Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Zanzim

Zanzim

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (10)

  • add_box
    Couverture du livre « La sirène des pompiers » de Hubert et Zanzim aux éditions Dargaud

    Bd.otaku sur La sirène des pompiers de Hubert - Zanzim

    A l'instar de son titre fondé sur l'homonymie, le détournement et les solides références culturelles de son scénariste (il n'est nullement question de gyrophare ici mais d'une créature mythique croquée par un peintre pompeux) , cet album paru dans la collection -prédestinée!- "poisson pilote est...
    Voir plus

    A l'instar de son titre fondé sur l'homonymie, le détournement et les solides références culturelles de son scénariste (il n'est nullement question de gyrophare ici mais d'une créature mythique croquée par un peintre pompeux) , cet album paru dans la collection -prédestinée!- "poisson pilote est tout bonnement surprenant et jubilatoire.

    Situé aux débuts de l'impressionnisme, il constitue tout d'abord une féroce satire des salons et des peintres académiques (tels Cabanel et Bouguereau que goutait tant Napoléon III )grâce à son portait caustique du peintre raté Gélinet et du critique d'art imbu de lui-même Fulmel et surtout grâce au bonus présent dans la première édition : un faux catalogue d'exposition aux commentaires ampoulés à souhait !

    Mais il ne se réduit pas à la peinture d'un milieu étouffant, hypocrite, corseté et moribond ( qu'on retrouvera une dizaine d'années plus tard dans "Monsieur désire ? " du même Hubert); En effet le scénariste qui est aussi coloriste lui offre une dimension poétique dans une palette pastel ; cet aspect est accentué par le dessin délicat de Zanzim qui magnifie l'héroïne, "sirène défectueuse" ( elle chante affreusement mal et déteste noyer ses amants ) qui, même sans jambes, mène la danse ! Montée à Paris de sa Bretagne , elle va découvrir l'amour mais surtout éprouver un véritable coup de foudre pour … la peinture impressionniste , refuser son rôle de potiche "modèle," ne pas finir tragiquement comme sa cousine de Copenhague et répudier son "prince" pour mener sa vie comme elle l'entend !
    Bref, cet album hommage en creux à la peinture impressionniste est également féministe ! A déguster sans modération ! je regretterai tellement que "Peau d'homme" qui va sortir soit l'ultime collaboration entre Zanzim et le regretté Hubert...

  • add_box
    Couverture du livre « L'île aux femmes » de Zanzim aux éditions Glenat

    marie calvin sur L'île aux femmes de Zanzim

    on passe un bon moment mais rien d'extraordinaire, un peu trop caricatural

    on passe un bon moment mais rien d'extraordinaire, un peu trop caricatural

  • add_box
    Couverture du livre « L'île aux femmes » de Zanzim aux éditions Glenat

    Lorena Magdalena sur L'île aux femmes de Zanzim

    Dans les années 1910, Céleste Bompart, as de la voltige, aligne les conquêtes et les succès. Tout lui sourit et il vit à un rythme effréné, passant de femmes en femmes, éblouissant par ses exploits aériens. Mais surgit la première guerre mondiale et les talents de Céleste sont réquisitionnés par...
    Voir plus

    Dans les années 1910, Céleste Bompart, as de la voltige, aligne les conquêtes et les succès. Tout lui sourit et il vit à un rythme effréné, passant de femmes en femmes, éblouissant par ses exploits aériens. Mais surgit la première guerre mondiale et les talents de Céleste sont réquisitionnés par l'armée. Un jour, chargé d'une mission de transport des lettres de poilus, le biplan est pris sous les tirs et s'écrase en pleine mer. Céleste rejoint l'île la plus proche et tente d'y survivre, mais le temps passe et notre héros désespère. Explorant la forêt de l'île, l'aviateur découvre un jour un petit lac où se baignent dans le plus simple appareil une tribu de femmes majestueuses et sublimes. Mais ces dernières se révèlent être de redoutables amazones, et Céleste l'apprendra à ses dépens. Son numéro de séduction habituel ne fonctionne pas et il se retrouve esclave de la tribu.

    C'est une bande-dessinée qui fait sourire, on est solidaire du pauvre Céleste, déboussolé devant ces fières amazones, et on rit de ses tentatives pour les séduire. La lecture des lettres de poilus ponctuent de quelques touches poétiques le livre, rappelant également la gravité du contexte. le dessin est réussi, beau et fin, on sent que l'auteur a dessiné avec amour les courbes des femmes, et la palette de couleur pastel est bien assorti aux traits et à l'ambiance de l'ouvrage. Néanmoins, le côté « guerre des sexes » est un peu désuet, les caractères féminins et masculins sont exagérés de part et d'autre, même s'il est vrai que les années 1910 ne sont pas connus comme une période très féministe. En quelques mots, il s'agit d'une BD agréable à lire, servi par un beau dessin, sans éclat particulier cependant.

  • add_box
    Couverture du livre « L'île aux femmes » de Zanzim aux éditions Glenat

    Caro Caro sur L'île aux femmes de Zanzim

    Céleste Bompart est aviateur, célèbre et adulé par les femmes. Mais c’est la guerre, et il passe de la voltige au transport de courrier, et son avion est abattu. Il se retrouve sur une île habitée uniquement de femmes. Il devient leur prisonnier, esclave relégué aux tâches domestiques, rêvant...
    Voir plus

    Céleste Bompart est aviateur, célèbre et adulé par les femmes. Mais c’est la guerre, et il passe de la voltige au transport de courrier, et son avion est abattu. Il se retrouve sur une île habitée uniquement de femmes. Il devient leur prisonnier, esclave relégué aux tâches domestiques, rêvant d’être leur reproducteur.

    Cette BD, au graphisme attrayant, est présentée comme féministe. Certes le héros apparaît comme absolument obsédé par le sexe, mais la société d’amazones (rêvée ou pas) reprend également tous les clichés des femmes fortes méprisant les hommes… mais se laissant très facilement attendrir par quelques jolis mots et de la bonne cuisine…

    La fin relativise l’histoire et surprend.

    Critique ou hommage à la femme ? Je n’ai pas été sensible à ce genre d’humour.

    https://familytripandplay.wordpress.com/2016/01/30/lecture-bd-lile-aux-femmes-de-zanzim-et-hubert/

Thèmes en lien avec Zanzim

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !