À malin, malin et demi

Couverture du livre « À malin, malin et demi » de Richard Russo aux éditions Table Ronde
  • Date de parution :
  • Editeur : Table Ronde
  • EAN : 9782710378112
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Douglas Raymer est chef de la police de Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey mal remise de la crise, voisine de la si pimpante Schuyler. Quand Dougie était collégien, sa professeur d'anglais écrivait dans les marges de ses rédac- tions : « Qui es-tu, Douglas ? » Trente ans plus tard,... Voir plus

Douglas Raymer est chef de la police de Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey mal remise de la crise, voisine de la si pimpante Schuyler. Quand Dougie était collégien, sa professeur d'anglais écrivait dans les marges de ses rédac- tions : « Qui es-tu, Douglas ? » Trente ans plus tard, Raymer n'a pas bougé de Bath et il ne sait toujours pas répondre à la question. Dégarni, certes, enclin à l'embonpoint, veuf d'une femme qui s'apprêtait à le quitter. Pour qui ? Voilà une autre question qui torture Raymer. Car depuis la mort accidentelle de Becka, ce policier élu à la tête de son district presque mal- gré lui vit dans un brouillard, tout juste égayé par la présence de son assistante, la jeune Charice, policière noire fière de son identité. De l'autre côté de la ville, un septuagénaire passe sa retraite sur un tabouret de bar. Sully connaît tout Bath et tout Bath connaît Sully : buveur, fumeur, aussi sarcastique et rusé qu'un vieux loup de mer. Mais comment garder son flegme lorsque résonne encore le diagnostic des cardiologues : « Deux années, grand maximum » ? En regardant, peut-être, les gens passer. Or pour cela, Sully a l'embarras du choix. Il y a Rub, son acolyte bègue ; Carl, le magnat de la ville, qui passe ses nuits devant des films X dans l'espoir de retrouver sa forme d'avant-prostatite. Jerome, le frère jumeau de Charice, maniaque, amoureux de la syntaxe et de sa Mustang rouge.
Alice, la femme du maire, qui passe des coups de fil imagi- naires depuis un téléphone cassé. Zack, le mari de Ruth, qui collectionne les vieux objets déglingués. Leur fille Janey, me- nacée par son ancien mari cogneur, à peine sorti de derrière les barreaux. Et puis Rub le chien, qui mordille son pénis en permanence... En quarante-huit heures d'un été torride qui voient - entre autres péripéties - Douglas Raymer s'évanouir au fond d'une tombe, un bâtiment du centre-ville s'écrouler mystérieusement et un cobra s'échapper d'un élevage clan- destin, tout ce petit monde à la dérive va se retrouver boule- versé. De course-poursuites en confessions, de bagarres en ré- vélations, Raymer, Charice, Sully et les autres vont apprendre à affronter les grandes misères de leurs petites existences.
Avec la virtuosité qu'on lui connaît, l'auteur du Déclin de l'Em- pire Whiting revient au roman pur dans cette symphonie hu- maine féroce et déjantée qui tient autant de Philip Roth que de David Lodge. Fidèle à la ville de North Bath, Russo pose sur ses habitants un regard caustique mais jamais perfide, qui déshabille la sexualité des uns, les frustrations des autres, et place toujours une lumière au bout du tunnel.

Donner votre avis

Articles (1)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Grâce au groupe « Picabo river book club » et le poche du mois, j'ai découvert un auteur et je vais continuer à lire ses romans. J'ai beaucoup apprécié passer 48 heures avec les protagonistes de ce roman : Nous sommes à Bath, dans l'Etat de NYC mais une ville industrielle frappée par la crise et...
    Voir plus

    Grâce au groupe « Picabo river book club » et le poche du mois, j'ai découvert un auteur et je vais continuer à lire ses romans. J'ai beaucoup apprécié passer 48 heures avec les protagonistes de ce roman : Nous sommes à Bath, dans l'Etat de NYC mais une ville industrielle frappée par la crise et où les habitants vivovent. Douglas Raymer est le shérif mais il se pose beaucoup de questions après la mort de sa femme trop belle et trop bien pour lui, Becka. Elle allait le quitter quand elle est tombée mortellement dans l'escalier. Il a trouvé une télé-commande de garage et depuis déambule dans les rues de la ville pour trouver la porte du garage de l'amant de sa femme. Il est aux obsèques du juge Flatt. Richard Russo va alors nous décrire la vie de cette ville à travers plusieurs personnages, des pieds nickelés. Je n'ai pas lâché ce texte et ai apprécié un humour décalé, des personnages touchants malgré leur côté sombre. Des personnages qui essaient de faire quelque chose de leur vie, Ruth, patronne de restaurant, son mari un ferrailleur qui a envahi la maison avec des aspirateurs déglingués, un abri de jardin qui devient plus grand que la maison, Sully, son ancien amant, qui a deux amis, Rub, un homme simple qui travaille au cimetière et son chien Rub, de beaux quiproquos lorsqu'ils sont tous les trois ensembles. Janey, la fille de Ruth et son amant violent, leur fille. Beaucoup de personnages mais paradoxalement on ne se perd pas, on est comme dans une série américaine un peu décalée, disjonctée. Des scènes restent en mémoire. Une lecture que l'on ne lâche pas facilement, un monde noir, sombre mais aussi beaucoup d'humour décalé. J'ai même regretté la fin du roman et de ne pas continuer un bout de chemin avec ces personnages. Mais je vais continuer ma découverte de cet auteur et avec en particulier « un homme presque parfait » Merci encore à Léa pour cette découverte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • À MALIN, MALIN ET DEMI de Richard Russo
    Traduit par Jean Esch
    Éd. Quai Voltaire / La Table Ronde (grand format)
    Ed. 10/18 (poche)

    "Ça ne vous gêne pas de ne pas avoir tiré meilleur profit de la vie que Dieu vous a donné ?" C'est la question que Miss Beryl, professeur retraitée, posait...
    Voir plus

    À MALIN, MALIN ET DEMI de Richard Russo
    Traduit par Jean Esch
    Éd. Quai Voltaire / La Table Ronde (grand format)
    Ed. 10/18 (poche)

    "Ça ne vous gêne pas de ne pas avoir tiré meilleur profit de la vie que Dieu vous a donné ?" C'est la question que Miss Beryl, professeur retraitée, posait constamment à Sully dans "Un homme presque parfait". Une question qui s'adressait tout autant aux autres habitants de la ville de Bath qu'à la ville elle-même.
    Parce qu'il faut dire que dans la ville de Bath tout est toujours allé de travers alors que dans la ville d'à côté, Schuyler Springs, tout prospère. Même le projet de parc d'attraction a finalement échoué... les promoteurs ayant finalement opté pour la Californie car ils trouvaient les habitants de Bath trop bizarres pour être embauchés.

    Dix ans plus tard, dans "À MALIN, MALIN ET DEMI", rien n'a vraiment changé, les gens ont continué "de croire que la chance gouvernait le monde, qu'elle leur avait tourné le dos, depuis toujours et pour toujours, amen, un crédo qui les dédouannait et les dispensait de s'investir pour de bon dans le présent, et à plus forte raison dans l'avenir."
    Pourtant, le nouveau maire croît qu'il pourra changer les choses... et pour Sully, la chance semble avoir tourné en sa faveur mais il est condamné par les médecins suite aux excès qu'il a commis pendant toute sa vie... Douglas Raymer, le flic peu sûr de lui que Sully avait cogné suite à une bavure policière, est devenu chef de la police...

    En prenant Douglas Raymer comme personnage central de son roman Richard Russo nous démontre que même si aujourd'hui nous ne sommes pas "à la hauteur des tâches qui nous incombent", demain nous pouvons être "une meilleure personne qu'aujourd'hui".

    J'ai beaucoup aimé "À MALIN, MALIN ET DEMI" pour son humour mais je le trouve un cran en-dessous par rapport à "Un homme presque parfait". Il y a de (toutes) petites incohérences entre les deux récits (dans la biographie de certains personnages) qui m'ont un peu déçues... c'est pourquoi je déconseille de les lire à la suite l'un de l'autre (ce que j'ai fait) alors que les deux livres peuvent parfaitement se lire indépendamment l'un de l'autre.

    Livre mis à l'honneur dans le #PicaboRiverBookClub dans le cadre du "poche du mois d'octobre"

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • https://lettresexpres.wordpress.com/2018/05/30/richard-russo-a-malin-malin-et-demi/

    L’humour de Richard Russo se conjugue toujours d’une grande tendresse pour ses personnages, qu’il rend particulièrement vivants et sympathiques, malgré ou à cause de leurs déboires. Il traite avec empathie des...
    Voir plus

    https://lettresexpres.wordpress.com/2018/05/30/richard-russo-a-malin-malin-et-demi/

    L’humour de Richard Russo se conjugue toujours d’une grande tendresse pour ses personnages, qu’il rend particulièrement vivants et sympathiques, malgré ou à cause de leurs déboires. Il traite avec empathie des relations familiales et amicales, explore les comportements violents ou délictueux, ausculte les effets de la pauvreté, n’oublie pas nos amis les animaux…
    Les six cents et quelques pages de ce roman m’ont accompagnée lors d’une semaine de vacances, et ce fut un très grand plaisir de lecture !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Éloge subtile, et drôlatique, de l'idiotie des vivants, À malin malin et demi livre le portrait de deux personnages antagonistes mais liés, à travers leurs actes incongrus, par une incapacité à envisager ce qu'ils sont. Avec verve et sympathie, Richard Russo poursuit son portrait de l'Amérique...
    Voir plus

    Éloge subtile, et drôlatique, de l'idiotie des vivants, À malin malin et demi livre le portrait de deux personnages antagonistes mais liés, à travers leurs actes incongrus, par une incapacité à envisager ce qu'ils sont. Avec verve et sympathie, Richard Russo poursuit son portrait de l'Amérique des bistrots, des paumés dans un récit rythmé et malin.

    https://viduite.wordpress.com/2017/09/28/a-malin-malin-et-demi-richard-russo

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « A malin, malin et demi », c’est la vie de Bath, une petite ville américaine, pendant quarante-huit heures.

    On y découvre Raymer, le chef de la police, jeune veuf obsédé par l’idée de découvrir qui est l’homme pour lequel sa femme avait projeté de le quitter avant sa mort, Sully, ancien...
    Voir plus

    « A malin, malin et demi », c’est la vie de Bath, une petite ville américaine, pendant quarante-huit heures.

    On y découvre Raymer, le chef de la police, jeune veuf obsédé par l’idée de découvrir qui est l’homme pour lequel sa femme avait projeté de le quitter avant sa mort, Sully, ancien combattant amoureux de la même femme, mais pas la sienne, depuis trente ans et Roy, repris de justice qui va faire basculer tout ce petit monde en l’espace de deux jours et deux nuits.

    Le texte est savoureux, drôle et émouvant. On s’attache aux personnages cabossés par la vie et qui peinent à trouver leur place dans un monde qui ne tourne pas très rond. Tous se poseront à un moment du récit la même question : « Qu’as-tu fait de ta vie ? ». Des personnes qui se posent cette question sont forcément de bons sujets de roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com