Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Winfried Georg Sebald

Winfried Georg Sebald
W. G. Sebald est né à Wertach im Allgaü, en Allemagne, en 1944. Pendant trente ans, il a été professeur à l'Université de East Anglia, à Norwich, en Angleterre, et, de 1989 à 1994, il a été le premier directeur du Centre britannique de traduction littéraire. Il est mort en décembre 2001. Son ½uvr... Voir plus
W. G. Sebald est né à Wertach im Allgaü, en Allemagne, en 1944. Pendant trente ans, il a été professeur à l'Université de East Anglia, à Norwich, en Angleterre, et, de 1989 à 1994, il a été le premier directeur du Centre britannique de traduction littéraire. Il est mort en décembre 2001. Son ½uvre est publiée en France par Actes Sud. Ses romans – Les Emigrants (1999 ; Babel n° 459), Les Anneaux de Saturne (1999), Vertiges (2001), Austerlitz (2002) – ont été récompensés par un très grand nombre de prix internationaux, parmi lesquels le Prix du meilleur roman étranger, le National Book Critics Circle Award, le Los Angeles Times Book Award, le Berlin Literatur Preis et le Literatur Nord Preis. Il est également l'auteur d'un poème en prose (D'après nature, 2007), et de plusieurs recueils d'essais, dont De la destruction comme élément de l'histoire naturelle (2004). Egalement parus : Séjours à la campagne (2005), Campo Santo (2009).

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « De la destruction comme élément de l'histoire naturelle » de Winfried Georg Sebald aux éditions Actes Sud

    Littéraflure sur De la destruction comme élément de l'histoire naturelle de Winfried Georg Sebald

    Un ouvrage saisissant qui met en lumière les oubliés du malheur, sous le prétexte discutable de leur pleine culpabilité : les allemands victimes des bombardements alliés. Sebag montre comment toute une période de l'histoire allemande a été occultée, de peur de réveiller les vieux démons, mais au...
    Voir plus

    Un ouvrage saisissant qui met en lumière les oubliés du malheur, sous le prétexte discutable de leur pleine culpabilité : les allemands victimes des bombardements alliés. Sebag montre comment toute une période de l'histoire allemande a été occultée, de peur de réveiller les vieux démons, mais au risque de priver un peuple de son deuil, et donc, du droit de se reconstruire.
    On découvre avec stupeur que les écrivains de l'époque n'ont pas fait jouer leur devoir de mémoire. La terrible vérité de ces événements n'apparaît que dans des fragments de texte, crus et cruels. Peut-être parce que l'horreur et l'inhumanité étranglent la voix des poètes. Voici l'un de ces extraits : "les forçats envoyés en vêtements rayés dans la zone de la mort pour enlever les débris humains ne pouvaient se frayer un chemin jusqu'aux cadavres enfouis dans les abris anti-aériens qu'à l'aide de lance-flammes, tant les mouches bourdonnaient autour d'eux en essaims compacts et tant les escaliers et le sol étaient glissants de larves longues comme les doigts".

  • add_box
    Couverture du livre « Austerlitz » de Winfried Georg Sebald aux éditions Actes Sud

    Kee Shan sur Austerlitz de Winfried Georg Sebald

    Un livre écrit avec une délicatesse et une sensibilité rares. Un auteur qui est déjà un classique de la littérature.

    Un livre écrit avec une délicatesse et une sensibilité rares. Un auteur qui est déjà un classique de la littérature.