Au bout du petit matin de Nox à Lux

Couverture du livre « Au bout du petit matin de Nox à Lux » de Paul-Christian Lapoussiniere aux éditions Coédition Nena/panafrika/silex/nouvelles
  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre :
  • Thème : Non attribué
Résumé:

Victor HUGO, Aimé CÉSAIRE, qu'est-ce qu'ils ont en commun ou de différent ? Qu'est-ce qui les rapproche ou les distingue l'un de l'autre ? Une étude comparative sérieuse, savante et bien menée sur l'ensemble de leurs eouvres respectives aura beau jeu, un jour, de le montrer de manière éclatante.... Lire la suite

Victor HUGO, Aimé CÉSAIRE, qu'est-ce qu'ils ont en commun ou de différent ? Qu'est-ce qui les rapproche ou les distingue l'un de l'autre ? Une étude comparative sérieuse, savante et bien menée sur l'ensemble de leurs eouvres respectives aura beau jeu, un jour, de le montrer de manière éclatante. En attendant, pour ne se cantonner qu'aux Châtiments et Cahier d'un retour au pays natal, c'est leur mouvement général. C'est la démarche respective des poètes qui consiste à passer de : Nox à Lux. C'est dans cette démarche, ce moment charnière entre la fin d'une nuit, et le début d'un jour nouveau, qu'on appelle communément l'aube, et que Césaire appelle petit matin. C'est cette lutte farouche entre l'obscurité et la lumière, le noir et le blanc, signes d'un conflit intérieur. Ce sont leurs sensations face à un monde en déliquescence; une société insupportable, invivable, un système socio-politique critique, vicié et en putréfaction. C'est la revendication d'un monde meilleur, plus juste et plus humain, qui montre à l'évidence, le caractère profondément prométhéen et démiurgique de leur poésie. C'est leur conception de la poésie, à savoir, cette arme redoutable à laquelle aucune forme d'oppression et d'exploitation ne résiste. Cet instrument efficace qui permet de transformer sinon de recréer le monde, et ainsi, de le purifier. Ce qu'ils ont en commun, c'est le caractère tout à la fois, symbolique, messianique, prophétique, ou visionnaire de leur poésie, et qui atteste que le poète n'est pas seulement un rêveur, mais aussi, un homme d'action. Qu'il n'est pas dépourvu de toute mission, bien au contraire. C'est le sens de leur engagement et de leur combat. C'est la force de regarder non seulement le présent, mais aussi demain. C'est la puissance symbolique que dégagent les deux ouvres. Enfin, c'est leur dimension épique. Hugo, Césaire, assurément deux auteurs considérables. Deux Titans de la Littérature Française et Négro-africaine. L'un Romantique. L'autre, Surréaliste ou surréalisant, en tout cas, poète péléen, volcanique. Les Châtiments, Cahier d'un retour au pays natal, deux ouvres que sépare un siècle de distance. Pourtant, ne sont-elles pas si proches ? C'est ce que nous avons voulu montrer dans cette étude analogique, où nous avons absolument tenu à commencer par celle d'Aimé Césaire, parce que c'est elle qui en est à la base, en est le détonateur.

Donner mon avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com