Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Will

Will
Né à Montbéliard, un jour de 1968, Will est un écrivain en herbe. Allant de la mélancolie à l'imaginaire, s'inspirant des maux d'aujourd'hui pour écrire les siens.

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Isabelle t.6 ; l'étang des sorciers » de Will et Delporte et Andre Franquin aux éditions Dupuis

    Romain Ambrosini sur Isabelle t.6 ; l'étang des sorciers de Will - Delporte - Andre Franquin

    Kalendula - la vieille sorcière aigrie Calendula, ancêtre de la somptueuse Calendula la jeune... (Vous suivez ?) - désire + que tout se venger de l'Oncle Hermès.
    Par bonheur, elle parvient à se libérer du sort qui l'avait statufiée dans le petit bassin du Parc. Tous les sorts qui lui avaient...
    Voir plus

    Kalendula - la vieille sorcière aigrie Calendula, ancêtre de la somptueuse Calendula la jeune... (Vous suivez ?) - désire + que tout se venger de l'Oncle Hermès.
    Par bonheur, elle parvient à se libérer du sort qui l'avait statufiée dans le petit bassin du Parc. Tous les sorts qui lui avaient été jetés sont annihilés, y compris ceux qu'elle s'était auto administré pour retrouver une beauté froide, celle de sa jeunesse retrouvée. Les rides et les courbatures sont donc de retour. Ça ne lui plaît pas, mais alors pas du tout...

    Qu'à cela ne tienne, un petit élixir de jeunesse, accompagné du miroir armillaire lui permettra de rajeunir jusqu'à ses 20 ans, son âge de rêve. Ne reste qu'a stopper le mécanisme...
    Mais...

    Allez, faites un effort, lisez le vous même, cet album, vous aurez le dénouement :) !!

  • add_box
    Couverture du livre « Isabelle t.5 ; un empire de dix arpents » de Will et Delporte et Andre Franquin aux éditions Dupuis

    Romain Ambrosini sur Isabelle t.5 ; un empire de dix arpents de Will - Delporte - Andre Franquin

    Quel plaisir, quelle fraîcheur cet album...

    À la fin de l'Astragale de Cassiopée, l'oncle Hermès, grand satyre (ces personnages au pattes de bouc, tel le Dieu Pan) et sorcier de son état, offrait un magnifique diamant farceur, le "KO - I- ON" en parure de mariage à la radieuse Calendula...
    Voir plus

    Quel plaisir, quelle fraîcheur cet album...

    À la fin de l'Astragale de Cassiopée, l'oncle Hermès, grand satyre (ces personnages au pattes de bouc, tel le Dieu Pan) et sorcier de son état, offrait un magnifique diamant farceur, le "KO - I- ON" en parure de mariage à la radieuse Calendula (jeune)...
    Dans ce nouveau récit, ce diamant merveilleux est la convoitise de peuplades étrangères, guidées par le petit Père Salboudine, d'origine slave apparemment (contrée d'où Hermès avait lui même dérobé le diamant...).
    Isabelle assiste impuissante au pillage, et elle se cache parmi les traîneaux des "sauvages" pour ne pas perdre "son ami" - le diamant - de vue. Après s'etre échappée, elle se retrouve aux prises avec les loups dans une contrée hostile et éloignée du monde qu'elle connaît.

    Hermès et Calendula partent à sa recherche. C'est peut-être la partie du livre la plus lourdingue, où l'on côtoie une succession d'ivrognes patentés qui ne parviennent pas à aligner deux mots et sont incapables d'aider les deux magiciens dans leur recherche. Mais c'est aussi l'occasion d'évoquer la part un peu sombre de l'Oncle Hermès, qui est familier avec tous ces ivrognes, rencontrés au "Rendez-vous du Ciel", un bouge galactique un peu malfamé.
    C'est la fée Calamité, sorte de nourrice d'Hermès, à l'apparence de la sorcière du placard à balais, qui va finalement les mettre sur la piste d'Isabelle.

    C'est là que l'album prend toute sa dimension à mon avis. Il évite adroitement l'approche classique et assez manichéenne du bien contre le mal. Tout n'est pas si simple...
    La peuplade à la recherche du Diamant est certes avec des intentions belliqueuses, mais pour des motifs de "survie". Leur "Terre" voyage dans les airs, à la force d'un diamant similaire, mais bien agé, qui a fait son temps. Ils ont besoin de nouvelles sources d'énergie.
    Ainsi, le diamant d'Isabelle passe de son statut de simple apparat, cadeaux pour nos mirettes (moi, je préfère Calendula personnellement) à un statut plus fonctionnel, moteur dirons nous.
    La communication entre les protagonistes permet de trouver une solution favorable à tous, sans contraindre le diamant à une servitude non désirée.

    Je trouve une grande morale à ce récit, et j'aime que tout se soit soldé par des conciliabules intelligents, sans contrainte, et sans violence excessive. Tout le monde y trouve son compte au bout du bout, et Isabelle peut retrouver sereinement sa tante Ursule pour déguster de la tarte aux myrtilles toute fraîche ! Miam...

    Un beau coup de coeur en récit pour la jeunesse.

    Et me voici fin prêt pour retrouver maintenant les roueries de Calendula l'ancienne (renommée Kalendula pour une meilleure compréhension et éviter des confusions) dans l'album suivant, "l'Etang des sorciers".
    C'est sympa de garder un fil conducteur sur la série, avec des personnages récurrents et des échos aux albums passés, voire une chronologie et une logique dans les caractères des auteurs et ce bien que les récits soient finalement relativement autonomes les uns des autres.

    Voilà, je crois que je l'ai un peu dit, mais ça va être énoncé plus clairement :
    J'aime bien :)
    Oui, vraiment, j'aime bien !!!

  • add_box
    Couverture du livre « Isabelle t.4 ; l'astragale de cassiopée » de Will et Delporte et Franquin aux éditions Dupuis

    Romain Ambrosini sur Isabelle t.4 ; l'astragale de cassiopée de Will - Delporte - Franquin

    Suite de ma re-découverte d'Isabelle...
    Je n'ai pas retrouvé le tome 3, les maléfices de l'oncle Hermès qui pour moi sonnait l'arrivee du véritable paysage onirique de cette série. J'ai donc directement enchaîné avec le tome 4 sans me souvenir très bien des relations courroucées entre Hermès...
    Voir plus

    Suite de ma re-découverte d'Isabelle...
    Je n'ai pas retrouvé le tome 3, les maléfices de l'oncle Hermès qui pour moi sonnait l'arrivee du véritable paysage onirique de cette série. J'ai donc directement enchaîné avec le tome 4 sans me souvenir très bien des relations courroucées entre Hermès et l'atroce aïeule Calendula, ni même la naissance amoureuse avec Calendula la jeune, cette naïade aux cheveux verts.

    J'en avais gardé un souvenir plus doux et plus poétique, mais j'ai quand même adoré me re-baigner dans cet univers marin, avec son lot de personnages fantastiques.
    Le récit est merveilleux, et que Calendula est belle, avec ses longs cheveux verts (je veux la planche 27)... Hermès est bien chanceux.

  • add_box
    Couverture du livre « Tif et Tondu T.1 ; la villa « Sans Souci » » de Will et Fernand Dineur et Luc Bermar aux éditions Dupuis

    Claude Stas sur Tif et Tondu T.1 ; la villa « Sans Souci » de Will - Fernand Dineur - Luc Bermar

    Classique de la bande dessinée pour la jeunesse, Tif et Tondu ont connu leur première aventure sous le crayon de Will en 1951. Elle ne fut publiée en album qu’en 1985. Puis en 2014. L’histoire en est simple. Tif et Tondu sont des amis de longue date, partageant le même goût pour la nourriture,...
    Voir plus

    Classique de la bande dessinée pour la jeunesse, Tif et Tondu ont connu leur première aventure sous le crayon de Will en 1951. Elle ne fut publiée en album qu’en 1985. Puis en 2014. L’histoire en est simple. Tif et Tondu sont des amis de longue date, partageant le même goût pour la nourriture, les voitures, l’humour et les enquêtes policières. Ayant joué un tour pendable à Tif, les deux associés se retrouvent dans un charmant petit village frontalier, Béconville. Evidemment, c’était bien avant les accords de Schengen. Et la Villa « Sans-Souci » occupée par Tif et Tondu est en fait au centre d’un trafic d’alcool bien organisé, si bien que les contrebandiers vont tout faire pour se débarrasser d’eux.
    L’histoire est probablement trop simple pour un album entier. En effet, l’humour de répétition (le camion du laitier, le pernod) s’étiole au fil des pages, et on a bien des difficultés à se passionner pour les tribulations des douaniers, des mafieux, des bandits à la petite semaine. Pourtant, se trouve déjà dans cette aventure un peu de ce qui sera le sel de tout ce qui suivra, quand Rosy prendra les commandes des scénarios.