Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Création d'un atelier d'écriture en ligne. Accroche du jour:

M'abonner à cette discussion
  • kryan soler a dit :
    Par ailleurs j'offre ce trèfle virtuel à tous les lecteurs et lectrices! Belle et bonne journée!

    Merci Kryan pour ce trèfle à quatre feuilles. Quand j'étais adolescente, mon premier amoureux m'avait emmenée dans les champs à la recherche de ce porte-bonheur, mais nous n'en n'avions pas trouvé. Alors j'en ai confectionné un! Un pour de faux! Mais n'est-ce pas le geste qui compte?
  • Bonjour, merci pour cette confidence. C'est très émouvant. Effectivement c'était une bonne idée ce que vous tu avais fait. Bon weekend
  • BERNARD DOMINIQUE a dit :
    Réponse au trèfle
    J'aurais aimé le cueillir pour vous. Aujourd'hui le soleil éclaire encore les dernières pâquerettes , les nouveaux pissenlits et le voilà perdu au milieu des orchidées sauvages . Il annonce le printemps pourtant si loin . Est-ce bien vrai alors que le climat a changé ? En attendant je vous souhaite tous les bonheurs possibles .


    Merci pour ce partage ma chère Dominique.
  • kryan soler a dit :
    Merci pour ce partage ma chère Dominique.


    Ça y est j'ai compris comment faire. Alors tu fais ta réponse. Tu fais très visualiser. Et après tu fais publier. Comme ça il n'y a que ta réponse qui est noté sur le site et pas pour le texte d'avant. Je sais pas si je me suis bien exprimé. Du coup c'est cool
  • Cymone a dit :
    Le parc de la Poya à Fontaine:
    «C’est un endroit qui ressemble à la Louisiane...  on dirait le Sud. Le temps dure longtemps...... » C’est charmant , presque féérique. Dans son sous-bois La Petite Saône se faufile entre des bosquets et des prairies verdoyantes. « Et au milieu, coule une rivière » au dessus de laquelle les Ginko biloba et les arbres centenaires du château de la Rochette, font des courbettes. C’est royal. C'est ici que des crapauds se transforment en princes charmants!
    A votre tour de raconter ce que cette image vous inspire.
    A vos plumes, pour une histoire complète si possible.


    Pour la première fois depuis son ouverture au public, je me promène dans le parc du château Palauda. C'est le château, modestement appelé Villa, qui appartenait aux frères Violet. Ceux-là même qui ont inventé le fameux apéritif Byrrh et ont créé la marque Cusenier.
    Durant des années, nous, les villageois, nous n'avons connu de ce château et de ce parc que la grille à l'entrée ainsi que les hauts murs tout autour.
    En allant et venant devant cette grille, nous nous sommes souvent posé la question de ce qui se cachait derrière ces murs.
    Décembre 2019. La dernière descendante des frères Violet vient de décéder, sans laisser d'héritiers. Aussi la "Villa" Palauda devient la propriété de la commune. C'était inscrit dans le testament de l'un des frères : "Lorsqu'il n'y aurait plus de descendance de la famille Violet, alors la propriété reviendrait à la commune de Thuir.
    Aussi en ce premier week-end de décembre, la municipalité a décidé de lever le voile sur le mystère de la Villa Palauda et d'ouvrir son parc au public.
    Je m'empare donc de mon appareil photo pour immortaliser ce moment et satisfaire enfin ma curiosité de toujours; Depuis l'enfance, j'ai été bercée par des histoires étranges parlant du parc du château.
    Le temps est radieux, le ciel est d'un bleu comme on ne le voit que par chez nous, du côté de Perpignan.
    Si le château reste fermé aux visiteurs, le parc lui nous accueille et révèle enfin ses secrets. Il est immense. On y trouve des plans d'eau avec fontaines, des statues magnifiques comme cette Diane chasseresse que je photographie dès que l'attroupement de curieux m'en laisse l'occasion. Il y a un beau jardin d'hiver, avec des gargouilles remarquables et même une grotte aménagée pour servir de lieu de pique-nique quand la chaleur était trop forte l'été. La famille Violet aimait son confort.
    Je m'approche de l'un des points d'eau où barbotent des canards et là aussi, j'attends de pouvoir photographier sans que personne ne vienne troubler les jolis reflets des arbres et des canards.
    Je fais alors plusieurs clichés puis je rentre chez moi, tout près de là, pour regarder sur mon ordinateur le résultat de ma moisson photographique.
    Je suis ravie de cette promenade et en visionnant mes photos, je redécouvre toutes les merveilles révélées dans ce parc.
    Mais, quand j'arrive au visionnage de ma photo des reflets dans la mare aux canards, quelque chose me trouble. Sur un des clichés, je vois bien sûr les reflets des volatiles et des arbres mais il y a aussi celui d'un homme, un bel homme barbu, avec une chemise à col cassé, des vêtements qui ne semblent pas contemporains.
    Je retourne l'image pour mieux voir. Et là, aucun doute. Je vois bien un homme. Je suis pourtant certaine d'avoir été seule quand j'ai pris cette photo. Et ce reflet n'est pas logique dans sa position près du point d'eau. De plus en plus troublée, je téléphone à ma fille, à ma mère, et je leur envoie la photographie. Elles sont également très étonnées et ne trouvent aucune explication. Elles me demandent bien sûr si je suis certaine qu'il n'y avait personne sur la berge et là-dessus, je n'ai aucun doute.
    Qu'elle serait l'explication logique ?
    Je n'en trouve pas. Je fais de la photo en semi-professionnelle et j'ai coutume de photographier des reflets. Reflets de la nature, de bateaux dans les ports de la côte, etc. Je n'ai jamais eu ce genre de phénomène !
    Je décide alors de faire une recherche pour trouver des renseignements sur la famille Violet. Il existe des portraits bien sûr car la famille était riche et célèbre à la fin du 19ème siècle. Et, comme j'effectue une recherche par image sur mon moteur de recherche, je tombe tout à coup sur un portrait au fusain d'un bel homme barbu qui ressemble trait pour trait à mon bel inconnu qui apparait dans le reflet sur ma photo !
    Je suis bouleversée. Je partage ces deux images avec famille et amis mais personne ne peut expliquer ce phénomène.
    A ce jour, nous n'avons toujours aucune réponse. Certains, les plus cartésiens, disent qu'il y avait là quelqu'un que je n'ai pas vu. D'autres pensent que c'est le fantôme d'un des deux frères Violet qui se montre là. Moi je ne sais que penser. Une chose est certaine, il n'y avait personne quand j'ai pris ma photo....
    Regarder cette dernière est toujours infiniment troublant pour moi.
    Le parc est fermé actuellement. La mairie doit mettre l'environnement aux normes pour y accueillir du public. Mais au printemps, il doit ouvrir à nouveau. Tous les habitants du village attendent cela avec impatience.
    Quant à moi, je retournerai aussi souvent qu'il le faut dans le Parc de la villa Palauda armée de mon appareil photo, en espérant trouver des réponses à mes questions. Et avec une folle envie de retrouver ce bel inconnu.

    Cette histoire est vraie du début à la fin.
  • Marie BOUSQUET a dit :
    Pour la première fois depuis son ouverture au public, je me promène dans le parc du château Palauda. C'est le château, modestement appelé Villa, qui appartenait aux frères Violet. Ceux-là même qui ont inventé le fameux apéritif Byrrh et ont créé la marque Cusenier.
    Durant des années, nous, les villageois, nous n'avons connu de ce château et de ce parc que la grille à l'entrée ainsi que les hauts murs tout magnifique autour.
    En allant et venant devant cette grille, nous nous sommes souvent posé la question de ce qui se cachait derrière ces murs.
    Décembre 2019. La dernière descendante des frères Violet vient de décéder, sans laisser d'héritiers. Aussi la "Villa" Palauda devient la propriété de la commune. C'était inscrit dans le testament de l'un des frères : "Lorsqu'il n'y aurait plus de descendance de la famille Violet, alors la propriété reviendrait à la commune de Thuir.
    Aussi en ce premier week-end de décembre, la municipalité a décidé de lever le voile sur le mystère de la Villa Palauda et d'ouvrir son parc au public.
    Je m'empare donc de mon appareil photo pour immortaliser ce moment et satisfaire enfin ma curiosité de toujours; Depuis l'enfance, j'ai été bercée par des histoires étranges parlant du parc du château.
    Le temps est radieux, le ciel est d'un bleu comme on ne le voit que par chez nous, du côté de Perpignan.
    Si le château reste fermé aux visiteurs, le parc lui nous accueille et révèle enfin ses secrets. Il est immense. On y trouve des plans d'eau avec fontaines, des statues magnifiques comme cette Diane chasseresse que je photographie dès que l'attroupement de curieux m'en laisse l'occasion. Il y a un beau jardin d'hiver, avec des gargouilles remarquables et même une grotte aménagée pour servir de lieu de pique-nique quand la chaleur était trop forte l'été. La famille Violet aimait son confort.
    Je m'approche de l'un des points d'eau où barbotent des canards et là aussi, j'attends de pouvoir photographier sans que personne ne vienne troubler les jolis reflets des arbres et des canards.
    Je fais alors plusieurs clichés puis je rentre chez moi, tout près de là, pour regarder sur mon ordinateur le résultat de ma moisson photographique.
    Je suis ravie de cette promenade et en visionnant mes photos, je redécouvre toutes les merveilles révélées dans ce parc.
    Mais, quand j'arrive au visionnage de ma photo des reflets dans la mare aux canards, quelque chose me trouble. Sur un des clichés, je vois bien sûr les reflets des volatiles et des arbres mais il y a aussi celui d'un homme, un bel homme barbu, avec une chemise à col cassé, des vêtements qui ne semblent pas contemporains.
    Je retourne l'image pour mieux voir. Et là, aucun doute. Je vois bien un homme. Je suis pourtant certaine d'avoir été seule quand j'ai pris cette photo. Et ce reflet n'est pas logique dans sa position près du point d'eau. De plus en plus troublée, je téléphone à ma fille, à ma mère, et je leur envoie la photographie. Elles sont également très étonnées et ne trouvent aucune explication. Elles me demandent bien sûr si je suis certaine qu'il n'y avait personne sur la berge et là-dessus, je n'ai aucun doute.
    Qu'elle serait l'explication logique ?
    Je n'en trouve pas. Je fais de la photo en semi-professionnelle et j'ai coutume de photographier des reflets. Reflets de la nature, de bateaux dans les ports de la côte, etc. Je n'ai jamais eu ce genre de phénomène !
    Je décide alors de faire une recherche pour trouver des renseignements sur la famille Violet. Il existe des portraits bien sûr car la famille était riche et célèbre à la fin du 19ème siècle. Et, comme j'effectue une recherche par image sur mon moteur de recherche, je tombe tout à coup sur un portrait au fusain d'un bel homme barbu qui ressemble trait pour trait à mon bel inconnu qui apparait dans le reflet sur ma photo !
    Je suis bouleversée. Je partage ces deux images avec famille et amis mais personne ne peut expliquer ce phénomène.
    A ce jour, nous n'avons toujours aucune réponse. Certains, les plus cartésiens, disent qu'il y avait là quelqu'un que je n'ai pas vu. D'autres pensent que c'est le fantôme d'un des deux frères Violet qui se montre là. Moi je ne sais que penser. Une chose est certaine, il n'y avait personne quand j'ai pris ma photo....
    Regarder cette dernière est toujours infiniment troublant pour moi.
    Le parc est fermé actuellement. La mairie doit mettre l'environnement aux normes pour y accueillir du public. Mais au printemps, il doit ouvrir à nouveau. Tous les habitants du village attendent cela avec impatience.
    Quant à moi, je retournerai aussi souvent qu'il le faut dans le Parc de la villa Palauda armée de mon appareil photo, en espérant trouver des réponses à mes questions. Et avec une folle envie de retrouver ce bel inconnu.

    Cette histoire est vraie du début à la fin.
    magnifique
  • kryan soler a dit :
    magnifique
    Merci. J'aurais aimé joindre la photo concernée mais je n'ai pas trouvé le moyen de la faire puisqu'il faut indiquer une url et que je ne l'ai pas publiée. C'est dommage.
  • Marie BOUSQUET a dit :
    Merci. J'aurais aimé joindre la photo concernée mais je n'ai pas trouvé le moyen de la faire puisqu'il faut indiquer une url et que je ne l'ai pas publiée. C'est dommage.


    Ne vous inquiétez pas. Votre texte est bien beau même sans la photo. Bon après-midi
  • kryan soler a dit :
    Ne vous inquiétez pas. Votre texte est bien beau même sans la photo. Bon après-midi


    Merci, Bon après-midi de même.

    P.S : Il y a un petit bug car le mot magnifique, que vous aviez mis en commentaire, s'est glissé dans mon texte original ce qui donne :
    " ...nous n'avons connu de ce château et de ce parc que la grille à l'entrée ainsi que les hauts murs tout magnifique autour."
    au lieu de :
    "... nous n'avons connu de ce château et de ce parc que la grille à l'entrée ainsi que les hauts murs tout autour."
  • Marie BOUSQUET a dit :
    Merci, Bon après-midi de même.

    P.S : Il y a un petit bug car le mot magnifique, que vous aviez mis en commentaire, s'est glissé dans mon texte original ce qui donne :
    " ...nous n'avons connu de ce château et de ce parc que la grille à l'entrée ainsi que les hauts murs tout magnifique autour."
    au lieu de :
    "... nous n'avons connu de ce château et de ce parc que la grille à l'entrée ainsi murs tout autour."
    Désolée

Ma réponse