Alice au pays des merveilles

Couverture du livre « Alice au pays des merveilles » de Lewis Carroll aux éditions Flammarion

3.925

40 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Flammarion
  • EAN : 9782700705324
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.1

    Tout le monde connaît ce grand classique littéraire, et tous les enfants ont déjà entendu parler au moins une fois d’Alice au pays des merveilles, au travers de Disney ou des adaptations de Tim Burton. Lorsque j’étais petite, je n’ai pas du tout été sensible au dessin animé qui m’a laissée de marbre. Mais il fallait bien que le livre passe à la casserole un jour ou l’autre.

    Alice est une petite fille qui mène une vie normale. Un jour, alors qu’elle s’ennuie ferme, elle découvre un lapin vêtu d’une redingote qui attire son attention. En voulant le suivre, elle tombe malencontreusement dans son terrier. Après ce qui lui semble être une chute interminable, elle atterrit au Pays des merveilles et découvre en ces lieux les choses les plus bizarres qui soient.

    Hum, comment dire ? Alice au pays des merveilles est le livre du grand n’importe quoi par excellence. Au cours de ma lecture, j’ai failli abandonné un nombre incalculable de fois. Ce n’est définitivement pas ce que je recherche dans mes lectures habituelles, mais je n’ai pas pour autant eu l’impression de perdre mon temps, puisqu’il s’agit là d’un incontournable qu’il faut au moins lire une fois dans sa vie de lecteur.

    Je ne sais même pas par quoi commencer sans être trop cinglante. Lewis Caroll nous propose une histoire décousue qui n’a ni queue ni tête. Il est évident que ce n’est pas le genre d’ouvrage qui se lit comme n’importe quel autre. J’ai vite compris qu’il ne servait à rien de chercher le sens de tout ça, car tout repose sur la notion de bizarrerie.

    On est tenté de se demander si ce cher Monsieur Carroll n’avait pas sniffé de la colle au moment d’écrire ce roman, car les illogismes et les absurdités parsèment chaque scène. D’un chapitre à l’autre, on découvre de nouveaux décors qui nous apportent leurs lots de non-sens et d’aberrations. Ne serait-ce qu’au travers d’Alice qui mange et boit absolument tout ce qui se présente sous son nez, sans même se méfier. Drôle d’exemple à donner à un enfant qui pourrait s’essayer à la lecture d’un roman pareil.

    Les personnages ne remontent pas le niveau. À part le Chat de Cheshire qui est saisissant, les autres personnages me sont sortis par les yeux. Je ne comprenais pas ce qui les animait ou justifiait leurs réactions. Vraiment, j’ai eu la sensation de passer à côté de tout. Alice est sans nul doute celle que j’aurais aimé dépecer moi-même. D’une bêtise crasse, elle est imbuvable, capricieuse et présomptueuse. Son petit côté bourgeois m’a horripilée.

    Le livre est court – à peine 150 pages dans mon édition –, mais j’ai eu le sentiment de passer un temps infini dessus. Je n’ai pas compris le quart des jeux de mots, sûrement dû à la traduction qui dénature le sens des phrases. À moins que je n’aie pas été dans mon bon jour pour en saisir les subtilités.

    Si le récit et les personnages m’ont semblé plats et fades, j’ai cependant trouvé la plume et ses accents anciens assez intéressants et très bien maîtrisés. Ça reste, à mes yeux, le seul point positif de cet imbroglio d’aventures biscornues.


    En résumé, Alice au pays des merveilles est un classique décalé qui n’entre pas dans les cases, une histoire sans queue ni tête avec des personnages frappadingues. Le mot ABSURDE semble avoir été créé juste pour cette œuvre. Je n’ai pas aimé, je ne vais pas le nier, je me suis même prodigieusement ennuyée, mais ça reste un classique que je vous conseille de lire au moins une fois dans votre vie, ça ne mange pas de pain !

    Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/historique---classique/alice-au-pays-des-merveilles-lewis-carroll

  • 0.15

    lien vers ma chronique:http://www.lesmiscellaneesdepapier.com/les-aventures-dalice-au-pays-des-merveilles-de-lewis-carroll/
    Le mot de la fin : Un classique qu’il m’a plu de relire même si j’ai toujours cette impression étrange d’absurde maladif/malsain je ne sais pas pourquoi mais c’est vraiment la sensation que me laisse le livre. Le modèle même d’Alice, n’est pas bon, elle pousse la naïveté à la bêtise, elle mange et boit tout ce qui lui passe sous la main, chose que je me représente comme de la drogue, elle parle et suit n’importe qui. Je ne vois pas dans quelle mesure je pourrai proposer cet ouvrage à un enfant.

  • 0.25

    Chef d'oeuvre à lire deux fois: à l'enfance et à l'âge adulte...

  • 0.2

    Mais quelle substance fume ce mec ? Voilà la question qui m’est tout de suite venue à la fermeture de ce livre. Soit l’auteur avait un accès illimité aux alcools et autres drogues, soit il était tout simplement fou. Parce qu’autant d’imagination débridée dans si peu de pages, ça dépasse l’entendement. L’auteur nous offre du début à la fin une explosion de loufoquerie qui nous emmène en voyage dans un monde extraordinaire. Les décors, les personnages, les scènes…tout est original et chaque page nous apporte son lot de surprises.
    En retrouvant mon âme d’enfant, je me suis délecté de ce pays fantastique où cohabite une population déjantée. Je me suis senti comme dans un rêve. Extrêmement visuelle, l’écriture de Lewis Carroll porte la magie de ce conte jusqu’au tréfonds de l’imaginaire. Une bonne petite aventure pour se détendre et se libérer un instant du monde réel, si restrictif.

  • 0.2

    Le livre présente dans sa préface une courte biographie de l’auteur, Lewis Carroll, qui est loin d’être reluisante et dont je ne me serais jamais douté. Doté d’un esprit de création prolifique, Lewis Carroll était rongé d’une maladie mentale des plus horribles pour ses petites victimes. L’histoire retiendra ses œuvres, maintes fois adaptées, mais qui me laisse, à moi, un certain sentiment de dégoût avant même de commencer la lecture de son conte. C’est donc avec un effort de ma part pour éviter les a priori et avoir l’esprit critique le plus objectif possible que j’ai lu Alice au Pays des Merveilles.

    Alice assise aux côtés de sa sœur voit passer un lapin blanc. Elle décide de le suivre dans son terrier et découvre un monde sous terre fait d’animaux qui parlent et de cartes à jouer qui prennent vie

    Ce conte s’adresse principalement aux enfants. Le vocabulaire ainsi que l’histoire s’y prête énormément, mais en tant qu’adulte, vous pourrez y prendre plaisir aussi. C’est un univers merveilleux où se côtoient les rêves les plus insensés d’une petite fille. Des animaux qui conversent, chantent ou récitent des poèmes sont le fruit d’une imagination débordante couplé à un sens de l’humour enfantin, l’histoire raconte tout simplement un rêve sans queue ni tête. L’auteur, pour accrocher son auditoire fait de petites filles, joue avec les mots, modifie les vers des poèmes connus et traditionnels en Angleterre, dans le but d’amuser.
    Une écriture soignée et un effort de traduction intéressant et travaillé, raviront même les enfants. Une courte œuvre onirique et comique qu’il faut lire au moins une fois…

  • 0.25

    Le monde imaginaire des rêves et des cauchemars. Une histoire que nous connaissons tous par coeur toutes générations confondus et qui continue à ravir celles à venir.

  • 0.2

    Comme pour "Poil de carotte", merci Gudule... Alice ne m'avait jamais tenté et j'ai beaucoup aimé

  • 0.2

    Surprenant et merveilleusement abracadabrant. Lire l’original avec en tête les images du dessin animé de Disney et du film de Tim BURTON, c’est totalement surprenant. Réussir ainsi à faire le tri de ce qui est de Lewiss CAROLL : l’univers, les personnages, les poésies qui n’en finissent pas, les dialogues absurdes ; comprendre ce qui appartient à l’une ou à l’autre des histoires ; découvrir ce que chacun des réalisateurs en a fait est vraiment intéressant. J’ai aimé m’approprier les personnages de ces deux histoires, accompagner Alice dans ses aventures toutes plus délirantes les unes que les autres ; j’ai ri, souri de relire certains passages bien connus ou d’en découvrir de nouveaux !! Ces histoires sont censées être destinées aux enfants, j’aimerais prendre la machine à remonter le temps d’H. G. WELLS pour me rendre dans une maison bourgeoise du 19 ème et entendre les réactions de ces enfants. Je crois que les enfants actuels ne comprendraient pas grand-chose à ces textes tels qu’ils sont écrits, ils font référence à tellement de textes, personnages ou pratiques de l’Angleterre victorienne que les notes de bas de pages en deviennent indispensables.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Alice au Pays des Merveilles Lewis Carroll

3.837837837

Voir tous les livres de Lewis Carroll

Autres éditions

Alice au pays des merveilles Lewis Carroll HACHETTE JEUNESSE

3.925

Voir toutes les éditions