Vanessa Springora

Vanessa Springora

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (12)

  • add_box
    Couverture du livre « Le consentement » de Vanessa Springora aux éditions Grasset Et Fasquelle

    miss.mesmerized sur Le consentement de Vanessa Springora

    « La littérature excuse-t-elle tout ? »
    C’est une des multiples questions que Vanessa Springora pose dans son livre « Le consentement » qui a peut-être provoqué le plus grand scandale littéraire de l’année 2020. L’éditrice raconte l’histoire comment elle, à l’âge de seulement quatorze ans, a...
    Voir plus

    « La littérature excuse-t-elle tout ? »
    C’est une des multiples questions que Vanessa Springora pose dans son livre « Le consentement » qui a peut-être provoqué le plus grand scandale littéraire de l’année 2020. L’éditrice raconte l’histoire comment elle, à l’âge de seulement quatorze ans, a été séduite par Gabriel Matzneff, un ami de sa mère et auteur reconnu qui a franchement parlé dans ses livres de sa préférence sexuelle pour les très jeunes filles et garçons sans que jamais quelqu’un aurait désapprouvé. C’est l’histoire d’une fille qui se sent aimée, qui comprend que ce qu’elle vit doit se passer à l’ombre comme ce n’est pas tout à fait accepté moralement, mais qui, en même temps, ne se voit pas comme « victime », mais comme une jeune femme qui aime. C’est seulement quand elle se reconnaît dans les récits de l’auteur qu’elle se sent abusée et qu’elle développe le désir de s’emparer de son propre histoire.

    Il est vraiment difficile de ne pas avoir entendu parler de l’affaire Matzneff et ce sont les nombreux articles de journaux et reportages radiophoniques qui m’ont intrigués à lire le livre de Vanessa Springora. A mon avis, c’est un document à ne pas rater, non seulement pour soi-même se forger une opinion en ce qui concerne le scandale, mais avant tout, parce qu’elle permet de suivre ses pensées et ses sentiments en temps de son relation avec Matzneff qui ne correspond pas du tout à l’idée d’un abus de mineurs mais qui est beaucoup plus compliquée et pour cette raison intéressante.

    Avant tout, « Le consentement » est un document de la pensée des soixante-huitards. La relation d’un quinquagénaire avec une adolescente est inimaginable aujourd’hui, selon l’idée de la liberté totale, il n’y a rien de choquant, au contraire, l’initiation devient presqu’une obligation. Quoique ce soit difficile à accepter, il y a une certaine logique comme dans la vision du monde de la jeune Vanessa pour qui l’intérêt et l’admiration d’un homme aide à devenir vivante. Au moment où elle est ensemble avec l’auteur, c’est seulement savourer le jour, c’est beaucoup plus tard qu’elle va éprouver vraiment les conséquences de cette relation.

    Ce qui est étonnant et certainement choquant, c’est que tant d’adultes avaient connaissance de cette liaison singulière mais aucun d’entre eux – même pas ses parents et ses profs ! – la désapprouvait ou prenait des mesures pour protéger la fille. Peut-être que vraiment les temps ont changés – au moins le fait que le scandale est bien existant et ainsi fait preuve de cela – mais c’est peu compréhensible aujourd’hui comment au vu et au su de tout le monde cela se pouvait dérouler.

    A part du contenu totalement captivant, c’est aussi la manière de raconter que j’ai adorée et qui évoquait plutôt un entretien avec une amie qu’un roman.

  • add_box
    Couverture du livre « Le consentement » de Vanessa Springora aux éditions Grasset Et Fasquelle

    STOLL AUDEBEAU BENEDICTE sur Le consentement de Vanessa Springora

    récit d'une très grande pudeur, autobiographique

    récit d'une très grande pudeur, autobiographique

  • add_box
    Couverture du livre « Le consentement » de Vanessa Springora aux éditions Grasset Et Fasquelle

    yves MONTMARTIN sur Le consentement de Vanessa Springora

    Je ne pense pas qu'un homme honnête puisse se sentir à l'aise à la lecture du livre de Vanessa Springora. Ce récit m'a profondément secoué.
    Tout commence comme un conte de fées, V a une certaine précocité sexuelle et surtout un immense besoin d'être regardée. Une famille disloquée, un père...
    Voir plus

    Je ne pense pas qu'un homme honnête puisse se sentir à l'aise à la lecture du livre de Vanessa Springora. Ce récit m'a profondément secoué.
    Tout commence comme un conte de fées, V a une certaine précocité sexuelle et surtout un immense besoin d'être regardée. Une famille disloquée, un père absent, toutes les conditions sont réunies, elle mord à l'hameçon. Elle a quatorze ans et lui cinquante. le conte de fées touche à sa fin, le charme est rompu, le prince charmant révèle son vrai visage, l'ogre.

    À la fin de ma lecture, je ressens un profond mal-être. Comment ce salaud absolu, ce pervers, ce prédateur a-t-il pu être encensé sur les plateaux de télévision par des intellectuels qui portent aux nues cet homme dont les écrits font l'apologie de la pédophilie. Personne ne se montrera choqué le moins du monde, ni même embarrassé.
    « Pourquoi cette tolérance quand elles sont le fait de représentant d'une élite : photographe, cinéaste, peintre, écrivain ? En dehors des artistes il n'y a que chez les prêtres qu'on ait assisté à une telle impunité. »

    Comment une mère qui était fusionnelle avec sa fille a-t-elle pu couvrir cette relation ?

    Vanessa Springora nous livre son histoire de la manière la plus directe et la plus crue parfois. Mais c'est avec une certaine pudeur qu'elle avoue se sentir complice de cet amour qu'on a forcément ressenti, de cette attirance qu'on a soi-même suscitée. Elle s'est sentie avilie, elle n'en finit pas de se reconstruire, des années de cure par la parole.

    Et puis cette terrible question :
    Que sont devenues toutes ces filles qu'il décrit dans ses livres, quelqu'un a-t-il pensé à elles ?

    Un livre déchirant, la plume est précise pour décrire cette emprise et cette empreinte laissée sur elle. Ce n'est pas un roman, c'est un témoignage, un cri.

  • add_box
    Couverture du livre « Le consentement » de Vanessa Springora aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Marie Hélène Fasquel sur Le consentement de Vanessa Springora

    Un ouvrage fort, écrit avec simplicité, dans une langue riche et belle, qui, sous forme d’autobiographie, analyse les faits vécus par V. adolescente, une fois que l’auteure est capable de le faire, adulte qui n’est plus sous l’emprise de l’homme qui sous couvert de grands sentiments l’a utilisée...
    Voir plus

    Un ouvrage fort, écrit avec simplicité, dans une langue riche et belle, qui, sous forme d’autobiographie, analyse les faits vécus par V. adolescente, une fois que l’auteure est capable de le faire, adulte qui n’est plus sous l’emprise de l’homme qui sous couvert de grands sentiments l’a utilisée sexuellement.
    Un livre qui touche, forcément, qui analyse la situation de part et d’autre : ce que l’adolescente ressentait, qui elle était (une jeune déboussolée par la perte de repères puisque son père était aux abonnés absents, à la recherche d’une figure paternelle, d’un adulte qui s’intéresse à elle.)
    Un retour en arrière salutaire mais qui blesse : comment sa mère, son père, ont-ils pu ne pas la protéger ? Comment une telle histoire a pu être possible au vu et su de tous, alors qu’elle était dans l’illégalité totale ?
    Un ouvrage qui a dû être très difficile à écrire, qui a pu l’être avec le soutien de sa famille, et qui est, on l’espère comme l’auteure, apaisé.
    Nous avons ici le point de vue de l'adulte qui livre le ressenti de la jeune fille d'alors, sans embellissements.
    Il faudrait bien sûr revenir sur la notion de consentement, car ce titre n'a pas été choisi au hasard.
    Ce livre est un cri brut, magnifiquement traduit en mots, à lire absolument.

Bibliographie de Vanessa Springora (1)

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !