Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Aux petits mots les grands remèdes

Couverture du livre « Aux petits mots les grands remèdes » de Michael Uras aux éditions Preludes
  • Date de parution :
  • Editeur : Preludes
  • EAN : 9782253107828
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Alex, notre héros passionné par les livres, a choisi d'exercer le métier peu commun de bibliothérapeute. Sa mission : soigner les maux de ses patients en leur prescrivant des lectures. Yann, l'adolescent fragile qui s'est fermé au monde ; le cynique Robert, étouffé par son travail et qui ne sait... Voir plus

Alex, notre héros passionné par les livres, a choisi d'exercer le métier peu commun de bibliothérapeute. Sa mission : soigner les maux de ses patients en leur prescrivant des lectures. Yann, l'adolescent fragile qui s'est fermé au monde ; le cynique Robert, étouffé par son travail et qui ne sait plus comment parler à sa femme ; Anthony, la star de football refusant de s'avouer certaines de ses passions... Tous consultent Alex. Mais qui donnera des conseils au bibliothérapeute lui-même ?
La clé du bonheur se trouve-t-elle vraiment entre les lignes de ses livres chéris ?

En convoquant les auteurs qui ont compté, Michaël Uras propose, sous une plume vive et légère, une histoire revigorante et inspirante, pleine d'humour et d'esprit, qui rend hommage aux mots, ceux des autres, ou ceux que chante notre petite musique intérieure.

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Michaël Uras répond à nos questions ! (14/12/2016)

1) Qui êtes-vous ? ! Je suis romancier, professeur de lettres, mari et père de deux "adorables" (parce que je réponds à ce questionnaire pendant leur absence) petites filles. Je suis tout "ça", jamais en même temps, heureusement. 2) Quel est le thème central de ce livre ? Le thème central est la bibliothérapie ou comment traiter les maux par les mots. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? "Je ne laisse personne indifférent", c'est ce que pense le personnage principal. Sa profession est mal connue et il est lui-même un peu hors des sentiers battus. C'est un être à part. De part la bibliothérapie, bien sûr, mais aussi de part sa relation aux livres. Il est rongé par la passion. 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Sans aucun doute la chanson que le narrateur écoute depuis son enfance. "Tu sei l'unica donne per me", une chanson italienne un peu (beaucoup) kitsch. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? L'idée que les livres peuvent nous aider à vivre. 6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ? J'écris quand je le peux et ce n'est pas toujours évident. Le soir, quand tout le monde dort, je devrais vous dire que je me jette sur mon clavier pour écrire mais les choses ne sont pas aussi merveilleuses. Souvent, après ma journée de travail, je suis absolument incapable d'écrire une ligne. Je n'ai qu'une envie : dormir ! Tout cela pour dire que j'écris sans calendrier, sans horaires fixes. Comme un amateur. En écoutant de la musique, toujours. Classique, parfois. Du rock, souvent. Des musiques de films, aussi. Pour me couper du monde. J'écoute le même morceau cinquante, soixante fois. Je l'épuise puis je le range. J'en prends un autre, inlassablement. 7) Comment vous vient l'inspiration ? Si je le savais ! 8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ? Depuis l'adolescence, j'ai beaucoup lu Proust et la critique Proustienne. Quand j'ai eu ingurgité assez de matière pour pouvoir me moquer (gentiment) des pseudo-spécialistes obsédés par Marcel Proust, j'ai écrit mon premier roman Chercher Proust. L'écriture était donc, au départ, une réaction contre le scientisme de certains. 9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ? Proust, bien sûr. Toute son oeuvre, ses textes brefs, ses poésies, ses lettres et sa cathédrale. Marcel est un ami d'enfance qui m'a appris à lire. Je lui en suis reconnaissant. Infiniment. 10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! À lire ce qu'on aurait voulu écrire.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Avis (13)

  • Un peu déçue par cette lecture car je m'attendais à un livre beaucoup plus profond.
    C'est en fait presque écrit sous la forme d'une comédie et je n'ai pas adhéré plus que ça.
    Reste un ouvrage enlevé, facile à lire et distrayant.

    Un peu déçue par cette lecture car je m'attendais à un livre beaucoup plus profond.
    C'est en fait presque écrit sous la forme d'une comédie et je n'ai pas adhéré plus que ça.
    Reste un ouvrage enlevé, facile à lire et distrayant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Alexandre exerce 1 métier rare: bibliothérapeute, il soigne ses patients grâce à des livres soigneusement choisis afin de leur faire relativiser leur mal-être, leur redonner goût à la vie et donner un sens et une explication à leur questionnements.
    Ses clients sont plus qu'originaux et typés:...
    Voir plus

    Alexandre exerce 1 métier rare: bibliothérapeute, il soigne ses patients grâce à des livres soigneusement choisis afin de leur faire relativiser leur mal-être, leur redonner goût à la vie et donner un sens et une explication à leur questionnements.
    Ses clients sont plus qu'originaux et typés: 1jeune homme froid, presque méchant,défiguré et muet suite à 1 accident de la route, un vendeur de montres de luxe à la limite du burn-out et un footballeur professionnel. Mais en plus il cumule aussi ses déboires perso: des relations plus que tendues avec sa mère, son irascible propriétaire et son amie,Mélanie qui l'a quitté et dont Alex est toujours épris. On suit Alex dans ses relations professionnelles, ses histoires personnelles, le tout entrecoupé d'extraits littéraires bien sélectionnés, sans pour autant être 1 catalogue à la Prévert.
    J'ai découvert cet auteur et j'en suis agréablement contente.
    J'ai trouvé l'écriture à l'image d'Alex: fine, légère, drôle, un peu hors de son temps (aujourd'hui de moins en moins lisent, malheureusement), optimiste. Ce roman m'a aussi donné envie de me replonger un peu dans les grands classiques de notre littérature et met une claque à ceux qui pensent que lire est réservé à l'élite. Sur ce point, je rejoins Michaël Uras : "la littérature fut-elle celle des plus grands noms doit être une source de plaisir et de partage."
    Une bien belle découverte que j'aurais plaisir à partager afin de propager cette vision de la littérature un brin farfelue mais si salvatrice par moments...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L'idée de soigner les maux par les livres est une excellente idée. C'est un peu ma philosophie de penser, il y a toujours un livre quelque part qui nous attend pour nous aider, nous changer, nous remonter le moral.
    J'ai bien lire ce livre, m'identifier dans certains passages.. Je trouve juste...
    Voir plus

    L'idée de soigner les maux par les livres est une excellente idée. C'est un peu ma philosophie de penser, il y a toujours un livre quelque part qui nous attend pour nous aider, nous changer, nous remonter le moral.
    J'ai bien lire ce livre, m'identifier dans certains passages.. Je trouve juste cela dommage que les livres-remèdes ne soient pas plus présent, et que le sujet n'ait pas été plus développé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    Le héros, Alex est un bibliothérapeute attachant, il utilise le livre comme outil de soin afin d'apaiser les troubles (anxiété, angoisse, dépression, phobie) ou de renforcer le bien-être psychologique de ses clients. Cette pratique peu connue en France fait que ces derniers sont peu...
    Voir plus

    Le héros, Alex est un bibliothérapeute attachant, il utilise le livre comme outil de soin afin d'apaiser les troubles (anxiété, angoisse, dépression, phobie) ou de renforcer le bien-être psychologique de ses clients. Cette pratique peu connue en France fait que ces derniers sont peu nombreux.
    L'un deux est un joueur de foot très connu qui tient à garder l'anonymat, un autre est un homme d'affaires surchargé qui a décidé de prendre le temps de vivre mais n'y arrive pas. Alex voit également un jeune homme qui a eu un accident de voiture et s'est retranché chez sa mère. Ce sont toutes ces rencontres professionnelles d'Alex que nous décrit l'auteur mais aussi celles de sa vie intime comme avec sa gardienne (pingre et acariâtre) ou avec Mathilde (la femme qu'il aime mais qui vient de le quitter)...

    Très beau roman sur les relations entre individus, avec de nombreuses références à d'autres livres et auteurs qui donnent envie de lire ou relire encore et encore. Chaque personnage vaut le détour, il est plaisant de les aimer ou de les détester.

  • "Parfois, la vie est rattrapée par la littérature. Peut-être parce que tout a été écrit. Peut-être parce que de plus en plus de gens écrivent. Il y a des millions d'auteurs et des milliers de lecteurs."

    Un héros biblio thérapeute ? Comment ne pas succomber ? Une vie parmi les livres, les...
    Voir plus

    "Parfois, la vie est rattrapée par la littérature. Peut-être parce que tout a été écrit. Peut-être parce que de plus en plus de gens écrivent. Il y a des millions d'auteurs et des milliers de lecteurs."

    Un héros biblio thérapeute ? Comment ne pas succomber ? Une vie parmi les livres, les héros de fictions et des romans qui remplacent les médicaments. Des prescriptions littéraires pour soigner les petits et les grands maux de l'âme et de l'esprit laissés par la vie. L'idée est belle et le voyage aux côtés d'Alex bien sympathique. Car il est lui-même plein de failles, notre héros. Et les livres semblent être un refuge, un paravent qui le protège d'un monde réel un peu trop dur. Mais peut-on vivre constamment dans la fiction ?

    "Une oeuvre en appelait une autre. Puits sans fond de la littérature. Mais un puits chaleureux, pas mortifère, rassurant, parce qu'il contenait des trésors qui nous ramenaient à la surface. Les livres ne coupaient pas du monde de manière définitive, ils nous apprenaient à mieux l'appréhender."

    Ce que les livres ont fait pour lui dans l'enfance et l'adolescence, Alex espère en faire profiter ses patients. (Et le lecteur, en passant, ne peut s'empêcher de noter les prescriptions comme autant d'idées pour augmenter judicieusement sa PAL) Ce qui nous vaut quelques jolis moments d'échanges avec un jeune homme défiguré par un accident et retranché entre les murs de sa maison, un footballeur que tous les clubs s'arrachent et qui ne sait quel choix opérer ou encore un cadre bien trop dynamique et proche du burn out.

    Mais là où l'auteur emporte le morceau, c'est en suivant la propre progression d'Alex qui, trop occupé à soigner ses patients est tout près de passer à côté de sa propre vie et de Mélanie, sa compagne, lassée par cette promiscuité permanente avec des héros de fiction. La vie se rappelle à lui et il est peut-être temps de la mordre à pleines dents.

    C'est un bel hommage à la littérature, aux auteurs et au pouvoir des mots que délivre Michaël Uras aux côtés de ce héros atypique. Un roman qui ne peut que ravir tous les amoureux des livres, tous ceux qui trouvent au fil de leurs lectures de quoi grandir, tenir, vivre, construire, choisir ou résister. Un livre qui rappelle aussi que la vie, ce n'est pas vraiment de la littérature mais que la littérature, c'est sûrement la vie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est une bien étrange profession qu'Alexandre, Alex, a choisi d'exercer. Passionné par les livres, il aurait pu être libraire, ou bibliothécaire. Cela lui aurait parfaitement convenu car Alex connait parfaitement ses classiques aussi bien que la littérature contemporaine. Mais non! Alex est...
    Voir plus

    C'est une bien étrange profession qu'Alexandre, Alex, a choisi d'exercer. Passionné par les livres, il aurait pu être libraire, ou bibliothécaire. Cela lui aurait parfaitement convenu car Alex connait parfaitement ses classiques aussi bien que la littérature contemporaine. Mais non! Alex est bibliothérapeute. C'est à dire qu'il soigne les gens en leur prescrivant des lectures! Une bien étrange profession qui n'a pas l'heur de plaire à son entourage et qui lui vaut bien des aventures et ... mésaventures!

    D'abord, il y a Mélanie, la jeune femme qu'il aime, la femme de sa vie, qui l'aime (aussi, encore) mais qui vient de le quitter car comment envisager un avenir commun avec quelqu'un qui passe tout son temps dans les livres et vit par les livres? Une rupture qu'Alex doit gérer en s'appuyant sur les livres encore?

    Puis il y a ses parents aussi, dont les comportements et attitudes sont aussi curieuses et étranges que les siennes (si ce n'est plus...)

    N'oublions pas, bien sûr, ses patients, celles et ceux qui viennent le consulter, et parmi eux on retiendra Anthony, footballeur adulé qui éprouve d'autres passions que celle pour le ballon rond mais ne sait pas le reconnaître; Robert, overbooké, la tête (et le reste) accaparé par son travail, faisant preuve d'un cynisme à la limite de l'acceptable, surtout vis à vis de son épouse; et encore Yann, timide adolescent, réservé, craintif, qui a bien du mal à trouver sa place dans notre société où il faut toujours être bien vu, se faire bien voir et paraître (a minima) le meilleur.

    A tous ces personnages, que la vie a malmenés et malmène encore, Alex conseille des lectures, des oeuvres complètes, des romans, des essais, ou seulement quelques extraits pour voir, avant d'aller dans un traitement plus complet. Cela peut sembler simpliste, prête à sourire. Et d'ailleurs l'ironie, l'humour qui accompagne ce récit, les mots de Michaël Uras renforcent ce ressenti. On est alors tenté de se dire que, finalement, on a, chez soi, tous les remèdes qu'il faut pour aller bien. Et pourtant...

    Alex lui-même en fait l'expérience. Difficile en effet de se remettre d'une rupture sentimentale en puisant certes un réconfort dans certaines lectures, un apaisement provisoire (nécessaire et bienvenu) mais qui reste passager. Difficile alors de vivre cette rupture, de "s'automédicamenter" par les livres en en voyant les limites et de continuer d'exercer cette profession de bibliothérapeute quand on commence à douter tout en restant convaincu du bien-fondé de cette thérapie.

    Grande lectrice, passionnée de littérature, ce roman ne pouvait que m'attirer et me plaire. Et de fait, j'ai passé un excellent moment en compagnie d'Alex. Curieuse de sa profession, souriant, riant de son exercice, m'émouvant de ses déboires et de ses difficultés, entrant pleinement en empathie avec lui dans ses épreuves et m'interrogeant, tout comme lui, sur la réalité de ces soins.

    Alors, oui, la lecture aide, soulage, apaise. Par ces rencontres qu'elle nous fait vivre. Par ces voyages qu'elle nous fait faire. Par ces pays, ces destins, ces époques qu'elle nous fait découvrir. Mais est-ce qu'elle soigne vraiment? Est-ce que les livres peuvent guérir?

    La réponse, la tentative de réponse qu'apporte Michaël Uras est bien sentie, portée par une belle écriture, un humour parfaitement dosé et un suspense captivant.

    Une très belle lecture que ces "petits mots..."

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "- Je suis bibliothérapeute

    -Vous réparez des livres ?

    Je n'avais jamais entendu pareille réflexion mais, à bien y penser, elle était originale et drôle...

    -Je répare les gens,avec des livres.

    -Ah. "

    Alex exerce le métier de bibliothérapeute, et nous offre avec ce récit un bel...
    Voir plus

    "- Je suis bibliothérapeute

    -Vous réparez des livres ?

    Je n'avais jamais entendu pareille réflexion mais, à bien y penser, elle était originale et drôle...

    -Je répare les gens,avec des livres.

    -Ah. "

    Alex exerce le métier de bibliothérapeute, et nous offre avec ce récit un bel aperçu de son métier encore trop méconnu en France.

    Ces patients, de milieux sociaux différents, font appel à lui dans l'espoir d'aller mieux. À chaque patient, un auteur, un livre, une histoire en accord avec leurs maux. Une histoire pour mieux comprendre sa douleur, mieux vivre avec, l'accepter, la soigner. Des mots pour guérir les maux.

    "La langue révélatrice de la pensée, est la mère de tous les maux." Jian Zilong

    Alex aime les livres à la folie.

    "Mes yeux avaient la mauvaise habitude de chercher la bibliothèque dans toutes les habitations que je visitais. Les livres, leur disposition, leur état en disaient long sur leurs propriétaires. Combien d'habitations ne refermaient aucun livre? Aucune revue, même? Des lieux sans lecture, coupés de l'intelligence."

    Et de son coté, trouvera-t'il entre ces lignes, les solutions à ses propres problèmes?

    "J'étais heureux parce qu'il me restait tant à lire, tant à apprendre sur les autres et sur moi, tant à côtoyer l'intelligence des auteurs et de leurs textes. Une œuvre en appelait une autre. Puits sans fond de la littérature. Mais un puits chaleureux, pas mortifère, rassurant parce qu'il contenait des trésors qui nous ramenaient à la surface. Les livres ne nous coupaient pas du monde en définitive, ils nous apprenaient à mieux l'appréhender."

    Voilà un roman qui va ravir plus d'un lecteur, de part son contenu où beaucoup se reconnaitront, et par sa force de persuasion pour ceux qui douteraient encore du pouvoir de la lecture.

    Michaël Uras, avec une plume vive, légère, touchante, nous offre une plongée magique au milieu des mots. On s'y retrouve et on s'y sent bien, un peu comme si l'on était chez soi, dans sa bibliothèque en très bonne compagnie.

    Connaissant mon addiction à la lecture, ma passion des mots, ma fièvre acheteuse malgré mes PAL conséquentes, je ne pouvais pas passer à coté de ce roman. Je fais partie de ces lectrices qui ont besoin des livres pour vivre mieux, une question de survie même. Chaque livre est un voyage, une parenthèse qui m'aide à avancer, à poursuivre ma route.

    Aux petits mots les grands remèdes, un bien joli roman à mettre entre toutes les mains, à prescrire sans modération à tous lecteurs et aux non-lecteurs pourquoi pas ...

    Une lecture exaltante, qui donne de l'énergie, de l'espoir, du rêve, bourrée d'humour et de réflexions on ne peut plus cocasses sur nos contemporains.

    Citations que je me permets de rajouter en parfaite harmonie avec ce roman de Michaël Uras :

    " Je ne suis jamais seule ni totalement abandonnée, du moment qu'il y a des livres." : Madeleine Chapsal

    " Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux." Jules Renard

    Michaël Uras est aujourd'hui professeur de lettres modernes. Il a publié deux autres romans:"Chercher Proust"qu'il me tarde de découvrir et "Nos souvenirs flottent dans une marre poisseuse" un beau moment de lecture.

    J'espère sincèrement croiser sa route un jour et papoter un long moment avec lui sur nos livres fétiches.

    Je remercie l'auteur et les éditions Prélude pour cette prescription livresque délicieuse.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Soigner les maux par les mots, telle est l’idée de ce roman !



    Notre héros, c’est Alex. Un jeune homme, un littéraire passionné par les livres (et plus particulièrement par les classiques). Elevée par une mère professeure de littérature à l’université, il n’a pas eu d’autre option que de...
    Voir plus

    Soigner les maux par les mots, telle est l’idée de ce roman !



    Notre héros, c’est Alex. Un jeune homme, un littéraire passionné par les livres (et plus particulièrement par les classiques). Elevée par une mère professeure de littérature à l’université, il n’a pas eu d’autre option que de s’intéresser lui aussi à la littérature. Mais, c’est un chemin différent de celui que lui préconisait sa mère que notre héros décide de prendre ! Il n’est pas devenu professeur de lettres mais biblitohérapeute : il soigne ses patients en leur prescrivant des livres (pas mal du tout, n’est-ce pas ?). Il vit pour les livres, il travaille dans les livres…

    C’est là qu’interviennent Yann (un adolescent au caractère bien trempé mais qui est renfermé sur lui-même…), Robert (un homme qui ne vit que par son travail) et Anthony (un footballer professionnel très médiatisé). Trois patients qui vont donner à Alex du fil à retorde, trois patients que l’on découvre au fil des pages…



    Ce que j’ai aimé dans ce roman est, tout d’abord, le thème : la bibliothérapie, une discipline encore très peu connue en France. Cet aspect du roman met donc en avant les livres comme méthode de soin (pas n’importe quel soin non plus) et l’amour (soit l’importance) des mots !

    De plus, le personnage d’Alex est attachant. On apprend à le connaître au fur et à mesure de notre avancée dans le roman, on découvre des éléments de sa vie, on apprend qu’il a lui aussi des problèmes dans sa vie… En ce qui concerne ses patients, Yann a été mon « préféré » malgré son caractère, j’ai particulièrement apprécié la relation que se créée entre Alex et Yann, une relation qui évolue au fil de leurs visites !



    Un roman que je conseille aux amoureux des livres, aux amoureux des mots…. Un roman léger et vivant ! Un roman sur les mots : ceux qu’on lit mais aussi ceux qu’on prononce !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.