Zoya Pirzad

Zoya Pirzad
Romancière, traductrice (Alice au pays des merveilles, poésie japonaise...), nouvelliste hors pair, Zoyâ Pirzâd, née en 1952, propose une belle interrogation sur le bonheur de vivre. Elle fait partie des auteurs iraniens qui font sortir l'écriture persane de ses frontières et l'ouvre sur le monde... Voir plus
Romancière, traductrice (Alice au pays des merveilles, poésie japonaise...), nouvelliste hors pair, Zoyâ Pirzâd, née en 1952, propose une belle interrogation sur le bonheur de vivre. Elle fait partie des auteurs iraniens qui font sortir l'écriture persane de ses frontières et l'ouvre sur le monde. Comme tous les après-midi est son premier livre traduit en français.

Articles en lien avec Zoya Pirzad (1)

  • Salon du livre de Paris 2015 : retour sur la journée du lundi 23 mars

    L'équipe de lecteurs.com a posé ses valises au Salon du livre de Paris 2015 et est partie à la rencontre des auteurs, des libraires et des lecteurs pendant 4 jours ! Retour sur la journée du lundi 23 mars.

Avis sur cet auteur (11)

  • add_box
    Couverture du livre « C'est moi qui éteins les lumières » de Zoya Pirzad aux éditions Zulma

    Chantal Lafon sur C'est moi qui éteins les lumières de Zoya Pirzad

    Ce premier roman de cet auteur de la littérature iranienne nous plonge dans la vie quotidienne d’une femme au foyer.
    Une vie rythmée sur celle des enfants et de l’homme.
    Quartier arménien d’Abadan, Clarisse règne sur sa maisonnée, Artush son mari ingénieur, Armen son fils en pleine crise...
    Voir plus

    Ce premier roman de cet auteur de la littérature iranienne nous plonge dans la vie quotidienne d’une femme au foyer.
    Une vie rythmée sur celle des enfants et de l’homme.
    Quartier arménien d’Abadan, Clarisse règne sur sa maisonnée, Artush son mari ingénieur, Armen son fils en pleine crise d’adolescence, farceur et plein d’humour, ses jumelles Armineh et Arsineh, plus sa mère la mémoire de la famille et sa sœur, obèse en recherche d’un mari.
    « Ce soir-là, quand j’eus couché les enfants, lavé la vaisselle et rangé la cuisine, je m’assis dans un fauteuil du salon. Je mangeai un à un les fruits de jujubier, en me souvenant de mon père qui avait l’habitude de dire ; « Ne discute avec personne, ne critique personne. Sois d’accord avec tout ce qu’on te dira et lave-t-en les mains. Quand on te demande ton opinion, on s’en moque, tout ce que les gens veulent, c’est que tu sois d’accord avec eux. Il est inutile de discuter avec qui que ce soit. »
    La routine est un peu cassée par la venue de nouveaux voisins : Emile veuf, papa d’Emilie plus âgée que les jumelles de Clarisse, qui de suite vénère cette nouvelle camarade, élevée par une grand-mère naine et très autoritaire.
    Le lecteur va entrée dans ce petit monde où il pourrait croire qu'il ne se passe rien, rien de spectaculaire c’est vrai, mais c’est un quotidien qui bruisse des mille soubresauts de la vie.
    Clarisse va se révélée au fur et à mesure de cette chronique de vie ordinaire, et montrer de nouvelles facettes.
    Ce petit monde est satellitaire autour de Clarisse qui est mise à contribution, sans qu’on lui demande son avis, pour organiser les soirées et dîners, etc.
    Tâches dont elle s’acquitte en se demandant de temps à autre pourquoi elle ne sait pas dire non.
    A trente huit ans, elle se demande si quelqu’un s’est déjà préoccupé d’elle et de ses désirs ? Question totalement justifiée.
    Un bilan qui va aboutir à quoi ?
    Zoyâ Pirzâd a écrit un premier roman très réussi, sur un sujet ordinaire, la vie d’une femme au foyer, mais qui à la lumière de son écriture fluide et imagée, nous fait vivre la vie de son héroïne du quotidien, dans ce pays patriarcal. La nature est luxuriante, les portraits sont faits d’une fine analyse psychologique, beaucoup d’humour dans la façon de croquer les scènes du quotidien.
    On y découvre joliment les us et coutumes de la vie en Iran, entre les traditions qui se perpétuent et les évolutions qui se dessinent.
    Une réussite, si c’est Clarisse qui éteint les lumières souhaitons-lui de rallumer celle de sa très belle personnalité.
    ©Chantal Lafon – Litteratum Amor 10 janvier 2020.

  • add_box
    Couverture du livre « Le gout âpre des kakis » de Zoya Pirzad aux éditions Lgf

    Bill sur Le gout âpre des kakis de Zoya Pirzad

    Ce recueil de nouvelles douces amères sur la vie en Iran entre tradition et modernité, traite des relations amoureuses, de l'attachement aux vieilles maisons décrépites ...

    Il rappelle le goût ancestral des plats aromatisés avec herbes et ingrédients secrets, les après-midi de pêche, les...
    Voir plus

    Ce recueil de nouvelles douces amères sur la vie en Iran entre tradition et modernité, traite des relations amoureuses, de l'attachement aux vieilles maisons décrépites ...

    Il rappelle le goût ancestral des plats aromatisés avec herbes et ingrédients secrets, les après-midi de pêche, les nuits entre amis  ...

    Il évoque le temps qui passe, la nostalgie des étés et d'un temps qui ne reviendra plus ...

    Un auteur que je découvre et dont je vais tâcher de trouver d'autres œuvres ...

  • add_box
    Couverture du livre « C'est moi qui éteins les lumières » de Zoya Pirzad aux éditions Zulma

    WORMSER sur C'est moi qui éteins les lumières de Zoya Pirzad

    Un livre magnifique.
    Il se passe quoi? Rien ou tout finalement : la vie!
    Je n'ai pas lâché ce livre, fascinée par cette attraction alors que l'action tourne autour d'un rythme de vie quotidien et répétitif.

    Un livre magnifique.
    Il se passe quoi? Rien ou tout finalement : la vie!
    Je n'ai pas lâché ce livre, fascinée par cette attraction alors que l'action tourne autour d'un rythme de vie quotidien et répétitif.

  • add_box
    Couverture du livre « C'est moi qui éteins les lumières » de Zoya Pirzad aux éditions Zulma

    Nathalie Hoarau sur C'est moi qui éteins les lumières de Zoya Pirzad

    Certes ce livre n'a pas une intrigue palpitante. Mais on se laisse entraîner par le récit de cette jeune femme dont la vie tranquille est bouleversée par l'arrivée de nouveaux voisins, un homme veuf accompagné de sa mère et sa fille. Une relation ambigue se noue entre elle et lui qui lui...
    Voir plus

    Certes ce livre n'a pas une intrigue palpitante. Mais on se laisse entraîner par le récit de cette jeune femme dont la vie tranquille est bouleversée par l'arrivée de nouveaux voisins, un homme veuf accompagné de sa mère et sa fille. Une relation ambigue se noue entre elle et lui qui lui permettra de sortir de son rôle de femme au foyer. L'écriture est simple et fluide offrant une lecture agréable.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !