Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

À la ligne ; feuillets d'usine

Couverture du livre « À la ligne ; feuillets d'usine » de Joseph Ponthus aux éditions Table Ronde
Résumé:

À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. Il raconte l'histoire d'un narrateur lettré devenu ouvrier intérimaire qui doit embaucher dans les usines de poissons et les abattoirs de Bretagne.
À la ligne est surtout un chant, une manière d'épopée.
Par la magie d'une écriture simple et... Voir plus

À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. Il raconte l'histoire d'un narrateur lettré devenu ouvrier intérimaire qui doit embaucher dans les usines de poissons et les abattoirs de Bretagne.
À la ligne est surtout un chant, une manière d'épopée.
Par la magie d'une écriture simple et somptueuse, tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient ici une Odyssée avec un Ulysse qui combat des tonnes de bulots cyclopéens ou des car- casses de boeufs promises à l'équarrissage.
On est saisi d'emblée, à la lecture de cette prose scandée, de ces versets hypnotiques, par cette voix d'homme qui est capable de raconter avec une infinie précision les gestes du travail, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps épuisé. Mais il sait le faire, tou- jours, en multipliant les registres, tour à tour avec co- lère, humour, rage et amour.
Il inventorie ainsi tout ce qui donne l'envie qu'une journée de travail se termine au plus vite. Et la transfor- mer en texte que ce narrateur écrit comme un journal de guerre ou un livres d'heures avec ses psaumes, ses actions de grâces, ses prières pour les morts.
Aller à la ligne, c'est aussi se reposer dans les blancs du texte où l'on retrouvera la femme aimée, le chien Pok Pok, la lecture des auteurs et poètes, le bonheur dominical, l'odeur de la mer.
À la ligne est une revanche lyrique, un moyen de dé- passer le quotidien en continuant à se souvenir, dans le bruit de l'usine et les odeurs du travail, des poètes qu'il a aimés, des écrivains qui ont baigné son enfance, son adolescence et son âge d'homme. Et ce qui est répéti- tion devient à chaque fois unique : pendant le travail, avec les gestes machinaux, les souvenirs reviennent.
Le narrateur a eu une autre vie : il se souvient de ses cours de latin, il a été mousquetaire avec Dumas, amoureux de Lou et Madeleine avec Apollinaire, nos- talgique et joyeux avec les chansons de Trenet, combat- tant avec Marx. C'est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène, tout ce qui pourrait empêcher son paradoxal et invincible bonheur d'être au monde, dans l'épouvante industrielle.
Si À la ligne s'inscrit dans une tradition qui est celle de la littérature prolétarienne, de Henry Poulaille à Ro- bert Linhardt, en passant par Georges Navel, Joseph Ponthus la renouvelle ici de fond en comble en lui donnant une dimension poétique qui est l'autre nom de cette espérance de changer la vie, comme le voulait Rimbaud.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (59)

  • A tous ceux qui pensent qu'il n'existe plus de classe ouvrière en France, à nos politiques, pour qui il faut sans cesse repousser l'âge de départ en retraite, je conseillerais de lire le livre de Joseph Ponthus. Parti en Bretagne pour rejoindre son épouse, il ne trouve pas de travail en tant que...
    Voir plus

    A tous ceux qui pensent qu'il n'existe plus de classe ouvrière en France, à nos politiques, pour qui il faut sans cesse repousser l'âge de départ en retraite, je conseillerais de lire le livre de Joseph Ponthus. Parti en Bretagne pour rejoindre son épouse, il ne trouve pas de travail en tant que travailleur social. C'est donc dans les usines agro-alimentaires de conditionnement de poissons et crustacés puis dans les abattoirs, qu'il va travailler en tant qu'intérimaire, parce qu'il faut bien vivre et "gagner des sous". Il y a du Simone Weil dans "A la ligne", avec les descriptions du travail à la chaîne, pénible, répétitif, usant, qui ne permet pas de penser, parfois même qui ne permet pas de chanter dans sa tête... Cela va induire le choix d'écriture de Joseph Ponthus, des vers libres, une absence de ponctuation et ce retour à la ligne, comme la ligne des chaînes de production, encore et toujours.
    Ce livre m'a beaucoup touchée, les larmes me sont souvent montées aux yeux devant un tel gâchis, une telle absurdité. Heureusement, il y a la littérature, la force de l'imagination et l'humour, qui permet de se voir tel Ulysse, non pas face aux sirènes ou à Polyphème mais ferraillant contre des queues de vaches ou des bulots. Hommes ou bêtes sont pris dans cet engrenage de la productivité, de la rentabilité, on est révolté par ce qu'on lit et on est heureux que ce livre existe ; l'auteur a pris le temps, malgré la fatigue, l'envie de se reposer, l'envie de rien après le retour du travail, de poser sur le papier le ressenti de tous ces anonymes qui travaillent pour que d'autres mangent des langoustes à Noël. Sa formation classique d'ancien khâgneux transparaît bien dans les références multiples qui donnent épaisseur et humour à son témoignage. J'ai été d'autant plus attristée en lisant que l'auteur était décédé peu de temps après.
    Un livre à lire, que je compte bien faire découvrir à mes élèves de 3e cette année.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « C’est fantastique tout ce qu’on peut supporter » Cette phrase de Guillaume Apollinaire mise en préface est un bon résumé de ce livre et de la vie.

    L’auteur doit travailler. Il n’est pas ce genre de prêtre ouvrier, un idéaliste de la condition ouvrière, non, il travaille pour ramener des...
    Voir plus

    « C’est fantastique tout ce qu’on peut supporter » Cette phrase de Guillaume Apollinaire mise en préface est un bon résumé de ce livre et de la vie.

    L’auteur doit travailler. Il n’est pas ce genre de prêtre ouvrier, un idéaliste de la condition ouvrière, non, il travaille pour ramener des sous à la maison, faire vivre sa famille

    « L’usine c’est pour les sous

    Un boulot alimentaire

    Comme on dit

    Parce que mon épouse en a marre de me voir

    traîner dans le canapé en attente d’une embouche

    dans mon secteur »

    Le voici, intérimaire, à la chaîne dans une conserverie. Pour tenir le coup, il écrit

    « J’écris comme je travaille

    A la chaîne

    A la ligne »

    Travailler à la chaîne a cela de bien, les mains occupées, le cerveau fonctionne. Le sien appelle au secours Barbery d’Auvrlly, Claudel, Apollinaire… pour tenir le choc aussi bien physiquement que moralement.

    Le travail intérimaire supprime le droit de grève, puisque un intérimaire ne peux faire grève pour dénoncer les travers de l’entreprise dans laquelle il travaille, il est corvéable à merci.

    « Aujourd’hui les choses sont claires

    Un intérimaire en grève

    Ce qui est pourtant son droit

    Et bye bye

    Logique patronale évidente »

    A travers ses mots, avec tout l’humour qu’il y met, je ressens la douleur physique et morale de l’auteur, du travail à la chaîne, mais également les collègues de misère et les liens qui se tissent entre eux..

    Joseph Ponthus rogne jusqu’à l’os, chasse les mots inutiles. Ses vers libres vont à l’essentiel et montre la dureté du travail dans un abattoir. Les animaux souffrent, les hommes également pour un salaire de misère. Dans ce livre, il y a toute la camaraderie de la classe ouvrière, des forçats du travail à la chaîne. Il faut savoir que l’intérimaire est en bas de la chaîne. Je le répète, il est corvéable à merci, n’entre pas dans le cadre salarial de l’entreprise.

    Plus besoin de psy, de divan, c’est au moins un truc positif dans sa vie d’ouvrier

    « Bien après que j’ai arrêté l’analyse lacanienne

    L’usine m’a renvoyé en pleine mes heures et mes heures de divan »

    « Ma fonction de l’analyse est d’être allongé sur un divan à devoir parler.

    La fonction de l’usine est d’être debout à devoir travailler et se taire »

    « L’usine m’a apaisé comme un divan »

    Les dernières pages sont une lettre d’amour adressée à sa femme pour son anniversaire.Simplement belles, lucidement, désespéramment belles.

    Quel chant d’amour et de détestation pour ce boulot où il loue ses bras et ses jambes

    J’ai aimé le jeu de mots : à la ligne pour la présentation de son texte, et la ligne de production qui lui a permis d’aller à la ligne et nous parler de sa ligne de vie, de la vie à l’usine et ses ouvriers sans qui rien n’est possible.

    Poème lyrique, chant épique, odyssée du quotidien...Joseph Ponthus raconte, ne dénonce pas de façon virulente, en des termes où le lyrisme côtoie le réalisme. Des feuillets d’usine que je n’ai pas lâché tant la façon de traiter le monde de l’usine côté ouvrier est passionnant, dense en si peu de mots ce qui donne une puissance impressionnante au texte.

    Un coup de cœur pour ce livre qui restera seul suite au décès de l’auteur. Cela en fait un livre uniquement unique.

    https://zazymut.over-blog.com/2022/05/joseph-ponthus-a-la-ligne.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Joseph Ponthus né en 1978 à Reims est décédé en 2021 à Lorient.
    Le sujet du livre, la condition ouvrière au XXI ème siècle, n’est pas original mais sa forme l’est. A la ligne est un long poème en vers libres, sans ponctuation. Cette forme traduit les cadences du travail et l’absence de pauses...
    Voir plus

    Joseph Ponthus né en 1978 à Reims est décédé en 2021 à Lorient.
    Le sujet du livre, la condition ouvrière au XXI ème siècle, n’est pas original mais sa forme l’est. A la ligne est un long poème en vers libres, sans ponctuation. Cette forme traduit les cadences du travail et l’absence de pauses dans les lignes de production dans l’agroalimentaire. L’auteur consigne sous forme d’un journal de 66 chapitres son expérience de deux ans d’intérimaire en Bretagne. Il travaille dans des conserveries de poissons et dans des abattoirs. Ce témoignage de l’intérieur sur une longue durée est particulièrement précieux.
    Pour l’auteur, les intérimaires du XXIème siècle sont « l’armée de réserve » dont parle Karl Marx, des anonymes qui ne valent que par leurs bras, soumis à un patron tout puissant. Le livret de suivi est particulièrement infantilisant. Dans l’agroalimentaire, les intérimaires font un travail de forçat mais paradoxalement l’auteur, un intellectuel, tient le coup et magnifie les tâches en leur donnant une signification. Il s’approprie à chaque fois son usine. Dans une langue épure Joseph Ponthus raconte les tâches dans leur plus banale nudité. Il dit la primauté du temps dans la vie de l’ouvrier : l’attente de la débauche, du week end, de la paie, des retrouvailles avec son épouse. Le narrateur supporte la pénibilité de la vie à l’usine parce qu’il a fait des études et qu’il écrit. La culture est son arme. Et A la ligne est un texte très riche. Tout au long du témoignage, le narrateur-auteur convoque les mythes. Lorsqu’il est à l’abattoir, le sang lui rappelle la Grande Boucherie de la guerre de tranchées et il compare les ouvriers aux gueules cassées d’Otto Dix. Son texte est ainsi truffé de références littéraires et historiques.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le livre le plus marquant de ces dix dernières années. Il embrasse tout autant la poésie par la forme (à la ligne) et certaines références / citations, que le regard sur le monde du travail : la ligne de production notamment dans l'agroalimentaire (faisant un écho à L'établi de Linhart). Mais...
    Voir plus

    Le livre le plus marquant de ces dix dernières années. Il embrasse tout autant la poésie par la forme (à la ligne) et certaines références / citations, que le regard sur le monde du travail : la ligne de production notamment dans l'agroalimentaire (faisant un écho à L'établi de Linhart). Mais surtout, c'est un livre profondément humaniste dans l'attention à l'autre, aux autres, à son amour, à la vie.
    La vie de Joseph Ponthus aura été bien trop courte avec un dernier point final (à 42 ans) ; ce point qu'il n'avait pas mis à la fin de ses phrases, ou morceaux de phrases, qui s'enchainaient ... à la ligne.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Joseph a fait des études, il a une éducation mais il ne trouve pas de boulot,  sauf des contrats comme ouvrier intérimaire dans l'agro, les abattoirs. Les boulots s'enchaînent au fil des heures, des jours, les horaires décalés, jusqu'à l'épuisement, le corps ravagé.
    La prouesse de l'auteur,...
    Voir plus

    Joseph a fait des études, il a une éducation mais il ne trouve pas de boulot,  sauf des contrats comme ouvrier intérimaire dans l'agro, les abattoirs. Les boulots s'enchaînent au fil des heures, des jours, les horaires décalés, jusqu'à l'épuisement, le corps ravagé.
    La prouesse de l'auteur, décrire les salles carrelées, blanches, le sang, les carcasses et réussir à faire de l'existence ouvrière, éreintante, suante,  gueulante, un livre de poésie.  Du grand art, bravo. Une lecture à recommander qui ne me laisse pas indifférente.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C'est l'histoire d'un homme diplômé, qui par amour part en Bretagne et embauche comme intérimaire dans des conserverie de poissons et des abattoirs. Cela pourrait être banal mais…….
    Ce sont ses journées de travail qu'il partage avec nous, qu'il nous raconte sous forme de poëme scandé comme du...
    Voir plus

    C'est l'histoire d'un homme diplômé, qui par amour part en Bretagne et embauche comme intérimaire dans des conserverie de poissons et des abattoirs. Cela pourrait être banal mais…….
    Ce sont ses journées de travail qu'il partage avec nous, qu'il nous raconte sous forme de poëme scandé comme du rap où l'on côtoie également Trenet, Barbara, Appolinaire, Marx….
    Actuellement on parle beaucoup de la condition animalière dans les abattoirs et on oublie trop souvent la pénibilité tant physique que morale de l'humain.
    Ce livre réveille notre conscience si besoin était.
    Ces héros du quotidien sont désormais présents dans mon assiette.
    C'est dur, tendre,ironique mais jamais larmoyant.
    Un style atypiqye pour un auteur atypique

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Cela faisait un moment que je voulais lire ce livre.
    On en a tellement entendu parler...
    D'habitude ça me bloque, quand un livre est trop mis en avant, mais là, je sentais que c'était différent : le sujet était quand même particulier et a priori très fort : le travail en usine.

    Joseph...
    Voir plus

    Cela faisait un moment que je voulais lire ce livre.
    On en a tellement entendu parler...
    D'habitude ça me bloque, quand un livre est trop mis en avant, mais là, je sentais que c'était différent : le sujet était quand même particulier et a priori très fort : le travail en usine.

    Joseph Ponthus a dû travailler à l'usine pour gagner sa croûte, alors qu'il avait fait des études de lettres, et avait travaillé une dizaine d'années en tant qu'éducateur spécialisé. Un parcours atypique, mais qui lui a finalement permis d'écrire ce livre coup de poing.

    C'est simple, je l'ai adoré.
    Non pas, parce que j'étais en accord avec tout ce qu'il disait, mais surtout parce qu'il m'a pas mal remuée.
    Par contre, je préfère le dire tout de suite, âmes sensibles (et/ou végétaliennes) s'abstenir. Oui, car nous commençons ce parcours "tout doucement" dans une usine de poissons, mais nous serons amenés à côtoyer la réalité des abattoirs. Je dois avouer que certains passages m'ont été difficilement supportables ; vaut mieux pas trop visualiser dans ces cas-là.

    Outre le sujet vraiment intéressant, qui nous amène à réfléchir à la réalité du monde ouvrier, aux intérimaires, au chômage... bref à la société en elle-même, la forme amène encore plus de puissance au récit : pas de ponctuations, des vers libres, comme une urgence d'écriture...

    Au fil du récit, nous comprenons ce qui a fait tenir l'auteur dans ces endroits, où l'individualité n'a plus sa place. On fait partie d'un Grand Tout, comme il le dit lui-même. La littérature, la chanson... tout ça l'a aidé, et il nous offre des citations, qui illustrent certaines de ses réflexions.

    Joseph Ponthus n'est plus de ce monde, mais il vivra toujours à travers ce livre incroyable, dans lequel il a également fait de beaux cadeaux à sa mère et à son épouse.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une épopée ouvrière pleine d'émotion, de fureur, d'humour et de colère !

    Une épopée ouvrière pleine d'émotion, de fureur, d'humour et de colère !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com