Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Alabama 1963

Couverture du livre « Alabama 1963 » de Christian Niemiec et Ludovic Manchette aux éditions Cherche Midi
Résumé:

Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvé. La police s'en préoccupe de loin. Mais voilà que d'autres petites filles noires disparaissent...
Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d'enquêter pour le père de la première... Voir plus

Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvé. La police s'en préoccupe de loin. Mais voilà que d'autres petites filles noires disparaissent...
Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d'enquêter pour le père de la première victime.
Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s'interroge : « Les petites filles, ça disparaît pas comme ça... » Deux êtres que tout oppose. A priori.
Sous des airs de polar américain, Alabama 1963 est avant tout une plongée captivante dans les États-Unis des années 1960, sur fond de ségrégation, de Ku Klux Klan et d'assassinat de Kennedy.

Donner votre avis

Avis (9)

  • 1963 n’est pas n’importe quelle année aux Etats-Unis. C’est l’année du célèbre discours de Martin Luther King « I have a dream » lors de la grande marche sur Washington, à laquelle participèrent plus de 250.000 personnes, toutes ethnies confondues.
    Voilà 7 ans que les lois de déségrégation ont...
    Voir plus

    1963 n’est pas n’importe quelle année aux Etats-Unis. C’est l’année du célèbre discours de Martin Luther King « I have a dream » lors de la grande marche sur Washington, à laquelle participèrent plus de 250.000 personnes, toutes ethnies confondues.
    Voilà 7 ans que les lois de déségrégation ont été votées au niveau fédéral, mais ce n’est que cette année-là que des étudiants noirs pénètrent, sous escorte policière, dans une université blanche.
    Et si John F. Kennedy clame haut et fort dans un de ses discours « La notion de race n’a sa place ni dans la vie, ni dans la loi américaine », c’est en 1963 qu’il est assassiné à Dallas.
    En situant l’histoire à Birmingham, les auteurs de ce roman nous transportent en Alabama dans la ville où le Ku Klux Klan a fait exploser les marches d’une église baptiste, tuant quatre jeunes filles noires et blessant 22 enfants et dans l’Etat où un gouverneur ségrégationniste, Georges Wallace, vient d’être élu.
    Une fois le contexte posé, ce roman est un polar où un détective blanc, Bud Larkin, ancien policier, enquête sur les viols et les meurtres de fillettes de couleur enlevées en pleine rue dans les quartiers noirs de la ville.
    Adela Cobb, une mère de famille noire de 34 ans, engagée pour faire le ménage chez le détective, va lui venir en aide et l’aider à se sortir d’un alcoolisme suicidaire dans lequel le plonge son passé.
    Au-delà de l’incongruité d’une telle association en cette année 1963, ces deux êtres qui n’ont absolument rien en commun, vont faire une solide équipe et mener une enquête au sein d’une population noire en souffrance. Le bon sens de l’une et l’expérience de l’autre se compléteront pour dénouer une affaire négligée par la police locale.
    Avec ce polar social, Ludovic MANCHETTE et Christian NIEMEC, nous plonge dans l’histoire des Etats du Sud de l’Amérique qui, en 1963, ne se sont toujours pas remis de la Guerre de Sécession et où les noirs sont encore privés de tous droits civiques.
    Les deux facettes du roman sont aussi passionnantes l’une que l’autre et j’ai autant apprécié le témoignage historique que ce duo improbable d’enquêteurs.
    Un polar de haut vol.

    comment Commentaire (0)
  • Birminghan, Alabama, 1963, le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvée. La police est interpelée, mais une noire qui disparaît ce n'est rien de grave dans une Amérique en noir et blanc. Mais, voilà que d'autres jeunes filles noires disparaissent à tour de rôle.

    La police n'avance...
    Voir plus

    Birminghan, Alabama, 1963, le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvée. La police est interpelée, mais une noire qui disparaît ce n'est rien de grave dans une Amérique en noir et blanc. Mais, voilà que d'autres jeunes filles noires disparaissent à tour de rôle.

    La police n'avance pas, ou ne veut pas avancer dans l'enquête. Une famille noire demande de l'aide à un certain détective privé, Bud Larkin, blanc, alcoolique, raciste et ancien policier. Mais vu ses finances il accepte malgré les quand dira-t-on car relation entre noir et blanc est inconcevable.

    Adela Cobb, femme de ménage, mère de famille, veuve, accepte un poste chez... Bud Larkin ! Deux êtres que tout oppose et pourtant... au fils des jours, les deux personnages se lient d'amitié et d'enquête.

    Coup de coeur total pour ce roman sur fond de ségrégationniste et de rencontre improbable. Car le vrai fond du roman est la rencontre entre le détective alcoolique, raciste et une femme noire dans les années 60 en Alabama.

    Un roman écrit à quatre mains marqué par une écriture sobre, fluide, humoristique. Une histoire qui a vocation à décrire un passé pas si résolu que cela vu l'actualité.

    La construction du roman est remarquable, pas une minute d'ennui, des personnages complètement attachants, touchants, pleins d'espoirs et haut en couleur. Les auteurs baladent beaucoup le lecteur mais on n'en redemanderait presque. Les dialogues sont ciselées, parfaitement intégré dans l'histoire. Et cet humour, parfois noir, juste parfait !

    Les auteurs réussissent leurs coups : nous faire évoluer dans l'enquête avec les personnages mais aussi dans le grande Histoire (mort de Kennedy, manifestations, évolution des mentalités...). Un roman cinématographique a souhait !

    Un premier roman complètement addictif, d'une grande finesse, maitrisé à la perfection, tout ça à quatre mains. Une totale réussite !

    comment Commentaire (0)
  • A quoi tient parfois le choix d’une lecture ! Il m’a suffi de faire un tour dans ma librairie préférée, de discuter avec Gwendoline, la libraire, d’apprendre la venue prochaine en dédicace de Ludovic Manchette et Christian Niemiec, en droite ligne de Bretagne qui plus est, pour repartir avec...
    Voir plus

    A quoi tient parfois le choix d’une lecture ! Il m’a suffi de faire un tour dans ma librairie préférée, de discuter avec Gwendoline, la libraire, d’apprendre la venue prochaine en dédicace de Ludovic Manchette et Christian Niemiec, en droite ligne de Bretagne qui plus est, pour repartir avec leur premier roman "Alabama 1963".

    Bon, je dois reconnaître que la couverture m’a tout de suite plu aussi. Si elle ne fait certes pas le roman, elle recouvre à mes yeux une certaine importance. La dédicace, ensuite, aux parents des deux auteurs, pour la mère que je suis, fut touchante. Et puis le reste…"Jeudi 8 août 1963… La chaleur écrasante semblait avoir endormi la clairière : ses hautes herbes jaunies, son immense chêne perdu au beau milieu, les corbeaux perchés là-haut, et la petite fille couchée en bas, quelques mètres plus loin." La première phrase du roman donne le ton d’une écriture simple, limpide, sans étalage, qui laisse toute la place à l’histoire, aux personnages, à l’intrigue. Intrigue, oui, car cette petite fille…"ne cilla même pas lorsqu’un scarabée sortit de sa bouche…La petite fille qu’ils abandonnaient [les corbeaux] ne serait pas découverte avant plusieurs jours. Peut-être que si elle avait été blanche…Mais elle était noire."

    Voilà, vous avez compris, une petite fille d’une dizaine d’années, noire, est morte. D’autres vont suivre. Nous sommes à Birmingham, Alabama, en 1963. La police enquête, sans trop d’enthousiasme… et c’est surtout un détective privé affublé de nombreux défauts qui prend les choses en mains, sollicité par le père d’une des victimes… Blanc et, plutôt raciste, Bud Larkin, va pourtant solliciter l’aide d’Adela Cobb, noire, veuve, mère de famille et, accessoirement, sa femme de ménage.

    Plus qu’un roman policier, cet ouvrage revêt un caractère social. Il nous dévoile un portrait passionnant de l’Amérique des années soixante. Il nous plonge de plein fouet dans les affres de la ségrégation, les horreurs perpétrées par le KKK, revient sur l’assassinat du Président Kennedy ou encore le fameux "I have a dream" de Martin Luther King. J’ai beaucoup aimé l’humour qui le dispute à l’émotion, les personnages tous attachants - je pense notamment, en dehors des principaux, à Shirley Ackerman qui arrive de Calgary et vient laver son linge de couleurs dans une laverie estampillée "coloured", J’ai beaucoup apprécié aussi l’amitié qui subrepticement lie ce vieux bougon alcoolique de Bud Larkin à Adela Cobb. 1963, les lignes commencent à bouger en Amérique, et le roman en restitue l’atmosphère à merveille.

    "Alabama 1963" est un premier roman addictif, aux dialogues savoureux, à la fin d’une grande finesse et pleine d’espoir. Une belle réussite que j’imagine déjà sur les écrans.

    https://memo-emoi.fr

    comment Commentaire (0)
  • Plaisant et agréable à lire, des personnages attachants qui parviennent à émouvoir le lecteur et une histoire bien ficelée sur fond historique. Mais, pour l'avoir lu juste après Nickel boys, je lui trouve quand même un manque d'épaisseur. J'imagine ce que ce récit serait devenu entre les mains...
    Voir plus

    Plaisant et agréable à lire, des personnages attachants qui parviennent à émouvoir le lecteur et une histoire bien ficelée sur fond historique. Mais, pour l'avoir lu juste après Nickel boys, je lui trouve quand même un manque d'épaisseur. J'imagine ce que ce récit serait devenu entre les mains d'un Donald Ray Pollock, par exemple. Pour ne pas citer Colson Whitehead.

    comment Commentaire (0)
  • Gros, énorme, non ENORME coup de cœur pour ce roman écrit à quatre mains par Ludovic Manchette et Christian Niemiec.
    Nous sommes donc à Birmingham, en Alabama, en 1963.
    Une fillette noire disparaît et est retrouvée assassinée quelques jours plus tard. Puis une autre. Et encore une autre. Mais...
    Voir plus

    Gros, énorme, non ENORME coup de cœur pour ce roman écrit à quatre mains par Ludovic Manchette et Christian Niemiec.
    Nous sommes donc à Birmingham, en Alabama, en 1963.
    Une fillette noire disparaît et est retrouvée assassinée quelques jours plus tard. Puis une autre. Et encore une autre. Mais dans ce sud ségrégationniste, les autorités ne font pas preuve d'un grand zèle pour retrouver le coupable. Les parents de l'une d'elles s'adressent alors à Bud, un détective blanc, bougon, raciste et alcoolique, pour mener l'enquête. Pour mener ses investigations, celui-ci va être contraint de s'adjoindre les services de sa femme de ménage noire, Adela. Un duo improbable, très mal vu par le Ku Klux Klan local, et en pleine campagne pour les droits civiques des noirs.
    J'ai adoré ce livre, tout à la fois polar, roman social, et témoignage d'une époque où les lignes ont commencé à bouger, les certitudes à se fissurer. J'ai frissonné à chaque nouvelle disparition, j'ai été bouleversée par le racisme banal et quotidien, j'ai souri parfois, et j'ai aussi été très émue.
    Contrairement aux affirmations récentes d'un "écrivain" français, le roman a de beaux jours devant lui, et celui-ci en est la preuve.
    En un mot: foncez !

    comment Commentaire (0)
  • Alabama 1963 c'est un mi chemin entre le polar et le roman historique. L'histoire se situe à Birmingham dans une Amérique ségrégationniste. On va suivre le duo de Bud et Adela que tout semble opposer dès le début. Ils enquêtent sur la disparition de petites filles noires. 
    Outre l'intrigue...
    Voir plus

    Alabama 1963 c'est un mi chemin entre le polar et le roman historique. L'histoire se situe à Birmingham dans une Amérique ségrégationniste. On va suivre le duo de Bud et Adela que tout semble opposer dès le début. Ils enquêtent sur la disparition de petites filles noires. 
    Outre l'intrigue policière bien ficelée, avec des rebondissements qui donne envie de poursuivre la lecture, la valeur ajoutée de cette histoire et bel et bien le contexte dans laquelle elle se déroule. C'est très détaillé et les actualités de l'époque viennent se mêler à la fiction pour en étoffer le contenu. 

    Un témoignage de cette époque réaliste, avec des touches d'humour, surtout les dialogues qui se savourent. On observe cette population qui doucement est entrain d'évoluer sur la question des gens de couleurs. Les amorces d'un changement craintif.Un style simple apportant une lecture fluide et agréable. Un dépaysement total dans les années 60 tout en se rappelant que cette époque n'est pas si éloigné de nous. 

    La force d'Alabama 1963 est le duo que forme Bud et Adela. Bud a beaucoup de tempérament. Il est raciste, alcoolique, bref il n'attire pas vraiment la sympathie du lecteur. Adela va être la première personne de couleur avec laquelle il va échanger. Cette relation amicale naissante va à Bud, lui faire dépasser ses préjugés et à elle de s'émanciper.  

    À travers les destins des protagonistes d'Alabama 1963, c'est la grande Histoire que nous découvrons. 
    Si après cet avis vous n'êtes toujours pas convaincu, cette lecture m'a fait penser sur certains aspects à "La couleur des sentiments" . Ce roman a tout pour plaire, il n'y a plus qu'à vous laissez tenter

    comment Commentaire (0)
  • Bud, ex flic blanc devenu un improbable détective alcoolique, décide d'employer Adela, femme de ménage noire, envoyée au départ par ses ex-collègues pour se moquer de lui. Dans l'Amérique de 1963, le Klu Klux Klan sévit et les Blancs et les Noirs ne font aucune activité ensemble. Pourtant, parce...
    Voir plus

    Bud, ex flic blanc devenu un improbable détective alcoolique, décide d'employer Adela, femme de ménage noire, envoyée au départ par ses ex-collègues pour se moquer de lui. Dans l'Amérique de 1963, le Klu Klux Klan sévit et les Blancs et les Noirs ne font aucune activité ensemble. Pourtant, parce que plusieurs petites filles noires disparues sont retrouvées assassinées après avoir subi des sévices, ce duo étonnant va tenter de résoudre ces crimes odieux. Un excellent polar que je recommande vivement!

    comment Commentaire (0)
  • 1963 Birmingham Alabama
    Birmingham est la plus grande ville de l'État de l'Alabama, aux États-Unis. Elle a été fondée en 1871 après la guerre de Sécession. Elle attira l'attention du monde entier dans les années 1950 -1960, pour être devenu le centre du combat pour les droits civiques des...
    Voir plus

    1963 Birmingham Alabama
    Birmingham est la plus grande ville de l'État de l'Alabama, aux États-Unis. Elle a été fondée en 1871 après la guerre de Sécession. Elle attira l'attention du monde entier dans les années 1950 -1960, pour être devenu le centre du combat pour les droits civiques des Afro-Américains. En 1963 lorsque Martin Luther King fut emprisonné pour avoir pris part à une protestation non violente, il y rédigea la "Letter from Birmingham Jail". En 63, toujours, un attentat à la bombe est perpétré par des membres du Ku Klux Klan, causant la mort de quatre fillettes noires. Voilà pour le contexte historique et l'ambiance tendue qui règne cette année-là dans cette ville.
    Ce livre débute comme un polar très sombre: une fillette noire est retrouvée assassinée après avoir été violée. On ne peut pas penser une seule seconde à la lecture du premier chapitre que l'histoire va être à la fois bouleversante mais également drôle à certains moments.
    Pour les personnages du roman, les auteurs ont réussi l'exploit de faire coenquêter un duo improbable: un détective blanc alcoolique et sa femme de ménage noire en plein contexte ségrégationniste, décrit de façon très réaliste. Avec beaucoup d'humour et des dialogues savoureux, cette histoire pourtant sombre est un véritale page-turner et j'ai littéralement dévoré ce roman en quelques jours! Un roman qui mêle les genres et qui est une vraie réussite! Bravo aux deux auteurs!

    comment Commentaires (2)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.