Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les Fleurs du mal

Couverture du livre « Les Fleurs du mal » de Charles Baudelaire aux éditions
  • Date de parution :
  • Editeur : (-)
  • EAN : (-)
  • Série : (-)
  • Support : (-)
  • Nombre de pages : (-)
  • Collection : (-)
  • Genre : (-)
  • Thème : (-)
  • Prix littéraire(s) : (-)
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Télécharger cet ebook

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour pouvoir télécharger cet ebook, c'est gratuit!

Articles (2)

Avis (42)

  • Ivresse poétique ensorcelante et démoniaque

    Ivresse poétique ensorcelante et démoniaque

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Super recueil contenant les plus beaux poèmes de l'auteur. On ne se lasse pas de lire et relire les incontournables "albatros" et "spleen et idéal".
    Il ne fait aucun doute que le poète est parvenu à décrire sa condition et sa déchéance dans ce recueil.

    Super recueil contenant les plus beaux poèmes de l'auteur. On ne se lasse pas de lire et relire les incontournables "albatros" et "spleen et idéal".
    Il ne fait aucun doute que le poète est parvenu à décrire sa condition et sa déchéance dans ce recueil.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • mon poème préféré reste "l'albatros"... ce recueil recèle des trésors de beauté ... à déguster sans modération

    mon poème préféré reste "l'albatros"... ce recueil recèle des trésors de beauté ... à déguster sans modération

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L'intégrale de "Les leurs du mal" : les poèmes publiés (et partiellement censurés) en 1857, complétés par les pièces ajoutées aux éditions de 1861, de 1866 et de 1868, avec même deux intruses, selon le mot de l'éditeur Yves Florenne. Une édition de 1972, imprimée en 1973 et étudiée en février...
    Voir plus

    L'intégrale de "Les leurs du mal" : les poèmes publiés (et partiellement censurés) en 1857, complétés par les pièces ajoutées aux éditions de 1861, de 1866 et de 1868, avec même deux intruses, selon le mot de l'éditeur Yves Florenne. Une édition de 1972, imprimée en 1973 et étudiée en février 1974 ; mes années lycée !

    Les pages ont jauni, la tranche rosée a pâli, mais mes annotations en marge sont toujours lisibles.

    Ce fut un vrai régal que d'y replonger : la très grande majorité des poèmes n'a pas pris une ride. La force et la brutalité des mots, la violence de l'amour ou de la détresse, tout est encore là.

    On n'imagine plus la justice, ou même les églises, s'élever contre de tels textes, en demander la censure ; du moins en France ! Mais dans la société française, bourgeoise et puritaine, du milieu du 19ème siècle, on peut comprendre que cela ait effrayé, à défaut de l'accepter...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Si l'on doit ne lire que trois livres d'auteurs du 19 ème , alors , celui-ci arrive en tête , suivi de Flaubert avec "madame Bovary" et "les Contemplations" de Victor HUGO .

    Si l'on doit ne lire que trois livres d'auteurs du 19 ème , alors , celui-ci arrive en tête , suivi de Flaubert avec "madame Bovary" et "les Contemplations" de Victor HUGO .

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Mon auteur préféré... J'ai seize ans. Mes amies lisent Anna Todd, Musso, Lévy, et je lis et relis Baudelaire. Mais qu'est-ce qui pourrait me passionner davantage qu'un amas de paradoxes, soulevés par une écriture merveilleuse, intemporelle ? Je ne me lasse pas de ces poèmes magnifiques et les...
    Voir plus

    Mon auteur préféré... J'ai seize ans. Mes amies lisent Anna Todd, Musso, Lévy, et je lis et relis Baudelaire. Mais qu'est-ce qui pourrait me passionner davantage qu'un amas de paradoxes, soulevés par une écriture merveilleuse, intemporelle ? Je ne me lasse pas de ces poèmes magnifiques et les conseille vivement à qui hésiterait à les découvrir !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Malgré la connotation péjorative du mot "critique", je vais donc faire celle qui, à mon goût, est la plus inutile de toutes. Pourquoi? Car elle sera toujours terne, fade, pauvre face à un seul de ses poèmes. Face à un seul de ses chefs d'oeuvre.
    J'ai longtemps cru, sans le lire, que le nom de...
    Voir plus

    Malgré la connotation péjorative du mot "critique", je vais donc faire celle qui, à mon goût, est la plus inutile de toutes. Pourquoi? Car elle sera toujours terne, fade, pauvre face à un seul de ses poèmes. Face à un seul de ses chefs d'oeuvre.
    J'ai longtemps cru, sans le lire, que le nom de Charles Baudelaire était à placer dans la liste de ces auteurs, adulés pour le nom, et aimé parce que les gens se sentent obligés de l'aimer. Je pensais que la phrase à la mode était "Moi, j'adore trop Baudelaire. Il est trop fort"; que les gens le disaient pour paraître intelligent, curieux, poète. Mais mon Dieu qu'on peut être con quand on est jeune!!
    Bien sur que certains en jouent, mais c'est aussi certain que Baudelaire est un génie. Ce génie, qui a su implanter dans ses poèmes une aura mystérieuse, envoûtante et aux capacités quasi-magiques (arrêter le temps, vous transporter dans un autre monde, insuffler des sentiments jusqu'alors inexistants...). Découvert au Collège, trop tôt, il était resté là, à me regarder comme nombre d'autres œuvres. Mais lui était plus présent, plus insistant, plus mystique aussi. Un ressentiment que l'on explique de suite quand on l'ouvre, et qu'on commence à mastiquer chacun de ses mots pour espérer en tirer l'essence même, la formule magique d'une poésie parfaite. J'ai lu plusieurs auteurs qui me semblaient maitriser à la perfection le langage, notre langue (Julien Gracq, Emile Zola, Boris Vian etc.), mais jamais ils n'ont réussi à déceler et partgaer ce que cachent les mots, ce qu'il y a derrière les mots. Vous vous direz peut-être que j'exagère, qu'il faut que j'arrête avec ma critique mystique; mais pourtant je ne saurais comment décrire ma lecture des Fleurs du Mal autrement (alors même que je ne suis pas du tout porté vers le mystique d'habitude, ayant plutôt une logique rationnelle).
    Trêve de périphrases donc, j'ai avec Baudelaire découvert la perfection, et l'homme qui, au travers de sa plume, a retiré toute son âme, toute sa valeur à ce même mot de "perfection".

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.