Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

CAHIERS DISPUTATIO T.2 ; la guerre et la paix

Couverture du livre « CAHIERS DISPUTATIO T.2 ; la guerre et la paix » de Collectif aux éditions Francois-xavier De Guibert
Résumé:

Bien avant Grotius et Pufendorf, saint Augustin et saint Thomas d'Aquin avaient ainsi montré le chemin: la seule guerre juste est la guerre humanitaire. Et elle doit l'être dans sa cause, dans sa fin, dans sa forme, dans ses moyens, à l'opposé de ces guerres qui secouèrent l'Empire romain "... Voir plus

Bien avant Grotius et Pufendorf, saint Augustin et saint Thomas d'Aquin avaient ainsi montré le chemin: la seule guerre juste est la guerre humanitaire. Et elle doit l'être dans sa cause, dans sa fin, dans sa forme, dans ses moyens, à l'opposé de ces guerres qui secouèrent l'Empire romain " injustes dans leur commencement, cruelles dans leur progrès, sanglantes dans leur terme ". Guerres défensives ? Seulement guerre de défense des droits de l'homme: un chrétien n'a pas à défendre un totalitarisme; les étudiants catholiques allemands qui fondèrent le groupe de résistance antinazi La Rose blanche, inspirés par les sermons de Monseigneur Clemens August von Galen, sauvèrent l'esprit de la civilisation allemande, et l'esprit de toute civilisation, contre ceux qui se jetèrent à corps perdu dans le soutien à la barbarie. Guerre de représailles, guerre de prévention ? Seulement pour contraindre les méchants à respecter chez eux et dans le monde cette humanité de l'homme qu'ils menacent. Guerre d'intervention humanitaire? Toutes le sont quand elles sont justes, ultime et détestable moyen, " voilà ce qu'un homme ne peut pas ne pas déplorer " rappelle saint Augustin. Précisément, cette position de la guerre juste ne suffit jamais au christianisme. La guerre, même juste, est toujours l'oeuvre de l'esprit de conflit. Le but ultime du christianisme ? Ce n'est pas la victoire d'une population sur une autre, encore moins de l'Occident sur le reste du monde, mais bien la fin de tous les conflits. Comment un chrétien pourrait-il ne pas sacrifier quelques biens et un peu de vanité par amour de la paix et de l'humanité quand Dieu, pour cette même humanité, sacrifia son propre fils ? Construire ainsi à partir des églises visibles ces temples invisibles dans les coeurs des individus pour les conduire à donner à leur tour l'amour aux autres, oeuvres du coeur (charité), don de soi (altruisme) jusqu'à la perte de soi, tel est bien le chemin de la paix durable. Yves Roucaute.

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.