Alto braco

Couverture du livre « Alto braco » de Vanessa Bamberger aux éditions Liana Levi
  • Date de parution :
  • Editeur : Liana Levi
  • EAN : 9791034900749
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Brune a grandi au-dessus du Catulle, le café parisien de ses « grands- mères », Douce et Granita, qui l'ont élevée après la mort de Rose, sa mère.
À l'époque, les soeurs Rigal - deux sacrées bonnes femmes - servaient jusqu'à deux cents repas par jour. Comme chez la plupart des limonadiers... Voir plus

Brune a grandi au-dessus du Catulle, le café parisien de ses « grands- mères », Douce et Granita, qui l'ont élevée après la mort de Rose, sa mère.
À l'époque, les soeurs Rigal - deux sacrées bonnes femmes - servaient jusqu'à deux cents repas par jour. Comme chez la plupart des limonadiers aveyronnais de Paris, les mots « vacances » et « loisirs » y étaient bannis.
L'été, elles envoyaient la petite Brune dans leur Aubrac natal, une terre à la fois chérie et détestée. Brune n'y est pas retournée depuis plus de vingt ans. Mais juste avant de mourir, Douce lui a demandé d'être inhumée sur le plateau, au pays des forêts d'épicéas et des lacs argentés, des steppes brûlées et des vaches caramel, dans l'infini brumeux balayé par l'écir, ce vent de tempête qui souffle comme un mauvais sort... Accompagnée de Granita, Brune découvre un monde à part où se mêlent tradition et modernité.
Et peu à peu, les secrets de la famille Rigal surgissent des tourbières, les « hautes boues » de l'Aubrac, Alto Braco en occitan.

Donner votre avis

Avis(6)

  • Mises en bouche. Hors-d'œuvre. Viandes. Entremets. En quatre parties, Vanessa Bamberger nous invite à savourer un menu à faire papillonner les papilles et vibrer tous les sens. De Paris jusqu'à l'Aubrac, on suit Brune, la narratrice, dans un voyage à la fois géographique et mémoriel qui lui fait...
    Voir plus

    Mises en bouche. Hors-d'œuvre. Viandes. Entremets. En quatre parties, Vanessa Bamberger nous invite à savourer un menu à faire papillonner les papilles et vibrer tous les sens. De Paris jusqu'à l'Aubrac, on suit Brune, la narratrice, dans un voyage à la fois géographique et mémoriel qui lui fait démêler les fils d'une histoire familiale embrouillée de silences et de secrets. Elevée, après la mort de sa mère, par Douce, sa grand-mère, et par Granita, la soeur aînée de celle-ci, la jeune femme ne connaît de leur pays natal que quelques images floues de vacances passées et, surtout, le rejet méprisant que Douce et Granita ont toujours ostensiblement montré envers leur village et leur région d'origine. La mort de Douce et son incompréhensible dernier souhait d'être inhumée à Lacalm déclenchent une succession de révélations qui jettent un tout nouvel éclairage sur le volontaire exil des deux soeurs, mais aussi sur le terroir ancestral. De nouveaux liens se créent, d'autres se délitent, d'autres encore émergent de la gangue de silence où ils étaient enfermés. Brune apprend à re-connaître cette terre âpre, rugueuse comme Granit-a, et aussi conciliante que D(d)ouce.

    En équilibre entre trois départements, entre traditions et modernité, entre générosité et infortune, l'Aubrac se dessine par les sensations contradictoires qu'il éveille. Du brouillard où l'on s'égare à la luminosité des jours d'été, des odeurs d'étable à celles du repas traditionnel, de la saveur d'un bonbon, tout droit sorti de l'enfance, au goût amer des trahisons et des mensonges, les mots agencés par l'auteure vont au-delà de l'évocation et érigent les phrases en espaces sensoriels, affectifs mais aussi concrètement économiques lorsqu'il s'agit, par exemple, de constater les choix possibles des modes d'élevage. Avec les personnages, on arpente et on éprouve ce territoire matriciel, capable de nourrir comme de bannir.

    A mesure que Brune recueille le point de vue de "ceux qui restent", le passé se recompose différemment, à l'image des saisons qui passent et des paysages mouvants. La narration progresse en puisant dans la mémoire familiale les éléments qui bousculent le présent, comme si l'Aubrac même apportait des réponses. Le roman questionne ainsi la terre où les racines de chacun perdurent quoi qu'il arrive et continuent d'irriguer des vies lointaines. Je l'ai lu comme on fait un voyage, tous sens en éveil, de manière à garder les émotions indicibles de la découverte et j'en ai apprécié la belle intensité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Alto braco, « haut lieu » en occitan est un très beau récit familial. Brune, a été élevée par sa grand-mère Douce et sa grand-tante Granita, originaires de l’Aveyron. Elle a grandi au-dessus du bistrot que sa famille tenait à Paris. Douce vient de mourir et Brune décide qu'elle sera enterrée...
    Voir plus

    Alto braco, « haut lieu » en occitan est un très beau récit familial. Brune, a été élevée par sa grand-mère Douce et sa grand-tante Granita, originaires de l’Aveyron. Elle a grandi au-dessus du bistrot que sa famille tenait à Paris. Douce vient de mourir et Brune décide qu'elle sera enterrée dans son village aveyronnais Lacalm car Douce souhaitait y retourner.

    Ce séjour sur le plateau de l'Aubrac va être bien plus qu'un retour à la terre. Si Brune a fait quelques séjours en Auvergne pendant les vacances, elle n'en garde pas de souvenir. Elle va redécouvrir le plateau de l'Aubrac et sa rigueur, la beauté des paysages et les vaches. C'est accompagnée de Granita qu'elle rencontrera les amis de celle-ci, ainsi que le reste de sa famille qu'elle n'a pas vu depuis de nombreuses années.

    J'ai beaucoup aimé ce roman très sensible, qui traite de transmissions, de la tradition et des secrets de famille. Brune va comprendre que son histoire familiale est un peu plus complexe que ce qu'on lui a raconté jusqu'à présent. Est-ce que sa phobie des couteaux et son dégoût de la viande à un lien avec son passé ? Existe-t-il un destin familial, une transmission trans-générationnelle qui la pousse à revivre les mêmes événements douloureux que ses aïeules ?
    Son séjour favorisera les retrouvailles avec ce père qu'elle connaît si peu. Elle va découvrir les habitants du plateau qui s'entraident et se connaissent tous. Ces rencontres vont lui permettre de discerner un pan de son histoire et renouer avec les siens. La protagoniste va se demander si un individu peut appartenir à un lieu ?

    Dans ce beau roman, l'auteure décrit ces paysages somptueux avec une plume fluide et agréable. J'ai beaucoup apprécié ce livre dans lequel elle brosse le portrait de femmes fortes et indépendantes qui sont hautes en couleur et ont un sacré caractère. De plus, j'ai trouvé la réflexion sur les conditions d'élevage des animaux très intéressante et d'actualité.
    Alto braco est un magnifique roman familial sur la construction de l'identité au travers l'héritage familial qui m'a beaucoup plu.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2019/01/alto-braco-de-vanessa-bamberger_23.html

    " Il ne faut pas oublier d'où l'on vient. Ou plutôt, il faut savoir d'où l'on vient pour pouvoir l'oublier."

    Brune est une jeune femme de trente-huit ans, devenue directrice de crèche par refus de...
    Voir plus

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2019/01/alto-braco-de-vanessa-bamberger_23.html

    " Il ne faut pas oublier d'où l'on vient. Ou plutôt, il faut savoir d'où l'on vient pour pouvoir l'oublier."

    Brune est une jeune femme de trente-huit ans, devenue directrice de crèche par refus de perpétuer la tradition familiale en reprenant le bistrot parisien de ses "grands mères" dans lequel elle a grandi. Brune a été élevée par sa grand-mère et sa grand-tante maternelles, Douce et Granita, deux sœurs inséparables qui entretiennent une relation exclusive, les deux sœurs Rigal ont passé leur vie à se disputer mais ont fait le pacte de rester toujours ensemble. Brune sait peu de choses de Rose, sa mère décédée quelques jours après sa naissance. Quant à son père, elle ne l'a pas revu depuis qu'il a quitté Paris pour s'installer en Aubrac pour reprendre la ferme de ses parents quinze ans plus tôt.

    Le décès de Douce qui a émis le vœu d'être enterrée dans sa terre natale, l'Aubrac, contraint Brune à un retour dans le pays de son enfance. L'Aubrac dont le nom vient d'Alto Braco, haut lieu en occitan, est un plateau au confins de l'Aveyron, la Lozère et le Cantal. Brune n'est pas revenue depuis de nombreuses années dans cette région où elle passait ses vacances d'été chez une cousine quand elle était petite.

    Avec ce roman Vanessa Bamberger nous immerge dans cette région désertifiée par l'exode rural, une terre volcanique au climat rude peuplée de fermiers solitaires et taiseux, un pays de femmes, de "maîtresses femmes", un monde où se mêlent tradition et modernité, où se côtoient éleveurs de vaches, bouchers, couteliers, un monde où le culte du travail prédomine, une terre de traditions où les vaches seraient plus précieuses que les êtres humains...

    Vanessa Bamberger excelle pour créer une atmosphère, évoquer un monde rural sans aucune description inutile. Elle nous décrit un monde de saveurs, d'attachement à la terre et aux bêtes, parsemant son récit de mots de patois. Les titres des différentes parties du roman vont joliment de la "mise en bouche" aux "entremets". L'âpreté des paysages, les étendues d'herbes rocailleuses, la rudesse du climat sont parfaitement restituées. Vanessa Bamberger met en scène deux sœurs au caractère très marqué, la plus jeune coquette, désinvolte mais fragile, l'aînée à l'allure sévère et au caractère bourru, unies par des secrets de famille, des histoires de patrimoine, de terres d'estive...
    Une atmosphère, des personnages forts, une belle écriture, une histoire de famille bien construite, une histoire de transmission et de secrets de famille... Ce roman réunit tous les ingrédients pour en faire une très belle réussite. Une histoire qui illustre à merveille l'importance de retrouver ses racines, de "savoir d'où l'on vient pour pouvoir l'oublier."

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • BRUNE n a aucun souvenir de l aveyron. elle a été elevee à paris dans le restaurant tenu par sa grans mere et sa grande tante
    le duo de choc gere son commerce de main de maitre et ne veut plus remettre les pieds dans sa region antale. Mais Douce ( sa grand mere) meurt , elle sera enterree la...
    Voir plus

    BRUNE n a aucun souvenir de l aveyron. elle a été elevee à paris dans le restaurant tenu par sa grans mere et sa grande tante
    le duo de choc gere son commerce de main de maitre et ne veut plus remettre les pieds dans sa region antale. Mais Douce ( sa grand mere) meurt , elle sera enterree la bas
    quand sa petite fille pose les pieds sur le plateau de l aubrac, l histoire familiale et des secrets enfouis remontent d un coup
    il y est question d'amours malheureuses, de bon sens paysan et des couteaux laguiole
    ce recit est intim car lié à sa propre histoire, c 'est aussi et surtout un portrait de personnages féminins bien trempee qui donne à reflechir

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com