Algérie, les années pieds-rouges

Couverture du livre « Algérie, les années pieds-rouges » de Catherine Simon aux éditions La Decouverte
Résumé:

0500 Qu´ils soient médecins, instituteurs, artistes ou journalistes, qu´ils veuillent « répa-rer les dégâts » du colonialisme ou qu´ils rêvent de révolution mondiale, tous se veu-lent du bon côté du monde. Plus précisément : du tiers monde et de ses chambarde-ments. « Alger, c´était La Havane »,... Voir plus

0500 Qu´ils soient médecins, instituteurs, artistes ou journalistes, qu´ils veuillent « répa-rer les dégâts » du colonialisme ou qu´ils rêvent de révolution mondiale, tous se veu-lent du bon côté du monde. Plus précisément : du tiers monde et de ses chambarde-ments. « Alger, c´était La Havane », résume l´un de ceux qu´on désigne sous le terme de « pieds-rouges ». À travers leurs récits, une société se révèle. On y croise des équi-piers de la Cimade et des coopérants, on y suit les aventures de la Cinémathèque d´Alger, les pérégrinations des instituteurs du bled. On y entend aussi les témoignages des torturés du colonel Houari Boumediene et les mots, terribles, du désenchantement.
Le coup d´État de Boumediene, le 19 juin 1965, a signé la fin d´un cycle. Le festival panafricain d´Alger de 1969 clôt symboliquement cette période : c´est sur ce « feu d´artifice » que s´achève le livre-enquête de Catherine Simon, solidement documenté et fondé sur les témoignages de dizaines d´acteurs de l´époque. Il est la fresque d´une époque, d´un pays, d´une aventure humaine.0300 Fort mal connue, cette période des balbutiements est, pour la première fois, retracée dans ce livre, à travers la mémoire vive d´étrangers « amis de l´Algérie nouvelle », Français le plus souvent. Certains d´entre eux sont médecins, agronomes ou artistes ; beaucoup s´improvisent instituteurs, journalistes, éducateurs. Ils ont le coeur à gauche. Qu´ils soient soucieux de « réparer les dégâts » causés par le colonialisme en faisant oeuvre utile ou qu´ils rêvent de révolution mondiale, à l´instar des trotskistes de la IVeInternationale, tous se veulent du bon côté du monde. Plus précisément : du tiers monde et de ses chambardements. « Alger, c´était La Havane », résume l´un de ceux qu´on désigne sous le terme de « pieds-rouges ».
DansAlgérie, années zéro, une société se révèle, loin des clichés bienséants. On y croise des équipiers de la Cimade et des coopérants militaires, on y suit les aventures de la Cinémathèque d´Alger, les pérégrinations des instituteurs du bled. On y entend aussi les témoignages des torturés du colonel Houari Boumediene et les mots, terribles, du désenchantement.
Le coup d´État de Boumediene, le 19 juin 1965, a signé la fin d´un cycle. Le festival panafricain d´Alger clôt symboliquement cette période. 1969 : c´est sur ce dernier « feu d´artifice », aux couleurs de l´Afrique et du jazz, que s´achève le livre-enquête de Catherine Simon. Son récit, minutieusement documenté, est fondé sur les témoignages de plusieurs dizaines d´acteurs de l´époque, recueillis en France pendant plus de deux ans. Il est la fresque d´une époque, d´un pays, d´une aventure humaine.0300Indépendance algérienne de 1962 : médecins, agronomes ou artistes, beaucoup de Français militants s´improvisent instituteurs, journalistes, éducateurs. « Alger, c´était La Havane », résume l´un de ceux qu´on désigne alors sous le terme de « pieds-rouges ». Cette histoire de passions - et de violentes désillusions - totalement méconnue, est ici racontée pour la première fois, après deux ans d'enquête et de témoignages. L'histoire d'une génération.0400Introduction. Changer de vie pour « changer le monde »  1. Veillée d´armes  Dans les usines d´armement du FLN au Maroc  Communistes, trotskistes, chrétiens, insoumis ou déserteurs La culture du secret  En « métropole », des voix discordantes et minoritaires  Le dégoût de la « sale guerre », l´amour et la Révolution  Un choix lourd, grisant, radical  2. Été 1962  Le grand carnaval de l´indépendance  Quatre Français sur cinq sont partis  Braderie géante et terre brûlée  « Les harkis, sur le coup, je n´ai pas compris »  « La vraie France »  La manne phénoménale des « biens vacants » L´été des mensonges et des faux-semblants 3. Les bulldozers de l´Algérie nouvelle Premières missions médicales  Une résistante bretonne au ministère de la Santé  L´Hermitage, Naïma et Verdun : premières cliniques « nationalisées »  Une armée de blouses blanches aux allures de Babel  Des écoles de matrones et d´« accoucheuses rurales »  Médecins de l´Est et pensionnair

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions