La transmission de l'amour de la littérature

M'abonner à cette discussion
  • Bonjour à tous,

    J'ignore d'où me viennent mon insatiabilité de lecture et ma passion pour les livres. J'ai toujours eu l'impression qu'elles étaient innées mais il se peut que ce ne soit pas le cas. J'ai un souvenir de petite enfance, alors que je ne savais pas encore lire. J'étais atteinte d'une maladie infantile qui m'interdisait de sortir et comme l'ennui devait me rendre pénible, ma grand-mère m'a offert toute une série de livres illustrés accompagnés de 45 tours. Il s'agissait de comptines et de chansons enfantines, celles que l'on chante encore de nos jours aux enfants. Je les écoutais en boucle en feuilletant les livres, je ne m'en lassais pas et je peux encore les chanter par cœur aujourd'hui (mes enfants en ont profité jusqu'à l'overdose :-). Par la suite, ma grand-mère n'a jamais manqué d'assouvir ma soif de lire.

    Plus tard, au cours de mes deux dernières années de collège, j'ai eu un professeur de français qui a particulièrement marqué ma scolarité. Son talent pour transmettre l'amour des mots et nous faire découvrir la richesse de la langue française, sa vraie gentillesse, beaucoup de bienveillance et une faculté d'écoute rare, ont laissé une empreinte indélébile en moi. Je regrette beaucoup de ne pas l'avoir recontacté un peu plus tard pour lui dire combien j'avais apprécié son enseignement.

    Chers amis lecteurs, si une ou plusieurs personnes a ou ont joué ce rôle initiateur ou de catalyseur dans votre addiction à la lecture (que nous partageons tous ici avec gourmandise), venez leur rendre ces petits hommages que nous leur devons bien :-).

    Dans l'attente du plaisir de vous lire.
    Nina.
    flag Signalez un abus
  • Je voudrais élargir un peu cette discussion. Il se peut que vous ayez été vous-même cet initiateur notamment pour vos enfants. Leur avez-vous transmis votre passion ? De quelle façon ? Ou regrettez-vous de n'y être pas parvenus ?
    flag Signalez un abus
  • Bonjour Nina, Pour ma part aussi loin que remonte mes souvenirs j'ai toujours lu, je dois ça à ma mère qui lit elle aussi avec passion. Même toute petite des que j'avais de l'argent j'allais m'acheter des livres, oui-oui en priorité, mais aussi Jojo lapin, la contesse de ségur (mon préféré est un titre assez peu connu apparemment "Les nouveaux contes de fées"), le Club des cinq et puis après Fantomette, la Clan des sept, ... je me rappelle un livre de bibliothèque rouge et or que j'affectionnais particulièrement et que j'ai lu et relu sans me lasser, il racontais l'histoire d'une maman seule avec sa fille et qui part à Paris normalement pour seulement une journée et une nuit en laissant sa fille qui est très raisonnable, pour chercher du travail, mais maman ne reviens pas, en suilte on a tout ce que vit la petite fille en attendant le retour de sa mère, les provisions qui baisse, les voisins qui intriguent... mais maman est retrouvé elle s'était volé son sac puis renversé par une voiture, amnésique et plus de papier elle a du attendre de retrouver la mémoire pour retrouver sa fille, impossible de retrouver le titre et l'auteur de se livre. De cette époque j'ai également gardé précieusement "La petite boutique aux histoires" de Jacqueline Verly qui avait été mon prix d'excellence en classe de 10 ème (CE1). J'ai également été soutenue lors d'une grave maladie (méningite) par la lecture entre autre "Jane Eyre" de Charlotte Bronté, quand j'avais 11ans. Ensuite adolescente je suis passé aux romans harlequin et aux Agatha Christie, jusqu'à ma première année de BEP ou ma prof de français (au demeurant géniale) nous a mis dans les mains "Le rouge et le noir" de Stendhal, depuis ce livre est resté "MON LIVRE" fétiche. Voilà mon parcours de lectrice assidu. Amitiés. Christelle
    flag Signalez un abus
  • Bonjour Christelle,

    C'est donc de ta mère que vient ton goût des livres, quel bonheur, je n'ai pas eu cette chance. Il doit tout de même y avoir une prédisposition inscrite dans les gênes qu'on transmet ou pas à ses enfants. J'ai cru comprendre que la transmission était un peu plus difficile du côté de ton fils. J'ai le même souci, ma fille aime lire, mon fils ne lit que pendant les vacances et ce, malgré mes incitations permanentes ! Il a une passion pour les voitures et lit une quantité incroyables de magazines spécialisés, c'est déjà ça !
    Le week-end s'annonce sous de bons auspices.
    Très amicalement, Nina
    flag Signalez un abus
  • Bonjour Nina et Christelle,
    Pour ma part c'est aussi à ma mère que je dois ma passion des livres. Elle était professeur de littérature. Encore aujourd'hui on s'échange nos livres l'un et l'autre, on en discute. A la maison tout le monde lit, même si ma fille est moins en demande que ses frères, ce qui peut sembler paradoxal car en général c'est le contraire... A bientôt, Amitiés
    flag Signalez un abus
  • Bon demain, je suis reporter au Salon du Livre avec Karine Papillaud ("trop bien").

    Alors si vous me demandez pourquoi j'en suis arrivé là, c'est vraisemblablement dans mes gènes (merci Maman) mais aussi grâce à tous ceux qui m'ont donné le goût de lire.
    Une voisine et mes premiers Jules Verne, des livres offerts pour un fête religieuse, les bandes dessinées de "Femmes d'aujourd'hui" avec Trompette et Bob Morane, l'univers des "Strange" et ses supers héros et une fois dans la vie active, l'envie ne m'a jamais quitté.
    Les livres sont mes amis. Ils recèlent des aventures, développent et entretiennent un imaginaire comme par magie. Il suffit juste de tourner la première page ...
    A bientôt
    JM
    flag Signalez un abus
  • De mon côté aucun initiateur, et même plutôt le contraire. C'est seule que j'ai découvert le plaisir de lire.
    Et je ne crois pas avoir réussi à transmettre ma passion à ma fille. Elle a eu une période mais cet effet, ne me semble pas durable.
    Donc pas de rôle d'initiateur plutôt un rôle intensif de partageur ^^.
    flag Signalez un abus
  • Bonsoir Philippe et J. Michel,

    Pour l'instant, je constate que ce sont les mamans et plus largement les femmes qui arrivent en tête !
    J. Michel, je ne suis pas vraiment surprise. Je comprends ton excitation, tu vas être comme un poisson dans la mer. Profite bien de cette journée. Je suis impatiente de lire ton article.
    A bientôt, Nina
    flag Signalez un abus
  • Bonsoir à tous,

    Quel joli sujet de discussion Nina !

    Pour ma part c'est mon père qui m'a donné l'envie de lire (c'est lui qui m'a élevée). Il raconte que quand j'ai réalisé que lire toute seule c'était pouvoir me raconter des histoires ce fut le déclic ! C'était naturel de lire chez nous : je voyais mon père lire sans arrêt, nous allions à la bibliothèque (ou plutôt au bibliobus), je lui racontais mes lectures... C'est grâce à lui que j'ai eu mon premier coup de coeur de lecture, mais ça je l'ai déjà raconté ! ;o)
    Et puis, il y avait aussi "Pif gadget" et autres "Picsou" qu'il m'achetait toujours...

    A l'adolescence, il a commencé à me prêter certains de ces livres (beaucoup de SF, René Barjavel, Asimov...) Grâce à lui, j'ai passé mon adolescence dans les étoiles !

    Quand je suis partie vivre loin de chez lui, nous passions des heures, chacun à un bout de la France, à parler de nos lectures au téléphone !

    Encore aujourd'hui, nous partageons nos livres et aimons échanger sur nos lectures. Chacun fait son "marché" dans la bibliothèque de l'autre !

    J'essaie de transmettre cette "complicité littéraire" avec mon fils. Aujourd'hui, c'est avec amusement et curiosité que je l'écoute me parler de ses lectures des Marvel (Spiderman, Wolverine et compagnie n'ont presque plus de secrets pour moi !)

    Peut-être un jour viendra où il lira et il aimera un livre que j'ai aussi dévoré plus jeune...
    Qui sait, ce sera peut être un livre qu'avait aussi aimé son grand-père...

    Vraiment, Nina, un joli sujet de discussion !

    A bientôt.
    Toutes mes amitiés.

    Séverine
    flag Signalez un abus
  • Bonsoir tout le monde,

    Pour ma part, je ne sais pas non plus d'où me vient cette passion. Tout ce dont je me souviens c'est que ma mère me lisait des histoires plus petites et que parfois je la trouvais un peu lente alors je ne rêvais que d'une chose, savoir lire moi aussi. Depuis, malgré des périodes avec plus ou moins de lectures (je n'ai rien lu durant l'adolescence à part les livres étudiés en cours et encore pas tous), je sais qu'aujourd'hui, je ne peux me passer de mes livres.

    Ludivine

    PS: Félicitations pour votre présence au Salon du live Jean Michel. Pour ma part, je ne saurais pas y aller encore cette année, mais l'année prochaine qui sait
    flag Signalez un abus

Réagir