Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Xavier Durringer

Xavier Durringer
Xavier Durringer est dramaturge et cinéaste. Son dernier film, La Conquête, a été présenté en sélection officielle au festival de Cannes. Ses pièces, publiées aux éditions Théâtrales et montées sur les scènes les plus prestigieuses (La Comédie-Française, le Théâtre de la Ville, le Théâtre de la C...
Voir plus
Xavier Durringer est dramaturge et cinéaste. Son dernier film, La Conquête, a été présenté en sélection officielle au festival de Cannes. Ses pièces, publiées aux éditions Théâtrales et montées sur les scènes les plus prestigieuses (La Comédie-Française, le Théâtre de la Ville, le Théâtre de la Colline, le festival in d’Avignon), sont traduites en 23 langues et jouées dans plus de 35 pays. Sfumato est son premier roman.

Articles en lien avec Xavier Durringer (1)

Avis sur cet auteur (18)

  • add_box
    Couverture du livre « Sfumato » de Xavier Durringer aux éditions Le Passage

    A livre ouvert sur Sfumato de Xavier Durringer

    La vie de Raphaël… au début, un poil autocentrée, sur ses splifs, son petit nid, ses trafics divers et soirées sans lendemains… accompagné de Simon, son ami de toujours et sentimental tombeur, au frère toxico paumé dans Paris…
    Embrouilles et embardées, virées et plans foireux, quête tendrement...
    Voir plus

    La vie de Raphaël… au début, un poil autocentrée, sur ses splifs, son petit nid, ses trafics divers et soirées sans lendemains… accompagné de Simon, son ami de toujours et sentimental tombeur, au frère toxico paumé dans Paris…
    Embrouilles et embardées, virées et plans foireux, quête tendrement aveuglante de l’amour de la vie,… on traîne gentiment avec et sous le charme des deux personnages, faux loosers aux cœurs grands comme le monde.
    Et puis, et puis, au moment où l’inanité des choses risque peut-être de prendre le dessus, où la bizarrerie de la vie trancherait vraiment dans le vif (le duo féminin sanguinaire), Raphaël fait la rencontre de Viktor, un homme singulier qui l’initie à toute une mythologie, lui redonne le goût de comprendre et aussi d’avancer, l’entraîne sur des chemins mystiques, mystérieux, qui vont lui donner accès à une sorte d’envers du décor, et lui permettre de remonter finalement, le cours de sa propre histoire.
    Du fond des temps, du fonds des tableaux de Léonard de Vinci et Poussin, l’idée d’un Christ jumeau, d’un dédoublement caché de l’histoire, d’un autre monde possible (« ce monde-là n’est pas le bon »), que connaîtraient seulement les initiés et les « fous » (drogués, miséreux, femmes religieuses), lui est révélée ; guidé par son ami du bar, Raphaël part à la recherche du cinquième et dernier accès à ce monde. Il semble prêt pour une renaissance, la sienne peut-être.
    Et puis et puis, le doute émouvant du personnage, sous ses airs bravaches ; la fêlure initiale. Sa volonté de percer le mystère, la foi que lui accorde Viktor, sur ses ‘capacités’ à envisager une autre version de l’histoire, bref sur son ouverture d’esprit… la vie peut avoir un autre horizon.
    Et puis, l’humanité, la solidarité, mot galvaudé s’il en est, juste l’attention à l’autre, et le soutien permanent et humble à ses voisins, au frère de Simon, à ceux qui, même s’ils errent, ne sont pas forcément perdus ; se serrer les coudes en dehors de tout système, rester libre et ouvert à l’autre

  • add_box
    Couverture du livre « Sfumato » de Xavier Durringer aux éditions Le Passage

    Nicole Grundlinger sur Sfumato de Xavier Durringer

    J'aurais voulu aimer ce livre. D'ailleurs, j'étais partie pour, séduite par le côté doux-dingue complètement paumé du héros et ses tribulations dans un Paris de la nuit qui sert de cadre à ces rencontres improbables qui font le sel de la vie. Et puis, à un moment donné, l'auteur mélange les...
    Voir plus

    J'aurais voulu aimer ce livre. D'ailleurs, j'étais partie pour, séduite par le côté doux-dingue complètement paumé du héros et ses tribulations dans un Paris de la nuit qui sert de cadre à ces rencontres improbables qui font le sel de la vie. Et puis, à un moment donné, l'auteur mélange les genres, donne dans le mystique un peu nébuleux et là, je n'ai pas marché. Mais je veux quand même en parler, d'une part parce que, plusieurs semaines après ma lecture, il me reste un élan de sympathie pour ce livre, d'autre part parce que je suis persuadée que d'autres que moi seront meilleurs clients, moins gênés par ce mélange.

    "Le sfumato, une technique qui permet d'obtenir des contours imprécis, une superposition de très fines pellicules de peinture qui donne un aspect brumeux dans les arrière-plans et fait ressortir le sujet car la lumière ne semble alors parvenir qu'au travers de ces différentes couches vaporeuses."

    Cet aspect brumeux, disons qu'il enveloppe la vie de Raphaël, jeune homme plus si jeune mais toujours en quête de lui-même. Apprenti comédien-auteur-metteur en scène, il navigue entre espoirs et désillusions, galères et rencontres glauques. Raphaël, c'est le genre à se faire refiler un appartement dont les murs sont si fins qu'ils donnent l'impression d'habiter avec les voisins. Un loser sympathique. Vie nocturne, alcool, drogues... Raphaël se débat dans une existence faite de bric et de broc dont il semble toujours chercher le sens. Jusqu'à sa rencontre avec Viktor, dans un café, un vieil homme intrigant qui semble avoir vécu plusieurs vies, aussi érudit qu'énigmatique. Les conversations avec Viktor ouvrent à Raphaël les perspectives d'un monde jusqu'alors inconnu, qui mêle connaissance, culture et foi. Et qui poussent Raphaël à s'interroger et aller au fond de lui-même, au point de se mettre en danger. Que cherche Viktor exactement ? Pourquoi s'intéresse-t-il à Raphaël comme s'il voulait lui transmettre un quelconque flambeau ?

    Si l'on suit sans déplaisir les errances de ce gentil paumé qui suscite une vraie empathie et de ses camarades (qui n'ont rien à lui envier côté immaturité), la démonstration qui suit, symbolisée par le chemin que Viktor fait emprunter à Raphaël m'est apparue comme trop nébuleuse et m'a laissée sur le bord du chemin. Sans doute à cause de la difficulté à suivre ce cheminement intellectuel qui sombre souvent dans une sorte de mysticisme à la fois complexe et plutôt anachronique dans la vie du héros (un peu comme si on introduisait du Da Vinci Code dans une chronique sociale). Si j'ai souvent souri devant les malheurs de ce sympathique loser, je me suis beaucoup ennuyée pendant les élucubrations "religio-philosopho-complotistes" de Viktor. D'où cette impression d'avoir compris l'ambition de l'auteur, sans parvenir à y adhérer. Avec un drôle de sentiment à la fin qui fait s'écrier "tout ça pour ça !".

    En tout cas, je suis impatiente d'avoir d'autres avis, d'autres ressentis. Preuve que ce livre est assez intrigant pour susciter l'intérêt.

  • add_box
    Couverture du livre « Sfumato » de Xavier Durringer aux éditions Le Passage

    noelle Roland sur Sfumato de Xavier Durringer

    Chronique rentrée littéraire
    Xavier Durringer est surtout connu comme dramaturge et cinéaste .En 2011, son dernier film « la conquête » a été présenté en sélection officielle au festival de Cannes .En 2015, à 51 ans il emprunte un nouveau chemin celui de la littérature en écrivant son...
    Voir plus

    Chronique rentrée littéraire
    Xavier Durringer est surtout connu comme dramaturge et cinéaste .En 2011, son dernier film « la conquête » a été présenté en sélection officielle au festival de Cannes .En 2015, à 51 ans il emprunte un nouveau chemin celui de la littérature en écrivant son premier roman intitulé « Sfumato ».
    Raphaël ,le narrateur, mène une vie complètement dissolue entre son nouveau logement à Belleville où il a énormément de mal à supporter ses voisins marginaux et bruyants , ses amours chaotiques , l’écriture d’une pièce de théâtre , ses plongées dans la drogue et les problèmes amoureux de son ami Simon …En parallèle , il rencontre Viktor qui lui ouvre les portes du monde de l’art , de l’histoire , des religions ; alors commence pour lui une enquête passionnante qui va le mener au début sur le méridien de Greenwich….
    Ce que j’ai aimé dans ce livre ce sont ses deux facettes .La première c’ est le parcours de Raphaël décrit en utilisant l’argot qui correspond bien à la drôle de vie qu’il mène et à ses fréquentations avec de beaux passages humoristiques et l’autre dont le style est plus élaboré pour nous expliquer que derrière ce sfumato ,ce voile brumeux, , se cache une énigme dans le tableau de l’artiste .J’ai été entraîné dans ce monde ésotérique à la Da Vinci code jusqu’à la dernière page .Ce fut une belle aventure .N’ayez pas peur de vous y perdre , tentez –la .

  • add_box
    Couverture du livre « Sfumato » de Xavier Durringer aux éditions Le Passage

    Mathilde Tentorini sur Sfumato de Xavier Durringer

    Rendez-vous de la page 100 :

    Sfumato de Xavier Durringer est un roman qui plonge le lecteur dans un Paris sombre et lugubre. Nous sommes bien loin de l'image luxueuse et clinquante donnée par la capitale. L'auteur nous propose de suivre le quotidien de Raphaël , un jeune homme tenu par le...
    Voir plus

    Rendez-vous de la page 100 :

    Sfumato de Xavier Durringer est un roman qui plonge le lecteur dans un Paris sombre et lugubre. Nous sommes bien loin de l'image luxueuse et clinquante donnée par la capitale. L'auteur nous propose de suivre le quotidien de Raphaël , un jeune homme tenu par le vice de la drogue suivant son meilleur ami Simon, dans des aventures irréfléchies et scabreuses. La rédaction de ce livre me fait penser au roman de Despentes, Vernon Subutex. Pour être honnête je n'accroche pas vraiment avec ce livre, il y a très peu d'actions et des descriptions étouffantes. Disons que je n'accroche pas avec la plume de Durringer pour ce roman même si le langage familier employé va très bien avec le protagoniste et son histoire. Je pense que le choix fait par l'auteur d'écrire son roman d'un point de vu interne handicape l'avancée de l'histoire ou du moins la ralentit. C'est vraiment dommage... Cependant j'attends tout de même la dernière page de ce roman pour élaborer une critique objective (enfin le plus possible) afin d'éviter de tirer des conclusions trop hâtives. Qui sait... peut être que l'auteur nous réserve de belles surprises !