Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Création d'un atelier d'écriture en ligne. Accroche du jour:

M'abonner à cette discussion
  • Malgré l'atmosphère feutrée, son pouls s'était accéléré à la vue du livre. Il paya et sortit de la librairie en serrant fermement la couverture verte dans le creux de sa main droite.Il marchait à vive allure, la solution se trouvait à coup sûr dans ce précieux ouvrage, du moins l'espérait-il de toute ses forces.
    Il refit le trajet en sens inverse jusqu'à son appartement. Il le trouverait vide, il le savait, comme chaque jour, depuis des mois, depuis que son épouse était plongée dans le coma suite à ce terrible accident.
    Ce livre représentait l'ultime espoir.
    Elle avait récemment fait une découverte de taille concernant un drame familial, un mensonge entretenu depuis des générations. Sa mère avait suscité son intérêt un jour de confidence et elle n'avait jamais pu oublier. Pendant de longues années ses recherches étaient restées vaines, jusqu'à ce jour, jusqu'à ce livre, ce livre qu'il tenait désormais entre ses mains et qui, lui avait-elle confié, représentait la clé. Quelle ironie ! La clé, la clé d'où surgirait la vérité et qui comme un souffle de seconde chance lui ferait prendre vie à son tour.
  • Bravo aussi
  • Saint-Fort a dit :
    Merci Kryan ton idée était vivifiante


    Merci saint fort !
  • kryan soler a dit :
    Bonjour à tous et à toutes, je vous propose un nouveau jeu. Commencer un texte petit ou grand avec les mots suivants malgré l'atmosphère feutrée... ensuite vous continuez. Et le texte devra se terminer par... prendre vie à son tour.

    Une autre difficulté. Vous devez utiliser les mots suivants dans votre texte
    Merci Kryan❤️

    Librairie. Épouse. Verte. mensonge. Oublier.

    Bonne écriture.
  • Voici mon texte pour Malgré l’atmosphère feutrée de KRYAN
    MALGRÉ L’ATMOSPHERE FEUTRÉE de la pièce ,que Rodrigue avait aménagée pour les lecteurs compulsifs, il entendait la voix perçante de son ÉPOUSE , qui à l’autre bout de la LIBRAIRIE , expliquait à Monsieur Pintin , où trouver le dernier roman de Giacometti et Ravenne , pendant que deux fillettes se poursuivaient â travers les allées en riant.
    Rodrigue arrangea encore quelques livres, disposa sur les tables des feuilles et des crayons, pour les personnes qui voudraient laisser un avis sur les différentes lectures proposées. Il avait fait de ce coin le lieu du MENSONGE qui permet de rêver, d’un côté il avait posé une affiche qui édictait la définition du dictionnaire: «  le mensonge est le fait de déguiser ou d’altérer la vérité. On peut mentir par action ou omission » Dans les étagères de ce côté-ci on trouvait : la fille du train de Paula Hawkins , Et après sauve-moi de Guillaume Musso, Bonne nuit mon ange de Aimée Molloy, Le Tartuffe de Molière , les filles au chocolat de Cathy Cassidy. En tout une trentaine d’ouvrages.
    Plus loin, il avait mis en exergue le VERBE et sur une affichette» expression de la pensée ( oralement ou par écrit) au moyen du langage ». On y voyait un roman de Daniel Pennac intitulé Comme un roman ou encore »Parler roman »:imaginaire de la langue et traits de style romanesques au dix septième siècle de Camille Esmein-Sarrazin, et Le Roman de Renard, Du côté de chez Swann de Proust mais encore Le Bescherelle, La Grammaire est une chanson douce de Erik Orsenna, des livres jeunesse comme « quelque chose de pourri au royaume du Français « de Tristan Pichard ou Le coupeur de mots de Hans Joachim Schëdlich et «  notre grammaire est sexy » de Laure de Chantal et Xavier Maudit, qui disparaissait souvent de l’étagère Et évidemment Exercices de style de Raymond Queneau et l’Encyclopédie inutilis d’Hervé Le Tellier , et d’autres livres divers et variés.
    Rodrigue pensa soudain qu’il allait OUBLIER de rajouter dans la partie Friandise : » chose délicate et agréable à savourer, humer , déguster » ce livre dont il flottait encore dans l’air la magie et tout en le retournant entre ses doigts , il pensa qu’il serait merveilleux que ce moment unique où il s’était plongé puisse PRENDRE VIE À SON TOUR . Et il resta là , rêveur , oubliant jusqu’au chuchotement de ceux qui entraient déjà dans la salle
  • Là aussi BRAVO ma chère Dominique!
  • kryan soler a dit :
    Là aussi BRAVO ma chère Dominique!

    Merci ma petite Kryan . J'aime beaucoup nos petits jeux. Belle journée
  • Merci encore pour cette nouvelle proposition.

    Malgré l’atmosphère feutrée[/b] du bar de l’hôtel où Laure avait rendez-vous ce matin avec un gros client de son cabinet d’avocat, la jeune femme ressentait comme un malaise qu’elle ne s’expliquait pas.
    Des contrats elle en avait réalisé des dizaines depuis 8 ans qu’elle officiait dans ce grand cabinet d’avocats spécialisé dans la haute finance. Tout en savourant une tasse de café bien confortablement installée dans le salon d’inspiration Art Déco de l’hôtel Baume, son esprit se mit à vagabonder malgré elle vers des songeries inhabituelles. Pourquoi aujourd’hui éprouver comme une sensation d’illégitimité. Elle était pourtant une épouse comblée, une mère heureuse et était reconnue dans toute la profession comme une excellente avocate. Alors pourquoi se sentait-elle soudain assaillie par tant de doutes. Est-ce que sa vie ne serait qu’un mensonge finalement. Est-ce qu’elle aurait volontairement mis un masque sur ses yeux jusqu’à oublier ce qui la faisait réellement vibrer depuis l’enfance. Toute à son introspection, une image s’imposa brutalement à son esprit comme un flash, un souvenir occulté depuis bien longtemps. Elle revit la devanture verte de la vielle librairie de son quartier lorsqu’elle était enfant. Cette librairie, elle s’était pourtant fait le vœu de la faire sienne un jour car sa vie c’était les livres. Comment avait-elle pu faire un trait sur ce projet qui lui tenait tant à cœur. Alors qu’elle n’était qu’une adolescente, elle s’était jurée de la faire vivre contre vents et marées car le vieux bâtiment était comme un poumon d’oxygène dans ce quartier déserté, un lien entre les gens qui aimaient se retrouver à débattre autour des dernières parutions, pour avoir un conseil ou simplement discuter avec le libraire toujours à l’écoute de ses clients. Ce libraire qui n’était autre que son défunt grand-père et cette librairie faisait partie de son patrimoine familial depuis des générations. Elle-même avait grandi dans l’odeur des bouquins, ce parfum qu’elle aimait tant et qu’elle avait enfoui au plus profond de son cœur. En un clin d’œil sa décision fut prise. C’était une question de survie, elle en était désormais convaincue. Comme autrefois ses aïeux, elle allait se battre pour lui faire prendre vie à son tour.
  • C'est super de vous lire tous et toutes. Merci pour textes si inspirtants.
  • BERNARD DOMINIQUE a dit :
    Merci ma petite Kryan . J'aime beaucoup nos petits jeux. Belle journée


    Moi aussi. Tu sais que j'adore ça. Et que je participe à deux autres ateliers d'écriture une fois par an il y a un autre en virtuel et c'est vraiment super sympa. Merci pour ta participation et tes messages.

Ma réponse