Auto-édition

M'abonner à cette discussion
  • Cher tous, que pensez-vous de l'auto-édition ? Pensez-vous que la qualité littéraire y soit la même que celle des talents dénichés par les maisons d'édition traditionnelles ? Pensez-vous que cela rapproche les lecteurs et les auteurs ?
    Merci d'avance.
    flag Signalez un abus
  • Voici une (mon) opinion sur ce sujet délicat, avec un peu de littérature qui sera faite à ma manière.
    Après un parcours personnel en écriture assez compliqué d’une dizaine d’années et la rédaction de nombreux romans refusés dans les circuits d’éditions classiques qui possèdent des lignes éditoriales particulières et s’appuient les cercles de leurs lecteurs, des amateurs, exigeants et surtout fidélisé à un style, je me suis décidé à éditer moi-même mes romans.
    Ce choix, en sortant du système que la société impose, m’aura permis d’éviter de faire entrer mes livres dans un monde carcéral dans lequel l’écrivain publiant à compte d’auteur serait une sorte de bagnard au visage balafré par la non-reconnaissance publique.
    Les dirigeants du principal des entreprises d’édition montent un escalier avec des marches confectionnées dans divers matériaux, qualité des histoires et de la rédaction des textes proposés, certes, mais aussi, avec des études de marché, la prise en compte de la notoriété ou même célébrité de l’auteur qui seront des acquis précieux pour les ventes de livres, la notion d’équipe avec le maintien des auteurs déjà publié dans l’entreprise et mise en place d’un circuit fermé avec des acteurs écrivains jouant sur la scène du théâtre littéraire.
    Derrière cette digue se presseront de nombreux écrivains, désireux de publier, de voir leurs textes inscrits sur du papier, comme l’étaient les livres sacrés, ou sur e-book.
    En bref, il n’existera pas, à mon avis, de frontière de qualité qui serait liée au système d’édition et, par ailleurs, de nombreux écrivains publiant à compte d’éditeur ne feront pas, pour cela, fortune et ils resteront toutes leurs vies à vivoter au bas de leur pyramide bien qu’ils fussent entrés dans cette sorte d’éden pour les auteurs que sera la publication à compte d’éditeur.
    Donc, les bons livres oubliés existent certainement, quelque soit le système d’édition utilisé et, par ailleurs, il conviendra de les chercher ou de les laisser là où ils sont car, ayant été déjà écrit, ils circuleront déjà, avec leurs importances, dans le ciel littéraire.
    flag Signalez un abus

Réagir