Vincent Engel

Vincent Engel
Vincent Engel est l'auteur d'une vingtaine de titres dont Retour à Montechiarro. É également dramaturge et scénariste, il a longtemps collaboré avec Franco Dragone. Chroniqueur au Soir, il enseigne à l'Ihecs (Bruxelles) et à l'université de Louvain-la-Neuve. En 2017, il publie également chez Ker ... Voir plus
Vincent Engel est l'auteur d'une vingtaine de titres dont Retour à Montechiarro. É également dramaturge et scénariste, il a longtemps collaboré avec Franco Dragone. Chroniqueur au Soir, il enseigne à l'Ihecs (Bruxelles) et à l'université de Louvain-la-Neuve. En 2017, il publie également chez Ker Alma Viva, un portrait sensible et romanesque des dernières années de Vivaldi. Ce roman s'accompagne d'un spectacle musical monté à Louvain-la-Neuve et à Bruxelles.

Avis (10)

  • Couverture du livre « Maramisa » de Vincent Engel aux éditions Les Escales

    Pascale Pay sur Maramisa de Vincent Engel

    Je suis quelque peu déçue par ce roman. Il est toujours intéressant qu'un auteur sorte de sa zone de confort pour se lancer dans un autre genre littéraire. Pourtant, dans ce cas précis, les longueurs et tergiversations ne me semblent pas de bon aloi et il me semble qu'en réduisant le roman d'un...
    Voir plus

    Je suis quelque peu déçue par ce roman. Il est toujours intéressant qu'un auteur sorte de sa zone de confort pour se lancer dans un autre genre littéraire. Pourtant, dans ce cas précis, les longueurs et tergiversations ne me semblent pas de bon aloi et il me semble qu'en réduisant le roman d'un bon quart, il serait tout aussi intéressant, voire plus.
    En dépit de ces longueurs, tant de questions restent sans réponses que l'on en reste sur sa faim, c'est un comble. Sujet intéressant, intrigue qui ne l'est pas moins, mais manque de finition.
    J'en garde un avis mitigé.

  • Couverture du livre « Les diaboliques » de Vincent Engel aux éditions Ker Editions

    P'tite Baf sur Les diaboliques de Vincent Engel

    De Vincent Engel, je garde le souvenir ému d'une grande saga : Retour à Montechiarro.

    Ce nouvel écrit est beaucoup plus condensé et en même temps plus dense, d'une écriture soignée et délicatement surannée qui excelle à traduire le climat du dix-neuvième siècle.

    Un jour de congé pluvieux...
    Voir plus

    De Vincent Engel, je garde le souvenir ému d'une grande saga : Retour à Montechiarro.

    Ce nouvel écrit est beaucoup plus condensé et en même temps plus dense, d'une écriture soignée et délicatement surannée qui excelle à traduire le climat du dix-neuvième siècle.

    Un jour de congé pluvieux me permet de commencer ce livre tôt le matin. A midi, il était terminé et j'étais comme hébétée d'avoir suivi ce récit avec curiosité, ravissement, subissant le suspense et bousculée de revirements en revirements menant crescendo au final.

    Quelques destins liés pris dans les rets de l'amour, la folie, la vengeance. Une noirceur absolue, glaçante, sidérante, terrifiante.

    Ce récit est mené de main de maître, chaque retournement de situation ballotte le lecteur tel un frêle esquif au cœur d'une tempête comme s'il lui fallait expier tant de crimes dont cette lecture lui a donné connaissance.

    Magistralement diabolique !

  • Couverture du livre « Alma viva » de Vincent Engel aux éditions Ker Editions

    Pascale Pay sur Alma viva de Vincent Engel

    Les talents de raconteur de Vincent Engel ne sont plus à démontrer.
    Dans ce nouveau roman, il nous entraîne entre Venise et Vienne pour nous livrer sa version de la fin de vie du grand compositeur Vivaldi. De son propre aveux, totalement imaginaire, mais on se plait à y croire et à le suivre...
    Voir plus

    Les talents de raconteur de Vincent Engel ne sont plus à démontrer.
    Dans ce nouveau roman, il nous entraîne entre Venise et Vienne pour nous livrer sa version de la fin de vie du grand compositeur Vivaldi. De son propre aveux, totalement imaginaire, mais on se plait à y croire et à le suivre jusqu'à Vienne où Vivaldi va monter son dernier opéra.

  • Couverture du livre « Et dans la forêt, j'ai vu » de Vincent Engel aux éditions Ker Editions

    nathalie vanhauwaert sur Et dans la forêt, j'ai vu de Vincent Engel

    Nous sommes en Toscane en 1928. Luigi, son fils Sandro et Manfred, un vieux pachyderme, forment un drôle de convoi. Ils sillonnent la Toscane et décident de s'installer pour quelques jours dans un village isolé non loin de Montechiarro. Ils montent la toile de leur petit cirque "Circo de la...
    Voir plus

    Nous sommes en Toscane en 1928. Luigi, son fils Sandro et Manfred, un vieux pachyderme, forment un drôle de convoi. Ils sillonnent la Toscane et décident de s'installer pour quelques jours dans un village isolé non loin de Montechiarro. Ils montent la toile de leur petit cirque "Circo de la Stelle".

    Les gens du village sont curieux, ils vont voir ces drôles de saltimbanques,... et le miracle se produit chaque soir, on entend des rires, des applaudissements à tout rompre. Le temps d'un spectacle, les villageois oublient leurs soucis et sont tout simplement heureux.

    Faut dire que l'époque n'est pas joyeuse car depuis 1922, les fascistes ont pris le pouvoir. Tout le monde craint le Duce et Alfredo Cartello, le maire du village est devenu un de ses disciples.

    Il accorde tout de même que le peuple se divertisse un peu avec ce cirque.

    Cartello a une fille, Letizia qui a perdu le sourire depuis le décès de sa maman. Elle est mutique, sans réaction. C'est triste. Ariana s'occupe d'elle depuis que Donatella n'est plus de ce monde. Sandro les avait croisées en arrivant, il sait qu'il peut aider Letizia.

    Ariana ira voir le spectacle et décide que Letizia doit absolument le voir aussi. Le fait d'avoir croisé Sandro et Manfred l'avait sortie de sa torpeur et rendu un sourire. Letizia ira voir le spectacle et beaucoup de choses se produiront, miracle, illusion ?

    Un livre jeunesse magnifique. Une occasion d'aborder un pan de l'Histoire, le fascisme, le rôle de la religion. Une histoire où la frontière entre le rêve et la réalité est mince. Une plume magnifique, très agréable.

    Lu et approuvé par mon fils de 12 ans.


    Ma note : ♥♥♥♥♥

    Les jolies phrases

    A quoi cela sert-il d'être puissant dans le monde si l'on ne peut rien chez soi pour les gens que l'on aime ?

    On trompe plus facilement une foule qu'un individu. Dans l'incertitude et l'illusion, chacun entretient le doute chez son voisin, plutôt que de reconnaître qu'il s'égare.

    https://nathavh49.blogspot.be/2017/04/et-dans-la-foret-jai-vu-vincent-engel.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com