23 ans et 23 jours

Couverture du livre « 23 ans et 23 jours » de Serge Berthier aux éditions Archipel
  • Date de parution :
  • Editeur : Archipel
  • EAN : 9782809824438
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Début du XIXe siècle. Les corsaires s'en donnent à coeur joie et, sabre d'abordage au clair, ferraillent contre les pirates. Louis, un noble désargenté vivote dans son château décrépi de Pianiccia. Beau parleur et cynique, il est accompagné par une ribambelle de personnages truculents dont... Voir plus

Début du XIXe siècle. Les corsaires s'en donnent à coeur joie et, sabre d'abordage au clair, ferraillent contre les pirates. Louis, un noble désargenté vivote dans son château décrépi de Pianiccia. Beau parleur et cynique, il est accompagné par une ribambelle de personnages truculents dont Petit-Jean, l'enfant qu'il élève sans que l'identité de sa mère lui soit révélé, et Mahmoud, cuisinier et barbier.
Tous attendent désespérément le retour de Balthazar, dit "Le Capitaine", toujours prêt à bourlinguer sur les mers du monde à bord du Liberté.
Quand un matin surgit à l'horizon la voilure du bateau, tous décident de partir pour la Chine - en compagnie de Margot, une prostituée que Louis a l'habitude de fréquenter dans l'auberge voisine. Voilà l'équipage parti pour une aventure sur les mers d'Asie, les voyant affronter, entre autre, pillards sans vergogne et typhons dévastateurs. Au fil de leurs péripéties, l'amitié qui unit ces joyeux drilles pourrait en prendre un coup... Mais peut-être l'amour est-il embuscade au détour d'un cap ou d'un îlet ?

Donner votre avis

Avis(2)

  • Voilà un roman qui débute bien, très bien même, j'ai noté plusieurs phrases drôles, bien tournées comme par exemple celle qui parle du barbier amputé de sa main gauche : "On ne savait pas si le tremblement était le résultat de son amputation ou du ratafia. Depuis la perte de sa main, le barbier...
    Voir plus

    Voilà un roman qui débute bien, très bien même, j'ai noté plusieurs phrases drôles, bien tournées comme par exemple celle qui parle du barbier amputé de sa main gauche : "On ne savait pas si le tremblement était le résultat de son amputation ou du ratafia. Depuis la perte de sa main, le barbier buvait deux fois plus qu'avant. Comme avant il buvait tout le temps, c'était un exploit dont le village était au demeurant assez fier." (p.10)

    Et puis, ça se gâte un peu lorsque le romancier parle de l'enfance de Margot et de la pédophilie du curé qui la déflore ainsi qu'il l'a fait pour nombre d'autres jeunes filles. C'est tourné de manière humoristique, mais j'avoue que ça m'a mis mal à l'aise qu'on en puisse plaisanter.

    Puis, la suite est longue, tarde à démarrer et l'on reste à Pianiccia (en Corse, pour les ceusses, incultes comme mézigue qui ne le savaient pas) longtemps avant que le Liberté n'arrive et Serge Berthier tire sur la corde de son humour qui s’effiloche. Finalement, ce qui me retient dans ce roman me déçoit, je le quitte sans regret.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le spitch: Pianiccia, début du XIXe siècle. Louis, noble désargenté, ressasse ses aventures passées dans le château décrépit de ses ancêtres. Auprès de lui, Petit-Jean, un enfant qu’il élève comme son fils, et l’ancien corsaire Mahmoud, cuisinier et barbier. Tous attendent le retour du...
    Voir plus

    Le spitch: Pianiccia, début du XIXe siècle. Louis, noble désargenté, ressasse ses aventures passées dans le château décrépit de ses ancêtres. Auprès de lui, Petit-Jean, un enfant qu’il élève comme son fils, et l’ancien corsaire Mahmoud, cuisinier et barbier. Tous attendent le retour du légendaire Balthazar, dit « le Capitaine », qui sillonne les mers. Quand ce dernier resurgit, la fine équipe décide de courir l’aventure et embarque pour la Chine lointaine. Ils sont suivis de la jolie Margot, une prostituée dont Louis ne songe pas à se séparer. Et les voilà partis pour Makassar et les mers d’Asie !
    Mais, en vue de Macao, le navire est immobilisé. Alors que l’eau vient à manquer, Louis et Balthazar décident de partir à la recherche d’une source et sont attaqués par des pirates. Le ketch du « vicomte », aventurier et photographe, se porte à leur secours… avec Margot à son bord !
    Passager clandestin du Liberté, le lecteur essuiera typhons et abordages, mettra pied à terre dans des jungles impénétrables, se verra même réduit au cannibalisme, sans espoir de revoir un jour les rives de la Corse…
    Je n'ai pas adhéré à l'écriture de S Berthier: j'ai trouvé cela long, trop détaillé et peut être que le monde de la piraterie et moi ne sont pas faits pour s'apprécier... Par contre, si vous aimez les histoires vraies de pirates, son historique, je suis sure que vous aimerez ce roman aux anecdotes vraies et bien renseignées.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions(1)

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com