Après Welles

Couverture du livre « Après Welles » de Collectif aux éditions Deuxieme Epoque
Résumé:

Il y a un avant et un après Welles, tant l'auteur de Citizen Kane, prolifique inventeur de formes et incarnation de l'artiste cinéaste, a laissé sa marque dans l'histoire du cinéma et inspiré des vocations. Ce livre questionne son héritage : comment son cinéma se prolonge dans d'autres oeuvres ?... Voir plus

Il y a un avant et un après Welles, tant l'auteur de Citizen Kane, prolifique inventeur de formes et incarnation de l'artiste cinéaste, a laissé sa marque dans l'histoire du cinéma et inspiré des vocations. Ce livre questionne son héritage : comment son cinéma se prolonge dans d'autres oeuvres ? Qu'est-ce qui de Welles passe chez d'autres cinéastes ?
Les auteurs montrent d'abord comment des techniques ou même des séquences de ses films ont été imitées, dans les productions B hollywoodiennes des années cinquante jusqu'à des oeuvres contemporaines qui en font ressurgir les formes narratives (La Môme, Klimt) ou renouent avec leur puissance critique (S.O.B., The Player).
L'influence du projet artistique de Welles est ensuite mise en évidence sur plusieurs générations de cinéastes : Peter Bogdanovich, Francis Ford Coppola, Martin Scorsese en héritent manifestement, mais Gus Van Sant se l'approprie aussi de manière plus secrète, et les textes ou les films d'un F.J. Ossang disent encore l'ébranlement produit par son cinéma. L'ombre portée de Welles apparaît également dans les oeuvres qui ont marché sur les traces de Don Quichotte (de Jess Franco, Terry Gilliam ou Albert Serra), dans les films-essais contemporains qui, suivant le geste fondateur de Vérités et Mensonges, font exploser les cadres du documentaire et de la fiction, et surtout dans le pastiche malicieux qu'André S. Labarthe consacre à la légende du cinéaste juste après sa mort, L'Homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours.
La conclusion de l'ouvrage revient à Labarthe, dans un entretien sur la réalisation de ce film, ainsi qu'au spécialiste de la fabrique wellesienne, François Thomas, qui analyse comment l'apparition d'un Orson Welles de fiction dans Ed Wood de Tim Burton constitue le plus bel hommage qu'on puisse lui faire.

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions