Belle du seigneur

Couverture du livre « Belle du seigneur » de Albert Cohen aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070404025
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

« Solennels parmi les couples sans amour, ils dansaient, d'eux seuls préoccupés, goûtaient l'un à l'autre, soigneux, profonds, perdus. Béate d'être tenue et guidée, elle ignorait le monde, écoutait le bonheur dans ses veines, parfois s'admirant dans les hautes glaces des murs, élégante,... Voir plus

« Solennels parmi les couples sans amour, ils dansaient, d'eux seuls préoccupés, goûtaient l'un à l'autre, soigneux, profonds, perdus. Béate d'être tenue et guidée, elle ignorait le monde, écoutait le bonheur dans ses veines, parfois s'admirant dans les hautes glaces des murs, élégante, émouvante, exceptionnelle, femme aimée, parfois reculant la tête pour mieux le voir qui lui murmurait des merveilles point toujours comprises, car elle le regardait trop, mais toujours de toute son âme approuvées, qui lui murmurait qu'ils étaient amoureux, et elle avait alors un impalpable rire tremblé, voilà, oui, c'était cela, amoureux, et il lui murmurait qu'il se mourait de baiser et bénir les longs cils recourbés, mais non pas ici, plus tard, lorsqu'ils seraient seuls, et alors elle murmurait qu'ils avaient toute la vie, et soudain elle avait peur de lui avoir déplu, trop sûre d'elle, mais non, ô bonheur, il lui souriait et contre lui la gardait et murmurait que tous les soirs ils se verraient. » Ariane devant son seigneur, son maître, son aimé Solal, tous deux entourés d'une foule de comparses : ce roman n'est rien de moins que le chef-d'oeuvre de la littérature amoureuse de notre époque.

Donner votre avis

Articles (5)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Considéré comme le grand roman d'amour du vingtième siècle, ce récit m'a profondément marqué. Vingt ans après, j'ai encore certains passages. S'il est difficile d'approche, il mérite certainement quelques efforts.

    Considéré comme le grand roman d'amour du vingtième siècle, ce récit m'a profondément marqué. Vingt ans après, j'ai encore certains passages. S'il est difficile d'approche, il mérite certainement quelques efforts.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Arghhh on m'a offert ce roman en me disant que c'était une très belle histoire d'amour....
    Que de mièvreries dans les personnages que j'ai eu envie de secouer.
    Je me suis tour à tour indignée, ennuyée mais comme c'était un cadeau je me suis aussi torturée à le finir.
    Ce n'était tout...
    Voir plus

    Arghhh on m'a offert ce roman en me disant que c'était une très belle histoire d'amour....
    Que de mièvreries dans les personnages que j'ai eu envie de secouer.
    Je me suis tour à tour indignée, ennuyée mais comme c'était un cadeau je me suis aussi torturée à le finir.
    Ce n'était tout simplement pas un roman pour moi ou pas le roman lu au bon moment.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un des meilleurs romans que j'ai lu!

    Un des meilleurs romans que j'ai lu!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • ''Très bien, un chef d'oeuvre, un peu long, oh! ce passage, vraiment bien ce personnage, quel régale ce cynisme dans l'écriture, marre de ces monologues''! Voilà en quelques mots comment je pourrais résumer ce que j'ai pensé de ''Belle du Seigneur"". Jamais un livre ne m'avait laissé aussi...
    Voir plus

    ''Très bien, un chef d'oeuvre, un peu long, oh! ce passage, vraiment bien ce personnage, quel régale ce cynisme dans l'écriture, marre de ces monologues''! Voilà en quelques mots comment je pourrais résumer ce que j'ai pensé de ''Belle du Seigneur"". Jamais un livre ne m'avait laissé aussi perplexe quant à savoir ce que j'en pensais. Pourtant, quel intérêt de publier une critique si ce n'est pour donner un avis? Essayons-donc tout de même..
    Ce livre fait sans doute partie, pour moi, des meilleurs romans jamais écrits au XXème siècle (du moins de ce que j'en est lu). Jamais un auteur n'avait réussi à offrir un tel panel de personnages, un panel séduisant, un panel travaillé avec minutie, un panel multicolore. Jamais un écrivain n'avait mis autant de cynisme dans l'écriture, créant assez régulièrement des éclats de rire; jamais un écrivain n'avait poussé aussi loin les tourments d'un couple amoureux, créant parfois des larmes. Jamais un écrivain n'avait aussi bien allié dans un même roman psychologie, passion, critique sociétale, humour et excentricité, modernité littéraire. Et pourtant, je ne lui ai mis que 4 étoiles. Pourquoi pas 5? Parce que j'ai trouvé certains passages imbuvables (monologues sans ponctuations), et qu'il semble impossible de mettre 5 étoiles lorsque l'on a sauté des dizaines de pages (même si ces dizaines de pages ne forment qu'une toute petite portion par rapport au 1100 pages de l'oeuvre).
    En somme, si vous aimez la variété, l'humour, le cynisme, la passion, la critique, les pavés, le malheur, l'excentricité, l'originalité, Albert Cohen ou si vous n'aimez pas le romantisme, les bureaucrates, l'Amour, vous prendre la tête, le nazisme ou perdre votre temps, je pense qu'il vous faut lire ce livre, sans toutefois rechigner à éviter certains passages si vous les trouvez trop long (sachant que ces mêmes passages ont beaucoup plu à d'autres)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Moi je me suis régalé 2 fois dans ma vie avec ce livre à 30 ans d'intervalle, j'espère pouvoir le lire une troisième fois. Magnifique littérature et peinture de notre société.

    Moi je me suis régalé 2 fois dans ma vie avec ce livre à 30 ans d'intervalle, j'espère pouvoir le lire une troisième fois. Magnifique littérature et peinture de notre société.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il paraît qu'il y a deux réactions face à ce livre : on adore ou on déteste. Pas de bol, je n'ai dû lire qu'une vingtaine de pages et je ne me souviens pas de ce que j'ai lu car je n'ai pas réussi à me concentrer. Je ne doute pas que ce livre soit un chef d'oeuvre mais pour moi c'est imbuvable.

    Il paraît qu'il y a deux réactions face à ce livre : on adore ou on déteste. Pas de bol, je n'ai dû lire qu'une vingtaine de pages et je ne me souviens pas de ce que j'ai lu car je n'ai pas réussi à me concentrer. Je ne doute pas que ce livre soit un chef d'oeuvre mais pour moi c'est imbuvable.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai ri parfois, j'ai été irritée souvent, je me suis ennuyée beaucoup...ça m'inquiète beaucoup de voir que j'aime rarement les livres "consacrés" mais je refuse de hurler avec les loups...et j'assume mes ressentis (une 2ème lecture s'imposerait mais je n'en ai pas le courage...je préfère...
    Voir plus

    J'ai ri parfois, j'ai été irritée souvent, je me suis ennuyée beaucoup...ça m'inquiète beaucoup de voir que j'aime rarement les livres "consacrés" mais je refuse de hurler avec les loups...et j'assume mes ressentis (une 2ème lecture s'imposerait mais je n'en ai pas le courage...je préfère prendre le risque de défricher: c'est pourquoi j'aime les avant-premières

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Un grand livre, grand classique sans doute qu'une nouvelle lecture s impose mais que c est long et rébarbatif! Un des rares romans que je n ai pas terminé, pour l instant. A lire les commentaires il faudrait ressayer mais avant je vais poursuivre sur d autres auteurs.

    Un grand livre, grand classique sans doute qu'une nouvelle lecture s impose mais que c est long et rébarbatif! Un des rares romans que je n ai pas terminé, pour l instant. A lire les commentaires il faudrait ressayer mais avant je vais poursuivre sur d autres auteurs.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Genève dans les années 1930. Un homme séduisant se déguise en vieillard juif et s’introduit chez Ariane Deume pour la séduire. Cet événement marque le début d’une relation hors du commun entre une femme mariée et le supérieur de son mari. Du mépris à la passion, nous suivrons la belle Ariane et...
    Voir plus

    Genève dans les années 1930. Un homme séduisant se déguise en vieillard juif et s’introduit chez Ariane Deume pour la séduire. Cet événement marque le début d’une relation hors du commun entre une femme mariée et le supérieur de son mari. Du mépris à la passion, nous suivrons la belle Ariane et son Seigneur Solal dans leur amour à travers l’Europe de l’avant-guerre.
    Autour du couple d’amants gravitent d’autres personnages, tous aussi intéressants les uns que les autres. Nous avons la famille Deume, qu’Albert Cohen ne se prive pas de ridiculiser. Adrien, le mari d’Ariane, fonctionnaire au Palais des Nations, est l’exemple parfait de l’homme intéressé par rien d’autre que son ascension sociale. Pour lui, tout est basé sur les relations, l’importance des fréquentations et, surtout, sur l’apparence. Les scènes qui le concernent sont très comiques, toujours dans l’exagération et même les événements les plus sérieux basculent systématiquement dans le ridicule. Le fait qu’il vive dans la même maison que ses parents ajoute à cette impression et, par ce choix, l’auteur a en même temps l’opportunité de nous faire faire connaissance avec d’autres personnages – tout aussi divertissant : M. et Mme Deume.
    Du côté de Solal, nous rencontrons les Valeureux, ses cousins, qui visitent Genève à plusieurs reprises. Les passages les concernant m’ont beaucoup plu car ils sont tout à fait inattendus. Débarquant tout droit de leur Céphalonie natale, ils sont complètement décalés par rapport aux diplomates et représentants de la ville. Ils ont une manière de parler et d’agir très différente de tous les autres personnages et mettent en place différents stratagèmes pour s’attirer les bonnes grâces de Solal – et bien sûr son argent.
    Les variations de langage dont je viens de parler sont sans aucun doute l’intérêt principal de ce roman. Chaque personnage à sa propre manière de parler, son vocabulaire, ses expressions. On reconnaît immédiatement si c’est Ariane qui parle, Solal, les Valeureux, la famille Deume ou Mariette, leur domestique. Nous avons principalement affaire aux amants, qui s’enferment à plusieurs reprises dans des monologues intérieurs. Sur le modèle d’Ulysse de James Joyce, ces derniers ne sont la plupart du temps pas ponctués. Nous suivons ainsi le fil des pensées des personnages, ce qui nous donne de nombreuses informations sur leur caractère et leur personnalité. De plus, ce procédé nous permet de passer d’un point de vue à l’autre et nous aide ainsi à regarder les faits de plusieurs points de vue différents.
    Certains de ces monologues sont toutefois relativement longs et difficiles à comprendre. Ajoutés à quelques longueurs dans le déroulement de l’intrigue et à la complexité de l’écriture – qui teinte toutefois magnifiquement de poésie cette œuvre – ils dissuaderont probablement plusieurs lecteurs.
    Ces quelques difficultés dépassées, on aura alors tout le loisir apprécier une critique de la bourgeoisie et de son monde impitoyable, du snobisme et de la Société des Nations ainsi que, bien évidemment, l’analyse du thème principal du roman : la passion. On assistera à la séduction, qui se transformera en passion avant d’entamer sa décadence. Tout au long de ce chemin, on découvrira ainsi plusieurs facettes des personnages.
    L’histoire est centrée sur les deux amants bien sûr, mais nous visitons en même temps Genève et, dans une Europe où l’antisémitisme prend de l’importance, nous découvrons la vie d’avant la première Guerre Mondiale.
    Ce chef-d’œuvre de la littérature francophone du XXe siècle est à lire absolument pour quiconque apprécie les histoires d’amour - l'amour, étudié sous tous ses aspects - et les belles plumes, et qui n’a pas peur du grand nombre de page et de la complexité de certains chapitres.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.