Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Alabama 1963

Couverture du livre « Alabama 1963 » de Christian Niemiec et Ludovic Manchette aux éditions Cherche Midi
Résumé:

Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvé. La police s'en préoccupe de loin. Mais voilà que d'autres petites filles noires disparaissent...
Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d'enquêter pour le père de la première... Voir plus

Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvé. La police s'en préoccupe de loin. Mais voilà que d'autres petites filles noires disparaissent...
Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d'enquêter pour le père de la première victime.
Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s'interroge : « Les petites filles, ça disparaît pas comme ça... » Deux êtres que tout oppose. A priori.
Sous des airs de polar américain, Alabama 1963 est avant tout une plongée captivante dans les États-Unis des années 1960, sur fond de ségrégation, de Ku Klux Klan et d'assassinat de Kennedy.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (25)

  • Un roman policier qui se passe dans un état d'Amérique du Nord dans les années 1960 où la ségrégation raciale est intense. J'ai plus apprécié le contexte historique que l'enquête policière qui m'a semblé vraiment sommaire et peu fouillée, avec un dénouement un peu trop simpliste pour sembler...
    Voir plus

    Un roman policier qui se passe dans un état d'Amérique du Nord dans les années 1960 où la ségrégation raciale est intense. J'ai plus apprécié le contexte historique que l'enquête policière qui m'a semblé vraiment sommaire et peu fouillée, avec un dénouement un peu trop simpliste pour sembler vrai selon moi.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Noir et blanc

    Août 1963, Birmingham, Alabama. Dee-Dee une fillette, disparait brutalement. Ses parents, sa famille, ses voisins, tous la recherchent activement, en vain. Quant à la police, elle a enregistré la plainte des parents, mais c'est à peu près tout. En Alabama, en 1963, la...
    Voir plus

    Noir et blanc

    Août 1963, Birmingham, Alabama. Dee-Dee une fillette, disparait brutalement. Ses parents, sa famille, ses voisins, tous la recherchent activement, en vain. Quant à la police, elle a enregistré la plainte des parents, mais c'est à peu près tout. En Alabama, en 1963, la disparition d'une gamine noire n'entrainait pas de véritable enquête : de toutes façons, ces gamines, elles ont le diable au corps, et les parents, incapables d'élever correctement leurs enfants ! Elle a du faire une fugue, elle réapparaitra bien un jour... Devant l'inertie de la police, les parents de Dee-Dee se résignent à faire appel à un détective privé. Un blanc. Bud Larkin. Un ancien flic, viré pour avoir tué son coéquipier... Pas intentionnellement, bien sûr, mais Bud avait trop bu... Depuis, il vivote en effectuant de petites enquêtes qui lui rapportent juste de quoi payer son loyer et son bourbon. Bud accepte de rechercher Dee-Dee (20 $, l'argent n'a pas de couleur) mais comme ses amis flics, il ne prend pas vraiment cette affaire à bras le corps...
    Il préfère de loin continuer à s'alcooliser et à cuver sur son canapé, dans son bureau, qui lui sert aussi d'appartement, un vrai taudis,... D'ailleurs, pour lui faire une blague, ses copains passent une petite annonce afin d'engager une femme de ménage ! C'est Adela Cobb qui se présente. Adela est noire évidemment, elle est veuve et élève seule ses deux enfants. Elle fait le ménage chez ces dames des beaux quartiers de Birmingham, des femmes racistes qui, pour la plupart, la méprise... Bud l'engage à contrecœur : ça lui déplait d'avoir une employée noire qui va chambouler ses affaires et son quotidien... Et si ça se trouve, elle va même le voler. Adela non plus n'est pas enchantée de travailler pour ce goujat mal embouché, ivre du matin au soir, et de nettoyer la porcherie qui lui tient lieu de logement... Mais si Adela est illettrée, si elle ne sait pas conduire, elle est intelligente et concernée par la disparition de Dee-Dee une petite de son quartier, surtout qu'une autre fillette est bientôt retrouvée morte, violée et assassinée...
    Pour résoudre l'affaire, Bud et Adela devront unir leurs forces, au grand dam de tous, blancs et noirs...
    Bien plus que l'intrigue policière, c'est évidemment le contexte historique de ce roman qui tient le devant de la scène, et avec une grande réussite. Les auteurs sont français (je suis toujours un peu circonspecte lorsqu'un auteur français écrit un roman américain) mais cela n'enlève rien à la justesse et la profondeur du propos.
    En 1963, la ségrégation entre blancs et noirs n'était pas abolie. Bien que depuis le milieu des années 50 le mouvement pour les droits civiques combattait cette injustice indigne, en Alabama, les noirs n'avaient aucun droit, pas même celui de s'assoir aux mêmes places que les blancs dans les autobus, dont ils étaient pourtant les principaux usagers (voir Rosa Parks, qui en 1955, a osé braver cette interdiction).
    Les auteurs nous font partager le quotidien des ces familles noires, cantonnées dans les quartiers pauvres de la ville, dont les mères de famille élèvent souvent seules leurs enfants et travaillent dur pour leur permettre d'avoir une éducation, dans des conditions souvent proches de celles de leurs ancêtres esclaves.
    C'est donc une lecture que je vous recommande, les chapitres sont courts, les dialogues sonnent juste, l'intrigue policière ne présente pas une grande originalité mais les deux personnages principaux, Adela et Bud valent à eux seuls qu'on achète (ou emprunte) ce livre dont le thème résonne encore très fort aujourd'hui (si toutefois la couverture -que je trouve magnifique- ne vous a pas totalement décidé) .

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L’Amérique ségrégationniste des années 60.Le début du changement avec le mouvement de Martin Luther King. L’assassinat de JFK. Le Ku Klux Klan qui sévit. Une femme de ménage noire qui lutte pour faire vivre sa famille après le décès de son mari, un détective blanc alcoolique, renvoyé de la...
    Voir plus

    L’Amérique ségrégationniste des années 60.Le début du changement avec le mouvement de Martin Luther King. L’assassinat de JFK. Le Ku Klux Klan qui sévit. Une femme de ménage noire qui lutte pour faire vivre sa famille après le décès de son mari, un détective blanc alcoolique, renvoyé de la police après avoir tué son collègue et quelques femmes blanches sans préjugées, en avance sur leur temps. En fil rouge, l’assassinat de petites filles noires.
    Voilà le décor planté pour faire un excellent livre.
    Tous ces personnages vont se rencontrer et évoluer au fil des pages.
    Une fin qui fait monter les larmes aux yeux.
    Beaucoup de bonté, d’humanisme et de beauté dans l’écriture de ce livre.
    L’écriture est telle que l’on a l’impression d’évoluer dans ce livre, il est très cinématographique.
    Quand on l’a ouvert, on n’a qu’une seule envie…. en connaître le dénouement, qui sera à la hauteur de nos attentes et en même temps pas du tout celui auquel on pouvait s’attendre

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai adoré, une belle histoire d'amitié entre 2 personnes que tout oppose, mais également un rappel aux abominations raciales. Suspense et intrigue jusqu'au bout

    J'ai adoré, une belle histoire d'amitié entre 2 personnes que tout oppose, mais également un rappel aux abominations raciales. Suspense et intrigue jusqu'au bout

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • En trois mots: j'ai adoré.

    J'avais remarqué ce roman lors de sa sortie et ai attendu impatiemment qu'il soit disponible à la médiathèque pour l'emprunter.
    Les Etats-Unis, le sud des Etats-Unis, les années 60, bref, une période dans laquelle j'aime beaucoup me plonger même si elle n'était pas...
    Voir plus

    En trois mots: j'ai adoré.

    J'avais remarqué ce roman lors de sa sortie et ai attendu impatiemment qu'il soit disponible à la médiathèque pour l'emprunter.
    Les Etats-Unis, le sud des Etats-Unis, les années 60, bref, une période dans laquelle j'aime beaucoup me plonger même si elle n'était pas la plus drôle pour les Noirs Américains. La seule petite chose qui me retenait quelque peu - qui me faisait un petit peu peur si on peut dire - est que ce roman a été écrit pas des français. Et oui, j'ai toujours un peu de mal avec des écrivains français plaçant leur action en Amérique, ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien moi-même. Je crois que je crains que cela manque d'authenticité. Mais, après tout, ça ne me dérange pas de lire les romans historiques de Ken Follett alors qu'il n'a jamais vécu au Moyen-Age...

    Adela est une femme noire qui fait des ménages chez des blancs pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Par un concours de circonstances, elle se retrouve à être employé par Bud, ancien flic reconverti en détective privé, raciste et alcoolique. Lorsque une petite fille noire disparaît, et que d'autres suivent, ce couple improbable fera équipe pour tenter de retrouver le coupable car le cas ne semble pas passionner les forces de police. Si seulement les petites filles avaient été blanches...

    Il y a des invraisemblances dans ce roman, et on voit bien, justement, qu'il s'agit d'un roman. Si vous recherchez une vérité historique, passez votre chemin. En effet, il est peu probable, voire impossible, qu'un homme blanc, surtout aussi têtu que celui-ci, ait pu faire équipe avec sa femme de ménage noire pour résoudre une affaire criminelle dans l'Amérique des années 60. Et plein d'autres choses également. Mais franchement, cela ne m'a pas dérangé car j'ai passé un super moment avec ce duo infernal.
    J'ai aimé l'histoire, l'histoire dans l'Histoire, les histoires dans l'histoire, j'ai aimé les personnages et, surtout, j'ai adoré la plume. Alors que le fond du roman n'est vraiment pas drôle, j'ai ri à plusieurs reprises. Les dialogues sont savoureux, on voit bien que les auteurs sont scénaristes, ils maîtrisent parfaitement leur sujet, sur la forme surtout. On ne s'ennuie pas une seconde, c'est rythmé, plein d'allant, et en prime, cherry on the cake, j'ai été très surprise par la résolution de l'enquête.
    Oui, vraiment, rien que pour l'écriture et les dialogues, les punch lines comme on dit, il vaut le coup d'être lu. Sans oublier quelques clins d'oeil à d'autres oeuvres, La couleur des sentiments en tête. Ce roman m'a donné envie de lire d'autres oeuvres qui se passe et à cette période, et dans ce coin des Etats-Unis.

    Messieurs les auteurs, si vous passez par là (et oui, on peut toujours rêver), je n'ai qu'une seule critique à vous faire: mais pourquoi? (ceux qui ont lu le bouquin me comprendront certainement). Alabama 1964, Alabama 1965,... Alabama 1988... Bref, que de bonnes aventures en perspective.

    En résumé, je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur ce roman que j'ai lu d'une traite - ou presque - et qui vous fera sûrement passer un très bon moment, soit parce que vous aimez les romans policiers, soit parce que vous aimez les romans se déroulant à cette époque, soit parce que vous aurez simplement l'envie ou le besoins de vous évader quelques instants avec une écriture sympathique et des dialogues enlevés.

    Lu en avril 2021

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • A Birmingham en Alabama, une fillette noire disparait. Les parents se rendent au poste de police pour signaler la disparition, chercher de l'aide mais la police ne prends pas l'affaire au sérieux, ils ne font rien... Mais quand d'autres fillettes disparaissent c'est Bud Larkin, un détective...
    Voir plus

    A Birmingham en Alabama, une fillette noire disparait. Les parents se rendent au poste de police pour signaler la disparition, chercher de l'aide mais la police ne prends pas l'affaire au sérieux, ils ne font rien... Mais quand d'autres fillettes disparaissent c'est Bud Larkin, un détective privé blanc qui va s'en mêler après avoir accepter l'offre d'une des familles. Mais en Alabama en 1963 les relations entre blancs et noirs sont toujours placées sous les lois de la ségrégation ce qui rend l'enquête compliquée. Cependant Bud va pouvoir compter sur l'aide de sa femme de ménage, Adela Cobb une jeune veuve mère de trois enfants, qui va facilité le contact avec la communauté noire.

    Qu'est ce que j'ai aimé ce roman et qu'est ce que j'ai regretté qu'il soit si court! J'en voulais encore.
    J'ai adoré le personnage d'Adela, jeune femme forte, drôle (qu'est ce que j'ai ri avec ses copines à la laverie) et tellement touchante. Les auteurs ont su nous plonger dans l'Alabama des années 60, cette époque où le changement se mettait en marche mais n'était pas encore réalisé, où la ségrégation sévissait toujours mais où les espoirs s'épanouissaient. J'ai adoré suivre l'évolution des personnages tout autant que l'enquête et j'ai aimé le clin d'œil au roman "La couleur des sentiments" subtilement placé au détour d'une conversation. Au final le seul point négatif de ce roman est qu'il est un point final.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvé. La police s'en préoccupe de loin. Mais voilà que d'autres petites filles noires disparaissent...
    Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d'enquêter pour le père de la première victime....
    Voir plus

    Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvé. La police s'en préoccupe de loin. Mais voilà que d'autres petites filles noires disparaissent...
    Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d'enquêter pour le père de la première victime. Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s'interroge : "Les petites filles, ça disparaît pas comme ça..."
    Deux êtres que tout oppose. A priori.

    Sous des airs de polar américain, "Alabama 1963" est avant tout une plongée captivante dans les États-Unis des années 1960, sur fond de ségrégation, de Ku Klux Klan et d'assassinat de Kennedy.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je me suis lancé dans la lecture de ce roman policier après avoir lu de (très) nombreuses chroniques élogieuses. Dans l'ensemble, on peut dire que j'ai apprécié cette lecture même si ce n'a pas non plus été un coup de cœur absolu.

    Cela faisait d'ailleurs un petit moment que je n'avais pas...
    Voir plus

    Je me suis lancé dans la lecture de ce roman policier après avoir lu de (très) nombreuses chroniques élogieuses. Dans l'ensemble, on peut dire que j'ai apprécié cette lecture même si ce n'a pas non plus été un coup de cœur absolu.

    Cela faisait d'ailleurs un petit moment que je n'avais pas ouvert un roman policier. On retrouve bien les codes du genre, avec des éléments un peu lu et relu. Par exemple, nous avons de nouveau le droit au flic déchu et alcoolique. La petite originalité et ce qui va vraiment donner son charme à ce roman, c'est cette improbable équipe que notre flic va former avec une femme noire. Petite précision importante, l'action se situe en 1963 comme l'indique le titre du roman et à cette époque, aux États-Unis, nous sommes en pleine ségrégation raciale même si les lignes commencent un peu à bouger (et on le voit dans le roman). Vous imaginez donc bien que cette équipe détonne, c'est mal vu et encore plus par les membres de Ku Klux Klan.

    L'enquête à laquelle cette femme va se retrouver mêler concerne de multiples disparitions de fillettes noires. L'enquête est intéressante à suivre mais c'est bien la place de cette femme et plus globalement de la communauté afro-américaine au sein de la société de cette époque qui occupe la place centrale du récit.

    Les protagonistes, l'ambiance de l'époque, tout ça est vraiment bien retranscrit par les auteurs, au pluriel car c'est un roman rédigé à quatre mains. Je suis un peu plus mitigé sur l'écriture. Je l'ai trouvé un peu "simpliste" même si je n'aime pas trop ce terme. J'aurai aimé un peu plus de profondeur, quelque chose d'un peu plus dense. La résolution de l'enquête m'a aussi semblé un peu précipité, on a l'impression que les auteurs ont fait le tour des situations qu'ils voulaient faire figurer dans le récit et que bon, maintenant il faut en finir.

    Il y a donc des petits défauts dans ce roman. Pour autant, cela reste un bon roman policier. Je dirai même qu'il mérite une mention spéciale pour les personnages. Il y a également une touche d'humour malgré le contexte difficile de l'époque et le combat permanent des afro-américains pour pouvoir vivre normalement. Cette touche d'humour est bien amené et appréciable. On a aussi quelques grands évènements de l'histoire des États-Unis qui sont évoqués comme par exemple l'assassinant de JFK, cela permet de balayer cette année 1963 qui annonce un tournant avec des modifications de la société qui surviendront peu de temps après.

    Il y a tellement de choses qui ont été dites sur ce roman sur les réseaux sociaux et les blogs de lecteurs que je vais m'arrêter là, tout a déjà été dit. En conclusion, j'ai pris du plaisir à la lecture de ce roman policier, l'enquête est sympa bien que trop classique. La force du roman repose sur son duo d'enquêteurs improbable, sur la touche d'humour et sur la bonne retranscription du contexte et de la société de l'époque. J'aurai aimé un peu plus de profondeur dans l'écriture mais ce duo d'auteurs semble avoir de l'avenir et peut-être que d'autres romans encore plus aboutis vont suivre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.