À résidence

Couverture du livre « À résidence » de Cathy Hamer aux éditions Robert Laffont
Résumé:

Une anecdote véridique, rapportée en première page du livre, est à l'origine de ce roman : une erreur commise dans l'attaque d'une ambassade, une confusion de cible. Autrement dit, une situation cocasse dans un contexte plutôt tragique.
Ici, l'offensive malencontreuse, dirigée contre la... Voir plus

Une anecdote véridique, rapportée en première page du livre, est à l'origine de ce roman : une erreur commise dans l'attaque d'une ambassade, une confusion de cible. Autrement dit, une situation cocasse dans un contexte plutôt tragique.
Ici, l'offensive malencontreuse, dirigée contre la luxueuse Résidence d'ambassade d'un pays fictif, petit mais prospère, le Birnstein, est menée jusqu'au bout. Les assaillants avaient prévu de s'en prendre à l'ambassade du Birnstan, une dictature d'Asie centrale (fictive elle aussi). Ils surgissent au moment du premier dîner d'apparat donné par le nouvel ambassadeur. Comprenant leur méprise mais pris à leur propre piège, les « terroristes » n'ont d'autre choix que de garder tout le monde en otage. Il y a là un ministre à la retraite, un chirurgien esthétique en vogue, une directrice de musée d'art contemporain, un homme d'affaires exilé fiscal à Bruxelles, une jeune ministre en peine dans les sondages, un diplomate érotomane... et la nouvelle cuisinière.
C'est Camélia Villemain. Ancienne ambassadrice dont l'époux a été renvoyé du service diplomatique pour malversation, cette femme froide, cynique et hautaine a tout perdu du jour au lendemain : elle quitte son mari, revient en France, son pays d'origine où, sans contact ni travail, elle sombre très vite dans la marginalité. Après trois ans d'errance, grâce à son culot et à sa détermination, elle décroche enfin ce travail de cuisinière à la Résidence de l'ambassade du Birnstein : la voici donc, à peine arrivée en poste, en première ligne.
Et c'est la chance de Camélia...
Car ce qui motive cette ancienne mondaine, ce n'est ni l'argent ni la notoriété sociale. C'est le besoin de prendre les choses en main, auquel s'ajoute la hantise de s'ennuyer. Dans ses nouvelles fonctions, non seulement l'ennui est inexistant, mais c'est elle qui tire les ficelles. Situation enivrante, particulièrement en ce week-end de tous les dangers où le chaos ambiant va lui permettre de prendre le pouvoir tout en découvrant les vertus (et les affres) de l'amour...

Donner votre avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com