Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Angelus

Couverture du livre « Angelus » de Francois-Henri Soulie aux éditions 10/18
  • Date de parution :
  • Editeur : 10/18
  • EAN : 9782264074485
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

1165. Les corps suppliciés des victimes, qui appartiennent à l'atelier du tailleur de pierre Jordi de Cabestan, ont été déguisés en anges dérisoires. La panique se répand. Certains voient dans ces crimes la main du diable. D'autres soupçonnent les adeptes de cette nouvelle secte que l'on nommera... Voir plus

1165. Les corps suppliciés des victimes, qui appartiennent à l'atelier du tailleur de pierre Jordi de Cabestan, ont été déguisés en anges dérisoires. La panique se répand. Certains voient dans ces crimes la main du diable. D'autres soupçonnent les adeptes de cette nouvelle secte que l'on nommera bientôt les « Cathares ». Au grand scandale de l'Église de Rome, ceux-ci prétendent être les Vrais Chrétiens.
L'archevêque de Narbonne missionne un jeune noble, Raimon de Termes, afin de découvrir l'assassin. Les « hérétiques » désignent une des leurs, Aloïs de Malpas, pour les disculper. De son côté, Jordi de Cabestan veut venger ses compagnons. Trois enquêtes labyrinthiques vont les mener vers une vérité qu'aucun d'entre eux n'imaginait.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (8)

  • Merci tout d'abord aux Explorateurs du polar de m'avoir permis de découvrir ce roman ;)

    L'histoire:
    Moyen-Age. Occitanie.
    Un cadavre est découvert dans un arbre, déguisé en ange..
    On suit tout au long du livre les cheminements de 3 héros, le maître tailleur de pierres Jordi de Cabestan, un...
    Voir plus

    Merci tout d'abord aux Explorateurs du polar de m'avoir permis de découvrir ce roman ;)

    L'histoire:
    Moyen-Age. Occitanie.
    Un cadavre est découvert dans un arbre, déguisé en ange..
    On suit tout au long du livre les cheminements de 3 héros, le maître tailleur de pierres Jordi de Cabestan, un jeune noble chevalier Raimon de Termes et une hérétique cathare Aloïs de Malpas, en quête de l'assassin.

    J'ai d'abord été un peu déçue par ce roman. Je connaissais l'auteur François-Henri Soulié pour avoir lu quelques enquêtes du journaliste Skander Corsaro et j'avais beaucoup aimé le ton, l'humour et l'originalité de ces romans.

    Avec Angélus, l'auteur change complètement de registre. Ce polar historique à la Ken Follett est beaucoup plus classique.
    Pour nous plonger encore plus dans l'ambiance moyenâgeuse, l'auteur utilise même des termes d'ancien français et ça marche d'ailleurs plutôt bien.
    Les personnages sont attachants et l'énigme est bien ficelée et on a envie de connaître la fin de l'histoire.

    C'est donc un livre que j'ai trouvé très agréable et divertissant même si il reste assez classique.


    PS: désolée pour le retard de cette chronique mais j'étais en plein déménagement..

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une enquête au Moyen Âge, en Occitanie. Des meurtres dont les cadavres sont travestis en anges. Des soupçons portés sur les Cathares.
    Pour mener l'enquête, un jeune chevalier fougueux, Raimon et une jeune femme cathare,Alois et aussi Jordi de Cabestan, maître imagier dont ce sont les compagnons...
    Voir plus

    Une enquête au Moyen Âge, en Occitanie. Des meurtres dont les cadavres sont travestis en anges. Des soupçons portés sur les Cathares.
    Pour mener l'enquête, un jeune chevalier fougueux, Raimon et une jeune femme cathare,Alois et aussi Jordi de Cabestan, maître imagier dont ce sont les compagnons qui sont assassinés.
    J'ai vraiment été immergée dans ce Moyen Âge pétri de croyances. La langue employée n'y est pas pour rien car j'ai retrouvé avec plaisir les mots d'ancien français! Je vous le conseille donc si vous aimez les polars et le Moyen Âge.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Récit à trois héros, l'auteur nous passionne pour la recherche du "faiseur d'ange" avec des personnages bien campés et une énigme qui nous tient en haleine.

    Récit à trois héros, l'auteur nous passionne pour la recherche du "faiseur d'ange" avec des personnages bien campés et une énigme qui nous tient en haleine.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • François-Henri Soulié nous propose un polar historique plutôt conséquent avec ses plus de 500 pages. Il nous plonge en plein Moyen Age, dans la deuxième moitié du XIIème siècle, période intéressante sur beaucoup de plans. Pour se concentrer sur ce qui fait partie intégrante du récit, je citerais...
    Voir plus

    François-Henri Soulié nous propose un polar historique plutôt conséquent avec ses plus de 500 pages. Il nous plonge en plein Moyen Age, dans la deuxième moitié du XIIème siècle, période intéressante sur beaucoup de plans. Pour se concentrer sur ce qui fait partie intégrante du récit, je citerais la fin de l’art roman qui sera progressivement remplacé par le gothique, et une importante agitation religieuse illustrée par le catharisme, une dissidence du catholicisme romain qui sera violemment réprimée dans les années suivantes.

    Des meurtres mis en scène de façon particulièrement macabre ébranlent une communauté d’artisans travaillant pour l’atelier d’un maître tailleur de pierre. Certains y voient fatalement une action diabolique, d’autres cherchent des boucs émissaires, mais trois personnes entreprennent, pour des raisons différentes, de découvrir la vérité.

    Jordi de Cabestan se fait un devoir d’arrêter la tuerie qui touche ses artisans chargés d’embellir les églises et abbayes en images pieuses. Raimon de Termes, jeune noble tout auréolé de son récent adoubement, est missionné par l’archevêque de Narbonne pour faire toute la lumière. Dame Aloïs de Malpas, représentante du mouvement cathare, est chargée d’empêcher une injustice qui en arrangerait beaucoup. Sur fond de querelles intestines entre hauts dignitaires de l’Église, la recherche de la vérité est pleine d’embûches pour les enquêteurs, dont on peut suivre le parcours indépendamment dans un premier temps, avant qu’inévitablement leurs chemins se croisent.

    L’auteur fait le choix d’une narration au présent qui personnellement ne m’a pas dérangé. Le récit est également fortement émaillé de termes anciens tels que « oncque, dextre, senestre, host », qui m’ont paru apporter un plus au niveau du style dans un premier temps, mais qui au fil de la lecture m’ont donné une impression un peu artificielle et pesante. Je me suis demandé à un moment quel choix prévalait au remplacement de certains mots plutôt que d'autres par un équivalent fleurant bon le langage d'époque.

    Il reste au final un roman agréable qui mélange avec bonheur intrigue et histoire médiévale.

    Je remercie lecteurs.com et les éditions 10-18 pour la lecture de ce livre dans le cadre des Explorateurs du Polar 2020.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je vais commencer cette chronique en exprimant ma surprise. Le livre que j'ai en ma possession se termine à la page 504, en plein milieu d'une phrase... J'ai donc l'impression d'avoir lu une version avec des pages manquantes (de conception visiblement puisque les pages ne sont pas arrachées) !...
    Voir plus

    Je vais commencer cette chronique en exprimant ma surprise. Le livre que j'ai en ma possession se termine à la page 504, en plein milieu d'une phrase... J'ai donc l'impression d'avoir lu une version avec des pages manquantes (de conception visiblement puisque les pages ne sont pas arrachées) ! Bref, surprenant, il doit me manquer la fin quoi.

    Cela ne m'empêche pas pour autant de parler du livre, je n'ai peut-être pas le mot de la fin mais j'ai quand même eu le dénouement de l'enquête. J'ai l'impression que toutes les questions que je me posais n'ont pas trouvé de réponse mais je laisse le bénéfice du doute, il y avait peut-être des éléments dans les pages manquantes.

    Sinon, j'ai trouvé cette lecture plutôt sympathique. J'apprécie particulièrement ce genre du roman historique et je n'ai pas été déçu ici. L'auteur maîtrise les codes sans aucun doute, c'est très bien écrit et le lecteur est bien immergé dans l'époque.

    Le seul petit reproche que je pourrai faire, ce sont les longueurs omniprésentes et qui m'ont même parfois fait un peu décrocher. Je pense que le roman aurait pu gagner à être un peu plus concis sans pour autant sacrifier l'immersion dans l'époque. Il faut dire aussi que le nombre de personnages est assez important et on est surchargé avec beaucoup d'éléments qui n'ont pas forcément un intérêt monstrueux pour l'enquête ou pour la présentation du contexte.

    Au-delà de ce petit point négatif, cela reste tout de même une bonne lecture. Un roman que je conseillerai surtout aux amateurs du genre.

    Ma note : 3,5/5

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En l’an de grâce 1165, les chrétiens se déchirent. Les abbayes rivales se livrent une guerre impitoyable, pendant que la noblesse prend de plus en plus d’importance. Les religieux veulent conforter leur mainmise sur la société coûte que coûte. Dans ce contexte instable, un, puis deux, puis trois...
    Voir plus

    En l’an de grâce 1165, les chrétiens se déchirent. Les abbayes rivales se livrent une guerre impitoyable, pendant que la noblesse prend de plus en plus d’importance. Les religieux veulent conforter leur mainmise sur la société coûte que coûte. Dans ce contexte instable, un, puis deux, puis trois anges meurent et leurs cadavres sont mis en scène et exposés de façon particulièrement macabre et barbare.

    À l’abbaye de Saint-Hilaire, le tailleur de pierre Jordi de Cabestan travaille avec ses artisans à l’érection d’un sarcophage. Il doit accueillir les reliques de saint-Hilaire qui devraient permettre de redorer le blason de l’abbaye. Mais ce sont bien ses ouvriers qui sont tour à tour victimes de meurtres aussi insoutenables qu’incompréhensibles. Jordi doit trouver le coupable. Mais pourquoi ces morts barbares, et dans quel but, porter atteinte à son atelier, à l’abbaye, aux confréries d‘artisans ?

    À Carcassonne, le jeune noble Raimon de Termes prend la route de l’abbaye de La Grassa. Il fait allégeance à l’archevêque Pons d’Arsac et affirme son souhait de protéger l’église. Mais ce dernier va le mander pour retrouver le coupable de ces ignominies.

    À Narbonne, Dame Aloïs de Malpas s’est convertie à la vraie foi, celle des Cathares, ces hérétiques qui renient l’opulence des abbés et des archevêques. Les Bons chrétiens tentent de prouver qu’ils sont sur le chemin de la vraie foi. Ils ne demandent ni ne possèdent rien, ils croient à la pauvreté et au partage. Mais ils sont injustement accusés des meurtres. Aloïs doit partir sur les routes pour tenter de les disculper.

    Chacun représente une strate du pouvoir en place, tous ont un but identique, trouver le ou les coupables. Ils vont mener leur enquête séparément, mais vont forcément finir par se retrouver. Car au final, la question est bien de comprendre qui peut s’enrichir ou trouver avantage de tels crimes, de ces morts qui effrayent et bouleversent.

    Le lecteur chemine à travers l’Occitanie, dans ce Moyen Age berceau d’un fanatisme religieux, avec ses luttes intestines et ses rivalités dans les différents ordres, mais aussi de violence et de luttes de pouvoir parmi la noblesse et les fraternités d’artisans. Ajoutez à ces guerres de pouvoir dans les régions les guerres internes pour accéder aux fonctions suprêmes et prendre la tête de l’abbaye, le contexte est idéal pour nous embarquer dans cet imbroglio mortel.

    Chronique complète à lire sur Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2020/06/07/angelus-francois-henri-soulie/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • François-Henri SOULIE m’a fait plonger avec délice au cœur du XIIème siècle dans une intrigue passionnante à la suite de Dame Alois, la parfaite, du tailleur de pierre Jordi et de Raimon le jeune écuyer. Dans le contexte historique du sud de la France du XIIème siècle, quand les Cathares...
    Voir plus

    François-Henri SOULIE m’a fait plonger avec délice au cœur du XIIème siècle dans une intrigue passionnante à la suite de Dame Alois, la parfaite, du tailleur de pierre Jordi et de Raimon le jeune écuyer. Dans le contexte historique du sud de la France du XIIème siècle, quand les Cathares commençaient à s’implanter face à une l’église catholique corrompue, ces trois personnages représentatifs de leur époque mènent en parallèle une enquête pour trouver le meurtrier. Chacun se lance dans cette recherche pour des motifs différents, face à un évêque et un abbé ennemis mais tous deux manipulateurs. .
    Le vocabulaire utilisé par François-Henri SOULIE est riche en termes et expressions moyenâgeux. C’est un effet stylistique qui, d’habitude, me rebute. Ici je l’ai trouvé sonnant très juste, bien adapté au récit et enrichissant pour moi.
    Depuis longtemps je n’avais plus eu envie de lire de polars historiques ni de romans contemporains sur le Moyen-âge mais ce roman est si bien ficelé qu’il m’a réconcilié avec le genre et que j’espère bien en lire d’autres sous la plume de François-Henri SOULIE.
    https://ffloladilettante.wordpress.com/2020/05/30/angelus-de-francois-henri-soulie/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • An de grâce 1165, sous le règne de Louis VII le Jeune, sur les terres d’Occitanie, et dans une partie qui va de Toulouse à la Méditerranée, une lutte oppose l’Eglise catholique à une émanation de celle-ci : le Catharisme.

    Les « parfaits » cathares, se considèrent comme les seuls vrais...
    Voir plus

    An de grâce 1165, sous le règne de Louis VII le Jeune, sur les terres d’Occitanie, et dans une partie qui va de Toulouse à la Méditerranée, une lutte oppose l’Eglise catholique à une émanation de celle-ci : le Catharisme.

    Les « parfaits » cathares, se considèrent comme les seuls vrais disciples des apôtres et s’appuient sur le Nouveau Testament. Ils rejettent notamment : la guerre, l’Enfer, l’Incarnation et le l’Ancien Testament. En conséquence l’Eglise romaine a décidé d’éradiquer ces hérétiques qui mettent à mal l’hégémonie de la chrétienté occidentale. Mais l’on sait que le catharisme on ne le revit oncques plus !

    Or donc, un mort avec des ailes, placé sur la fourche d’un arbre, terrifie un paysan qui allait dans ses champs. Stupeur, un Ange !…Peu de temps après, un second cadavre, paré de la même façon, fut également découvert dans un clocher d’une abbaye !

    Or donc, pour résoudre cette énigme : un jeune damoiseau : Raimon de Termes, puis un ancien clerc devenu imagier : Jordi de cabestan, et enfin une « Parfaite » : dame Aloïs de Malpas. Ils vont devoir utiliser leur sapience, chacun pour des raisons différentes, pour mettre un terme à ces morts sulfureuses, à ce combat entre ces deux créatures ennemies irréductibles : l’Eglise et l’Hérésie.

    Nous allons ainsi, dans un charroi, voyager dans ce beau pays de l’Occitanie, entre places fortes et abbayes, entre combes et vallées, avec au lointain le murmure de l’angélus. Et assister aux luttes intestines de l’Eglise, de la noblesse sur la possession de territoire et enfin avec un caleil tenter d’éclaircir cette sombre énigme.

    Un roman-document sur cette période que, François-Henri Soulié, nous fait revivre, à son rythme chantant de notre langue d’autrefois. Une évasion onirique qui cependant reste une période aux horizons marqués par le fanatisme.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.