Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Black-out ; les disparues de South Central

Couverture du livre « Black-out ; les disparues de South Central » de Cecile Delarue aux éditions Plein Jour
  • Date de parution :
  • Editeur : Plein Jour
  • EAN : 9782370670366
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« Ça peut sembler loin du sujet, de ce serial killer qui se permet de buter des femmes en pleine nuit sans être retrouvé pendant des décennies, de ces cinq, peut-être six autres tueurs en série qui agissent dans la même ville, de cette centaine de femmes disparues à tout jamais et dont on ignore... Voir plus

« Ça peut sembler loin du sujet, de ce serial killer qui se permet de buter des femmes en pleine nuit sans être retrouvé pendant des décennies, de ces cinq, peut-être six autres tueurs en série qui agissent dans la même ville, de cette centaine de femmes disparues à tout jamais et dont on ignore pour une grande partie d'entre elles ce qui a pu leur arriver.
Mais le racisme, la police, la violence, les émeutes, c'est au coeur de South Central. Et au coeur de cette histoire. L'histoire de ces parents, qui doivent se contenter d'un seul passage des flics pour apprendre que leur fille est morte, et ne jamais en savoir davantage. » Après avoir travaillé pour France 2, TF1, 13e Rue, BFM..., Cécile Delarue a tout quitté pour vivre à Los Angeles. Elle collabore notamment à Marie-Claire et Elle.
Elle dresse un portrait saisissant du Los Angeles des années 90, fait d'émeutes, de crack, de tueurs en série, et de celui d'aujourd'hui, toujours marqué par la séparation des communautés, la violence, la défiance envers une police soupçonnée de racisme. Son enquête sur la découverte d'un tueur est aussi haletante qu'un roman policier.

Donner votre avis

Avis (2)

  • DES ANGES SUR LE BITUME.
    Une journaliste qui décide de franchir un océan, d’aller s’installer au delà de sa bourgade. Fuir Paris pour y retrouver une ville dense. Los Angeles. Le voyage semble être une excuse, une raison pour aller mettre museau dans les affaires policières. Retracer l’histoire...
    Voir plus

    DES ANGES SUR LE BITUME.
    Une journaliste qui décide de franchir un océan, d’aller s’installer au delà de sa bourgade. Fuir Paris pour y retrouver une ville dense. Los Angeles. Le voyage semble être une excuse, une raison pour aller mettre museau dans les affaires policières. Retracer l’histoire d’un tueur en série. Ou plutôt, retracer la vie des victimes. Comprendre. Qui étaient-elles. Pourquoi elles. Black Out propose la traque d’un tueur quand celui-ci est déjà identité et menotté. C’est un retour en arrière, des pas dans les traces des enquêteurs et familles.

    Roman.
    Réalité.
    Fiction.
    Vérité.

    L’OIE PRIVILEGIEE.
    De Los Angeles, elle en ignore les quartiers bobos chics, préfère s’aventurer à ceux qu’on ne lui recommande pas. Retrouver les familles, retracer l’itinéraire d’un quartier où des centaines de femmes noires ont été assassinées. Des femmes oubliées, des filles ignorées. Meurtres balayés des dossiers. Cadavres qu'on met au tiroir du crack, de la prostitution. Les paupières de la police sont closes. La belle affaire pour les serial-killers.

    Rendre justice.
    Leur rendre un nom.

    Ce n'est pas le serial-killer qui intéresse, ce sont les femmes, ces corps dépiautés, abandonnés aux décharges. Femmes à qui elle souhaite rendre une identité, et surtout une dignité. Reconstituer les pièces d'un puzzle trop longtemps laissé aux ordures de la police.

    LES PAGES NOIRES.
    On oscille entre roman et enquête, créant une distinction floutée, un voile qu’on franchit et retraverse sans arrêt. Black-Out n'est pas un polar, pourtant, il aurait de quoi s'ériger comme tel. Meurtres ignorés, assassin retrouvé des années après, une journaliste sur la trace des bouches silencieuses et des souvenirs calfeutrés. Black-Out, c'est une enquête, la vérité sur ces populations noires ignorées, bafouées.

    Un élément, toutefois, qui m'a perturbé durant ma lecture ; les phrases directement retranscrites en anglais, puis ensuite traduites, créant un doublon légèrement désagréable à la lecture.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Tout comme son titre, ce livre renvoie à plusieurs compréhensions :

    Enquête sur un serial killer américain glaçant, le Grim Sleeper.

    Enquête sur le travail d’une police de quartier « chaud » ayant un budget moindre que les autres. Sur les policiers, travailleurs sans relâche...
    Voir plus

    Tout comme son titre, ce livre renvoie à plusieurs compréhensions :

    Enquête sur un serial killer américain glaçant, le Grim Sleeper.

    Enquête sur le travail d’une police de quartier « chaud » ayant un budget moindre que les autres. Sur les policiers, travailleurs sans relâche ou pour d’autres, racistes et violents. Sur leurs coups de chance, sur leurs affaires jamais résolues qui les hantent jusqu’après leurs retraites.

    Enquête sur une Amérique et son évolution inquiétante, de Barack Obama à Donald Trump…

    Cécile Delarue jette ses impressions sur le papier et les trois sujets s’entremêlent, terrible fratrie indénouable.

    Le sujet principal c’est cette violence faite faites aux femmes noires, celles dont on ne parle pas, ces tueurs qui ne connaissent pas la prison car les enquêtent n’avancent pas, ces hommes et ces femmes qui ne sont pas blancs et le paient jour après jour. Le Grim Sleeper, ce tueur de femmes noires, (et ses acolytes, en effet plusieurs serial killer (de femmes noires) ont sévi durant la même longue période dans le quartier Sud de LA, sans être inquiétés plus que ça), est un prétexte pour envisager et tenter de comprendre une politique crachant sur ses pauvres. Car il n’est question presque que de cela, la pauvreté d’un quartier qui renvoie à une police pauvre.

    Presque car l’autrice parle aussi des victimes. Elle en parle, elle se fout du Grim, elle se fout de ses motivations, elle désire juste que l’on se souvienne des victimes. Qu’elles aient été prostituées, accro au crack, mère ou nullipare. Cela reste des victimes. Le meurtre d’une femme noire, prostituée et accro est tout aussi épouvantable que le meurtre d’un employé de banque blanc. Ce n’est pas si simple et ça en est effrayant !

    J’ai quitté cet essai le cœur serré, toutes ces femmes dans ma tête. Victimes de violeurs, de tueurs. Mais fortes, si fortes. À Enietra, qui a survécu. Malgré tout.

    #Blackout #NetGalleyFrance#éditionspleinjour

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.