Allumer le chat

Couverture du livre « Allumer le chat » de Barbara Constantine aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253069317
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

" Il se plante devant la porte ouverte, jambes écartées, poings sur les hanches. Il hume l'air. La nuit s'annonce douce et tranquille. Mais d'un coup, ses sourcils se froncent, une ombre passe, et sans se retourner... - Passe-moi le fusil, j'vais allumer le chat ! Il n'a pas bu pourtant, juste... Voir plus

" Il se plante devant la porte ouverte, jambes écartées, poings sur les hanches. Il hume l'air. La nuit s'annonce douce et tranquille. Mais d'un coup, ses sourcils se froncent, une ombre passe, et sans se retourner... - Passe-moi le fusil, j'vais allumer le chat ! Il n'a pas bu pourtant, juste quelques verres de rouge au dîner, autant dire rien. - Et pourquoi tu veux l'allumer, dis ? - Quand il me regarde, j'ai l'impression qu'il se fout de ma gueule.
Alors, là, j'en ai marre... Je vais lui régler son compte à ce salopard ! " Le premier roman de Barbara Constantine, tendre mais pas gentillet, ironique mais bienveillant, irrésistible et réjouissant. Un éclat de rire, un pied de nez sautillant au nombrilisme et aux gravités de l'existence. Clara Dupont-Monod, Marianne. Un art spectaculaire pour enchanter le quotidien. Astrid de Larminat, Le Figaro.
Des pages revigorantes, un délicieux délire. Hubert Prolongueau, Le Journal du dimanche.

Donner votre avis

Avis(17)

  • Raymond a une obsession dans la vie : allumer son chat Bastos à coup de fusil. Heureusement pour le matou, Raymond ne sait pas viser.

    Prenez cette scène inaugurale et mettez sur la route de ce vieux grincheux, une femme aimante, une fille qu'il n'a pas vue depuis des lustres, un gendre qu'il...
    Voir plus

    Raymond a une obsession dans la vie : allumer son chat Bastos à coup de fusil. Heureusement pour le matou, Raymond ne sait pas viser.

    Prenez cette scène inaugurale et mettez sur la route de ce vieux grincheux, une femme aimante, une fille qu'il n'a pas vue depuis des lustres, un gendre qu'il ne peut pas encadrer et un petit-fils qui lui ressemble tant, liez tous ces personnages à l'aide d'une pelotte de laine et laissez le chat s'amuser avec. Ça donne une histoire qui sautille d'une scène à l'autre à travers de très courts chapitres, qui déploie sa morale petit à petit, qui rebondit sur de nouveaux personnages venus se mêler à la fête et s'étale sur 200 pages à l'esprit légèrement doux dingue.

    Un seul bémol à tout ça : si Barbara Constantine nous prouve ici qu'elle maitrise l'art de la comédie dramatique et du rocambolesque, son écriture manque parfois un peu de caustique et de finesse dans l'humour. En somme c'est divertissant mais pas hilarant comme je l'aurais souhaité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Détachez vos ceintures (de pantalon), préparez vos zygomatiques et c’est parti !!!!!!!!!!!
    Vous allez faire connaissance de Mine et Raymond, un couple de vieux qui s’aiment toujours. Raymond a un tic : il veut allumer ou dégommer (vous avez le choix du terme) Bastos, qui n’est autre que le...
    Voir plus

    Détachez vos ceintures (de pantalon), préparez vos zygomatiques et c’est parti !!!!!!!!!!!
    Vous allez faire connaissance de Mine et Raymond, un couple de vieux qui s’aiment toujours. Raymond a un tic : il veut allumer ou dégommer (vous avez le choix du terme) Bastos, qui n’est autre que le chat de la maison, mais, comme il a toujours un canon d’avance, bien sûr, il tire à côté, tant pis pour les lapins…..
    Raymond est fâché avec sa fille Josiane qui a épousé ce crétin de Martial et qui a mis au monde un gamin nommé Rémi. Rémi (fa sol la si do) a de l’eczéma et, cela va rapprocher père et fille. Il faut dire que Raymond a un « don », il sait guérir.
    Arrivent un kaléidoscope de personnages. Pierrot, employé aux Pompes Funèbres et amateurs de photos « Pompes-funébreuses ». Marie-Rose, à la vie pas rose qui sent pas la rose, excellente cuisinière qui concocte des recettes « sauvages ». Ce crétin de Martial qui rencontre un cerf et en meurt. Momo, le cantonnier, ivrogne comme il se doit, amoureux de Marie-Rose et excellent braconnier. J’allais oublier le chat Bastos très imbu de lui-même….
    Picouly a raison quand il écrit « Les Deschiens ont fait un enfant à Queneau. De la loufoquerie à l’état pur, mais très sensée, quelque fois attendrissante, jamais vulgaire malgré le langage fleuri et imagé employé. Et les titres….. des petits joyaux à eux tous seuls : Youka morte raconte sa vie (une vraie vie de chien !!!) – Martial rompt avec Edith et rencontre le cerf – Le gendarme croit que c’est son jour de chance, mais en fait, non
    Je le lisais dans la salle d’attente d’un médecin et je rigolais…. Imaginez la tête de la personne qui attendait en même temps que moi !!!!! Une bombe à dégoupiller d’urgence.
    Que cela fait du bien. Comme dirait Bastos : « j’en miaule de plaisir ». Comme c’est un livre emprunté à la bibliothèque, je vais devoir l’acheter….. j’en aurais besoin de temps à autre pour une remontée de moral !!!!!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Idéal pour passer un bon moment, se changer les idées, sourire voire rire. Ecriture fluide, légère, agréable. Histoire un peu loufoque même s'il y a des moments dramatiques, ils sont traités avec recul et fantaisie... pour finir est ce vraiment si grave ?

    Idéal pour passer un bon moment, se changer les idées, sourire voire rire. Ecriture fluide, légère, agréable. Histoire un peu loufoque même s'il y a des moments dramatiques, ils sont traités avec recul et fantaisie... pour finir est ce vraiment si grave ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'aime beaucoup de qu'écrit Barbara Constantine. C'est drôle, émouvant, atendrissant.

    J'aime beaucoup de qu'écrit Barbara Constantine. C'est drôle, émouvant, atendrissant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.