Bitna, sous le ciel de Séoul

Couverture du livre « Bitna, sous le ciel de Séoul » de Jean-Marie Gustave Le Clezio aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234085732
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Parce que le conte peut faire reculer la mort, Bitna, étudiante coréenne sans un sou, invente des histoires pour Salomé, immobilisée par une maladie incurable.
La première lutte contre la pauvreté, la seconde contre la douleur. Ensemble, elles se sauvent dans des récits quotidiens ou fabuleux,... Voir plus

Parce que le conte peut faire reculer la mort, Bitna, étudiante coréenne sans un sou, invente des histoires pour Salomé, immobilisée par une maladie incurable.
La première lutte contre la pauvreté, la seconde contre la douleur. Ensemble, elles se sauvent dans des récits quotidiens ou fabuleux, et bientôt la frontière entre réalité et imaginaire disparaît.
Un roman qui souffle ses légendes urbaines sur la rivière Han, les boulevards saturés et les ruelles louches.
Sous le ciel de Séoul se lève « le vent de l'envie des fleurs »...

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Quelques pages et nous voilà projeté à Séoul avec Bitna, une jeune provinciale de 18 ans venus à la ville pour faire ses études. Dans un premier temps, elle vivra avec sa tante (et sa détestable cousine) pour finalement prendre son envole et s'émanciper de leur perversité. À partir de là, il lui...
    Voir plus

    Quelques pages et nous voilà projeté à Séoul avec Bitna, une jeune provinciale de 18 ans venus à la ville pour faire ses études. Dans un premier temps, elle vivra avec sa tante (et sa détestable cousine) pour finalement prendre son envole et s'émanciper de leur perversité. À partir de là, il lui faudra batailler pour mener à bien ses études et joindre les deux bouts. Pour cela, elle va travailler pour Kim Se-Ri, a.k.a Salomé, une dame qui demande en échange d'un bon salaire qu'on lui raconte des histoires. Des histoires qui lui permettront de voyager par l'esprit, d'être secouée par des émotions, de vivre par procuration !

    Bitna se révèle être une conteuse d'exception. Elle propose à la dame 6 contes, ou plutôt un conte (les frontières de l'interprétation sont poreuses !) qu'elle lui racontera au compte-gouttes, consciente de son pouvoir de gardienne du suspense, sur une période d'un an. Ainsi, on découvre l'histoire de M. Cho, celle de la mystérieuse Kitty, les premières jours de Naomi, les angoissants agissements d'un Stalker, le destin d'une chanteuse et le sommeil de deux dragons. À l'image de Salomé, le lecteur avance dans cette histoire avide d'en savoir plus sur les contes et sur l'histoire de Bitna, mais n'est-ce pas au final qu'une seule et même histoire ? La question est permise !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bitna, une jeune campagnarde coréenne, issue d’une famille de marchands de poisson quelque part sur la côte Sud, se retrouve seule dans la capitale pour y poursuivre ses études. Dans un premier temps, elle est hébergée chez sa tante, mais la situation devenant intolérable, elle décide de trouver...
    Voir plus

    Bitna, une jeune campagnarde coréenne, issue d’une famille de marchands de poisson quelque part sur la côte Sud, se retrouve seule dans la capitale pour y poursuivre ses études. Dans un premier temps, elle est hébergée chez sa tante, mais la situation devenant intolérable, elle décide de trouver un logement et un petit travail. Elle croise un jeune homme dans une librairie qui va lui donner une offre d’emploi. C’est une jeune femme, nommée Salomé qui, clouée sur une chaise roulante cherche une personne pouvant lui raconter le monde à travers des histoires.
    L’intrigue est donc basée sur la relation entre ces deux êtres, que j’ai trouvée froide et très conventionnelle. Bitna invente, et Salomé semble apprécier. Le pouvoir des mots semblent faire reculer la mort de Salomé.
    Mais je n’ai pas été touchée par cette histoire, ni par les personnages. L’émotion, pour moi n’y est pas.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai découvert JMG le Clézio avec le précédent livre ALMA que j'ai beaucoup aimé pour la délicatesse de son écriture, sa prise de position par rapport à la destruction de notre monde, de la nature, de ses questionnements etc...., par sa narration toujours très poétique, mais ancrée dans le...
    Voir plus

    J'ai découvert JMG le Clézio avec le précédent livre ALMA que j'ai beaucoup aimé pour la délicatesse de son écriture, sa prise de position par rapport à la destruction de notre monde, de la nature, de ses questionnements etc...., par sa narration toujours très poétique, mais ancrée dans le présent, à la limite de la réalité et de l'irréel, pleine d'images, de bruits, d'émotions.
    Donc lors de la sortie de ce nouveau récit, je n'ai pas hésité : je savais que l'écriture serait belle, que l'histoire d'une jeune femme aidant à travers ses narrations à vivre, à sortir de son enfermement allait m'intéresser.
    JMG le Clézio nous emmène à Séoul, ville qu'il connaît par coeur, qu'il aime, c'est indéniable. Il arpente les quartiers, les rues, au milieu de la foule, des petits commerces et universités. Il a l'art d'être un excellent guide, s'attardant sur les gens, leur caractère, leur attitude, qui sont finalement le reflet d'une ville, les bruits, la nature bien sûr, et puis quand je le lis je ne peux m'empêcher d'entendre sa voix, si douce, si calme, où chaque mot est pesé et réfléchi.
    Bitna, si elle aide Salomé à supporter son quotidien (mais elle ne lui fait que très peu de visites) c'est elle l'héroïne de l'histoire : elle s'affirme, se cherche, se trouve, prend de l'assurance et grâce à ses petites histoires qui n'en feront qu'une, la sienne, devient adulte et qu'importe que celles-ci soient vraies ou fausses ce qui compte c'est le plaisir de les raconter, de sentir qu'elle aide Salomé à supporter son quotidien, à l'apaiser, elles sont ses rations de survie et qu'importe si elles sont vraies ou fausses :
    Même la vérité peut être un mensonge si tu n'y crois pas, et même le mensonge peut sembler vrai si je le raconte bien. (p109)
    C'est un voyage dans l'imaginaire de Bitna, de sa réalité qu'elle agrémente, modifie, embellit mais aussi de ses peurs : la suit-on, qui sont ses ombres qui rodent ? Et tous ces personnages ne font-ils pas partie de son quotidien, de son environnement, où est la frontière en réel et imaginaire..... Comme on aide un oiseau à franchir le pont arc-en-ciel pour un au-delà inconnu, Bitna aide Salomé à supporter sa vie.
    On peut être un peu dérouté par ces petits contes au début car ils sont très éloignés les uns des autres, on ne comprend pas toujours où l'auteur veut nous emmener, mais ce n'est qu'une déambulation à Séoul, dans un pays divisé, par une frontière qui brise les familles, mais le lien se créée entre imaginaire et réalité, comme souvent c'est le cas dans un roman surtout quand il s'agit de JMG le Clézio.
    Il m'a manqué un petit je ne sais quoi pour totalement être conquise : peut-être que j'aurai aimé connaître un peu plus Salomé, Hana, Naomi et même si les différentes histoires sont pleine d'émotions, de messages je suis restée un peu à distance, comme une touriste dans Séoul.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bitna, la narratrice, fille de modestes marchands de poissons de provinces ,s'installe à Séoul pour ses études. Pour gagner de quoi vivre et payer son loyer elle va accepter un étrange travail, devenir conteuse pour Salomé, une jeune femme atteinte d'une maladie incurable et dégénératrice, elle...
    Voir plus

    Bitna, la narratrice, fille de modestes marchands de poissons de provinces ,s'installe à Séoul pour ses études. Pour gagner de quoi vivre et payer son loyer elle va accepter un étrange travail, devenir conteuse pour Salomé, une jeune femme atteinte d'une maladie incurable et dégénératrice, elle est condamnée à rester dans son appartement, recroquevillée dans son fauteuil roulant. Pour elle, Bitna va donc inventer des récits, pour lui permettre de s'évader.

    Voici M. Cho, gardien d'immeuble, qui élève et entraine des pigeons voyageurs dans l'espoir de transmettre des messages à sa famille qui habite de l'autre côté de la frontière, Salomé va voler elle aussi, avec les pigeons au-dessus de la ville. Voici mademoiselle Kitty, la petite chatte qui transmet elle aussi des messages. Voici Naomi, un bébé abandonné dans un tas de chiffons, devant une maternité et recueilli par une vieille infirmière qui n'a jamais pu avoir d'enfant, Naomi a un don, elle voit l'invisible, ce que personne ne voit. Voici Nabi, 12 ans, qui chante dans la chorale de l'église chrétienne, qui va devenir une célèbre chanteuse de rock, mais dont le naufrage a commencé dans le bureau du pasteur. Voici enfin l'histoire des deux dragons, qui un jour se retrouveront.

    Chaque histoire va se lier l'une à l'autre comme les wagons d'un train qui file dans une même direction, ces récits vont accompagner Salomé jusqu'à la fin de sa vie.
    À travers les récits de Bitna, l'auteur nous raconte l'histoire de la Corée et la vie des Coréens, un même peuple coupé en deux par une frontière infranchissable, que seuls des pigeons peuvent franchir, car les oiseaux ne se laissent pas arrêter par les frontières. C'est donc le thème douloureux des familles séparées qu'aborde Le Clézio. Une écriture simple, mais raffinée pour des contes qui permettent de voyager par delà l'isolement de la maladie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bitna, jeune coréenne issue de la campagne, arrive à Séoul pour y faire ses études, et y découvre la difficulté de la vie en ville. Pour survivre, elle accepte, contre rémunération, de conter des histoires et de raconter Séoul et le monde, à Salomé, une malade incurable qui ne peut plus sortir...
    Voir plus

    Bitna, jeune coréenne issue de la campagne, arrive à Séoul pour y faire ses études, et y découvre la difficulté de la vie en ville. Pour survivre, elle accepte, contre rémunération, de conter des histoires et de raconter Séoul et le monde, à Salomé, une malade incurable qui ne peut plus sortir de chez elle.

    Partant de ce décor, J.M.G Le Clézio nous parle longuement du rôle de l’écrivain, à la lisière entre vérité et mensonge. « Il y a toujours une vérité cachée dans le mensonge ». Ce livre peut d’ailleurs être abordé comme un roman mais aussi comme un conte. Le conte ajoute du fantastique au réel. La lecture, les mots, l’imaginaire, ne peuvent-ils pas être source de force pour rompre l’isolement et déjouer la mort?

    Les histoires que conte Bitna à Salomé, sont autant de métaphores puisées dans ses racines, sa vie passée à la campagne, les traditions mais aussi la vie qu’elle découvre à Séoul. Bitna, qui révèle de réels talents de conteuse.

    J.M.G Le Clézio dresse un très beau portait de Bitna, celle qui brille en coréen, sa force de vie et sa capacité à tirer profit des opportunités que la vie lui offre. On pensera forcément à Shéhérazade qui contait des histoires pour faire reculer la mort.
    Enfin, J.M.G Le Clézio dresse un éloge de Séoul. J’avoue que c’est la partie du récit sur laquelle je suis un peu restée sur ma faim : j’aurais aimé me sentir davantage transportée, plongée au cœur de cette ville où l’auteur a vécu et qu’il aime tant.

    Vous l’aurez compris, un livre que j’ai savouré avec plaisir, même s’il m’a manqué un zeste de … « je ne sais quoi » pour être totalement emballée!
    https://accrochelivres.wordpress.com/2018/05/24/bitna-sous-le-ciel-de-seoul/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com