Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Carmen et Teo

Couverture du livre « Carmen et Teo » de Olivier Duhamel et Delphine Groues aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234088450
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Une femme et un homme, nés au mitan du XXe siècle au Chili. Elle, Carmen, fille de la bourgeoisie, vit à Santiago ; lui, Teo, a grandi dans les mines de salpêtre au nord du pays. Tout les oppose. Mais voilà que le Chili gronde. Les mouvements révolutionnaires des années soixante secouent les... Voir plus

Une femme et un homme, nés au mitan du XXe siècle au Chili. Elle, Carmen, fille de la bourgeoisie, vit à Santiago ; lui, Teo, a grandi dans les mines de salpêtre au nord du pays. Tout les oppose. Mais voilà que le Chili gronde. Les mouvements révolutionnaires des années soixante secouent les corps et les consciences. Après l'élection d'Allende et la ferveur de l'Unité populaire, viendra le coup d'État du 11 septembre 1973, et avec lui, la violence de la dictature. Pour Carmen et Teo, la vie rime avec engagement, lutte, épreuves et exil. En ligne de mire un ennemi : Pinochet. Et un espoir : la liberté.
Flamboyant, enlevé et virtuose, voici le roman vrai de deux héros qui n'ont jamais renoncé à leurs idéaux et continuent de nous inspirer aujourd'hui.

Donner votre avis

Avis (1)

  • La famille de Téo est originaire de l'Atacama, où l'on travaillait à extraire le salpêtre destiné à fertiliser les campagnes du monde entier mais qui tuaient ceux les travailleurs, jusqu'au jour où une explosion fait de terribles dégâts. La famille quitte alors la région pour la ville.
    « En...
    Voir plus

    La famille de Téo est originaire de l'Atacama, où l'on travaillait à extraire le salpêtre destiné à fertiliser les campagnes du monde entier mais qui tuaient ceux les travailleurs, jusqu'au jour où une explosion fait de terribles dégâts. La famille quitte alors la région pour la ville.
    « En cette année 1959, des centaines de familles partaient en errance, coeurs étreints par l'angoisse du lendemain. »
    Toute sa vie, Téo gardera dans le coeur ces Indiens Ayramas, vivant sur les hauts plateaux des Andes et cherchera à cultiver leur culture, leurs coutumes. Son père est un loser, alcoolique et violent, c'est la mère Atina qui fait tourner la maison. du fait de leur pauvreté, Téo se fera maltraiter à l'école.
    Carmen Castillo vient d'un milieu bourgeois ; elle a un caractère affirmé comme ses parents Fernando et Monica, car elle doit trouver sa place dans la famille. Son arrière-grand-père maternel était président du Sénat, et dirigeait un des principaux journaux politiques de l'époque, jusqu'à ce qu'un colonel prenne le pouvoir et le contraigne à l'exil.
    Deux milieux complètement différents, donc, mais un engagement politique quasi identique. Carmen est proche de Beatriz Allende, fille aînée de Salvador Allende, admiratrice de Guevara et du régime castriste.
    On va assister à la lutte de chacun pour que Salvador Allende arrive au pouvoir, certains plus violents que les autres adhèrent aux méthodes controversées du MIR le Mouvement de la Gauche Révolutionnaire.
    Mais, pour la CIA et Nixon en tête, il est inenvisageable qu'un autre pays d'Amérique du Sud devienne « communiste », pour eux, le mot socialisme signifie communisme, oeil de Moscou etc… qu'à cela ne tienne, Nixon va dépenser des milliards de dollars pour finance la campagne de candidat de la droite dure, Eduardo Frei, allant jusqu'à envoyer des armes…
    En effet Salvador Allende, contrairement aux sondages de la CIA a fini par être élu, dans la liesse populaire et tenter de redistribuer les richesses détenues par les familles catholiques : augmentation des salaires, nationalisations… Mais, l'inflation galopante se profile, les denrées alimentaires se font rares, le général qui était un peu trop « favorable » au président finit par démissionner et l'armée fait appel à « un général discret et obéissant » : Augusto Pinochet pensant qu'il était facilement manipulable (comme un certain KGB fit plus tard appel à Vladimir Poutine, le pensant suffisamment peu futé pour être manipulable !!!
    On assiste à un soulèvement de l'armée, télécommandé par Nixon et ses sbires, Salvador Allende refusant de quitter le palais présidentiel va se suicider sur place enregistrant un message d'adieu très fort et émouvant, et la dictature de Pinochet se met en place avec ses arrestations, ses tortures, des milliers de personnes vont ainsi « disparaître », on va jusqu'à les jeter du haut d'un avion en haute mer (technique très appréciée et largement utilisée par Salazar au Portugal)
    Ce roman retrace l'histoire du Chili durant la brève présidence de Salvador Allende et les années de la dictature. Teo va être arrêté et torturé mais tiendra bon, les arrestations et les disparitions parmi leurs proches vont se multiplier et Carmen sera contrainte à l'exil. Mais les plus convaincus ne renonceront jamais à résister, avec des commandos formés à Cuba par exemple comme ce fut le cas pour Teo.
    A travers l'histoire de ces deux familles, on a l'histoire de la résistance à la dictature et la douleur de l'exil. Carmen se persuade qu'elle amoureuse d'Andrés Pascal Allende, et confond l'amour avec l'admiration pour son militantisme ; elle finit par l'épouser tout en sachant qu'elle s'enferme dans une autre cage, car le statut des femmes n'est pas terrible…
    « Révolutionnaire ou non, la domination masculine était bel et bien une réalité. Elle admirait Andrés qui l'avait initiée à nombre de découvertes, à la militance active. Depuis qu'elle s'était plongée dans l'aventure du Mir, elle aspirait à plus encore d'intensité, plus d'espace pour s'épanouir… »
    Comme Carmen, Teo rejoindra le Mir, en quête de ce qu'il appelle une communauté, une autre famille en somme.
    J'ai beaucoup aimé ce roman historique, surtout pour tout le rappel du contexte politique du Chili, mais les héros sont très intéressants (ce qui n'est pas toujours couru d'avance, car il y a souvent un décalage entre l'Histoire et la petite histoire et là je trouve que les auteurs s'en sortent très bien.
    J'ai suivi de près la période « Pinochet » au Chili, comme celle de toutes les dictatures qui se sont succédé en Amérique du Sud d'ailleurs : comment ne pas se souvenir de tous ces dictateurs dans leurs habits de lumière trônant aux obsèques de Paul VI par exemple !) et Pinochet ne sera jamais jugé de son vivant, malgré des initiatives courageuses, conduisant à son arrestation en Grande-Bretagne en 1998. Comment oublier que ce vieillard diminué en fauteuil roulant, a envoyé promener le fauteuil dès qu'il a posé le pied sur le sol chilien à sa descente d'avion, bras d'honneur au monde entier ! il ne sera jamais inquiété et s'éteindra en 2006 ! avec un détail croustillant : pas si à l'aise que cela, le vieillard soi-disant amnésique, il a demandé à être incinéré pour être sûr que sa tombe ne soit pas profanée !
    Certains des protagonistes m'ont un peu dérangée par leurs méthodes ultra-violentes, et leur militantisme forcené sans concession leur jusqu'au-boutisme mais on voit Teo évoluer, prendre ses distances avec eux, il est capable d'entendre les idées des autres sans les rejeter de manière systématique comme il le faisait au début.
    L'écriture est belle, très rythmée, on ne s'ennuie pas une seconde et la couverture est très bien choisie!
    Un grand merci à NetGalley et aux éditions Stock Arpège qui m'ont permis de découvrir ce livre passionnant ainsi que les deux auteurs et d'apprécier la qualité de leur travail.
    #CarmenetTeo #NetGalleyFrance
    Lien : https://leslivresdeve.wordpr..

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com