Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Virginie Despentes

Virginie Despentes
Candidate libre au bac, Virginie Despentes fait tous les métiers : femme de ménage à Longwy, hôtesse dans un salon de massage à Lyon, pigiste pour des journaux rock et porno, vendeuse au rayon librairie du Virgin Megastore à Paris. Fille unique de fonctionnaires, elle brave les interdits familiau... Voir plus
Candidate libre au bac, Virginie Despentes fait tous les métiers : femme de ménage à Longwy, hôtesse dans un salon de massage à Lyon, pigiste pour des journaux rock et porno, vendeuse au rayon librairie du Virgin Megastore à Paris. Fille unique de fonctionnaires, elle brave les interdits familiaux en devenant une véritable égérie 'underground'. Auteur d'ouvrages sulfureux et décriés, elle dépeint un monde malsain et vil qu'elle n'a que trop côtoyé. Ses romans au style littéraire innovant, qui allie vulgarité et réalité, font d'elle une madone de la littérature 'trash'. Après une retentissante adaptation cinématographique de son livre 'Baise moi', Virginie Despentes, lassée des étiquettes qu'on lui attribue, décide d'aborder des thèmes optimistes avec 'Teen Spirit', son quatrième roman qui traite outre de la paternité, de réussite sociale... changement radical !

Articles en lien avec Virginie Despentes (5)

  • Jack London nu, Despentes "non écrivain", Finkielkraut "non philosophe"
    Jack London nu, Despentes "non écrivain", Finkielkraut "non philosophe"

    La revue de presse livres vous dit tout ce qu’il faut savoir — et emporter — avant l’été !

  • Eté 2015, les 10 romans à lire absolument !
    A redécouvrir : été 2015, les 10 romans à lire absolument !

    Chaque année révèle ses surprises et bien heureusement les pépites foisonnent !Un bon cru que celle-ci où les auteurs confirmés nous ont surpris, d'autres ont acquis leur notoriété en recevant de nombreux prix, certains sont carrément époustouflants par leur talent ou leur œuvre colossale. Prenez le temps de les lire, vous ne serez pas déçus !

  • Auteures primées : Prix littéraires ne rime pas avec parité
    Auteures primées : Prix littéraires ne rime pas avec parité

    Les deux tiers des artistes, sont des hommes, quoique depuis quelques années le pourcentage des femmes auteures augmente. Très logiquement, les femmes devraient représenter un tiers des écrivains primés !  Il n'en est rien. A l'exception du prix Femina, dont les lauréats, sont plus de 30 % à être des lauréates !  Zoom sur ces femmes primées dans l'univers impitoyablement masculin des prix littéraires.

  • Les cinq romans finalistes du Prix Orange du Livre 2015
    Découvrez les cinq finalistes !

    Après avoir établi une liste de trente romans le 9 mars dernier, le jury du Prix Orange du Livre s'est à nouveau réuni ce mardi 5 mai pour sélectionner les cinq finalistes. Retour sur des débats hauts en couleurs !

Avis sur cet auteur (151)

  • add_box
    Couverture du livre « King Kong théorie » de Virginie Despentes aux éditions Lgf

    JULIE JULY sur King Kong théorie de Virginie Despentes

    J'ai tout simplement adoré. Ce livre décape tous les clichés, toutes les sales idées reçues qui collent à la société. J'en suis sortie plus grande, plus fière, plus forte. Et quand je suis "down", je le relis.

    J'ai tout simplement adoré. Ce livre décape tous les clichés, toutes les sales idées reçues qui collent à la société. J'en suis sortie plus grande, plus fière, plus forte. Et quand je suis "down", je le relis.

  • add_box
    Couverture du livre « Vernon Subutex T.1 » de Virginie Despentes aux éditions Lgf

    Noémile Zola sur Vernon Subutex T.1 de Virginie Despentes

    « La vie se joue souvent en deux manches : dans un premier temps, elle t'endort en te faisant croire que tu gères, et sur la deuxième partie, quand elle te voit détendu et désarmé, elle repasse les plats et te défonce. » Avec Vernon Subutex, on débarque complètement dans cette deuxième partie de...
    Voir plus

    « La vie se joue souvent en deux manches : dans un premier temps, elle t'endort en te faisant croire que tu gères, et sur la deuxième partie, quand elle te voit détendu et désarmé, elle repasse les plats et te défonce. » Avec Vernon Subutex, on débarque complètement dans cette deuxième partie de la vie de notre anti-héros éponyme.

    En effet, Vernon, ancien disquaire forcé d'abaisser le volet de sa boutique de manière définitive, est un gars simple et charismatique à la cool. Il vit ses premières années de chomage dans l'euphorie jusqu'au jour où l'argent vient à lui manquer et qu'il doit recourir à l'aide de son ami Alex Bleach, un ami-chanteur blindé aux as. Pratique. Jusqu'à ce qu'il crève, Alex, léguant à Vernon de simples cassettes sur lesquelles il aurait enregistré son testament.

    Vernon enchaîne alors les hébergements provisoires chez des ami.e.s proches, ou moins proches, sur lesquelles Virginie Despentes s'arrête toujours afin de dresser le portrait de personnages toujours assez médiocres, voire imbuvables. Xavier, un « connard » de droite, un « hétéro beauf type » présenté comme « alignant les clichés ancestraux », Patrice qui tabasse sa femme et ne se voit pas exister sans la violence, Lydia, journaliste égocentrique qui « n'aime pas s'afficher avec des gens qui ne l'épatent pas » ou Sylvie, abimée par son hisoire avec Alex et en fort besoin de reconnaissance.

    Lire Vernon Subutex, c'est croiser tous les types, ou presque, de profils qui existent et « regarder le monde pourrir » via une écriture crue, pleine de cynisme qui surprend et captive.

  • add_box
    Couverture du livre « Vernon Subutex T.1 » de Virginie Despentes et Luz aux éditions Albin Michel

    Madame Tapioca sur Vernon Subutex T.1 de Virginie Despentes - Luz

    Malgré quelques craintes, le monde subutexien (ou vernionesque) est bien là.
    Je ne vous ferais pas l’affront d’un énième résumé. Retenez juste que Luz ne trahi rien, il met en image tout ce que Virginie Despentes a si brillamment écrit.
    Les dessins enrichissent, apportent encore quelque...
    Voir plus

    Malgré quelques craintes, le monde subutexien (ou vernionesque) est bien là.
    Je ne vous ferais pas l’affront d’un énième résumé. Retenez juste que Luz ne trahi rien, il met en image tout ce que Virginie Despentes a si brillamment écrit.
    Les dessins enrichissent, apportent encore quelque chose à cette grande œuvre littéraire française (oui, je sais, ce sont des grands mots mais c’est ce que je pense de cette trilogie).
    Explosion de couleurs, explosion des traditionnelles cases de la bd. Libre, débridé, vif, bouillonnant, le trait de Luz capte tout l’esprit de Vernon Subutex.

    Franchement bravo parce que c’était un peu casse gueule mais c’est un sans faute. C’est un exemple d’adaptation graphique. L’esprit et le sens du roman sont là, presque transcendés par le dessin. Vivement le tome 2.

  • add_box
    Couverture du livre « King Kong théorie » de Virginie Despentes aux éditions Lgf

    Camille MONDOLONI sur King Kong théorie de Virginie Despentes

    Un uppercut littéraire de 145 pages. 145 petites pages tellement puissantes, dont j'aurais tant à dire. 145 pages qui m'ont remuée et qui vont résonner encore longtemps.

    À travers ce manifeste autobiographique, Virginie Despentes partage ses réflexions féministes sur la société stéréotypée...
    Voir plus

    Un uppercut littéraire de 145 pages. 145 petites pages tellement puissantes, dont j'aurais tant à dire. 145 pages qui m'ont remuée et qui vont résonner encore longtemps.

    À travers ce manifeste autobiographique, Virginie Despentes partage ses réflexions féministes sur la société stéréotypée dans laquelle nous vivons, le poids du patriarcat, la « dictature » masculine sur les femmes, leur féminité et leur sexualité. Ce livre est paru en 2006, il y'a 14 ans. Peu de choses ont changé ... c'est terrifiant. Et pourtant, cet essai secoue et il le fait bien. Il pose les bonnes questions : « pourquoi les femmes ne se défendent-elles pas plus brutalement ? » Pourquoi les hommes, « n'importe quel(s) connard(s) doté(s) d'un zgeg se sent(ent) le droit de parler au nom de tous les hommes et (...) le droit de (nous) donner des leçons de féminité ? ». L'auteure porte un regard acéré sur notre société. Même si je ne partage pas son point de vue sur tous les sujets, ce n'est pas un essai misandre. Il ne s'agit pas là de détester les hommes mais de dénoncer le déséquilibre entre hommes et femmes, et de tenter de comprendre pour quelles raisons ce déséquilibre existe, de réfléchir à la balance à mettre en place.

    King Kong Théorie, c'est aussi le cri d'une femme, qui tel un gorille, battrait sa poitrine en criant : Foutez la paix aux femmes ! Laissez leur féminité tranquille ! Il n'appartient qu'à chaque femme de définir sa féminité comme elle l'étend.

    Un très grand essai féministe à lire, relire et à partager entre hommes et femmes.