Benzos

Couverture du livre « Benzos » de Noel Boudou aux éditions Taurnada
  • Date de parution :
  • Editeur : Taurnada
  • EAN : 9782372580601
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec cette sensation de déjà-vu ?
Sauriez-vous faire la différence entre le vrai et le faux ?
Avez-vous une confiance absolue en vos proches ?
Nick semble mener une vie tranquille, entouré de sa femme et de ses voisins. Pourtant, le jour où des amis... Voir plus

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec cette sensation de déjà-vu ?
Sauriez-vous faire la différence entre le vrai et le faux ?
Avez-vous une confiance absolue en vos proches ?
Nick semble mener une vie tranquille, entouré de sa femme et de ses voisins. Pourtant, le jour où des amis de longue date arrivent, son existence tout entière va basculer dans l'étrange et l'impensable.
Réalité ? Psychose ? Quelle preuve avez-vous finalement de votre réalité ?

Donner votre avis

Avis(6)

  • Benzos est une claque. Une gifle douloureuse, mais nécessaire.

    Chaque personne qui a elle-même vécu, ou qui connaît un proche qui a rencontré les problèmes que traverse Nick, reconnaîtra cette peur panique qui enchaîne et étreint l’esprit de celui qui doit faire face à l’insomnie ou à la...
    Voir plus

    Benzos est une claque. Une gifle douloureuse, mais nécessaire.

    Chaque personne qui a elle-même vécu, ou qui connaît un proche qui a rencontré les problèmes que traverse Nick, reconnaîtra cette peur panique qui enchaîne et étreint l’esprit de celui qui doit faire face à l’insomnie ou à la douleur.

    Au-delà de la fatigue physique que cela entraîne, la fatigue morale qui s’y ajoute semble ingérable à celui qui la subit.

    Quand le peu d’heures de sommeil devient le refuge des pires cauchemars ou que chaque réveil est encore plus douloureux que le précédent, il est facile de tomber dans la dépendance.

    Ce n’est ni une question de volonté ni une question de courage.
    Il existe juste chez chacun un seuil, de fatigue ou de douleur.
    Quand il est dépassé, on est alors prêt à tout pour repasser sous le seuil.
    Même pour quelques heures ou quelques minutes.

    Noël Boudou nous explique très bien tout cela, et bien plus encore, dans ce roman :

    Nick a une vie que l’on définirait comme agréable : jolie maison, une boulot qui l’intéresse, un couple solide avec Chloé, sa femme, des amis sincères... Oui, décidément, sur le papier tout est parfait.
    Mais sous les apparences, c’est déjà beaucoup moins idéal. Nick souffre d’une forte dépendance.

    Quand Pierre et Catherine, les meilleurs amis du couple, arrivent pour passer quelques jours de vacances, Chloé a dû s’absenter pour le travail. Mais Nick est tellement heureux de revoir son meilleur ami qu’il a tout préparer au mieux.
    Si la première soirée se passe très bien, le réveil du lendemain réserve de bien désagréables surprises...

    A-t-il exagéré la veille ou perd-il réellement les pédales ?

    Cette lecture interpellera chaque lecteur.
    Vive et prenante, elle est impossible à lâcher avant la fin.

    L’auteur nous conte cette histoire autant avec son cœur qu’avec ses tripes, se servant d’un style direct et sans fioritures.

    Quant à l’utilisation de la première personne du singulier, elle permet elle une immersion totale dans la psyché de Nick, et le lecteur en ressort secoué et endolori, à l’image du personnage.

    Bref, une lecture qui marque durablement, tant par le sujet que par la beauté de la plume de l’auteur.

    Un roman à découvrir sans hésiter !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nick Power gobe les cachetons comme des bonbons. Une petite poignée dans la poche au cas où, une réserve dans sa table de chevet, il a toujours ce qu’il faut à portée de main. Il est l’une des nombreuses victimes des benzodiazépines, ou comment se droguer en toute légalité et jouir d’un sommeil...
    Voir plus

    Nick Power gobe les cachetons comme des bonbons. Une petite poignée dans la poche au cas où, une réserve dans sa table de chevet, il a toujours ce qu’il faut à portée de main. Il est l’une des nombreuses victimes des benzodiazépines, ou comment se droguer en toute légalité et jouir d’un sommeil chimique… Un pansement sur une plaie infectée, vous dites ? Nick gratte quelques heures d’un repos perturbé ici et là, et il erre désormais dans un flou permanent : quel jour sommes-nous ? Qu’a-t-il fait la veille ? Quand son épouse, Chloé, doit s’absenter pour son travail, et qu’il reçoit son vieux pote Pierre et sa femme, Nick ne parvient pas à donner le change. Absences, conduites à risque, rêves étranges qui se mêlent à la réalité, notre insomniaque perd complètement les pédales et nous fait une crise de parano…

    À travers les pensées chamboulées de son personnage, l’auteur nous fait vivre de très près le quotidien d’un mec qui avait tout pour être heureux – un boulot, un couple solide, une passion pour la (bonne) musique, des amis dévoués – mais qui a mis les deux pieds dans un engrenage infernal. Dès les premières pages, on est « dans le truc » : le style est nerveux, incisif, le gros point fort du roman, et Noël Boudou parvient sans mal à semer chez le lecteur le même trouble que celui qui fait chanceler son malheureux héros. Les personnages secondaires sont atypiques et réjouissants, servant le côté déjanté du roman et donnant lieu à des situations merdiques, il faut le dire, qui vous font sortir les yeux de la tête. Les chapitres sont brefs, on les avale comme Nick ses pilules avec une dose de JD. J’étais donc bien lancée dans ma lecture quand là, petite déception… Certains éléments, à mon sens, n’auraient pas dû arriver si tôt dans l’histoire. J’ai compris bien trop vite. J’aurais aimé me tromper, être tombée dans un piège sournois qui m’aurait fait choir de ma chaise au moment du dénouement… mais non. Ça a un peu gâché le plaisir.

    Cela dit, c’est mon seul regret. Benzos est un bouquin assez audacieux : je cautionne la dénonciation du business pharmaceutique et des manquements de la médecine. Certes, on est ici dans une fiction – qui va très loin, beaucoup plus loin qu’on l’imagine, et c’est tant mieux –, mais je peux vous assurer qu’on est parfois très proche de la réalité (c’est une ex-grosse consommatrice des baguettes quadrisécables dans la boîte verte qui vous le dit). Je vais de ce pas me faire une camomille et je vous laisse découvrir la descente aux enfers de l’antihéros Nick Power.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • On fait connaissance avec le commandant Servaz qui est appeler au plus profond des Pyrénées, pour un cheval qu'on retrouve pendu, a une falaise, drôle début d'enquête, mais la suite se corsent très habilement

    On a affaire à un récit addictif, ou beaucoup de personnages prennent une place...
    Voir plus

    On fait connaissance avec le commandant Servaz qui est appeler au plus profond des Pyrénées, pour un cheval qu'on retrouve pendu, a une falaise, drôle début d'enquête, mais la suite se corsent très habilement

    On a affaire à un récit addictif, ou beaucoup de personnages prennent une place prédominante, mais l'atmosphère glacé requis beaucoup importance, déjà par rapport à toutes les descriptions, mais ça nous permet de nous sentir complétement transféré dans ce décor féérique.
    La couleur blanche est beaucoup présente dans cette publication, autant dans la trame que dans le décor.
    Mais aussi la particularité de ce livre est la complexité de l'enquête qui part un peu dans beaucoup de directions, et on ne peut pas imaginer qui va être le coupable, alors que beaucoup de protagonistes peuvent être coupable.
    Et au fil des pages, on découvre une tragédie qui va être liée à l'enquête qui concerne des jeunes filles.
    Et puis il y a cet institut-prison, qui rassemble les plus grands criminels psychiatriques, tout se mélange, tout se mêle qui donne une investigation captivante.
    Ce que j'ai apprécier fortement ce sont les mélanges des genres, cela traite de la psychiatrie, ou mettre les grands criminels si dangereux ? Mais aussi le sujet de la vengeance, comment se reconstruire après un abus sexuel ? Pareillement de la famille, les personnes puissantes pratiquement intouchables.
    J'aime beaucoup les histoires qui sont très compliquées qui mets en scène beaucoup de personnages, et souvent être perdu et retrouver enfin le fil, mais surtout j'ai été subjuguée par le cadre glaciaire, malgré que la montagne ne m’attire pas vraiment, mais on est emportée par l'écriture de l'auteur.
    Le caractère trempé et la combativité du commandant Vargas aussi m'as beaucoup plu et me donne vraiment envie de découvrir les autres tomes de la saga.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L’insomnie est mauvaise conseillère ; surtout elle exagère les images. Elle transforme facilement l’inquiétude en effroi, l’effroi en épouvante. Yves Thériault, le grand roman d’un petit homme.

    Dès les premières phrases, l’auteur m’a touché. Ses mots sur l’insomnie ont fait écho en mois… Mon...
    Voir plus

    L’insomnie est mauvaise conseillère ; surtout elle exagère les images. Elle transforme facilement l’inquiétude en effroi, l’effroi en épouvante. Yves Thériault, le grand roman d’un petit homme.

    Dès les premières phrases, l’auteur m’a touché. Ses mots sur l’insomnie ont fait écho en mois… Mon fils a un mal fou à dormir, à trouver le sommeil et en tant que parent, je me sens souvent désarmée, et les médecins ne sont pas d’une grande aide… A 12 ans mon fils me demande, à quel âge, il pourrait prendre des somnifères… Cette toute petite phrase a été une vraie claque et j’ai commencé à chercher des médecines alternatives. Notre prochain test : l’acupressure… Une collègue me disait que l’endormissement étant lié au lâcher prise… En fin de compte, comme moi, son cerveau ne déconnecte jamais….

    L’auteur ne ménage pas son personnage principal, en lui faisant toucher le fond… Un fond qui semble sans limite… Il n’y a qu’un pas entre la défonce et la psychose dans laquelle Nick plonge, mais il nous entraîne aussi avec lui, puisqu’on plonge dans son quotidien d’insomniaque, qui frise la folie… Ses problèmes d’insomnies lui font abuser des somnifères et anxiolytiques.

    Les benzodiazépines, les « benzos », pour les intimes, vendus sous ordonnance… Ces petites pilules du bonheur censées nous envoyer dans les bras de Morphée… Oui, mais voilà, parfois Morphée n’est pas au rendez-vous… Alors Nick débloque à fond et avale ses cachetons comme s’il croquait des bonbons…

    Nick perd la tête et le lecteur aussi, au passage… On vit la descente aux enfers de Nick à son rythme et on ne distingue plus le vrai du faux… Perd-il vraiment la boule ? Ou bien la vérité est ailleurs… ?

    Avec une plume directe et sans fioritures, Noël Boüdou nous embarque dans un excellent thriller psychologique, construit à la première personne, qui pourrait être déstabilisant au départ, mais qui permet de construire un vrai lien avec le lecteur, ainsi qu’une identification forte si on est parfois sujet aux insomnies… Se retrouver dans la tête d’un accro aux médocs, c’est comme un accro à la drogue… L’addiction est identique et souvent, on ne se rend pas compte de l’importance de la prise de ces médicaments…

    Un excellent thriller psychologique qui va littéralement pulvériser vos certitudes, grâce à une plume rythmée et un excellent sens du suspense, Noël Boüdou nous plonge dans la folie humaine, dans tous les sens du terme… On devient accro et dépendant à Benzos…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La couverture est plus que parlante : un cri de souffrance, un flou quotidien. Nous sommes confrontés à une intrigue assez violente dans le sujet qu’elle traite, soit l’addiction. Cette perte de contrôle que Nick subit dépasse le soutenable. Notre compréhension et notre temporalité s’effacent au...
    Voir plus

    La couverture est plus que parlante : un cri de souffrance, un flou quotidien. Nous sommes confrontés à une intrigue assez violente dans le sujet qu’elle traite, soit l’addiction. Cette perte de contrôle que Nick subit dépasse le soutenable. Notre compréhension et notre temporalité s’effacent au profit de migraines journalières au flot ininterrompu.

    Nous suivons la folle histoire de Nick. Un accro, un drogué, un homme au vocabulaire parfois trash mais très réalité. A travers ce personnage fort, l’auteur propose aux lecteurs de passer quelques jours dans la tête d’un addict aux BZH (somnifères).

    Notre lecture se veut illogique, saccadée et déstabilisante. Chaque chapitre s’avale comme un cocktail acidulé, donnant corps à une ambiance glauque, dépressive dans laquelle il nous est impossible d’échapper.

    Je tiens à souligner la tenue minutieuse de l’intrigue complexe qui créé une véritable tension dès les premières pages.
    De plus, le rôle des aidants est mis en avant dans la complexité que représente cette tâche et de ses dérives possibles.

    Puis, vient la chute… Cette chute… Et quelle chute !!

    Ma chronique complète est sur mon blog > despapiersmaches.wordpress.com

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nick, employé dans le service mortuaire d’un hôpital, tourne aux somnifères.

    Suite à la mutation de son épouse Chloé, il y a plusieurs années qu’il ne voit pas son couple d’amis Pierre et son épouse Catherine. C’est pourquoi il a hâte de les recevoir une semaine chez lui. Mais à leur arrivée,...
    Voir plus

    Nick, employé dans le service mortuaire d’un hôpital, tourne aux somnifères.

    Suite à la mutation de son épouse Chloé, il y a plusieurs années qu’il ne voit pas son couple d’amis Pierre et son épouse Catherine. C’est pourquoi il a hâte de les recevoir une semaine chez lui. Mais à leur arrivée, sa vie va basculer, et devenir un cauchemar éveillé !

    Ouhaou, quel livre ! Je l’ai lu en un éclair ! Une trame psychologique qui nous mène à la folie. On ne sait plus ce qui est vrai, ce qui est faux. On est torturé, perdu.

    L’auteur nous décrit avec tellement de justesse l’état d’esprit de Nick, que l’on a l’impression d’être dans le même état que celui-ci. Etat renforcé, par l’insomnie que m’a causé ce roman, eh oui, je voulais connaître le dénouement final et comprendre enfin ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas.

    Et quelle fin, je n’ai rien vu venir ! Pas de temps mort, tout s’emboîte parfaitement.

    Mention spéciale pour le titre, j’adore, il m’intriguait, j’ai vite compris ce choix.

    J’adore également la couverture qui est un excellent choix qui résume bien l’état de Nick.

    Vous l’avez compris, coup de cœur phénoménal pour ce thriller psychologique bien noir !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions