Argentique

Couverture du livre « Argentique » de Salome Berlemont-Gilles aux éditions Jc Lattes
Résumé:

« On doit oublier qu´ils sont là et continuer à vivre normalement, oublier qu´ils nous prennent en photo, oublier la honte, le désarroi, oublier que pour eux, nous sommes des chiens, pire que des chiens crevés, pire que tout, oublier que pour eux, nous sommes des vacances, une attraction, une... Voir plus

« On doit oublier qu´ils sont là et continuer à vivre normalement, oublier qu´ils nous prennent en photo, oublier la honte, le désarroi, oublier que pour eux, nous sommes des chiens, pire que des chiens crevés, pire que tout, oublier que pour eux, nous sommes des vacances, une attraction, une escale. »Juan habite un village de boue et d´ordures dans les montagnes mexicaines. Il a quinze, peut-être seize ans, et six frères qui s´appellent Juan eux aussi. Sept jours par an, lors de la Semaine sainte, les touristes débarquent dans de grands bus climatisés, bouleversant la vie du village. Les appareils photo crépitent. Forcent le silence des indigents.Juan refuse d´être un chien. Il a quinze, peut-être seize ans, et va partir. Là-bas, à Mexico, la ville où, croit-il, on peut tenter sa chance loin des flashs et de la misère.Portrait d´une errance, Argentique nous plonge sans fards dans l´effroi du tourisme moderne.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Ce petit livre raconte la vie de Juan, un jeune mexicain qui vit dans un village reculé, très loin de Mexico.
    Tout le monde se prépare pour la "Semaine Sainte", époque où les touristes affluent, et où il pourra exercer ses talents de pickpocket sous la coupe du plus gros et plus riche homme du...
    Voir plus

    Ce petit livre raconte la vie de Juan, un jeune mexicain qui vit dans un village reculé, très loin de Mexico.
    Tout le monde se prépare pour la "Semaine Sainte", époque où les touristes affluent, et où il pourra exercer ses talents de pickpocket sous la coupe du plus gros et plus riche homme du village, Pedro, afin de se garantir un toit pour la nuit et un peu de pain...

    Ce court livre est comme une claque qu'on recevrait, ce genre de claque qu'on ne sent pas arriver.
    Il nous plonge de plein fouet dans la misère, celle qu'on a tendance à ignorer ou oublier. Des milliers de Juan traînent ainsi et peinent pour leur survie, éloignés de tout, abandonnés et livrés à eux-mêmes...

    Cet ouvrage se lit en une quarantaine de minutes, l'écriture de Salomé Berlemont-Gilles est percutante et fluide. J'ai regretté qu'il soit si court.

    Un livre qui met mal à l'aise, du même effet que ces photos d'enfants d'ailleurs, si malheureux, qui nous émeuvent...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com