Zadie Smith

Zadie Smith

Zadie Smith est une romancière britannique née le 27 octobre 1975 à Brent, dans le Grand Londres, de père anglais et de mère jamaïcaine.

A 21 ans, elle écrit son premier roman "Sourires de loup". Elle est également l'auteur de "L'Homme à l'autographe" (2002), "De la beauté" (2005), ou encore "Sw...

Voir plus

Zadie Smith est une romancière britannique née le 27 octobre 1975 à Brent, dans le Grand Londres, de père anglais et de mère jamaïcaine.

A 21 ans, elle écrit son premier roman "Sourires de loup". Elle est également l'auteur de "L'Homme à l'autographe" (2002), "De la beauté" (2005), ou encore "Swing Time" (2018).

 

Crédit photo : Dominique Nabokov

Articles en lien avec Zadie Smith (1)

Avis sur cet auteur (7)

  • add_box
    Couverture du livre « Swing time » de Zadie Smith aux éditions Adult Pbs

    Prune42 sur Swing time de Zadie Smith

    A Londres, dans les années 80, deux petites filles métisses deviennent amies. Elles veulent devenir danseuses mais si l'une est douée, l'autre l'est moins. En grandissant, les deux fillettes s'éloignent l'une de l'autre : Tracey est promise à une carrière de danseuse tandis que la narratrice...
    Voir plus

    A Londres, dans les années 80, deux petites filles métisses deviennent amies. Elles veulent devenir danseuses mais si l'une est douée, l'autre l'est moins. En grandissant, les deux fillettes s'éloignent l'une de l'autre : Tracey est promise à une carrière de danseuse tandis que la narratrice devient l'assistante d'Aimee, une célèbre star qui va ouvrir une école en Afrique avec sa fortune.

    J'ai gagné ce roman grâce à Lecteurs.com. Je ne connaissais pas Zadie Smith et cela m'a donné l'occasion de découvrir cette auteur.
    Malheureusement, le charme n'a pas opéré en moi et j'ai été tentée d'abandonner ce livre à plusieurs reprises (je pense que si je n'avais pas été engagée avec ce parrainage, je l'aurais probablement fait).
    Si la première partie autour de l'enfance des deux fillettes paraît plutôt intéressante, la deuxième s'avère très ennuyante. J'ai même cru que j'avais sauté quelque chose car on passe d'une époque à l'autre, avec des personnages nouveaux, sans transition aucune. L'essentiel du roman est alors consacré à Aimee, personnage qui ne m'a pas inspiré beaucoup de sympathie.
    Côté écriture, j'ai noté aussi la présence récurrente de très longues phrases harassantes.
    Il y a aussi de nombreuses digressions, on se perd dans les personnages qui jalonnent chaque partie et cela devient vite rébarbatif.
    Je n'ai pas trouvé beaucoup d'intérêt dans ce livre, l'amitié entre les deux fillettes est vite reléguée au second plan. Pour moi, c'est une grande déception et j'ai eu du mal à finir les 540 pages de ce livre.

  • add_box
    Couverture du livre « Swing time » de Zadie Smith aux éditions Adult Pbs

    Ju-s-tine sur Swing time de Zadie Smith

    Une lecture mitigée à la fin de cette lecture.
    Le début de l'histoire partait bien, puis, le désintérêt a pris place sur une large partie du roman qui redevient intéressant vers la fin.

    Une lecture mitigée à la fin de cette lecture.
    Le début de l'histoire partait bien, puis, le désintérêt a pris place sur une large partie du roman qui redevient intéressant vers la fin.

  • add_box
    Couverture du livre « Swing time » de Zadie Smith aux éditions Adult Pbs

    Missbook85 sur Swing time de Zadie Smith

    Un roman d'une densité époustouflante ! Zadie Smith revient avec un nouveau roman en cette rentrée littéraire 2018, " Swing Time " publié aux éditions Gallimard. Deux parcours de vie, liés par l'amitié, entre enchantements et désillusions, sur fond de swing...
    Dans une cité populaire des...
    Voir plus

    Un roman d'une densité époustouflante ! Zadie Smith revient avec un nouveau roman en cette rentrée littéraire 2018, " Swing Time " publié aux éditions Gallimard. Deux parcours de vie, liés par l'amitié, entre enchantements et désillusions, sur fond de swing...
    Dans une cité populaire des quartiers nord-ouest de Londres en 1982, vit la narratrice, une jeune métisse, née d'un père blanc et d'une mère d'origine jamaïcaine. Elle y fait la rencontre de Tracey, une autre jeune métisse, dont, à l'inverse, la mère est blanche et le père noir. Elles se rencontrent lors de cours de danse dispensés par Melle Isabel.
    p. 37 : " Elle exécutait le moindre mouvement avec une justesse et une précision dont n'importe qu'elle gamine aurait rêvé ; son corps se calait sur tous les temps, si complexes fussent-ils. A la rigueur, on pouvait parfois lui reprocher d'être trop scrupuleuse, pas assez inspirée, ou de manquer d'âme. Mais il aurait fallu être fou pour critiquer sa technique. "
    Si la mère de la première est une militante féministe très indépendante, son père lui a toujours offert amour et liberté d'action. La mère de Tracey est elle plus conventionnelle et projette tous ses espoirs vers sa fille chérie, en l'absence prolongée d'un père énigmatique.
    p. 61 : " Ma mère était fière d'avoir fait l'effort, contrairement à la mère de Tracey, à toutes les autres mères, de m'inscrire dans un établissement public convenable au lieu de se contenter de la piètre qualité du premier venu. Pour elle, c'était à qui s'occuperait le mieux de sa progéniture, et pourtant ses concurrentes, telle la mère de Tracey, étaient si mal équipées comparées à elle que le combat était fatalement déséquilibré. Je me demandais fréquemment : s'agit-il d'une sorte de troc ? Les autres doivent-ils perdre pour que nous puissions gagner ? "
    Même si les mères vont mettre leur fille en concurrence permanente, à la recherche de l'excellence, mais surtout de leurs propres illusions perdues - ces dernières vont nouer une amitié autour de la danse. Ainsi, grâce à cette passion commune, elles découvrent  les comédies musicales de l'âge d'or américain, avec Fred Astaire et Ginger Rogers.
    Le lecteur va suivre l'évolution et les parcours très différents de ces deux jeunes filles sur plusieurs décennies, à travers leurs choix, leurs rencontres et leurs parcours.
    Si la narratrice va devenir l'assistante personnelle d'une popstar d'origine australienne - Aimee - pendant près de dix ans, Tracey, quant à elle, va rester en Angleterre et devenir danseuse professionnelle.
    p. 134 : " Est-ce une règle générale ? Est-ce que toutes les amitiés - toutes les relations - impliquaient cet échange mystérieux et discret de qualités, cet échange de pouvoir ? Cela s'étendait-il aux peuples, aux nations, ou était-ce une chose qui ne se produisait qu'entre individus ? "
    Malgré des modes de vie et des origines sociales différentes, tout semblait tendre vers un destin tout en lumière. Mais la réalité est toute autre. La narratrice va sacrifier sa vie personnelle, totalement engloutie et effacée par son dévouement pour Aimee. Naïvement, elle va jusqu'à la suivre dans un projet de construction d'une école pour filles en Afrique !
    p. 311 : " Si Londres était surréaliste, si New-York était surréaliste, ces villes offraient aussi un spectacle surpuissant : dès qu'on y revenait, elles n'avaient pas seulement l'air réel, elles semblaient être l'unique réalité possible, et toute décision prise à propos du village dans l'une ou l'autre de ces villes paraissait toujours avoir une certaine plausibilité au moment où nous l'entérinions, et ce n'était que plus tard, lorsque l'un ou l'autre d'entre nous retournait là-bas, traversait ce fleuve, que l'absurdité potentielle de telle ou telle résolution devenait manifeste. "
    Bien qu'elles se retrouvent parfois, de manière hasardeuse, les deux amies évoluent différemment, créant ainsi des tensions, des incompréhensions, mais surtout des jalousies.
    p. 420 : " - Ouais, mais c'est ça le problème ! On ne peut plus se comprendre, nous deux ! Tu fais partie d'un système différent maintenant. Les gens comme toi, vous croyez pouvoir tout contrôler. Mais vous ne pouvez pas me contrôler, moi ! "

    Impossible de ne pas établir de rapprochement avec la saga d'Elena Ferrante ! On retrouve des similitudes telle que cette amitié entre deux jeunes filles, issues de milieux sociaux différents, et dont le lecteur va parcourir les vies sur plusieurs années.
    Le lecteur s'attache à ces deux jeunes filles. Je regrette cependant l'évolution du personnage de Tracey, si prometteuse et ambitieuse au début du roman, elle s'efface, passant de la lumière à l'ombre.
    Zadie Smith est une auteure de talent, qui aborde subtilement la question raciale. Mais pas que. La densité des sujets abordés est telle que le lecteur peut y perdre l'axe narratif principal. Le roman est ponctué de nombreux retours en arrière. Certains passages traînent également en longueur. Pas entièrement convaincue par la construction de ce roman, je reste néanmoins sur un avis très favorable, de par la qualité d'écriture exceptionnelle de Zadie Smith!

  • add_box
    Couverture du livre « Swing time » de Zadie Smith aux éditions Adult Pbs

    Madame Tapioca sur Swing time de Zadie Smith

    C'est l'histoire d'un des livres de la RL qui me tentaient le plus.
    C'est l'histoire d'une rencontre qui ne se fait pas.
    C'est l'histoire d'un livre trop grand pour moi ou d'un auteur qui a vu trop grand.
    C'est l'histoire d'un roman gargantuesque où trop de thèmes se mélangent.
    C'est...
    Voir plus

    C'est l'histoire d'un des livres de la RL qui me tentaient le plus.
    C'est l'histoire d'une rencontre qui ne se fait pas.
    C'est l'histoire d'un livre trop grand pour moi ou d'un auteur qui a vu trop grand.
    C'est l'histoire d'un roman gargantuesque où trop de thèmes se mélangent.
    C'est l'histoire d'un abandon.
    C'est l'histoire de 23,50€ dépensés inutilement.