Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Xavier Boissel

Xavier Boissel

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles en lien avec Xavier Boissel (1)

Avis sur cet auteur (6)

  • add_box
    Couverture du livre « Avant l'aube » de Xavier Boissel aux éditions 10/18

    Sandrine Blicq sur Avant l'aube de Xavier Boissel

    Voici un polar bien noir, mêlant intrigues policières et politique. Nous sommes en 1966, la révolution estudiantine s'approche, le conflit des générations s'amplifie.
    Une femme, magnifique (sublime, d'une beauté incroyable...) est retrouvée sauvagement mutilée.
    L'équipe de policiers...
    Voir plus

    Voici un polar bien noir, mêlant intrigues policières et politique. Nous sommes en 1966, la révolution estudiantine s'approche, le conflit des générations s'amplifie.
    Une femme, magnifique (sublime, d'une beauté incroyable...) est retrouvée sauvagement mutilée.
    L'équipe de policiers s'occupant de l'enquête patauge, s'embourbe et finit par interroger un coupable potentiel. Après une bavure, tout l'équipe est démantelée et chacun continue à mener sa barque.
    Enfin non, pas chacun, car l'un d'eux, Marlin, obsédé par cette affaire, continue de fouiner.

    Ce polar poisseux est pas mal. Juste pas mal. Le souci c'est ces répétitions de bout de phrases incessants (et en italique), c'est ces phrases hyper courtes (4-5 mots) mais surtout dans la première moitié, étonnant, c'est c'est ces descriptions infinies (il se lève, prends un café, nourrit le chat, va aux toilettes, fait son lit, ...).
    Le personnage principal est plein de colère. Les personnages féminins sont sublimes, ... (voir plus haut). La fin n'en est pas vraiment une. Et l'intrigue est complétement incompréhensible. Vraiment. Entre un meurtre, une autoroute, des chiens brûlés (cool -_- ), des biens spoilés, j'ai rien capté à comment Marlin trouve une solution à ce bazar.

    Je l'ai lu sans déplaisir (en râlotant de temps en temps quand même) et refermé en soupirant (tout ça pour ça).

    Ça m'agace parce qu'on sent le potentiel! Ce personnage, Marlin, il a quelque chose de sombre, de laid. Il aurait été intéressant de l'approfondir! Baynac aussi à un sacré potentiel!
    La victime! Il y aurait eu tant de chose à en dire. En fait, l'enquête et sa résolution ne sont rien face à des personnages pareils et c'est triste, je trouve, d'avoir bâclé ces personnages pour juste faire un roman sur une enquête. L'auteur a assez de talent pour nous fournir un gros bouquin bien glauque, j'espère qu'il le fera pour son prochain opus.

  • add_box
    Couverture du livre « Rivières de la nuit » de Xavier Boissel aux éditions Inculte

    Anne-Laure Vaucelle sur Rivières de la nuit de Xavier Boissel

    Avis de la page 50
    En prévision de cataclysmes les notes William Stanley membre d’ une fondation décrit l’objectif et les attentes du projet de l’arche ; construction d’un bunker inaccessible aux confins d’une ile du pôle nord pour préserver les semences du monde entier et conserver ce...
    Voir plus

    Avis de la page 50
    En prévision de cataclysmes les notes William Stanley membre d’ une fondation décrit l’objectif et les attentes du projet de l’arche ; construction d’un bunker inaccessible aux confins d’une ile du pôle nord pour préserver les semences du monde entier et conserver ce patrimoine mondial fragile. Après chaque note, un chapitre du narrateur, Elja Olsberg et ses premiers pas de gardien de cette arche.
    Xavier Boissel nous propose une vision futuriste alarmante, dans un style très construit entre récit et notes de synthèses administratives, la catastrophe annonceé aura-t-elle lieu ? à suivre…

  • add_box
    Couverture du livre « Rivières de la nuit » de Xavier Boissel aux éditions Inculte

    Olivier BIHL sur Rivières de la nuit de Xavier Boissel

    Avis de la page 50.
    Chronique à 2 voix d'une sur l'imminence d'une catastrophe majeure sur la terre. Récit de l'implantation d'Elja Osberg, sorte de sentinelle d'une arche à la frontière du Pôle Nord construite par une mystérieuse fondation pour abriter et regrouper toutes les semences du...
    Voir plus

    Avis de la page 50.
    Chronique à 2 voix d'une sur l'imminence d'une catastrophe majeure sur la terre. Récit de l'implantation d'Elja Osberg, sorte de sentinelle d'une arche à la frontière du Pôle Nord construite par une mystérieuse fondation pour abriter et regrouper toutes les semences du monde tel un trésor. Seconde voix avec Willialm Stanley sous forme de fiches et notes techniques expliquant le contexte d'une terre très malade et le principe de ce fameux Arche établi par la Fondation. Comment tout cela va t'il évoluer ? Déjà un certain suspense même si la quatrième de couverture nous indique partiellement l'issue de cette opération.

  • add_box
    Couverture du livre « Rivières de la nuit » de Xavier Boissel aux éditions Inculte

    annie-france belaval sur Rivières de la nuit de Xavier Boissel

    p50
    Elja Osberg est la sentinelle permanente de l'arche construite dans une île du cercle polaire pour préserver la diversité des espèces végétales en cas de cataclysme planétaire (de plus en plus possible). Il est seul, confortablement installé (salle de sport, piscine etc.) mais p13:"Quoique...
    Voir plus

    p50
    Elja Osberg est la sentinelle permanente de l'arche construite dans une île du cercle polaire pour préserver la diversité des espèces végétales en cas de cataclysme planétaire (de plus en plus possible). Il est seul, confortablement installé (salle de sport, piscine etc.) mais p13:"Quoique je fusse informé de tous les périls de cette mission, il ne me serait pas venu à l'esprit que je ne serais plus de ce monde...
    Les chapitres alternent: les uns en italique sont le récit au "je" du personnage; les autres sont des notes techniques sur la réalisation de l'arche et les intentions de la fondation qui la finance (et en espère des profits)
    Jusque là, j'aime beaucoup, je m'identifie au héros et à son angoisse grandissante; l'écriture est simple et claire, très visuelle: je vois la scène comme au cinéma!,