de 88 et le soulèvement de 90 avec ses milliers de morts. C’est factuel et très bien rapporté sans lourdeurs.

    Dans la saga familiale rappelée dans l’album, Yanis-Paul fils de Samia et Octave, est journaliste né en France.
    Il va aller à Alger couvrir les évènements en rencontrant le général Bouzid, puis le président Mohammed Boudiaf et tomber amoureux de Nour empêtrée de Hakim qui, ce dernier avec ses amis de fac, tend à l’islamisme radical…

    De retour en France, Yanis-Paul découvrira des non-dits de sa propre famille à l’époque où elle était installée en Algérie. Alors qu’il déjeune avec son père, il va connaitre le choc d’une soudaine information télévisée …

    Et voici le jeune Yanis-Paul plongé dans la tourmente d’un tourbillon algérien emmêlant passé, actualité et histoire familiale.

    L’aventure est lancée… L’histoire continue !

    Reste à attendre le prochain album. Ça s’annonce chaud …. Je suis impatiente de connaitre la suite.

    Passionnant, riche d’informations et érudit, doté d’une narration certes éclatée mais très rythmée, l’album est magnifiquement illustré du bout du cœur.

    Monsieur Jacques Ferrandez commence à prendre beaucoup de place sur les étagères de mon petit chez moi. Full addict !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J’avoue avoir délaissé Jacques Ferrandez ces dernières années. C’est donc vierge de toute aventure orientale (les Carnets) que je me suis lancé dans ce tome 1 des Suites algériennes qui débute en 1962 au moment de l’indépendance. Alors évidemment il me manquait quelques références liées aux...
    Voir plus

    J’avoue avoir délaissé Jacques Ferrandez ces dernières années. C’est donc vierge de toute aventure orientale (les Carnets) que je me suis lancé dans ce tome 1 des Suites algériennes qui débute en 1962 au moment de l’indépendance. Alors évidemment il me manquait quelques références liées aux personnages mais ça ne m’a pas trop dérangé.
    Le propos est précis, factuel, historique… Ce n’est pas toujours facile à suivre (les dates, les noms…) mais c’est passionnant. La force de l’auteur et de cet album est de nous faire passer ces histoires, cette Histoire par des personnages denses, attachants, différents et impliqués à des degrés divers dans les évènements qui secouent l’Algérie.
    On ne s’ennuie pas une seconde, il n’y a pas de récit historique assommant, il n’y a, surtout, pas de jugement et on a accès à tous les points de vue.
    On croisera Yanis-Paul, journaliste, Nour son amoureuse, Noémie sa grand-mère mais aussi Mathilde, jeune communiste idéaliste et Bouzid, son compagnon, un des futurs généraux en vue quelques années plus tard. L’album se développe autour de 3 moments chronologiques distincts, les personnages faisant le lien entre eux.
    C’est profondément humain, intéressant, complexe bien sûr mais riche. A lire, sans aucun doute !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
    • Romain Ambrosini le 04/06/2021 à 18h50

      Chouette, je ne savais pas que Jacques Ferrandez avait repris ses chroniques sur l'histoire de l'Algérie. Je viens de lire ses adaptations autour de Camus, + Jean de Florette/Manon des sources. Plutôt agréable :).

      Les carnets d'Orient m'avaient beaucoup plu à leur sortie dans les années '90, même si ça date pas mal maintenant et que ma mémoire n'est plus très fraîche.

      Mon père à quitté l'Algérie avec ses parents dans les années '60, comme beaucoup d'autres pieds noirs. La période m'interesse de fait ! Je suis assez curieux de regarder cet album, je me le note pour ma prochaine sortie en librairie...

      thumb_up J'aime
    • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.