Yasmina Reza

Yasmina Reza

Fille d'une violoniste hongroise installée à Paris depuis l'établissement du 'rideau de fer', et d'un homme d'affaires d'origine juive et russe, Yasmina Reza évolue dès son enfance dans une atmosphère aussi artistique que cosmopolite. Nourrie par le théâtre de Nathalie Sarraute, elle se met elle ...

Voir plus

Fille d'une violoniste hongroise installée à Paris depuis l'établissement du 'rideau de fer', et d'un homme d'affaires d'origine juive et russe, Yasmina Reza évolue dès son enfance dans une atmosphère aussi artistique que cosmopolite. Nourrie par le théâtre de Nathalie Sarraute, elle se met elle aussi à écrire des pièces, actuellement traduites en trente-cinq langues et jouées dans le monde entier. 'Art', spécialement écrit pour Vaneck, Luchini et Arditi, rencontre un franc succès. Dialogues savoureux servis par des acteurs en grande forme : c'est une véritable réussite. Son premier roman paraît en 1999, 'Une désolation' revêt la forme d'un monologue. L'année suivante, elle rédige le scénario du 'Pique-nique de Lulu Kreutz', le film de son compagnon, Didier Martiny, mettant en scène des 'paumés' fiers et joyeux, conscients d'une Histoire qui les dépasse, mais dont ils tiennent à rester les témoins sarcastiques. Des personnages que Yasmina Reza affectionne particulièrement, et qui déambulent le long de son oeuvre.

Articles en lien avec Yasmina Reza (1)

Avis sur cet auteur (36)

  • add_box
    Couverture du livre « Anne-Marie la Beauté » de Yasmina Reza aux éditions Flammarion

    Joëlle Guinard sur Anne-Marie la Beauté de Yasmina Reza

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2020/02/anne-marie-la-beaute-de-yasmina-reza.html

    La narratrice, Anne-Marie, est une comédienne très âgée qui répond à une journaliste venue l'interviewer après la mort de Giselle Fayolle, dite Gigi, une comédienne rivale et amie qu'elle avait rencontrée...
    Voir plus

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2020/02/anne-marie-la-beaute-de-yasmina-reza.html

    La narratrice, Anne-Marie, est une comédienne très âgée qui répond à une journaliste venue l'interviewer après la mort de Giselle Fayolle, dite Gigi, une comédienne rivale et amie qu'elle avait rencontrée à Clichy lorsqu'elles avaient 20 ans.

    Indolente, éternellement alanguie sur son lit, Gigi décrochait tous les grands rôles et collectionnait les amants, on lui a même prêté des liaisons avec Alain Delon et Ingmar Bergman entre autres...

    Ce texte prend la forme d'un monologue au cours duquel Anne-Marie se souvient de ses débuts, de sa rencontre avec Gigi, de leur vie à Saint-Sourd dans le Nord jusqu'au théâtre de Clichy. Ce bavardage rempli de louanges et d'une compassion qui sonnent faux nous laisse deviner qu'Anne-Marie n'a pas eu la même carrière que Gigi et qu'elle a mené une vie dans l'ombre de sa rivale. Voilà un texte qui nous plonge dans le monde du théâtre, dans la vie des obscurs comédiens qui ne connaissent jamais la gloire mais qui débordent d'amour pour le théâtre, un texte empreint d'une profonde mélancolie. Un récit dans un langage parlé qui m'est apparu très décousu car il suit le discours décousu d'une vieille femme qui semble ne plus avoir toute sa tête lorsqu’elle nomme la personne venue l’interviewer "Madame", puis "Mademoiselle" puis "Monsieur". J'avais beaucoup aimé "Heureux les heureux" de Yasmina Reza mais ce nouveau texte écrit pour le théâtre ne m'a pas convaincue, je pense que j'aurai plus facilement adhéré à sa version théâtrale.

  • add_box
    Couverture du livre « Anne-Marie la Beauté » de Yasmina Reza aux éditions Flammarion

    Mimosa sur Anne-Marie la Beauté de Yasmina Reza

    Pas même 100 pages,pour ce monologue attendrissant où Anne-Marie nous "dit" son amitié pour Gisèle,que l'on vient d'enterrer en grande pompe car si toutes les deux se sont connues jeunes,seule Gisèle est devenue"star".
    Anne-Marie ,dans un semblant d'interview,évoque son enfance,la naissance de...
    Voir plus

    Pas même 100 pages,pour ce monologue attendrissant où Anne-Marie nous "dit" son amitié pour Gisèle,que l'on vient d'enterrer en grande pompe car si toutes les deux se sont connues jeunes,seule Gisèle est devenue"star".
    Anne-Marie ,dans un semblant d'interview,évoque son enfance,la naissance de sa vocation,l'opposition d'une mère:"-Oui,j'ai la vocation...
    -...Elle ne sait même pas de quoi elle parle!(...)Ta soeur qui ne veut pas être actrice en aurait le physique au moins."
    Comment ne pas être attendrie par cette vieille actrice ,atteinte d'un début d'Alzheimer,qui évoque avec nostalgie leurs parcours,leurs amours,leurs enfants;et,l'enterrement de Gisèle,la vedette.
    Touchante,cette évocation du monde du théâtre,et,de la décrépitude de la vieillesse .Une amitié qui perdure malgré la différence de carrière...Un petit bijou,ce roman.

  • add_box
    Couverture du livre « Le dieu du carnage » de Yasmina Reza aux éditions Gallimard

    kryan soler sur Le dieu du carnage de Yasmina Reza

    Pièce de théâtre adaptée au cinéma par Roman Polanski.

    Je n'avais pas aimé le film- j'avais trouvé cela trop… trop joué,trop surjoué…mais l'amie avec qui j'étais allée au cinéma l'avait elle beaucoup aimé.

    J'ai préféré la pièce bien écrite mais pendant la lecture j'avais en tête !es...
    Voir plus

    Pièce de théâtre adaptée au cinéma par Roman Polanski.

    Je n'avais pas aimé le film- j'avais trouvé cela trop… trop joué,trop surjoué…mais l'amie avec qui j'étais allée au cinéma l'avait elle beaucoup aimé.

    J'ai préféré la pièce bien écrite mais pendant la lecture j'avais en tête !es images du film et le jeu des acteurs et actrices!

    Un huis clos qui dégénère vite mais qui reste assez caricatural et stéréotypé pour moi.

    Peut être que je n'aurai pas du voir le film avant.

  • add_box
    Couverture du livre « Art » de Yasmina Reza aux éditions Gallimard

    Carrie sur Art de Yasmina Reza

    Quelle jubilation!

    J'ai lu cette pièce de Yasmina Reza il y a quelques années et j'ai enfin eu la chance de la voir jouer sur scène avec, excusez du peu, Charles Berling et Jean-Pierre Darrousin (époustouflant).

    L'histoire est simple: Serge, dermatologue gagnant très confortablement sa...
    Voir plus

    Quelle jubilation!

    J'ai lu cette pièce de Yasmina Reza il y a quelques années et j'ai enfin eu la chance de la voir jouer sur scène avec, excusez du peu, Charles Berling et Jean-Pierre Darrousin (époustouflant).

    L'histoire est simple: Serge, dermatologue gagnant très confortablement sa vie et pouvant être considéré comme, si ce n'est riche, très aisé, achète à un prix exorbitant, c'est du moins l'avis de Marc, un ami de longue date, un tableau d'un artiste contemporain bien coté sur le marché de l'art. Le problème, si ç'en est un, est que le tableau est blanc. Un monochrome blanc. Quoique sous une certaine lumière ou sous un certain angle, on peut y distinguer de fins liserés blancs, ou plutôt couleur crème...

    Marc, rationnel, ingénieur de son état, veut démontrer à Serge l'absurdité de son achat et va tenter de se faire épauler par le troisième larron de ce trio, Yvan (incroyable Darroussin sur scène), qui est dans une situation sociale moins confortable, en pleine crise familiale car est en plein préparatifs de son mariage. Le problème, si ça en est un, toujours, est qu'Yvan est de nature pondérée, allant tantôt dans le sens de l'un, tantôt dans celui de l'autre.

    Leur amitié résistera-t-elle à cette querelle autour d'un sujet que l'on pourrait qualifier, non pas de futile mais d'inutile, sur l'"art"? Mais s'agit-il finalement d'une conversation sur l'Art?

    Un très joli moment de lecture et une pièce à voir. Jouissif