Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

Couverture du livre « Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil » de Haruki Murakami aux éditions 10/18
  • Date de parution :
  • Editeur : 10/18
  • EAN : 9782264056177
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Une situation stable, une famille unie : à quarante ans, Hajime ne peut imaginer existence plus agréable que la sienne. Lorsqu'il retrouve par hasard son premier amour de jeunesse, il sent néanmoins vibrer en lui un besoin de changement... Un roman empreint d'une grande poésie, ciselé par l'un... Voir plus

Une situation stable, une famille unie : à quarante ans, Hajime ne peut imaginer existence plus agréable que la sienne. Lorsqu'il retrouve par hasard son premier amour de jeunesse, il sent néanmoins vibrer en lui un besoin de changement... Un roman empreint d'une grande poésie, ciselé par l'un des maîtres de la littérature nippone contemporaine.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Amour et littérature : les gens heureux n'ont pas d'histoire
    Amour et littérature : les gens heureux n'ont pas d'histoire

    Le transport amoureux inspire depuis des siècles aux poètes et aux auteurs des histoires pétries d'interdits. Comme le chantait Aragon "Il n'y a pas d'amour heureux…", et la puissance de ces romans se mesure à l'aune de la douleur et de l'impossible qu'elles racontent. Morceaux de choix.

Avis (10)

  • J'ai lu Haruki Murakami il y a très longtemps avec ce roman et Les amants du Spoutnik  et j'en garde un bon souvenir mais sans rien de plus précis alors je me replonge dans celui-ci pour me le remettre en mémoire.

    Amour adolescente, amour unique. Hajime fait la connaissance de Shimamoto-san...
    Voir plus

    J'ai lu Haruki Murakami il y a très longtemps avec ce roman et Les amants du Spoutnik  et j'en garde un bon souvenir mais sans rien de plus précis alors je me replonge dans celui-ci pour me le remettre en mémoire.

    Amour adolescente, amour unique. Hajime fait la connaissance de Shimamoto-san alors qu'ils ont douze ans et de nombreux points communs. Enfant unique, solitude, Hajime trouve son double, son complément dans cette jeune fille boiteuse suite à la poliomyélite. Entre eux c'est une évidence qui n'a pas besoin de mots. La vie va les éloigner l'un de l'autre mais le souvenir de cette relation accompagnera Hajime dans sa vie d'homme, allant jusqu'à la fantasmer ou la chercher dans chaque femme croisée ou aimée et lorsqu'il sera à nouveau en sa présence il va envisager de tout remettre en question, femme, enfants, travail car il ne se sent pleinement heureux qu'en sa présence.

    Roman d'une extrême mélancolie sur le temps qui passe, sur la recherche du plaisir et du bonheur, sur la trace laissée par un amour d'enfance, sur la place privilégiée qu'il tient dans notre mémoire surtout quand il n'a pas été "consommé" et dans notre cœur, résiste-t-il au temps et aux changements que la vie occasionne.

    Voici un roman  qui allie blues et jazz, un le récit des souvenirs mais aussi la construction d'un homme en quête de l'amour absolu, idéalisé. Malgré les rencontres amoureuses qui ont jalonné sa vie, malgré sa vie d'homme qui a connu réussites professionnelle et  familiale, Hajime (qui signifie "commencement") sera toujours dans la quête de Shimamoto-san, son seul amour.
    Une narration tout en délicatesse et en mélancolie, imprégnée de sensualité et de questionnements sur le sens d'une vie dans laquelle tout vous réussit mais dans laquelle vous n'obtenez pas ce qui finalement est essentiel. Une quête dans laquelle Hajime remettra tout en question, sa morale, ses buts, sa famille d'autant qu'il n'a rien à leur reprocher. Tout est parfait mais il y manque Shimamoto-san.

    Les personnages et en particulier celui de Hajime sont fouillés, Shimamoto-san étant plus trouble,  restant mystérieuse et j'ai même imaginé à un moment qu'elle n'était qu'un fantôme, fruit de son obsession. Yukido, l'épouse et mère des deux filles de Hajime, est une femme plus en retrait mais présente, patiente et douce, finalement le pilier qui tient le foyer.

    Se retrouver plus de 20 ans plus tard, devenus adultes, vont-ils franchir le pas et concrétiser leur amour, peut-on laisser derrière soi ceux qui les entourent, les aiment ainsi que l'univers professionnel que l'on a construit mais surtout faut-il finalement le concrétiser, le prolonger ou le garder au rayon des souvenirs, comme un trésor caché.

    L'auteur décrit parfaitement la nostalgie d'un amour d'enfance, de l'empreinte laissée en soi quand celui-ci correspond à la fusion de deux esprits et qu'aucun autre ne pourra supplanter. Toutes les femmes rencontrées auront un peu de cet amour d'enfance mais jamais ne le combleront. Il est heureux mais non satisfait.

    Dans une écriture simple, fluide mais empreinte d'une extrême mélancolie, l'auteur à travers Hajime, évoque une vie d'homme prenant conscience du vide de son existence si son amour de jeunesse n'en fait partie. C'est un amour sublimé, qu'il tentera de retrouver dans des femmes de passage qu'il lui arrivera de blesser parfois.

    Qu'y-a-t-il au Sud de la frontière ? Qu'y-a-t-il à l'Ouest du soleil ? Un éden, un désert ou une terre des "peut-être", l'espoir, des souvenirs ? A l'image de Nat King Cole et "South of the border", chanson inspirant le titre mais aussi musique sur laquelle les deux adolescents ont pris conscience de leur unité, chacun formulera ce qu'il attend, espère de l'autre côté de l'horizon et fera ses choix.

    Une lecture douce, prenante, mélancolique mais sans réelle tristesse. Un voyage aux pays des souvenirs, des émois d'enfance et dans la quête du bonheur parfait et de soi.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La complexité des rapports amoureux, avec une mince frontière séparant le réel de l'imaginaire et du passé. Un texte merveilleusement écrit et superbement présenté. J'ai beaucoup aimé.

    La complexité des rapports amoureux, avec une mince frontière séparant le réel de l'imaginaire et du passé. Un texte merveilleusement écrit et superbement présenté. J'ai beaucoup aimé.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Chez Murakami on se trouve toujours à la frontière du réel et du fantastique. Ce roman ne fait pas exception à la règle. Le personnage principal est en effet aux prises avec son passé qui revient sous une forme quasi fantomatique et qui va bouleverser sa vie.
    Plus qu'une histoire d'amour, il...
    Voir plus

    Chez Murakami on se trouve toujours à la frontière du réel et du fantastique. Ce roman ne fait pas exception à la règle. Le personnage principal est en effet aux prises avec son passé qui revient sous une forme quasi fantomatique et qui va bouleverser sa vie.
    Plus qu'une histoire d'amour, il s'agit bien ici d'une introspection fine et assez passionnante du psyché masculin quant au rapport aux femmes. On a bien entendu parfois l'impression d'avoir déjà entendu Murakami nous raconter cette histoire mais après tout ce n'est pas bien grave, tant cette musique est envoûtante et agréable.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce roman nous présente l'histoire intime et touchante de deux personnages que la vie a éloignés, et qui ont gardé l'un pour l'autre un attachement qui élève leur idylle au-dessus d'un vulgaire adultère. L'ambiance est diffuse et nous imprègne, les morceaux de jazz bercent la lecture et nous...
    Voir plus

    Ce roman nous présente l'histoire intime et touchante de deux personnages que la vie a éloignés, et qui ont gardé l'un pour l'autre un attachement qui élève leur idylle au-dessus d'un vulgaire adultère. L'ambiance est diffuse et nous imprègne, les morceaux de jazz bercent la lecture et nous emportent dans un autre univers.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil est un livre que j’ai lu deux fois. La première fois, c’était après avoir lu Kafka sur le rivage et la fin des temps. J’avais été déçue. J’étais fascinée par le brouillage des frontières entre univers réaliste et onirique dans lequel Murakami excelle,...
    Voir plus

    Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil est un livre que j’ai lu deux fois. La première fois, c’était après avoir lu Kafka sur le rivage et la fin des temps. J’avais été déçue. J’étais fascinée par le brouillage des frontières entre univers réaliste et onirique dans lequel Murakami excelle, que je n’ai pas retrouvé dans ce livre plus contemplatif et moins tarabiscoté que les autres. Ressenti superficiel et passablement influencé par ce que je pouvais attendre sous la plume de cet auteur. En seconde lecture, j’ai adoré ce livre très subtil, un récit de la découverte de soi par le révélateur que constitue l’interaction avec les autres.
    Quels sont les choix que l’on fait ? Pourquoi les fait-on ? Se connaît-on vraiment ?
    Hajime et Shimamoto ont douze ans. Ils s’aiment. Hajime et Shimamoto ont trente-sept ans. Ils se retrouvent. Quel genre de personne est devenu Hajime ? Comment ces retrouvailles affectent-elles son existence.
    Un livre comme celui-ci, un livre sur ce que c’est que de savoir ce à quoi on tient et ce dont on est capable, est, qu’on le veuille ou non, un livre sur le bonheur. J’en recommande la lecture aux fans de Murakami, aux adeptes de l’introspection, aux amoureux de la musique, à tous ceux qui souhaitent se laisser bercer un moment au ressac de l’existence.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Bon, me voilà bien embêté pour parler de mon premier Haruki Murakami. Mitigé ? Dubitatif ? Perplexe ? Un peu tout cela, ce qui me paraît normal, puisque en gros, tous ces mots ont le même sens. La première partie (les 70 premières pages) qui décrit la vie de Hajime, monotone, ennuyeuse est...
    Voir plus

    Bon, me voilà bien embêté pour parler de mon premier Haruki Murakami. Mitigé ? Dubitatif ? Perplexe ? Un peu tout cela, ce qui me paraît normal, puisque en gros, tous ces mots ont le même sens. La première partie (les 70 premières pages) qui décrit la vie de Hajime, monotone, ennuyeuse est tellement bien faite que moi-même je m'y suis profondément ennuyé. Quel talent H. Murakami ! Faire ressentir à ce point à ses lecteurs ce qu'il tente de décrire ; du grand art ! En fait, je me demande à quoi servent ces pages : elles sont inodores, incolores, sans saveur.
    Heureusement la suite sans s'emballer, est plus intéressante : Hajime dont on peut dire qu'il a réussi ne parvient pas à vraiment vivre dans le présent se remémorant sans cesse les moments passés avec Shimamoto-san et avec Izumi, sa première petite amie qu'il a dû quitter précipitamment. Il a quelques coups de cafard, de questionnements qui l'empêchent d'avancer :
    "Je n'avais pas envie de retourner chez moi. Je téléphonai à ma femme, lui dis que j'avais encore des affaires à régler et que je rentrerais plus tard que d'habitude. J'éteignis toutes les lumières et continuai à boire du whisky dans le noir. Je le bus sec, c'était trop compliqué d'aller chercher des glaçons." (p.85)
    Entre tergiversations, questionnements, apitoiements, Hajime n'avance pas et moi non plus qui reste planté dans ce livre avec la sensation de lire des mots qui s'enchaînent en faisant des phrases (c'est le but d'un livre me direz-vous) que je ne comprends pas ou plutôt auxquelles je ne trouve qu'un intérêt très limité. Je ne peux pas dire non plus que l'écriture m'aie scotché. Très simple, ni désagréable ni enthousiasmante, neutre quoi ! Quelques scènes un peu chaudes (gentiment, rien de grivois ou de vulgaire, neutralité oblige !) pour finir d'emballer le lecteur ou la lectrice et hop, le tour est joué.
    Je ne doute pas que ce livre ait trouvé nombre d'amateurs (trices) tant j'entends parler de cet auteur depuis un moment. Son éditeur ne dit-il pas de lui que c'est "une pop-star littéraire au Japon", et qu'il "est devenu un auteur culte dans le monde entier." (4ème de couverture) ? Ça y est les gros mots sont lâchés : "auteur culte", ce qui personnellement me ferait plutôt fuir. De fait, si j'ai lu ce roman, c'est dans le cadre du club de lecture de la Bibliothèque Municipale dont le prochain thème est la littérature asiatique. Sans cela, je ne sais pas si j'aurais ouvert les pages de ce bouquin, qui, sans être inintéressant est bien trop dilué, avec de longues répétitions. Peut-être H. Murakami aurait-il dû en faire une nouvelle ? Enfin, c'est juste un conseil ! Mais je doute d'avoir un jour un remerciement de l'auteur ! Quelle ingratitude ces "pop-stars", ces "auteurs cultes" !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Apres avoir lu Kafka sur le rivage l'an passe, je suis donc entre dans ce livre avec quelques attentes … et meme si il ne m’a pas conduit la ou je l’attendais (en bref une sorte de roman total, melangeant fantasmes, allegories et realite), il m’a emmene dans un roman tres plaisant et tres bien...
    Voir plus

    Apres avoir lu Kafka sur le rivage l'an passe, je suis donc entre dans ce livre avec quelques attentes … et meme si il ne m’a pas conduit la ou je l’attendais (en bref une sorte de roman total, melangeant fantasmes, allegories et realite), il m’a emmene dans un roman tres plaisant et tres bien conduit. Un synopsis qui peut paraitre assez classique (quasi arlequinesque ?): la vie et les amours d’un jeune homme (Hajime) issu de la petite bourgeoisie japonaise (peut-etre est-il plus classe moyenne au debut), entre 10 et 40 ans. Murikami nous fait voir avec brio les transformations de ce jeune homme, sa decouverte de l’amour, ses echecs, ses periodes moroses et finalement son mariage avec Yukiko et sa reussite professionelle a la tete de 2 boites de jazz branchees. C’est alors « qu’il a tout pour etre heureux » que surgit dans sa vie l’amour de ses douzes ans …Malgre ce synopsis au parfum prononce de deja vu, Murakami, a reussi brillament a m’emmener d’un bout a l’autre, en faisant partager avec brio l’intimite des pensees d’Hajime, ses joies, ses doutes et ses dechirements internes … Sur la fin, quelques passages laissent encore paraitre l’ecriture « fantastique » qui accompagnait Kafka sur le rivage. A noter aussi, a ne pas mettre entre toutes les mains pour certaines scenes un peu chaudes …

    Une parallele bizarre m’est venu en terminant ce roman … J’ai pense a Kundera ! En faire le Kundera japonais serait un pas que je ne franchirais pas, mais il y a une certaines familiarite de ton, d’approche psychologique des personnages … C’est juste une impression fortuite …

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un livre captivant qui laisse beaucoup le champ libre au lecteur pour l'imagination et le rêve. A lire....

    Un livre captivant qui laisse beaucoup le champ libre au lecteur pour l'imagination et le rêve. A lire....

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.