À rebours

Couverture du livre « À rebours » de Joris-Karl Huysmans aux éditions Flammarion
Résumé:

"On finira par donner de simples études, sans péripéties ni dénouement", écrivait Émile Zola à propos des Soeurs Vatard de J.-K. Huysmans. À rebours exauce les promesses de son titre. Entremêlant au récit d'une rupture avec le monde réel, des contes, des poèmes en prose, des considérations... Voir plus

"On finira par donner de simples études, sans péripéties ni dénouement", écrivait Émile Zola à propos des Soeurs Vatard de J.-K. Huysmans. À rebours exauce les promesses de son titre. Entremêlant au récit d'une rupture avec le monde réel, des contes, des poèmes en prose, des considérations intempestives, des pages d'Histoire ou de critique, il donne l'exemple d'un des "antiromans" les plus remarquables. En même temps qu'il expose les thèses de la décadance, il s'engage dans les voies de l'expérimentation et se tourne vers la vie intérieure - ce qui ne l'empêche pas d'exploiter tous les filons du comique, de la grosse blague à l'humour noir.
Conforme à l'originale, cette édition place en annexe, à la suite de nombreux autres commentaires de l'auteur, la "Préface écrite vingt ans après le roman". Elle présente également diverses lettres d'écrivains et un substantiel dossier de presse qui éclairent l'accueil d'À rebours, des pages témoignant de sa dette à ml'égard de Baudelaire et les premiers états des épisodes les plus marquants

Donner votre avis

Avis(4)

  • Un véritable monument de littérature et d’érudition.
    Ce roman n’a pas d’intrigue. C’est le portrait de des Esseintes.
    Portrait très complet, précis, raffiné d’un décadent de la fin du XIXème siècle.
    Des Esseintes est le tableau vivant du mal-être, de l’ennui, de l’angoisse.
    Après une vie...
    Voir plus

    Un véritable monument de littérature et d’érudition.
    Ce roman n’a pas d’intrigue. C’est le portrait de des Esseintes.
    Portrait très complet, précis, raffiné d’un décadent de la fin du XIXème siècle.
    Des Esseintes est le tableau vivant du mal-être, de l’ennui, de l’angoisse.
    Après une vie sociale vouée à la recherche de son plaisir, sans aucune moralité, perverse, vouée à un ego surdimensionné, il se réfugie dans la solitude dans sa maison de Fontenay.
    Sa recherche de sensations nouvelles et rares le mène à tous les extrêmes.
    Avec un raffinement touchant à la perfection, il explore de nombreux domaines : l’aménagement intérieur, la décoration, la peinture, la lecture, la musique, la botanique…..
    La description des tableaux de Gustave Moreau et d’Odilon Redon, par exemple, est éblouissante.
    Mais la solitude le mènera à tous les cauchemars, à toutes les névroses, et le retour à la société, qu’il contemple avec cynisme, semble bien difficile à envisager.
    Le langage employé par Huysmans est remarquable. Il manie la langue française avec excellence, les mots sont beaux, précis, rares (d’où le recours au dictionnaire fréquent). Je n’ai pas souvenir d’avoir lu de si belles lignes.
    J’ai mis longtemps à lire ce livre, par petits morceaux quotidiennement savourés. Le lire d’une traite aurait peut-être pu mener à l’indigestion par abus de richesse et de puissance.
    Outre la culture littéraire, picturale, musicale…. il y a des moments délicieux qui donnent le sourire aux lèvres.
    Un détail amusant : des Esseintes invente « l’orgue à bouche », qui n’est rien d’autre que « le pianocktail » de Boris Vian
    J’ai passé grâce à Joris Karl Huysmans un grand moment littéraire que je ne suis pas prête d’oublier.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • très intéressant pour comprendre l'état d'esprit fin de siècle.

    très intéressant pour comprendre l'état d'esprit fin de siècle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre bien curieux puisqu'il ne s'y passe pas grand chose. Un dandy esthète ne supportant plus la bêtise de ses contemporains, décide de se cloîtrer chez lui en ascète pour étudier la littérature et les arts. Ce bouquin était, à sa sortie, un pamphlet contre le naturalisme à la Balzac et...
    Voir plus

    Un livre bien curieux puisqu'il ne s'y passe pas grand chose. Un dandy esthète ne supportant plus la bêtise de ses contemporains, décide de se cloîtrer chez lui en ascète pour étudier la littérature et les arts. Ce bouquin était, à sa sortie, un pamphlet contre le naturalisme à la Balzac et Maupassant, qui avait fait son temps, et l'industrialisation de la France, qui, selon Oscar Wilde, abrutissait l'ouvrier. Il ne croyait pas si bien dire ! Un roman incroyable, l'un des préférés de Gainsbourg.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Manifeste mais aussi échec de l'esprit décadent visant à signer le dépassement et la rupture avec le romantisme et le naturalisme ...

    Manifeste mais aussi échec de l'esprit décadent visant à signer le dépassement et la rupture avec le romantisme et le naturalisme ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions