Après la guerre

Couverture du livre « Après la guerre » de Herve Le Corre aux éditions Rivages
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Articles (1)

  • Le top des polars de l'été 2014
    Le top des polars de l'été 2014

    Chaque été révèle son cru de polars . Il y a les auteurs de best-sellers que l'on attend avec la hâte de retrouver un héros récurrent qui saura contre toute attente dénouer l'écheveau d'une intrigue complexe. L'éventail proposé confirme le talent de ces auteurs la plupart du temps plébiscités par la critique internationale.

Avis(5)

  • https://lettresexpres.wordpress.com/2018/10/29/lectures-du-mois-17-octobre-2018/

    Bordeaux dans les années 50, sur fond de guerre d’Algérie… Heureusement que j’avais lu de bons avis sur ce roman noir, très noir, car j’aurais pu l’abandonner dès la première scène, très dure. Le style aussi m’a...
    Voir plus

    https://lettresexpres.wordpress.com/2018/10/29/lectures-du-mois-17-octobre-2018/

    Bordeaux dans les années 50, sur fond de guerre d’Algérie… Heureusement que j’avais lu de bons avis sur ce roman noir, très noir, car j’aurais pu l’abandonner dès la première scène, très dure. Le style aussi m’a maintenue à flot, un joli contraste entre les dialogues truffés, sans que cela fasse cliché, d’expressions des années 50, et les évocations descriptives, celles de la ville grise et enfumée, ou les intérieurs, cafés, garages, très visuelles, parfois poétiques.
    On comprend vite qu’il s’agit d’une histoire de vengeance et que le commissaire Darlac, une belle ordure, que même ses sbires regardent avec autant de méfiance que de dégoût, est menacé de représailles, reste à savoir par qui, et à se débrouiller pour trouver des suspects potentiels parmi l’écheveau de personnages, tous bien caractérisés et rendus vivants par la magie de l’écriture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est sombre, très sombre. Noir, très, sanglant aussi, sans concessions. L'horreur, d'une guerre à l'autre, de ce que Le Corre en décrit, et de la manière dont chacun des protagonistes vit ces événements. Un écriture au cordeau, précise et fluide, aux personnages bien marqués.
    Après la guerre,...
    Voir plus

    C'est sombre, très sombre. Noir, très, sanglant aussi, sans concessions. L'horreur, d'une guerre à l'autre, de ce que Le Corre en décrit, et de la manière dont chacun des protagonistes vit ces événements. Un écriture au cordeau, précise et fluide, aux personnages bien marqués.
    Après la guerre, parfois c'est encore la guerre

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Après la guerre et pendant une autre guerre, d'une barbarie à l'autre, un revenant des camps de la mort, André, revient à Bordeaux pour réclamer vengeance contre celui qui a trahi l'amitié, le commissaire Darlac. De compromissions en trahisons, de manipulations en tortures, Darlac a la main-mise...
    Voir plus

    Après la guerre et pendant une autre guerre, d'une barbarie à l'autre, un revenant des camps de la mort, André, revient à Bordeaux pour réclamer vengeance contre celui qui a trahi l'amitié, le commissaire Darlac. De compromissions en trahisons, de manipulations en tortures, Darlac a la main-mise sur la ville et lorsque ses indicateurs et complices sont assassinés, il est prêt au pire pour échapper au châtiment. L'errance d'André le conduit à retrouver la trace des amis d'Olga, sa femme, morte dans les camps mais aussi de son fils, Daniel qui part pour l'Algérie où la guerre fait naître de nouveaux démons.

    On cherche vainement la pureté dans ce roman époustouflant d'Hervé Le Corre. Aucun manichéisme ne guide le système des personnages qui, tous, portent en eux la part du Mal dévolue aux humains. Véritable maudit, Darlac concentre toutes les haines mais André, qui voit dans ses projets de vengeance une possible rédemption, n'est pas davantage exemplaire. Et Daniel, en Algérie, est, lui aussi, amené sur les voies de la sauvagerie. Une vision noire noire noire de l'époque et de l'humanité !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • André Vaillant est revenu d'entre les morts, à la libération du camp de Buchenwald. Il y a laissé sa femme, Olga. De son passé de petite frappe à Bordeaux, il ne reste que le souvenir de son ancien nom, il ne reste que sa vengeance à assouvir. Détruire son vieil ami Albert Darlac, le peu...
    Voir plus

    André Vaillant est revenu d'entre les morts, à la libération du camp de Buchenwald. Il y a laissé sa femme, Olga. De son passé de petite frappe à Bordeaux, il ne reste que le souvenir de son ancien nom, il ne reste que sa vengeance à assouvir. Détruire son vieil ami Albert Darlac, le peu recommandable commissaire Darlac, qui l'a trahi, qui lui a fait abandonné son enfant, Daniel. L'époque sent encore le souffre et quelques cadres de police dûment diligentés par l'occupant pour dénoncer, rafler, torturer, spolier ont encore la main-mise sur une ville qu'ils gèrent comme des parrains. Daniel, lui, est appelé pour faire la guerre en Algérie.

    Un roman noir intelligent, utile et magistralement construit. La période est trouble à souhait coincée entre les tabous de l'Occupation et de notre hégémonie coloniale en Algérie. L'auteur parvient à recréer une atmosphère tantôt pesante et poisseuse, tantôt sèche et suffocante par une langue précise, des dialogues à-la-Audiard et un brin de lyrisme. A découvrir absolument.

    "Neuf meurtres en dix mois, un tueur particulièrement déterminé et violent en liberté, c’est beaucoup pour une ville comme Bordeaux qu’on tient pour calme et ordonnée, capitale de la modération politique, avec par le passé une Gestapo efficace et une police politique redoutable et redoutée, une résistance hachée menue, des Juifs dûment raflés, une belle proportion de salauds, de traîtres et d’immondes canailles passés pour la plupart à travers les mailles au moment de l’épuration, et maintenant dirigée par ce maire jeune et beau, au physique de représentant en aspirateurs, résistant irréprochable, chargé par de Gaulle de retaper la virginité de cette grande traînée et de sa marmaille morveuse de bourgeois, de négociants en vin, de flics, de journalistes locaux toujours contents au bout de leur nouvelle laisse."

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un must! (le livre vient de sortir en poche)
    J'ai eu le plaisir d'acheter ce roman lors d'une dédicace et conseille vivement cet écrivain, professeur de lettres à Bordeaux, talentueux.
    Le Corre n’a pas son pareil pour rendre l’atmosphère délétère de Bordeaux en 1950, encore hantée par les...
    Voir plus

    Un must! (le livre vient de sortir en poche)
    J'ai eu le plaisir d'acheter ce roman lors d'une dédicace et conseille vivement cet écrivain, professeur de lettres à Bordeaux, talentueux.
    Le Corre n’a pas son pareil pour rendre l’atmosphère délétère de Bordeaux en 1950, encore hantée par les fantômes de l’Occupation. Dans ce roman à plusieurs voix, magistralement construit, il fait alterner le champ de bataille urbain de Bordeaux et celui de l’Algérie vu à travers le regard de Daniel....

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions