Aurore

Couverture du livre « Aurore » de Jean-Paul Enthoven aux éditions Grasset
Résumé:

« C'est dans un miroir que j'ai croisé le premier regard d'Aurore. Elle se tenait derrière moi. Nos regards purent ainsi s'attarder avec impudeur, l'un dans l'autre, sans que personne ne s'en avise. Il n'est pas indifférent que ce soit ce miroir qui nous ait, en quelque sorte, rapprochés. Pas... Voir plus

« C'est dans un miroir que j'ai croisé le premier regard d'Aurore. Elle se tenait derrière moi. Nos regards purent ainsi s'attarder avec impudeur, l'un dans l'autre, sans que personne ne s'en avise. Il n'est pas indifférent que ce soit ce miroir qui nous ait, en quelque sorte, rapprochés. Pas indifférent, non plus, que son visage me soit parvenu alors que je lui tournais le dos. J'avais eu, tout de suite, l'impression que cette femme sortait de mon passé et, de ce fait, il me parut naturel de la reconnaître sans l'avoir jamais vue. Tout, dans ce qui s'ensuivit, se déduira de cet enchaînement. En amour, c'est toujours le passé qui donne des ordres... » Le narrateur, piégé par la beauté et le mystère d'Aurore, se lance à corps perdu dans cet amour sublime. Aurore se donne, fuit, louvoie, embrase la vie joyeuse... et disparaît. Qui donc est cette femme aux cents visages ? Putain ? Princesse polonaise ? Femme damnée ? Reine ? Le narrateur enquête sur lui-même, sur la beauté qu'il aimait, méduse au corps multiple, à l'âme fausse - et les mots seuls apaisent le sang blessé.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Au départ, ce livre m’a semblé prétentieux.
    C’est l’histoire d’un homme oisif et assez riche héritier de son père qui tombe amoureux d’Aurore. Une véritable passion. Mais aurore est imprévisible au quotidien et au bout de six mois elle disparaît.
    L’auteur philosophe sur l’amour et la passion en phrases plutôt sentencieuses, d’où mon agacement du début.
    Mais très vite, je me suis laissé prendre par cette passion et par les transformations qu’elle entraîne chez le héros.
    Par moments, on assiste en effet à une transposition d’Orphée et Eurydice.
    L’écriture est belle et finalement, c’est un bon roman

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

La derniere femme Jean-Paul Enthoven GRASSET ET FASQUELLE

Voir tous les livres de Jean-Paul Enthoven

Récemment sur lecteurs.com