Belle infidèle

Couverture du livre « Belle infidèle » de Romane Lafore aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234087477
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Belles infidèles : traductions libres, fleuries et souvent parcellaires des textes de l'Antiquité, qui privilégient l'élégance finale du français à la fidélité au texte d'origine. Julien Sauvage est traducteur. Abonné aux guides de voyage et aux livres de cuisine, il rêve en vain d'écrire son... Voir plus

Belles infidèles : traductions libres, fleuries et souvent parcellaires des textes de l'Antiquité, qui privilégient l'élégance finale du français à la fidélité au texte d'origine. Julien Sauvage est traducteur. Abonné aux guides de voyage et aux livres de cuisine, il rêve en vain d'écrire son propre roman : le récit sublimé d'un chagrin d'amour. Une façon pour lui d'en finir avec Laura, sa belle Franco-Italienne qui lui a piétiné le coeur.
Mais contre toute attente, une éditrice parisienne le contacte pour traduire en urgence un roman encensé en Italie : Rebus, l'oeuvre d'un brillant trentenaire, Agostino Leonelli. Alors qu'il progresse dans la traduction, Julien retrouve la terre rouge des Pouilles, les figuiers de Barbarie, les jardins riches en plantes grasses avec la mer à l'horizon. Il plonge dans les années de plomb, que son vieux mentor Salvatore, libraire exilé à Paris, rechigne à évoquer.
Il revoit Laura, sa lumière, son ventre constellé de grains de beauté. Il embrasse à nouveau la souplesse et les caprices de la langue italienne... Jusqu'à ce que le doute l'étreigne : l'histoire dont s'inspire Rebus pourrait-elle être aussi la sienne ?

Donner votre avis

Avis(2)

  • Julien Sauvage est traducteur. Quand la grande Françoise Rahmy-Cohen, directrice d'une maison d'édition de prestige le contacte pour lui proposer de traduire le roman italien de l'année, Julien n'en croit pas ses yeux. Lui, qui avait juré de ne plus rien traduire avant d'avoir terminé son propre...
    Voir plus

    Julien Sauvage est traducteur. Quand la grande Françoise Rahmy-Cohen, directrice d'une maison d'édition de prestige le contacte pour lui proposer de traduire le roman italien de l'année, Julien n'en croit pas ses yeux. Lui, qui avait juré de ne plus rien traduire avant d'avoir terminé son propre roman. Un texte qui pourrait être bien plus qu'un simple travail de traduction.

    "Rebus" d'Agostino Leonelli, devient le chemin de croix de Julien. Au fur et à mesure de son travail de traduction, Julien retrouve de drôle de similitudes avec sa propre vie, son passé et décide de mener une enquête... L'histoire dont s'inspire "Rebus" pourrait-elle être aussi la sienne ?

    Ce premier roman est tout simplement époustouflant ! "Belle Infidèle" n'est pas une simple histoire, mais deux récits imbriqués, deux drames narratifs en une, et c'est spectaculaire !
    On ressent à travers les lignes, la passion de l'Italie chez Romane Lafore. Les couleurs, les odeurs, les paysages, l'amour de la littérature nous mène directement en Italie.

    Le parti pris de l'auteure d'inclure beaucoup de la langue italienne (sans pour autant le traduire) m'a agréablement surpris, et donne une tonalité remarquable et inédite au roman. Qui a-t-il de plus beau que de lire et d'entendre les sonorités de la langue italienne ?

    A travers l'histoire de Julien et Laura, l'auteure explore la question de la fidélité en traduction. De la littérature, de la passion, des secrets, des mensonges, aux mystères des dessous du métier de traducteur ; les sujets sont traités avec musicalités et finesse. La plume de Romane est rythmée, addictive et sensuelle.

    De Paris à l'Italie, un roman qui tient en haleine jusqu'au final, avec une pointe de suspense, un soupçon de comédie et une pincée de romanesque, ce qui donne un très beau premier roman !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Passé une certaine heure, je la voyais partout. Trois ans s’étaient écoulés et le rythme d’une démarche dans une rue déserte suffisait encore à me faire tourner la tête ; une mèche échappée d’une capuche, à ce que je l’augmente de toute sa chevelure. Il y avait tant de silhouettes à la nuque...
    Voir plus

    « Passé une certaine heure, je la voyais partout. Trois ans s’étaient écoulés et le rythme d’une démarche dans une rue déserte suffisait encore à me faire tourner la tête ; une mèche échappée d’une capuche, à ce que je l’augmente de toute sa chevelure. Il y avait tant de silhouettes à la nuque souple. Mais c’étaient les foules, les bars bruyants, les masses des terrasses amputant les trottoirs qui m’occasionnaient les plus violents coups au cœur. J’entendais toujours s’élever son timbre parmi les éclats de voix. La nuit flattait mes penchants : à chaque fois que je sortais quelque part, j’avais l’impression d’avoir rendez-vous avec elle. Pour ne rien arranger, je sortais beaucoup. Laura était partout, mais elle n’était jamais là.» Julien Sauvage rêve d’écrire un roman qui raconterait sa belle histoire d’amour avec Laura.
    Mais, une fois de plus, il va devoir reporter son projet car Françoise Rahmy-Cohen le convoque pour lui proposer une offre qui ne se refuse pas: traduire Rebus, le roman d’Agostino Leonelli, l’étoile montante des lettres italiennes. L’éditrice, qui s’appuie sur les dires de Rodolphe Dupire, son conseiller, voit en lui celui qui sera capable de sublimer ce texte que s’arrachent les maisons d’éditions, maintenant qu’il figure sur les listes de nombreux prix et notamment le Stresa, c’est-à-dire le «Goncourt italien».
    Julien, qui a lu le livre avant de donner son accord, a été touché par cette histoire d’amour qui ressemble à la sienne. Commence alors une sorte de double traduction, celle du texte italien avec ses pièges et celle de son propre vécu par rapport à la version d’Agostino.
    Romane Lafore, qui s’est mis dans la peau de Julien, nous offre une belle réflexion sur l’exercice de la traduction et sur les libertés que peut s’octroyer un traducteur. Si au XVIIe siècle on parlait de «belle infidèle» pour souligner la liberté prise avec le texte original des auteurs de l’antiquité, les traducteurs emploient aujourd’hui plus prosaïquement l’expression «traduction-trahison» dans leur exercice. On comprend ainsi que le texte est autant le reflet d’une époque – on ne traduit plus certains mots de la même manière – qu’une interprétation, une réappropriation du traducteur. Surtout quand ce dernier découvre au fur et à mesure combien sa propre histoire entre en résonnance avec celle qu’il est chargé de traduire. Un trouble qui ne va cesser de croître, d’autant qu’il est conforté dans son idée par des proches et par son ami libraire, venu lui aussi d’Italie. C’est bien lui l’amant délaissé!
    Entre paranoïa et recherche de tous ces petits détails qui pourraient le conforter dans sa conviction, le lecteur va pouvoir se délecter du roman en train de s’écrire et du roman dans le roman – celui qu’il traduit – qui raconte aussi une histoire familiale, un parcours qui passe par les années de plomb. Quant à ceux qui auront envie de se régaler des mœurs du petit monde de l’édition germanopratin, ils seront également servis. Romane Lafore, qui est éditrice et traductrice de l’italien, a ainsi mis toute son expérience personnelle dans ce premier roman. Pour notre plus grand plaisir.
    https://urlz.fr/b22v

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions